(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Annales de la Société royale zoologique et malacologique de Belgique"

■ 



_. -\^ 



* 



■* 

«* ♦ 



* *%*• 



♦%*' 









. V 






HARVARD UNIVERSITY. 




LIBRARY 



OF THE 



MUSEUM OF COMPARATIVE ZOOLOGY. 



&S: 



=V 



wry^JU^wv^y 



OVvxa^xA^ So, v<\ 



Ob 



►as 



/S^ - 



\ 



iïi 



S9i*ll 



ANNALES 



DE LA 



SOCIÉTÉ ROYALE 



DE 



BELGIQUE 



T. XL 



ANNÉE 1905 



BRUXELLES 

P. WEISSENBRUCH, IMPRIMEUR DU ROI 

49, RUE DU POINÇON, 49 




ZOOLOGIftUl IT MALACOLOGIODE 







ANNALES 



DE I.A 



SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE 



DE 



BELGIQUE 



A N N A L E S 



DE l.\ 



SOCIÉTÉ ROYALE 






DE 



BELGIQUE 



T. XL 



ANNEE 1905 



û 
BRUXELLES 

P. WEISSENBRUCH, IMPRIMEUR DU ROI 

49, R'JE DU POINÇON, 49 



MÉMOIRES 



T. XL, 190n 1 

liai l*o. 



NOTES SUR LES ORGANISMES INFÉRIEURS 



H. SCHODTEDEN 



DEIXIEME XOTE (*] 



-><;*>=;< 



1. — Hyalosphaenia angulata. sp. nov ifig. 1 et 2). 

En étudiant, à l'Institut botanique de Bruxelles, un liquide ren- 
fermant en abondance une Protococcale énigmatique qui avait envahi 
une culture ù'Hœmatococcus pluvialis établie au Jardin botanique 
par M. le professeur Massart, j'y ai rencontré, outre cette Algue 
intéressante, quelques Rhizopodes parmi lesquels se trouvaient deux 
espèces nouvelles, décrites dans ce travail : un Hyalosphœnia, que 
j'appellerai //. angulata pour rappeler la forme de ses pseudopodes, 
et un Vampyrella auquel je donnerai le nom de V, soror, sp. n. 

Voici la description de H. angulata, espèce bien distincte des 
Hijalosphœnia décrits jusqu'à ce jour : 

L'enveloppe est assez nette et assez facile- 
ment visible bien qu'incolore; elle est com- 
primée comme c'est le cas cbez les autres 
Hyalosphœnia : vue de face (c'est-à-dire par la 
face large) (fig. 4), elle présente un contour 
en forme d'ovale large, à peine plus rétréci 
en avant; vue de profil (fig. 2), elle est en 
forme d'ovale étroit, comme le montre la 
ligure. L'ouverture est assez étroite (et non 
large comme c'est le cas le plus général dans le genre), tronquée 
droit, avec un col extrêmement court. La surface en est unie, sans 
dépression ni saillie aucune. 




{') La première note a paru récemment dans Archh far Protistenk%md4 t Bd. V, 
lift. :5 (1905), sous le riti-c - Notes sur quelques Amibes et Choanofl&geliate 



4 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOCIQUË ET MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

Le protoplasme est assez visqueux, incolore, renfermant cependant 
de fines granulations légèrement verdâtres, réfringentes. En outre, 
il contient en général des masses arrondies verdâtres ou brunâtres 
représentant des Algues à des stades plus ou moins avancés d'assimi- 
lation, de même que parfois des masses réfringentes que je n'ai pu 
identifier, déchets évidemment. En règle générale, il renferme plu- 
sieurs vacuoles, dont tout au moins une est pulsatile. Le noyau est 
sphérique, fort peu visible et semble renfermer un nucléole unique, 
pas fort gros et entouré d'une zone assez large de suc nucléaire (je 
n'ai toutefois pas pu l'étudier sur préparations colorées.) 

En général, le plasma, qui ne remplit qu'une partie de la loge, 
est central, mais il se déforme sans cesse, relié à l'enveloppe par de 
minces pseudopodes ou épipodes qui sans cesse modifient leur forme, 
leur longueur et leur épaisseur, ou bien sont retirés pour être rem- 
placés par d'autres épipodes émis par la masse centrale. En avant, le 
plasma se continue en une sorte de cou sur lequel il est extrêmement 
rare qu'il se forme des épipodes; ce « cou » obstrue toute l'ouver- 
ture de la loge et en dehors s'étale en une sorte de nappe plasma- 
tique, plus ou moins profondément découpée en pseudopodes, de 
contours sans cesse modifiés; ces pseudopodes buccaux sont en géné- 
ral rétrécis graduellement, acuminés, plus ou moins anguleux, en 
général courts et larges, mais parfois aussi assez longs et grêles. 
Rarement tout le plasma se ramasse dans la partie antérieure de la 
loge qu'il remplit alors à demi environ, les épipodes postérieurs 
étant alors fortement étirés et amincis ou étant complètement résor- 
bés. Les épipodes sont toujours droits, mais peuvent s'insérer sur 
l'enveloppe sous un angle variable ; ils ne présentent jamais aucun 
épaisissement ni aucune varicosité sur leur trajet. Dérangé, l'orga- 
nisme retire lentement ses pseudopodes, le plasma buccal arrondis- 
sant son contour et étant lentement retiré à l'abri de la loge; jamais 
il n'y a brusque retrait comme c'est le cas chez H. cuneata; le pho- 
bisme n'est jamais de longue durée. 

La longueur de l'organisme (loge) varie entre 45 à 60 ;j.. 

Comme je l'ai dit, H. angulata me paraît bien distinct des Hyalo- 
sphœnia décrits jusqu'ici, dont il se sépare fort nettement par la forme 
de la loge et surtout par celle des pseudopodes buccaux : chez toutes 
les autres espèces, le plasma buccal forme un pseudopode large et 
arrondi, tandis qu'ici les pseudopodes sont acuminés. Les espèces 
connues peuvent se disposer en tableau de la façon suivante : 



MÉMOIRES. 5 

à) Pseudopodes buccaux acuminés. Loge on ovale largo, vue de face; en ovale 
allongé, vue de profil; à paroi d'épaisseur uniforme sur toute son étendue; 
ouverture buccale étroite, entourée d'un léger rebord ou col droit fort 
1 . ( court. H. aw/ulata, Schout. 

b) Pseudopodes buccaux largement lobés et arrondis. Loge de forme autre, à 
ouverture large, ou bien fortement et graduellement rétrécie en avant en 
un col assez long et étroit. 2. 

a) Loge subpyriforme, rétrécie assez fortement en avant en un col long présen- 
tant de chaque côté un pore net; profil en ovoïde étroit et allongé; contour 
bosselé. //. clegans, Leid. 

b) Loge largement tronquée en avant, non prolongée en un col ; profil moin 
régulièrement rétréci en général. !j. 

ia) Loge subcirculaire (vue de faccj, tronquée en avant. 
H. inconspicua, West. 
( b) Loge de forme autre. 4. 

a) Profil présentant vers le milieu une cpnstriction (graduelle) nette ; une arête 
A.{ terminale. H. cuneata, Stein. 

b) Profil sans constriction forte ni régulière; pas d'arête. 5. 

a) Un pore net de chaque côté de la loge vers le bas ; paroi également épaisse 

sur toute sa longueur. H. papilio, Leid. 

b) Pas de pore. 6. 

a) Paroi amincie graduellement vers l'ouverture de la loge; l'extrémité de 
celle-ci déviée (vue de profil). H. punctata, Pen. 

b) Paroi d'égale épaisseur sur toute son étendue, l'extrémité de la loge non 
déviée. 7. 

a) Embouchure plus étroite, son diamètre (face large) égalant environ la moitié 
du diamètre le plus large du corps. H. minuta, Cash. 

b) Embouchure large, son diamètre (face large) bien plus grand que la moitié 
de celui du corps. //. platystoma, West. 

2. — Vampyrella soror, sp. nov. (fig. 3 à 6). 

Ce nouveau Vampyrella s'est rencontré, comme je l'ai dit plus haut, 
en assez grand nombre dans une culture d'une Protococcale que j'étu- 
diais à l'Institut botanique et que je n'ai encore pu identifier. Le 
Vampyrella se nourrissait de ces petites Algues et faisait parmi elles 
d'assez grands ravages. Cette Protococcale se présentait sous forme 
de cellules elliptiques, arrondies aux deux extrémités, entourées 
dune coque mince qui, lors de la division par exemple, s'ouvrait 
latéralement pour laisser échapper les deux cellules-filles; dans la 



6 



SOCIÉTÉ ROYALK ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE RELGIQUE 



culture les individus étaient en général en assez mauvais état, le 
chromatophore était fragmenté et l'organisme renfermait des masses 
huileuses assez considérables (se colorant par Os 4 et par le Soudan 
alcoolique III). 

En général, le Vampyrella se présentait sous forme de sphère 

flottant dans le li- 
quide, couverte de 
pseudopodes radiés, 
en général peu nom- 
breux et courts mais 
parfois minces et fort 
longs (fig. 3) lui don- 
nant quelque ressem- 
blance avec les Astro- 
diusculus par exem- 
ple, dont toutefois 
l'organisme se sépare 
déjà aisément par l'ab- 
sence de toute gra- 
nulation sur les pseu- 
dopodes. Il était en 
général, lorsque je le 
vis tout d'abord, com- 
plètement bourré de masses réfringentes qui lui donnaient un aspect 
assez étrange, moriforme souvent, et qui, comme je pus le constater 
plus tard, ne représentaient pas autre chose que les masses huileuses 
et les pyrénoïdes de la Protococcale dont se nourrissait l'organisme. 
L'organisme est incolore, fait assez rare parmi les Vampyrella, et 
lorsqu'il a ingéré le chromatophore d'une Algue, celui-ci ne tarde pas 
à se décolorer et à être digéré. Il n'y a pas différenciation en une zone 
externe plus claire et les granulations qui remplissent le plasma 
s'étendent jusque près de la surface ainsi que jusque vers l'extrémité 
des pseudopodes. Ceux-ci sont en général simples, mais parfois cepen- 
dant on en trouve qui sont nettement bifurques, soit distalement, soit 
proximalement. Il y a une vacuole pulsatile nette, se contractant 
toutes les quinze à vingt secondes et qui, à l'état de systole, apparaît 
sous forme d'espace allongé étroit, tandis qu'à l'état de diastole elle 
est sphérique, mais sans jamais faire saillie à la surface de l'orga- 
nisme. Je n'ai pu découvrir le noyau, qui vraisemblablement est 




Fig. 3 




MEMOIRES. 7 

représenté comme chez d'autres espèces par de petits corps peu 
visibles. A l'intérieur du corps il y a mouvement rapide des granula- 
tions et parfois aussi des masses ingérées. Dans certains individus on 
observe une grosse vacuole qui peut-être n'est pas autre chose que la 
vacuole pulsatile qui s'est dilatée sans se vider pour l'une ou l'autre 
cause. Les masses huileuses par leur compression réciproque prennent 
un aspect polygonal typique, tandis qu'isolées elles s'arrondissent plus 
ou moins. 

Voici comment se fait la nutrition (fig. 4) : l'organisme flotte 
librement dans le liquide, les pseudopodes étendus tout 
autour de lui. Si l'un de ceux-ci vient à rencontrer une 
des Protococcales qui flottent également librement et s'il 
parvient à la retenir (ce qui ne se faisait pas facilement), 
on voit le pseudopode se raccourcir assez fortement tout 
en s'épaisissant, rapprochant peu à peu l'organisme de sa 
proie; en même temps, les autres pseudopodes sont plus 
ou moins complètement retirés, à moins, bien entendu, 
qu'ils n'aient également fait une capture. Après un cer- 
tain temps, on voit l'extrémité du pseudopode, qui" s'était un peu 
étalé contre la coque de l'Algue, pénétrer dans la cellule par une 
ouverture qu'il s'est percée; on voit alors nettement dans le pseu- 
dopode un afflux de plasma venant du corps aller vers l'extrémité 
libre qui s'étale dans la Protococcale, attirer le contenu cellulaire, 
et celui-ci passer lentement le long du pseudopode dans l'intérieur 
de l'organisme; le pseudopode suceur s'élargit plus ou moins pour 
laisser passer les inclusions telles que pyrénoïdes, masses huileuses, 
etc. Une fois l'Algue vidée, ce qui en règle générale se produit 
rapidement, le pseudopode est retiré peu à peu de la coque vide à 
présent et est ramené vers l'organisme, entraînant avec lui la 
coque qui fréquemment reste attachée à la surface de l'organisme par 
une substance collante quelconque. Souvent ainsi on voit une Vampy* 
relia flotter entourée de plusieurs de ces coques adhérant à sa surface. 

La poussée des pseudopodes se manifeste tout d'abord par une 
sorte de proéminence obtuse à la surface du corps, puis celle-ci livre 
passage à une saillie plus grêle qui rapidement s'accroît et atteint 
parfois une longueur notable en fort peu de temps. Si l'on imprime 
de petits chocs à la préparation, on voit les pseudopodes se retirer 
légèrement en se ratatinant, pour reprendre leur aspect primitif dès 
qu'on cesse les chocs. 



8 



SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MÀLACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



L'organisme varie assez bien de taille, son diamètre mesurant d'une 
dizaine (ou même moins) à une cinquantaine de microns. 

Parfois l'organisme abandonne sa forme de flottaison sphérique 

pour s'étaler sur le support en une 
masse de forme variable (fîg. 5), émet- 
tant alors des pseudopodes sur tout son 
pourtour; ces pseudopodes sont plus 
ou moins délicats, assez souvent rami- 
fiés, mais pas très longs en général. 
On observe alors souvent des aspects 
tels que celui que représente la fi- 
gure 7 : parmi les pseudopodes, un 
ou deux prennent un plus 'fort déve- 
loppement, s'épaississant plus ou moins 
notablement, se renflant à certains 
endroits en une masse plus large qui 
se continue à son tour en pseudopodes 
pouvant également porter de ces épais- 
sissements. Parfois le pseudopode re- 
liant l'ilôt plasmatique à la masse cen- 
trale se rompt et la petite masse ainsi libérée continue cependant à se 
mouvoir pour son compte propre à présent; je n'ai malheureusement 
pu suivre le sort ultérieur de ces petits « individus nouveaux » (?y. 




FHg. 5. 



Comme c'est le cas chez les autres Vampy7*ella, lorsque l'organisme 
est gorgé de nourriture, il s'enkyste pour digérer. 
Les déchets, et notamment les masses huileuses, 
sont expulsées dans une zone externe sous l'enve- 
loppe du kyste, puis l'organisme sécrète une nou- 
velle enveloppe l'isolant de ces déchets; cette 
membrane interne est plus épaisse que la mem- 
brane externe (fig. 6). 

Je n'ai pu suivre l'un de ces kystes de façon 
continue, mais j'ai pu en observer d'autres au moment de la germi- 
nation : l'organisme en sort par une ouverture percée à travers les 
parois du kyste et reprend dès sa sortie l'aspect sphérique, flottant de 
nouveau librement dans le liquide. D'autres fois, il sort du kyste deux 
individus au lieu d'un seul. Le sporange n'est pas pédicellé et flotte 
dans le liquide comme l'organisme libre. 




Fig. 6. 



MÉMOIRES. 9 

En ce qui concerne les affinités du V. soror, il appartient évidem- 
ment au groupe V. spirogyrœ (ou groupe 2) de Dangeard, caractérisé 
par le fait que la nutrition s'opère par l'intermédiaire d'un pseudo- 
pode perçant la paroi de la proie et aspirant son contenu, — et non 
par intussusception de la proie in toto. Il me paraît bien distinct des 
formes voisines à pseudopodes filiformes et sporanges non pédicellés, 
telles que V. spirogyrœ, V. variabilis, etc. 

Par l'absence complète de tout pigment et, par le fait que l'orga- 
nisme ne s'accole pas directement à sa proie, V. soror est bien distinct 
de la majeure partie des espèces déjà connues. Par là il se rap- 
proche du V. radiosa de Penard, avec lequel son aspect extérieur 
présente aussi quelque analogie. Mais cette dernière espèce appartient 
au groupe 4 de Dangeard, c'est-à-dire que l'organisme englobe sa 
proie (Diatomées, Algues, etc.) en entier; d'après Penard, V. radiosa 
est souvent bourré de ces cellules végétales, « qu'il renferme dans 
une vacuole commune », ce qui n'est sûrement pas le cas chez 
V. soror. 

3. — Astrodiusculus affinis, sp. nov. (fig. 7). 

J'ai découvert ce nouvel Héliozoaire en examinant une récolte algo- 
logique rapportée des environs de Lembecq à l'Institut botanique par 
mon collègue M. Jos. Wery. L'organisme s'y trouvait en quelques 
rares exemplaires d'après lesquels est faite la description qui suit : 

A. affinis est une forme de petite taille (le diamètre du corps varie 
entre 18 et 20 \>) sphérique et dépourvue de toute enveloppe mucila- 
gineuse, un peu irrégulière à la surface. Il est incolore mais renferme 
des granulations brillantes d'un verdâtre ou jaunâtre pâle, assez 
rares d'ailleurs. On y observe en général deux ou trois vacuoles ali- 
mentaires renfermant de petites Algues, des Flagellâtes de petite 
taille, etc. De plus, on y trouve une ou deux vacuoles pulsatiles assez 
nettes venant éclater à la surface de la sphère en faisant fortement 
saillie. Le noyau est subcentral et renferme un gros nucléole arrondi 
comme lui. Il n'y a guère ici différenciation en ectoplasme et endo- 
plasme, tout le corps paraissant de structure uniforme. Les pseudo- 
podes ne sont pas très nombreux; ils sont longs et extrêmement 
fins, mesurant en général en longueur plus de trois fois le diamètre 
du corps; ils sont droits, rigides, bien que parfois ils puissent se 
courber légèrement; par eux-mêmes ils sont peu visibles, mais ils sont 



10 



SOCIÉTÉ P.OYALE ZOOLOGIQUE ET MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



rendus plus distincts par les granulations brillantes qui circulent à 
leur surface jusque près de l'extrémité distale, granulations qui se 
déplacent d'ailleurs fort lentement. 




Fip. 7. 



L'organisme peut également prendre une forme plus ou moins 
ovalaire ou pyriforme au lieu de rester sphérique, mais ce n'est 
qu'exceptionnellement qu'on observe ces modifications. Les pseudo- 
podes tout en restant droits peuvent se déplacer in toto, s'incliner, se 
mouvoir dans le liquide, etc. 

L'Héliozoaire flotte passivement dans le liquide. Lorsqu'un petit 
Flagellate, par exemple, vient à heurter un pseudopode, il est retenu 
souvent et on voit le pseudopode s'épaissir un peu, puis être lentement 
retiré vers le corps en entraînant la proie qui parfois parvient encore 



MÉMOIRES 11 

à se dégager; le pseudopode en se retirant s'épaissit de plus en plus 
et amène ainsi dans le corps ('organisme capturé. Si le Flagellate 
s'agite vivement pour se débarrasser du pseudopode qui Ta saisi, on 
voit les pseudopodes voisins s'incliner lentement et venir s'appliquer 
également sur la proie qui cesse bientôt toute résistance; les divers 
pseudopodes qui l'ont saisie se raccourcissent simultanément, comme 
le fait un pseudopode unique, et attirent l'organisme dans le corps 
où il est englobé dans une vacuole. Les résidus de la nutrition sont 
expulsés dans une vacuole à la surface du corps. 

Par son aspect général sur le vivant, ce nouvel Héliozoaire a une 
ressemblance fort grande avec l'Heterophrys glabrescens de Penard ; 
mais cette^ dernière espèce présente une auréole serrée de spicules 
longs et fins qui certainement ne se rencontrent pas chez 4. affinis : 
même à sec, je n'ai jamais vu la moindre apparence de spicules entou- 
rant l'organisme; — de plus le noyau est ici central et non excen- 
trique. L'espèce appartient donc bien, par l'absence de spicules, au 
genre Astrodiusculus ; peut-être établit-il jusqu'à un certain point la 
transition entre Astrodiusculus et Heterophrys , par l'intermédiaire de 
H. glabrescens? 

Dans le genre Astrodiusculus, Penard reconnaît quatre espèces, 
bien distinctes de celle décrite ci-dessus. Les cinq espèces que ren- 
ferme actuellement le genre peuvent, se différencier comme suit : 

J a) Pseudopodes non granulés (ou à peine visiblement 1 ) ni variqueux. 2. 

! b Pseudopodes nettement granulés, perlés ou variqueux. 3. 

( a) U ne enveloppe double, large. Noyau central. A. sonatus, l'en. 

(b) Une enveloppe simple. Noyau .excentrique. A. radians, Gruff. 

i a) Pseudopodes variqueux. A. urqneiforrnis, Schcw, 

"( b) Pseudopodes perlés ou granulés. 4. 

/ a Pas d'enveloppe: Pseudopodes peu nombreux et fort longs, au inoins deux 
\ fois aussi longs que le diamètre du corps. Noyau central. 

4. A . affi'tit, Schout. 

j b ('h*' large 1 enveloppe, déchiquetée en dehors. Pseudopodes fort nombreux, 
environ d<- môme longueur que Le diamètre du corps. Noyau excentrique. 

4. — Penardia hilda, sp. nov. G 

Parmi des Algues récoltées il y a quelques semaines dans le (iillis- 
vijver à Genck, j'ai rencontré un magnifique Foraminifère qui doit se 



12 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

rapporter sans hésitation possible au genre Penardia récemment créé 




Fig. 8. 



par Cash pour une espèce nouvelle, P. mutabilis, qu'il a découverte 
dans la forêt d'Epping en Angleterre. Mon collègue anglais place 
avec raison son nouveau genre (dédié au savant monographe des Rhi- 



mémo m es. 1 ;; 

zopodes et Héliozoaires d'eau douce, M. E. Penard) parmi les Retint - 
losa. Il appartient en effet à ce groupe intéressant tel que Ta récem- 
ment délini Rhumbler dans son travail Sijstematische ZusammensUl- 
hing der recenten « Reticulosa », et prend tout naturellement rang 
dans l'ordre I, Nuda, caractérisé par l'absence de toute enveloppe 
différenciée persistante : sa place m'y paraît toute indiquée à côté du 
genre Biomyxa ( ] ) (dont Penard fait un Rhizopode ( 2 ) vrai, mais à tort 
puisqu'il y a à la surface des pseudopodes une circulation de granules, 
caractéristique des Foraminifères), et peut-être même pourrait-on le 
rattacher à ce dernier à titre de sous-genre? 

La description du Penardia mutabilis qu'a donnée Cash est assez 
sommaire, et peut-être est-ce à tort que je considère les spécimens 
que j'ai étudiés comme représentant une forme nouvelle. Toutefois, 
Cash insiste sur le fait que son espèce change rapidement de forme, 
que ses mouvements sont actifs, d'où le nom de P. mutabilis qu'il lui 
a donné; — mon P. hilda par contre est fort paresseux, se dépla- 
çant à peine, bien que l'aspect des pseudopodes se modifie presque 
sans interruption, mais lentement toujours. Et chez les Rhizopodes 
— et les Foraminifères nus qui en dérivent — ce caractère paraît 
avoir une grande valeur dans les distinctions spécifiques. De plus, les 
zoochlorelles caractérisant le genre Penardia sont de forme ovalaire 
(« oblong bodies ») chez P. mutabilis, tandis que dans mon espèce 
elles sont sphériques. 

A l'état d'activité complète, c'est-à-dire complètement étalé, l'orga- 
nisme peut atteindre une taille fort notable : j'en ai vu des exem- 
plaires mesurant jusqu'à 300 microns de longueur. Au premier abord 
on y distingue une masse centrale d'un vert plus ou moins sombre, 
olivâtre ou jaunâtre souvent, et une zone externe, peu large, qui est 
incolore de même que les pseudopodes. En général, le corps est 
aplati et un peu plus épais dans sa région centrale que sur la zone 
externe, qui se continue insensiblement dans les pseudopodes. La 
forme en est variable, allongée le plus souvent, avec des pseudo- 



(*) Pçut-être y aurait-il lieu de le rapprocher de Chlamydomyooa; mais ce genre 

possède de vrais chromatophores d'après Penard et Ilicronymus. En tout cas. [es 
descriptions des deux espèces qu'ont étudiées ces auteurs ne répondent pas à mon 
P. hilda ni, ce me semble, an /'. mutabilia, de Cash, 

(-) Les Proteomyœa de West sont évidemment «les Foraminifères dus et non des 
Rhizopodes : l'auteur y réfère Biomycca et Gymnophryt* 



\ 4 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

podes de nombre, de forme et de dimension variables également. Il 
renferme — et c'est ce qui lui donne sa coloration — de nombreuses 
cellules d'une petite Protococcale symbiotique : ces cellules sont fort 
petites, sphériques, présentant un chromatophore pariétal d'un vert en 
général plus ou moins olivâtre et de fines granulations dans le plasma 
interne. Ces Protococcales ne sont nullement des cellules ingérées 
dans un but nutritif, car je n'en ai vu que quelques-unes qui fussent 
en mauvais état, et, d'autre part, dans le liquide où vivait le Penardia, 
je n'ai pu les trouver à l'état libre. Il s'agit donc bien d'un cas nou- 
veau de symbiose, qui se retrouve également chez le P. mutabilis 
comme je l'ai dit, les corps oblongs que signale Cash n'étant évidem- 
ment pas autre chose que de petites Protococcales. Tous les exem- 
plaires, assez nombreux, que j'ai vus de .mon espèce, tant petits que 
grands, renfermaient cette Algue en abondance. 

Le Penardia émet sur tout son pourtour des pseudopodes, et ces 
pseudopodes constituent un de ses caractères importants, car ils per- 
mettent de rattacher le genre au groupe des Fora mini fères. Ce sont, 
en effet, des pseudopodes réticulés et à circulation granuleuse. Ils 
naissent sous forme d'une petite saillie Rallongeant peu à peu pour 
devenir une sorte de longue tige qui se ramifie irrégulièrement en 
tous sens, les diverses ramifications fréquemment reliées entre elles, 
de môme qu'avec les pseudopodes voisins par des anastomoses, des 
ponts proloplasmiques. Les divisions ultimes sont fort délicates et 
souvent à peu près invisibles, même si Ton emploie les apochroma- 
tiques Zeiss à immersion. Le pseudopode est couvert de granulations 
en général ovalaires, petites, réfringentes, qui d'ordinaire se déplacent 
par file le long du pseudopode, soit dans le sens distal, soit vers le 
corps ; souvent on voit le courant se renverser et les granulations qui 
glissaient vers l'extrémité libre du pseudopode revenir vers le corps 
et être entraînées dans un pseudopode voisin. Toutefois, elles n'attei- 
gnent pas toujours l'extrémité des ramifications; comme je viens de 
le dire, celles-ci sont parfois extrêmement fines et ténues, s'étendant 
fort loin, et ce n'est guère qu'en les suivant attentivement dès leur 
origine qu'on arrive à les suivre, — ou encore lorsqu'elles arrêtent 
un organisme qui vient les heurter; les granulations ne se montrent 
parfois alors que jusque vers la moitié de la longueur totale du pseu- 
dopode, laissant ces filaments libres. Ces filaments terminaux sont 
capables, propriété qu'ils partagent d'ailleurs avec les pseudopodes 
d'assez nombreux Rhizopodes, de mouvements de flexion, de même 



NÉMOIfll 4 



\ 



que de déplacements in toto clans le liquide. J'ai souvent vu des pseu- 
dopodes mesurant avec ces fines ramifications plus de cinq fois la 
longueur du corps. 

Le plasma est fortement vacuolisé, comme on le constate déjà 
aisément sur le limbe externe privé de zoochlorelles ainsi que sur les 
poussées plasmatiques qui donnent naissance aux pseudopodes; par 
l'écrasement on voit que tout le corps est rempli de ces vacuoles qui, 
en général, sont assez petites. A l'intérieur des pseudopodes, dans 
les parties un peu plus épaisses, on rencontre également des vacuoles, 
dans l'axe, mais les extrémités en sont dépourvues. 

Lorsque le Penardia a saisi une proie quelconque (cellule d'Algue 
en général) par un de ses pseudopodes, il y a d'abord afflux vers 
celle-ci d'une certaine quantité de plasma grossissant le pseudopode 
capteur qui est ensuite retiré lentement vers le corps. Les pseudo- 
podes s'anastomosent et se fusionnent peu à peu autour de l'orga- 
nisme capturé et lorsqu'il arrive près de la masse centrale il est déjà 
complètement englobé dans le plasma, renfermé dans une vacuole. 

La masse principale, le corps, du Foraminifère ne se meut pour 
ainsi dire pas, l'organisme ne sortant jamais du champ du micros- 
cope lorsqu'on l'étudié (immersion homogène). Par contre, les pseudo- 
podes sont sans cesse en état d'activité, se déplaçant, se modifiant 
sans cesse, bien que fort lentement. Ainsi, à un moment donné, 
l'organisme développe d'un côté un vaste réseau de pseudopodes qu'il 
rétracte peu à peu l'instant d'après, pour émettre de nouveaux pseu- 
dopodes dans une autre direction. On voit alors les granulations 
cesser de glisser dans le sens distal et revenir vers le corps; le plasma 
afflue dans l'axe des pseudopodes, entraînant les vacuoles, les rami- 
fications ultimes s'effacent peu à peu, laissant souvent derrière elles 
une sorte de réseau muqueux, dont je n'ai pu déterminer la nature 
exacte; le pseudopode se réduit peu à peu à son tronc principal qui 
est résorbé à son tour et revient au corps, englobant fréquemment 
des gouttelettes du liquide ambiant. Parfois j'ai vu crever a la sur- 
face des vacuoles qui peut-être représentaient simplement 
vacuoles rejetées par l'organisme; peut-être aussi étaient-ce de véri- 
tables vacuoles pulsatiles. 

Sur le vivant, il est impossible de distinguer quoi que ce soi! à 
l'intérieur du corps, à cause de l'abondance des zoochlorelles; aussi 
est-il naturellement impossible d'y apercevoir un noyau. Mais même 
par l'écrasement je n'ai pu constater son existence avec certitude; il 



16 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

est probablement représenté par plusieurs petits globules sphériques 
qu'on devinait dans le plasma ; en d'autres termes, il y aurait ici un 
noyau multiple, comme chez Biomyxa, par exemple. 

Parfois l'organisme s'étire considérablement, se subdivise presque 
en plusieurs masses simplement reliées entre elles par un réseau de 
pseudopodes et qui plus tard se fusionnent à nouveau en une masse 
unique. D'autres fois, elles se séparent complètement, chacune consti- 
tuant un individu nouveau. 

Les déchets sont simplement rejetés à la surface et abandonnés 
dans le liquide. 

Lorsqu'on prend du liquide renfermant l'organisme pour en faire 
une préparation, le Penardia se présente alors sous forme d'une 
sphère d'un vert assez foncé et sale, à limbe externe pâle cependant, 
sans aucun pseudopode, immobile ou passivement entraînée par le 
courant. Il présente donc fort nettement ce phénomène de rétraction 
en boule si commun chez les Amibes par exemple, lorsqu'elles ont été 
soumises à l'agitation accompagnant la prise de l'échantillon de 
liquide. Sous cette forme je le remarquai quelque temps sans recon- 
naître l'organisme, et ce ne fut que lorsque je trouvai un individu 
étalé que je pus enfin identifier ces sphères énigmatiques. Si donc 
on observe celles-ci longuement (souvent il faut plus d'une heure), on 
les voit finalement émettre un court pseudopode, bientôt retiré, puis 
un autre, retiré en général également, jusqu'à ce que l'un d'eux ait 
rencontré le substrat, représenté ici par le porte-objet ou le Deck- 
glass; dorénavant l'organisme est fixé et peu à peu, mais bien lente- 
ment, il s'étale sur le support qu'il a trouvé; on le voit s'aplatir 
graduellement et enfin les pseudopodes s'él aient de toutes parts, sur 
tout le pourtour, faisant une magnifique auréole autour de la masse 
centrale sombre. Une fois l'organisme étalé, il ne se laisse plus 
« effrayer » ; même par des chocs violents sur la lamelle, le détachant 
presque (il adhère fortement au support), on n'arrive pas à lui faire 
reprendre la forme sphérique. 

L'organisme ne paraît être aucunement influencé par l'action de 
la lumière vive du microscope. Par contre, il semble bien qu'il y ait 
une certaine réaction vis-à-vis du courant de la part des individus 
étalés : ils développent, en effet, davantage leur réseau de pseudo- 
podes du côté d'où vient le courant, retirant au contraire ceux du 
côté opposé. 



SUR L'IDENTITE ABSOLUE 



DE 



Nummulina pristinaM, et de milites variolarîus, ut 



ET 



SUR SON EXISTENCE DANS DES DÉPOTS TERTIAIRES NÉO-CALÉDONIENS 



PAR 

.1 . DEPHAT 



J'eus récemment à étudier, sur la demande de M. Piroutet, une 
série d'échantillons rapportés par lui de la Nouvelle-Calédonie et qu'il 
décrivit comme carbonileriens d'après la présence de Fusulines (?) et 
de Nummul. pristina, Brady I 1 ). En étudiant ces échantillons, je n'y 
trouvai aucune Fusuline, mais des Orthophragmina en abondance, 
des Operculines, des Lithothamnes, etc. Il y avait également diffé- 
rentes espèces de Nummulites toutes rapportées par M. Piroutet à 
N. pristina. L'ensemble de cette faune et surtout la présence des 
Orthophragmina devait naturellement faire conclure à l'Éocène. Je 
réussis, finalement, à faire partager cette opinion à M. Piroutet dans 
une note commune ( 2 ). 

Je ne m'occuperai ici que de la Nummulina pristina, Brad., sur 
laquelle il. Piroutet s'était primitivement basé en partie pour déter- 
miner le Carbonifère dans sa première note ( l ). 

La Nummulite en question se montre assez abondante dans les grès 
quartzeux de Popidéry, de la Ouenghi, du Pont des Français, où elle 



(•) M. Piroutet, « Note préliminaire sur la géologie d'une partie de la Nouvelle- 
Calédonie ». (Bulletin de la Société Géologique de France, sér. IV, t. III, p. 160.) 

.T. Deprat et M. Pir<htet, ■ Sur l'existence et la situation tectonique anor- 
male de dépôts éocènes en Nouvelle-Calédonie ». (Gomj te rendu de V Académie des 
Sciences, 16 janvier 1904. 

T. XL, 1905 1 

D*C 1905. 



4 8 SOCIÉTÉ HOYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

accompagne toujours avec d'autres Nummulites, du reste, une faune 
variée d'Ovthopliragmina. 

C'est une forme à mégalosphère, répondant rigoureusement à la 
description donnée jadis par Brady (*). L'aspect extérieur, visible sur 
quelques échantillons détachables de la roche aux points où elle est 
altérée (grès quarlzeux de Popidéry) est celui d'un petit disque bicon- 
vexe à bord arrondi, à symétrie bilatérale; les filets de la surface 
forment des lignes courbes réfléchies en arrière, saillantes, parfois 
bifurquées avant d'atteindre le bord du disque. L'ensemble est plutôt 
légèrement globuleux, l'épaisseur étant de 0.9 millimètre dans un 
individu dont le diamètre = 4.1 millimètres. Une section horizon- 
tale montre de trois tours de spire pour diamètre = 1.2 millimètre 
à quatre tours pour diamètre =- 2.1 millimètres. Tous les tours sont 
de largeur à peu près égale. Dans les échantillons à trois tours (le 
quatrième étant souvent brisé), on compte de quatorze à quinze loges 
dans le deuxième tour et de seize à dix-sept dans le troisième. La loge 
centrale, assez grande, varie de 0. 10 à 13 millimètre. Les cloisons 
des loges suivantes, dont la section est à peine plus haute que large, 
sont arquées légèrement. 

La section transversale montre des tours de spire recouvrants et un 
profil s'amincissant vers la carène arrondie. 

En comparant cette Nummulite avec les figures données par Brady, 
on voit immédiatement leur identité absolue. Seulement, si on la 
compare également à N. vaviolavius, Lamk., on trouve encore qu'elle 
présente tous les caractères de cette dernière forme. 

J'ai observé aussi, quoiqu'en nombre beaucoup plus restreint, des 
individus d'une forme exactement semblable en tout à la précédente, 
mais à microsphère et qu'il faut rapporter à ZV. Hebevti, d'Arch. 

Il y a donc identité absolue entre la forme mégalosphérique néo- 
calédonienne, N. vaviolarius, Lamk., et N. pvistina, Brady; de plus, 
à cette forme mégalosphérique qui représente la forme A, correspond, 
nous venons de le voir, une forme B microsphérique, N. Hebevti, 
d'Arch. Nous sommes donc en présence d'un groupe actuellement 
bien défini, celui de N. vaviolavius-Hebevti. 

L'identité absolue de notre Nummulite avec ce groupe étant établie, 
examinons si elle peut former réellement, malgré qu'elle en présente 



(*) H. B. Brady, « On a true carboniferous Nummulite ». (Annals and Magazine 
of Natural History, sér. IV, vol. 13, 1874, p. 220-230 avec planche.) 



MÉMOIRES. 19 

tous les caractères, une espèce différente de N. pristina, Brady, et 
appartenir à une époque différente, ou bien si les deux formes ne sont 
qu'une seule et même espèce appartenant soit au Carbonifère, soit à 
l'Éocène. 

En premier lieu, la forme néo-calédonienne est accompagnée d'une 
série d'autres Nummulites dans lesquelles j'ai pu reconnaître une série 
de formes nettement identiques à celles qui ont été décrites dans les 
dépôts éocènes de Java (dans des formations de faciès étonnamment sem- 
blables à celles de PEocène néo-calédonien) (*), notamment N. Bague- 
Icnsis, Verb., N. Nanggoelanï, Verb., N. Dogjakartœ, Verb. (rare), 
iV. striatus, d'Orb. Ces formes sont accompagnées d'Orthophragmina, 
que je compte décrire prochainement, d'Operculines, de nombreux 
microorganismes moins caractéristiques et de Lithothamnes (Lit h. 
nummuliticum, Gùmb., en particulier est abondamment représenté), 
il est donc absolument impossible de considérer la forme qui nous 
occupe comme appartenant à une autre période que l'Éocène. 

Nous pouvons donc considérer comme un fait acquis que notre 
Nummulite est bien N. variolarius, Lamk., avec sa forme micro- 
sphérique N. Heberti, d'Arch., ce qui non seulement suffirait déjà 
pour indiquer un niveau éocène, mais qu'elle est elle-même accom- 
pagnée de formes telles que les Orthophragmina, dont on ne peut con- 
tester l'âge éocène. D'autre part, nous avons vu qu'elle est identique 
à N. pristina, décrite par Brady comme une forme du Carbonifère. 
Or, si nous consultons le travail de Brady ( 2 ) (traduit par M. Van 
den Broeck), nous y lisons le passage suivant : « Parmi les figures 
de la monographie de d'Archiac et H ai me ( 3 ), celles qui offrent le plus 



( 4 ) Verbeek, Top. en geol. beschrijving van een gedeelte van Sumatra' s West- 
hust. (Batavia, 1883, p. 664 et 665, Communications sur les Nummulites de .lava.; 

— Idem, « Voorloopig bericht over Nummulieten, Orbitoïden en Alveolinen van 
Java ». [Naiuurh. Tijdschr. v. Ned. Indië, LI, 1891 , p. 93-100.) — Idem, Die Tertiâr- 
formation von Sumatra. (Pakuontogr. supplément III. Theil I, 1880, p. 23 ; Theil II, 
1883, p. 9. y — Idem, Jaarboek v. h. Mijnwesen, 1881, II, p. 39, et 1883, I, p. 18. 

— Vbkbbbk et Fennema, Description géologique de Java et Madoera; Am> 
dam, 1896. — Martin, Beitrâge zur Géologie Ost-Asiens, etc. (Band III, p. 110, 
1884-87.) — Sammlungen des geologisvhru Reickmuseums len, 

( 2 ; Brady, « On a true carboniferous Nummulite ». (Atinaïs and Magazine of 
Natural History, sér. IV, vol. 13, 1874, p. 220-230, ave planche.) (Traduction de 
M. E. Van den Broeck. Bruxelles, 1874.) 

(*) D'Archiac et Haime, Description des animaux fossiles du /// \ 

litique de l'Inde, p. 146, pi. IX. 



20 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

d'affinités avec la nouvelle Nummulina pristina sont celles de la 
N. variolaria, qui représente une Nummulite remarquablement simi- 
laire dans ses caractères extérieurs et son cloisonnement... » Nous 
voyons que Brady avait déjà vu en quelque sorte l'identité étroite des 
deux espèces, tout en croyant qu'elles appartenaient à deux niveaux 
très différents. 

Or, si maintenant nous nous reportons à une note de M. Van den 
Broeck (*) intitulée : La « Nummulina pristina » du Calcaire carboni- 
fère belge nous y voyons que ce fossile ne fut indiqué comme appar- 
tenant au Carbonifère que par suite d'une erreur due à un mélange 
d'espèces et que l'on ne peut aucunement le considérer comme appar- 
tenant à une période si ancienne; de plus, M. Van den Broeck recon- 
naît également qu'il est singulièrement difficile à distinguer de 
N. variolarius Nos propres études nous permettent de confirmer ces 
conclusions de point en point. 

Ainsi donc, on peut considérer actuellement l'existence de Nummu- 
lites carbonifères comme ne reposant sur aucune base. On sait que 
d'autres Nummulites furent signalées également au mène niveau par 
Rouillier ( 2 ) sous le nom de Nummulites antiquior et par d'Eich- 
wald ( 3 ) sous celui d'Orobias antiquior, dans le calcaire carbonifère 
de Miatschow; mais Reuss ( 4 ) démontra plus tard que ces fossiles, 
tout en appartenant bien au Carbonifère, n'étaient pas des Nummu- 
lites; Gùmbel ( 5 ) se montra également sceptique sur l'attribution de 
ces formes aux Nummulites, par suite de l'absence de détails sur 
leur structure microscopique. Brady également ( 6 j. 

Gùmbel lui-même décrivit une Nummulite dans la zone à A. tenui- 
lobatus de Schaflohe. Buvignier indiqua, sous le nom de Nummulites 
Humbertana ( 7 ), un Foraminifère du Jurassique supérieur, avec cette 



(*) Van den Broeck, « La Nummulina pristina du Calcaire carbonifère belge. 
Petites notes rhizopodiques ». [Bull. Soc. royale Malacol. de Belgique, t. XXXIII, 
1898.) 

( 2 ) Rouillier et Vosinsry, «• Etudes progressives sur la géologie de Moscou ». 
(Bull. Soc. Imp. des Natterai, de Moscou, vol. XXII, p. 337, 1849.) 

( 3 ) d'Eichwald, Lethœa Rossica, 1885-1861, vol. I, p. 352, pi. 22, fig. 16. 

(*) Reuss, « Entwurf einer systematischen Zusammenstellung der Foraminiferen». 
(Site. K K. Akad. der Wissen., vol. XLIV, p. 371. Wien, 1861.) 

( 5 ) Gùmbel, « Ueber zwei jurassische Yorlaiifer des Foraminiferen-Geschlechtes 
Nummulina und Orbitolites ». (Neues Jahrbuch fur Min., 1872, p. 241, tfln. 7 u. 8.) 

( 6 ) Brady, « On a true carboniferous Nummulite », op. cit. 

( 7 ) Buvignier, Stat.géol. du départ, de la Meuse, 1852, p. 47, pi. 30, fig. 32-35. 



MÉMOIRES. 21 

indication de niveau un peu vague : « De Ja marne à Astartes avec 
Exogijra virgula. » Gûmbel (op. cit.) en fit justice. 

Fraas (*) signala des Nummulites crétacées en Palestine. L'une de 
ces formes, Nummulites variolaria, var. prima, fut reconnue par 
Gûmbel comme tertiaire; la seconde, N. arbiensis, Conrad, subit le 
même sort; quant à la troisième, IV. cretacea, Fraas, qui accompa- 
gnait les précédentes, Gûmbel la reconnut pour une Al veolina. 

Zeusclmer (*) signala aussi des Nummulites dans un dépôt néo- 
comien des Carpathes, mais ses preuves ne purent être considérées 
comme concluantes. 

Enlin, Brady (op. cit.) décrivit /V. pristina du Carbonifère des 
environs de Namur, d'après des échantillons envoyés par M. Van den 
Broeck, qui, avec une loyauté qu'on ne saurait trop reconnaître, a 
fait récemment justice de l'erreur de Brady, à laquelle il avait invo- 
lontairement contribué par suite de circonstances dont la responsa- 
bilité ne peut être attribuée à personne p). 

Nous espérons nous-même avoir pu contribuer à détruire entière- 
ment cette erreur ( 4 ). 

Il paraît donc acquis, du moins jusqu'à présent, que Carpenter 
avait bien vu juste lorsqu'il dit : « Il n'y a pas en paléontologie de 
fait plus frappant que le développement soudain et énorme du type 
nummulitique au commencement de la période tertiaire et sa non 
moins soudaine disparition tendant à une extinction complète. » 
Peut-être faudrait-il y apporter une légère restriction en disant 
qu'évidemment il a pu y avoir quelques rares Nummulites vers la fin 
du Crétacé; mais admettre l'existence d'un groupe dans des temps 
aussi éloignés que les temps carbonifères, sa disparition et sa réappa- 
rition avec les temps tertiaires, c'est-à-dire au bout d'un laps de 
temps tellement éloigné, était bien en contradiction avec ce que nous 
pouvons connaître des lois de l'évolution des espèces. Ce serait le cas 



1 Fraas, (îeol. Beobacht. ara Nil, auf der Sinaï-1 telundin . 1>67, 

r. I, s. 82-84, fig. 8. 

Zbus< h\kr, Verhandl. Russ-Kaiserl. min. Gesellschafl. Saint-Pétersboi 
Jahr. 1847, p. 105. 

Van deh Broeck, ■ Lu Nummulina pristina du Calcaire carbonii 

(*) Nous devons exprimer ici qof remerci à M. E. Van den Broeck qui a 

bien voulu, avec la plus grande amabilité, nous communiqai : dos 

documents qui nous ont grandement aidé dans l'élaboration de cette note. 






22 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALÀCOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

d'appliquer ici le vieil adage, en lui prêtant un sens un peu différent : 
« Natura non facil saltum », et certes, ici, le saut eût été considé- 
rable, puisqu'on a reconnu comme ne reposant sur aucune base 
l'existence de Nummulites dans les temps secondaires. 

Nous conclurons en considérant la Nummulina pristina, Brady, 
comme la forme mégalosphérique de N. variolarius-Eeberti. Or, une 
espèce aussi connue que N. variolarius suffit pour indiquer nettement 
l'Éocène, surtout accompagnée ft Orthophragmina et d'autres formes 
typiques. Il en résulte que la notion du Carbonifère en Nouvelle- 
Calédonie, basée sur la présence de Fusulines, qui sont des Ortho- 
phragmina, et de N. pristina, qui n'est autre que N. variolarius, 
doit être considérée comme nulle et non avenue et faire place à la 
notion incontestable de l'Éocène. 



LES 



PTÉROPODES 



DES 



TERRAINS TERTIAIRES ET QUATERNAIRES D'ITALIE 



Le D r Raffaello BELLINI 



>>«< 



La classe des Pléropodes, qui renferme des types biologiques d'un 
haut intérêt, occupe aussi une place considérable dans le champ de 
la géologie chronologique, car de vastes formations sont caractérisées 
par la prédominance ou par l'existence exclusive des restes de ces 
organismes pélagiques. 

Le but de la présente contribution est de coordonner en une syn- 
thèse rapide les connaissances actuelles sur les Ptéropodes tertiaires 
et quaternaires italiens, en donnant rénumération des espèces, leur 
synonymie et leur distribution dans le temps. Ce travail n'est pas 
certainement complet, mais il est, peut-être, moins imparfait qu'il ne 
pourrait le paraître à première vue ; depuis longtemps, en effet, je me 
suis occupé de recueillir les observations et de réunir la bibliogra- 
phie sur cet intéressant objet. J'ai eu l'occasion de consulter maintes 
collections publiques et privées et de faire de nombreuses excursions 
aux gîtes fossilifères, spécialement à ceux des collines de Turin, où 
j'ai eu le bonheur de découvrir des dépôts nouveaux. Pour les 
espèces peu nombreuses des environs de Naples, j'ai profité de mes 
études antérieures sur la faune néogénique de cette localité et les 
travaux classiques de Seguenza, Ponzi, Bellardi, Michelotti, etc., 
m'ont permis d'établir les comparaisons entre les faunes fossiles des 
diverses régions. 

Les terrains tertiaires et quaternaires d'Italie sont riches en espèces 



24 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

et en individus, mais les gîtes remarquables sous le rapport de l'abon- 
dance des fossiles y sont restreints. Les formations miocènes des 
collines de Turin et les marnes du Langhien de Serravalle Scrivia, 
illustrées par Bellardi, Sismonda, Michelotti et Sacco ; les dépôts 
astiens des collines d'Asti, des environs de Reggio en Calabre et de 
Messine, ces derniers décrits par Seguenza, et ceux décrits par Bel- 
lardi et Sacco ; les sables du même âge de Monte Mario et les marnes 
tortoniennes du Monte Vaticano, étudiées principalement par Ponzi, 
sont les gîtes les plus connus par leur richesse relative en Ptéropodes ; 
à la suite de ces localités on peut en citer d'autres encore, soit du con- 
tinent, soit des îles, où les restes des susdits Mollusques se retrouvent 
dans les terrains miocènes. 

Ajoutons que de récentes découvertes ont montré qu'il existe aussi 
en Italie des formations à Ptéropodes dans le Tertiaire le plus ancien. 
M. Lotti, en effet, remarqua des restes de ces Mollusques dans le 
macigno éocène de l'Apennin septentrional et Sacco dans les marnes 
friables bartoniennes de l'Apennin émilien [ l ). 

Le cycle distributif des Ptéropodes dans les diverses périodes de 
l'histoire de la Terre peut être graphiquement représenté par le 
chiffre 8, en observant qu'aux deux parties dilatées d'une telle ligne 
courbe correspondent les faunes du Paléozoïque et du Cénozoïque, 
abondantes en espèces et en individus, alors que la partie rétrécie 
interposée représente la faune du Mé^ozoïque, ère pendant laquelle 
les Ptéropodes ont vécu en nombre très limité. 

L'abondance des formes est remarquable dans le Silurien. C'est là 
que se rencontrent quelques-uns des vrais géants de la classe (Conu- 
laria), ainsi que dans les autres périodes du Paléozoïque, comme 
conséquence de la large extension des mers dans ces temps anciens 
de notre planète. Dans le Mésozoïque, au contraire, on ne trouve que 
très peu d'espèces; cela à cause de la prédominance des Ammonites, 
organismes eux-mêmes pélagiques et concurrents ; mais lorsque ce 
groupe de Céphalopodes disparut de la vie et que commença l'âge 
tertiaire, les Ptéropodes réapparurent en grand nombre pour 
atteindre leur apogée dans le Miocène. Actuellement, le nombre des 
espèces est peu considérable, mais celui des individus est immense. 

Dans la série stratigraphique, les Ptéropodes présentent une grande 



(*) Sacco (F.), L'Appennitw SettentrionaJe; part IV '. (Boll. Soc. Geol. Ital.: 
XVIII, 1899, p. 366.) 



MÉMOIRES. 2o 

persistance et spécifiquement ils n'ont pas une large distribution ; 
ajoutons que les sédiments à Ptéropodes se sont déposés dans toutes 
les périodes du Tertiaire et qu'il en résulte que ces organismes sont 
de peu d'assistance pour la géologie chronologique. 

Leur aire zoologique est très développée ; les mêmes espèces se 
rencontrent dans les endroits les plus distants de l'Atlantique et du 
Pacifique. Il en a été probablement de môme durant les autres 
périodes terrestres; c'est ainsi que dans l'Éocène de l'Australie, on 
retrouve des formes très alliées à celles du Tertiaire d'Europe ( ] ). 

Les Ptéropodes habitent en grand nombre la zone comprise entre 
les dépôts littoraux et ceux à Globigérines, à une profondeur de 
1,200 mètres au plus, et leurs dépouilles contribuent à former les 
boues à Ptéropodes bien connues, qui ont été recueillies aussi à de 
plus petites profondeurs ( 2 ). Murray ( 3 ) fait remarquer combien les 
Ptéropodes sont abondants en dépôts peu profonds dans le voisinage 
des terres tropicales, des récifs coralliens et des îles océaniques. C'est 
ainsi que s'explique, suivant De Alessandri ( 4 ), la présence des 
Ptéropodes dans les calcaires et les marnes de l'Aquitanien. 

Philogéniquement, ces organismes doivent être considérés comme 
dérivés des Gastéropodes opisthobranches et pulmonés; mais la dif- 
férenciation remonte aux premiers temps de la vie, puisque dans le 
plus ancien des terrains paléozoïques des restes ont été retrouvés. 
Souleyet admet que le genre Spirialis est le trait d'union entre les 
deux classes, considérées par quelques auteurs comme les subdivi- 
sions d'une seule. 

Dans ce travail, sont citées cinquante espèces de Ptéropodes ter- 
tiaires et quaternaires italiens, réparties entre treize genres et deux 
familles; onze vivent encore dans la Méditerranée et trente-neuf sont 
éteintes. 



(*) Tate(R.-A.), Review of the older tert. Mollusca of Australia. (Trans. Roy. 
Soc. of South Australia, vol. XXIII, part 2, p. 260. 

( 2 ) Fischer (P.), Diagnoses des espèces nouvelles de Mollusques recueillies dans 
le cours des explor. du Travailleur. (Journ. Conoh., XXX, 1881.) — Pslsbnbbr, 
Report on the Ptcropoda collectcd by H. M. S. Challenger. (Rbp. on THE SoiBNT. 
Res. of H. M. S. Challenger a- Zoologt, vol. XXIII, 1888 

( 5 Murray. Rep. on deep Sea-Dcj). band on the Specim. collectcd during the 
voyage of the Challenger. (Bull. Soc. Belgb de Géoi.., VII, 189 

(*) De Alessandri (G.), Appunti di Geologia e di Paleontologia sui dintomi 
d'Acqui. (Atti Soc. It. Se. Nat., XXXIX: Milan, 1901.) 



26 



SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



Dans la série suivante des étages du Cénozoïque et du Néozoïque 
sont marqués du signe * ceux dans lesquels ont été jusqu'à présent 
recueillis en Italie des restes de Ptéropodes. 



Néozoïque 



I 



Actuel. 
Postpliocène 



Cénozoïque. 



Z 

•a 
o 
c 
•w 

z 



-a 
(S 
O 

•H 



Saharien, Mayer, 1865. 

Sicilien, Dod., 1870. 

Astien, De Rouv., 1853. 

Pliocène { Plaisancien, Mayer, 1857. 

Messinien, Mayer, 1857. 

Tortonien. Mayer, 1857. 

HeJvétien, Mayer, 1857. 

Langhien, Pareto, 1865. 

Aquitanien, Mayer, 1857. 

Rupelien, Dum., 1849. 

Tongrien, Dum., 1849. 

\ Parisien, d'Orb., 1852 («). 

Eocène { ^ .,_ , lr , PO 

| Suessomen, dOrb., ïooz. 



Miocène. 



Oligocène. 



(*) L'existence des Ptéropodes dans l'étage parisien, en Italie, est démontrée dans 
les mémoires précités de Sacco et Lotti. On doit observer que la faune parisienne de 
l'Apennin de Romagne où Sacco cite des Ptéropodes, est très alliée avec celle du 
Miocène et les fossiles ne sont pas spécifiquement déterminables. Pour ce motif, et 
également à cause du rapport chronologique douteux, nous ne citerons pas les 
espèces qu'on dit exister dans l'étage parisien. 



MÉMOIRES. 27 



Ouvrages ou mémoires consultés pour le présent travail 
et dans lesquels sont décrits ou cités des Ptéropodes fossiles italiens. 

Les chiffres romains placés devant les noms des ouvrages correspondent aux mômes chiffres placés 
à la suite des noms des auteurs dans la synonymie et les citations des espèces. 



I. Bivona (A.). — Dans Effemeridi scient, e îett.per la Sicilia. Païenne, 1832. 

II. Philippi (R.-A.). — Enumeratio molluscorum Siciliœ, vol. I. Berlin, 1836. 

III. Calcara (P.). — Mem. sopra alcune conch. fossili dWltavilla Pa- 
ïenne, 1841. 

IV; Bronn. (H.). — Italien tertiàr-Gebilde. Heidelberg, 1841. 
V. Benoit (L.). — Ricerche malacologiche. Messine, 1843. 
VI. Philippi (R.-A.). — Enumeratio molluscorum Siciliœ. Halix Saxo- 
num, 1844. 

VII. Calandrelli (A.). — Scop. di due nuove conch. fossili-Album del 1844. 

Rome. 
VIII. Sismonda (A.). — Synopsis methodica anim . invert., 2 e édition. Turin, 1847 
(la première date de 1842). 
IX. Aradas (A.). — Descr. conch. fossili di Gravdtelli presso Messina. (Atti 

Ace. Gioenia, vol IV, série IL Catane, 1847.) 
X. Michelotti (G.j. — Description des fossiles miocènes de l'Italie septen- 
trionale. (Natdurk. Verhandl. v. de Hollandsche Maatschappjj der 
Wetenschappen te Haarlem, 3 e deel, 2 e stuk. Haarlem, 1847.) 

XI. De Rayneval (M.). — Coquilles fossiles de Monte Mario. Paris, 1854-76. 

XII. Michelotti (G.j. — Études sur le Miocène inférieur de V Italie septen- 
trionale. Haarlem, 1861. 

XIII. Seguenza (G.). — Notizie interno alla cost. geol. terreni terz. Messina. 

Messine, 1862. 

XIV. Foresti (L.). — Catal. Moll. foss. pliocenici délie coll. bolognesi. Bo- 

logne, 1868-74. 
XV. Seguenza (G.j. — Paleontologia malacologica dei terreni terz. del distr-tt^ 
di Messina (Pterop. ed EteropJ. (Mem. Soc. It. Se. Nat. Milan, 1867.) 
XVI. Bellardi (L.). — I molluschi dei terreni terziari del Piemonte e délia 

Liguria t I. Turin, 1872. 
XVII. Ponzi (G.). — / fossili del bacino di Roma e la fauna vaticana. Atti R 
Accad. dei Lincei. Rome, 187 

XVIII. Ponzi (G.). — Cronaca subappennina. (Atti XI Congresso Scienz. Ital. 
in Roma. 1873.) 

XIX. Ponzi (G.). — / fossili del monte Vaticano. (Atti R. Accad. Lp 
sér II. Rome. 1876.) 



28 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

XX. Foresti (L.). — Le marne di S. Luca e di Pademo ed i loro fossili. (Rend. 

R. ACCAD. DELLE SciENZE DI BOLOGNA, 1879.) 

XXI. Seguenza (L.). — Le formazioni terziarie délia provincia di Reggio (Cala- 

bria). (Atti R. Accad. dei Lincei, sér. III, vol. VI. Rome, 1880.) 
XXII. Tiberi(N.). — Ccfalopodi ed Pteropodi viventi nel mediterroneo ef ossili 
nel terr. terz. italiano. (Boll. Soc. Malac. It., VI. Modène, 1880.) 

XXIII. Sacco (F.). — Catalogo paleontologico delbacino terziario del Piemonte. 

(Boll. Soc. Geol. Ital., IX. Rome, 1889.) 

XXIV. Simonelli (V.). — La fauna de 1 cosiddetto « schlier » nel Bolognese e 

nelV Anconitano. (Mem. Soc. Tosc. Se. Nat. Pise, 1891.) 
XXV. Simonelli (V.). — Sopra un nuovo Pteropodo del Miocène di Malta. (Boll. 

Soc. Geol. Ital., XIV. Rome, 1895.) 
XXVI. Simonelli (V.). — Sopra due nuovi Pterepodi délie argille di Sivizzano 

nel Parmense. (Boll. Soc. Geol. Ital., XV. Rome, 1896.) 

XXVII. Audenino (L.). — i" Pteropodi miocenicidel Monte dei Capuccini in Torino. 
(Boll. Soc. Malacol. Ital., XX. Modène, 1897.) 

XXVIII. Bortolotti (F.j. — Contribuzione alla conoscenza dei fossili del Miocène 
medio del Bolognese. (Riv. Ital. di Paleont., IV, 3. Bologne, 1898. 

XXIX. Vinassa de Regny (P.-E.). — Sopra un nuovo Pteropodo miocenico del 
Bolognese. (Riv. It. di Paleont., IV, 3. Bologne, 1898.) 

XXX. Bellini (R. ». — Due nuovi Molluschi fossili delC isola d'Ischia e revisione 
délie specie, etc. (Boll. Soc. Zool. Ital., I. Rome, 1900.) 

XXXI. Verri (A.) e De Angelis (G.). — II Contributo allô studio del Miocène 
nelV Umbria. (Boll. Soc. Geol. Ital., XIX. Rome, 1900.) 
XXXII. Bellini (R.). — Notizie sulle formazioni fossilifère délia regione vulca- 
nica napoletana e malacofauna del Monte Somma. (Boll. Soc. Nat. 
Xapoli. Xaples, 1903.) 

XXXIII. Sacco (F.). — I Moll. terz. del Piemonte e délia Liguria, parte XXX. 

Turin, 1904. 

XXXIV. Verri (A.) e De Angelis (G.). — III Contributo allô studio del Miocène 

neir Umbria. (Boll. Soc. Geol. Ital. Rome, 1901.) 



MÉMOIRES, 



29 



CLASSE DES PTÉROPODES 



OKDRE DES THECOSOMATA. 



Famille I : Limajinidae 



Limacina, Cuvier, 1817 (Spiratella, Blainv., 1824). 



Limacina Formae, Audenino, XXVII, p. 98, t. V, fig. 1. — Sacco, XXXIII, p. 12 

Spire plus longue que dans L. triacan- 
tha, Forbes, et différente aussi de L. an- 
tarctica, Woodw., par l'expansion péri- 
stomatique. 

Helvétien. — Marne du Monte Cappu- 
ccini à Turin (Audenino). 

? Langhien. — Existe peut-être dans les 
Langues sous le nom de Spinal is atlcuita, 
Roen. (Trabucco, Sulla vera posiz*. ciel Calcare d'Acqui, 1891, 
p. 10). 




Fig. 9-10. ({) 



L. helicina, Rang. — Ponzi. XIX, p 24 

Tortonien. — Marne du Monte Vaticano (Ponzi). 

Valvatella, Morch, 1874. 

Le lype du genre (V. atlanta, Môrch) a été recueilli dans le 
Miocène inférieur du Danemark. 



Valvatella bellerophina, Seg. sp. [Embolus), XXI. p. 277; pi. XVI. fig. 34. 

Très mince, fragile, avec des stries spirales; péristome simple et 
ouverture semi-lunaire. 

Astien. — Gallina près Reggio en Calabre(Seguenza). 



30 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Protomedea, Costa, 1861 {Embolus, Jeffreys, 1869). 

Protomedea rostralis, Soûl. sp. (Spirialis), Revue zoolog ., 1840. p. 236. — 
Seguenza. XXI, pp. 277, 221, 357. — Tiberi, XXII, p. 39. 

Saharien de Reggio en Calabre (Seguenza). 
Sicilien de la même localité (Seguenza) et de Palerme (Montero- 
sato, Tiben). 

Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

Plaisancien du Modenais (Coppi). 

Vivant dans la Méditerranée et sur les côtes atlantiques de l'Europe. 

Spirialis, Eyd. et Soûl., 1840 (Scœa, Phil., 1844; 
Ueterofusus, Flem., 182o). 

Les Spirialis existent depuis FEocène. Deshayes y rapporte des 
petites formes de FEocène parisien, décrites premièrement comme des 
AmpulJaria (S. pygmœa, Desh.). Seguenzr cite deux formes du 
Pliocène. de Sicile, dont une décrite déjà en 1844 par Philippi sous 
le nom de Scœa stenogyra. Gabb (Trans. Am. Philos. Soc., 1873, 
XV, p. 201) a établi le genre Planorbella pour des petites coquilles 
vitreuses du Miocène de Saint-Domingue. 

Spirialis retroversus, Flem. sp. [Fïisus , Mbm. Whrn. Soc, IV, p. 490, pi. XV, 
fig. 2. — Philippi, VI, p. 164, pi. XXV, fig. 20 (Scœa stenogyra). — Seguenza, 
XIII, p. 30 (S. stenogyra). — Ponzi, XIX, p. 24 [Limacina stenogyra) . — Tiberi, 
XXII, p. 38. — Seguenza, XXI, pp. 221 et 357. 

Saharien et Sicilien de Calabre (Seguenza et Philippi). 
Astien de Calabre (Seguenza). 
Tortonien du Monte Vaticano (Ponzi). 
Vivant dans la Méditerranée et sur les côtes atlantiques 
ng. h. (- 6 ) du nord de l'Afrique. 

S. globulosa, Seg., XV, p. 14, fig. 12; XXI. p. 277. — Tiberi, XXII, p. 39. 

Spire peu élevée, formée de six tours séparés par de profondes 
sutures; le dernier tour renflé. Long., 1.3 millimètre; larg., 
1.2 millimètre. 

Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

Messinien de Messine (Seguenza). 




MÉMOIRES. 31 



S. diversa, Monteros. — Seguenza, XXI, pp. 277 et 357. 

Spire courte; sulures dentelées. 

Sicilien et Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 



Famille II : Cavoliniidse. 



Cavolinia. (Giœni, 1783;, Abildg., 1791 [Hyalœa, Lam , 1799). 

Cavolinia tridentata, Forsk. sp. (Anomia). — Fauna arabica, 1775, p. 124. 

— Ph_..ppi, II, p. 101 (Hyalœa). — VI, p. 71 [Hyalœa). — Ponzi, XVII, p. 23. 

— Tiberi, XXII, p. 29. — Seguenza; XXI, p. 276. — Bellini. XXX, p. 6. 

C'est la plus commune de toutes les Cavolinia. 

Saharien de Ischia et Pozzuoli (Philippi, Scacchi, Bellini). 

Sicilien de Palerme (Philippi). 

Astien de Monte Mario (Ponzi), Reggio en Calabre et Messine 
(Seguenza). 

Plaisancien des environs de Modène (Coppi) et de Plaisance (Can- 
traine). 

Tortoniln du Monte Vaticano (Ponzi). 

Vivant dans la Méditerranée. 

C inflexa, Les. sp. {Hyalœa), Bull. Soc. Phil., 1813, p. 285, pi. V, fig. 4. — 
Philippi, II, p. 101, pi. VI, fig. 18 [H. uncinata)\ — VI, p. 71. (H. vaginella). 

— Ponzi, XIX, p. 23. pi. III, fig. 4 (Diacria trispinosa). — Tiberi. XXII, p. 30. 

— Seguenza, XXI, p. 276 [Hyalœa). 

Petite espèce allongée avec trois côtes convergentes 
supérieurement. 

Sicilien de Palerme (Brugnone et Monterosato). 

Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

-ToRTONiEN du Monte Vaticano (Ponzi). 

Vit dans la Méditerranée et dans l'Atlantique (Maroc, 
Canaries). 




32 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQLE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

C. peraffinis, Seg. sp. (Hyalœd). — XV, p. 6, fig. 5; XXI, p. 276. — Tiberi r 
XXII, p. 31. 

Plus allongée et étroite que la C. tritendata ; côtes saillantes. 
Astien de Messine et Reggio en Calabre. 
Messinien de Messine (Seguenza). 

C. inflata, Seg. sp. {Hyalœa). — XV, p. 7, fig. 6 — Tiberi, XXII, p. 31. 

Se distingue par la grande convexité de la région dorsale. 
Messinien des environs de Messine (Seguenza). 

C. calatabiensis, Seg. sp. {Hyalœa). — XXI, p. 276. 

Espèce petite et distincte, très allongée, tricostée, avec ouverture 
étroite. 

Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

C. quadridentata, Les. sp. [Hyalœa). — Seguenza. XXI. p. 357. 

Espèce postérieurement tronquée et avec quatre dentelures au bord. 
Seguenza identifie ce fossile de Calabre avec l'analogue vivant aux 
Indes occidentales. 

Saharien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

C. Scillae, Seg. sp. [Hyalœa). — XXI. p. 357. 

Globeuse, renflée du cô!é ventral et convexe dorsulemenl. 
Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

C. revoluta, Bellardi, sp. {Hyalœa). —XVI. p '27. pi. III. fig. 8. — Tiberi. XXII. 
p. 31. -- Sacco. XXXIII, p. 12 

Oreillettes de la coquille révolues vers le 
côté dorsal et côtes longitudinales peu éle- 
vées. 

Helvétien des collines de Turin (Bellardi, 
Rovasenda). 

C. interrupta, Bonelli, sp. — Bellardi, XVI, p. 26, 
pi. III, fig.' 7. — Tiberi, XXII, p. 31. — Sacco, 
XXXIII, p. 13. 



Helvétien des collines de Turin (Bonelli, 
Sismonda, Michelotti, Bellardi). 





Fig. 16-17. (:) 



MÉMOIRES. 



33 



C. aurita, Bonclli, sp. (Ui/alœa). — Bellardi, XVI, p 26, pi. III. 
fig. 6 — Tibcri, XXII. p. 30. — Sacco. XXXIII. p. 13. 

Helyétien des collines de Turin (Bonclli, Sismonda, 
Rovasenda). 




Pig. 18. (?) 




C. gypsorum, Bellardi, sp. [Hyaïœa). — XVI, p. 30, pi. III. 
fig. 5. — Tiberi, XXII, p. 30. — Sacco, XXXIII. p. 12. 

Mhssinien. — Très rare dans la marne messinienne 
de Guarene d'Alba en Piémont (Bellardi). 



C. grandis, Bellardi, sp. (Hyalœa). — XVI, p. 25, pi. III, 
fig. 4. — Tiberi, XXII, p. 30. — Sacco, XXXIII, p. 12. 

Plaisancien. — Très rare près Chieri dans les 
collines de Turin (Bellardi). 

Fig. 20. fi] 
C. Cookei, Simonelli, XXV, p. 19, con fig. — Verri et De Angelis, XXXI, p. 272. 

Alliée de la Gamopleura taurinensis, Sism. sp., mais ornée d'un 
fort crochet terminal, de côtes radiantes et de plis transversaux à la 
surface. 

Langhien des environs de Pérouse (Verri et De Angelis). 

AouiTAMEN'du rocher de Kola a Gozzo, dans l'île de Malte (Simonelli). 




C. Rattonei, Simonelli, XXVI, p. 189, fig. 2. 

Espèce alliée aux C. tridentata , peraffïnis , gypsorum. Elle diffère 
de la première par la pointe terminale plus longue et courbée, par la 
face ventrale moins renflée et par deux stries transversales sur les 
côtés latéraux; de la seconde, parce qu'elle est moins enflée, par les 
susdits plis et par la pointe terminale plus courte et relevée; de la 
troisième, par la différence de la sculpture et par la face dorsale plus 
allongée et la pointe terminale flabelliforme. 

Langhien de la colline Termina di Torre, près de Sivizzano (Simo- 
nelli). 



T. XL, 1905 



Janvier 1906. 



34 



SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE, 



C. Audeninoi, Vinassa de Regny, XXIX, pp. 85 et 8ô. — Audenino. XXVII, 
p. 101, pi. V, fig. 2 (C. cfr. bisulcata, Kittl). — Verri et De Angelis. XXXI. 
p. 272 (id.). -- XXXIV, p. 18. — Sacco, XXXIII, p. 13. 

Àudenino ayant rapporté la présente 
espèce à Hyahea bisulcata, Kittl, Vi- 
nassa les considéra comme complètement 
distinctes, proposant pour celle de Turin 
le nom spécifique d' Audeninoi; elle 
diffère de la bisulcata par les trois 
côtes de la valve dorsale plus courtes et élargies, par la forme du 
bord inférieur et par les expansions latérales. 

Helvétien du Monte dei Cappuccini, près de Turin (Audenino). 
Langhien des environs de Pérouse et Gittà di Castello (Pantanelli, 
Verri et De An ce lis). 





Fig. 21-22. (?) 



C. Audeninoi var. Bononiensis, Vinassa, XXIX, pp. 85 et 86. 

Valve supérieure moins lobée et la dorsale avec deux stries recti- 
1 ignés vers le bord externe ; expansions latérales plus courtes et stries 
concentriques plus nombreuses/ 

Helvétien du Monte délia Guardia, près de Bologne (Vinassa). 

Gamopleura, Bellardi, 1871. 

Coquille avec fentes latérales complètement soudées; pointes posté- 
rieures petites et la moyenne courbe. 

Gamopleura taurinensis, E. Sism. sp. [Hya- 
lœa). — VIII, p. 57, fig. 13 et 14. — Michelotti, 
X. p. 148, pi. V, fig. 14 et 15 [Hyalœa). — Bel- 
lardi, XVI, p. 28, pi. III, fig. 9. — Tiberi, XXII. 
p. 32. 

Helvétien des collines de Turin (Bo- 
nelli, Sismonda, Michelotti, Bellardi). ig.23-24. f 

Diacria, Cray, 1840. 

Les Diacria diffèrent des Cavolinïa par l'extrémité postérieure ver- 
ticale, longue et non courbée, limitée par un petit renflement globu- 
leux. 






MÉMOIRES. 35 

Diacria trispinosa, Lesueur sp. in Blainv., Dict. dks Se. Nat., vol. 22, p. 82 
(Hyalœa). — Giudotti in Bronn, IV. p. 85 (H. triacantha). — Quoy et Gaymard, 
Ann. Se. Nat., X, p. 231, pi. VIII, fig. 1 et 2 (H. mucronata). — Bivona, I 
(H. depressa). — Philippi, II, p. 71 (id.) — Philippi. VI. p. 71 If. trispinosa). — 
Seguenza. XIII. p. 18 et 24 [Hyalœa). — Bellardi, N VI. p. 27. — Seguenza, XV, 
p. 8, fig. 7. — Tiberi, XXII, p. 31. — Seguenza, XXF, p. 276 et 357. — Bellini, 
XXXII. p. 12. — Sacco, XXXIII, p. 13. 

Coquille subtrigone et déprimée, avec trois 
pointes postérieures allongées et droites. 

Sahakien de Reggio en Calabre (Seguenza) et 
dans les blocs erratiques du Monte Somma. Fig. 25-20. 

Astien des collines d'Asti (Sismonda), Sienne (Gantraine), Monte 
Mario (Conti), Reggio en Calabre (Seguenza), Messine (Seguenza), 
Païenne (Calcara). 

Plaisancier de CastelTArquato (Guidotti) et de Zinola, près de 
Savone (Sacco). 

Vivant dans la Méditerranée, l'Atlantique, l'océan Indien et à la 
Nouvelle-Hollande. 

Cleodera, Pér. et Les., 1810 (Clio, Browne, 1750, non L., 1758). 

Coquille prismatique, trigone, à large ouverture. 

Les auteurs récents préfèrent au nom de Cleodora celui de Clio, 
qui ne peut être adopté à cause de l'existence du genre Clio de 
Linné, comprenant les Ptéropodes gymnosomes. 

Cleodora pyramidata, L. sp. (Clio). — Syst. Nat.., Ed. XII, 1767, p. 1094, n° 2. 

— Philippi, II, p. 102 (C. lanceolata). — Sismonda, VIII, p. 57 [Hyalœa pyrami- 
data excl. syn. H. sulcosa, Bon.); dans la première édition de 18 12, H. trident <■ 

— Philippi, VI, p. 71 (Cleodora lanceolata). — Aradas, IX. p. 15(C lanceola 

— Seguenza. XV, p. 9, fig. 8 (C. lanceolata). — Bellardi, XVI, p. 30. — Ponzî, 
XIX, p. 23, pi. III, fig. 10. — Tiberi, XXII, p. 32. — Seguenza, XXI, pp. 118, 
221, 276 et 357. — Sacco, XXXIII, p. 13. 

Espèce très connue par sa coquille rhomboïde, déprimée, légère- 
ment courbée, avec des stries ondulées; valve dorsale munie au 
milieu d'une quille obluse et latéralement de côtes radiales; valve ven- 
trale concave avec une côte médiane. 

Se différencie de l'espèce suivante par l'absence des trois longues 
proéminences aciculées, droites et divergentes. 

Les proportions de cette espèce varient selon Tàge. Chez les 



36 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

individus, la largeur est plus grande; chez les adultes le côté anté- 
rieur augmente, l'extension devient plus grande en proportion et les 
angles latéraux plus aigus. Le docteur Boas ( l ) distingue trois 
variétés bien définies : angusta, lata et convexa. 

Saharien de Reggio en Calabre (Seguenza) et de Messine (Àradas 
et Seguenza). 

Sicilien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

Astien des collines d'Asti (Gantraine, Bellardi) et d'Alba (Bellardi, 
Sacco). 

Plaisancien de Mondovi, Fossano et Bra (Sismonda, Bellardi, 
Sacco), de Modène (Goppi; et de Monte Mario (Gonti). 

? Messlmen des environs de Mondovi et d'Alba (Cantraine, Miche- 
lotti, Sismonda). 

TortomeiN du Monte Vaticano (Riccioli et Calandrelli sous le nom 
de Cleodora vaticana, selon Tiberi) et de Monteleone en Calabre 
(Philippi et Seguenza). 

Helvétien des collines de Turin près San Genesio (Bellini). 

Vivant dans la Méditerranée. 

C. pyramidata var. Braidense, Bellardi sp. (Balantium). — XVI. pi. III, fig. 12. 
Tiberi, XXII, p. 34. — Simonelli, XXIV, p. 9. — Sacco, XXXIII, p. 14. 

Les rugœ transversœ obsoletœ qui, suivant Bellardi, 
seraient des caractères distinctifs, doivent être consi- 
dérés comme des accroissements annuels. 

Plaisancien de Monte Capriolo, près de Bra (Bel- 
lardi). 

Helvétien des environs de Imole (Simonelli). 

Fig. 27. (j) V ' 

C. pyramidata var. multicostata, Bellardi sp. {Balantium). — XVI, p. 33, pi. III, 
fig. 14. — De Angelis et Verri, XXXI, p. 270 (Clio). — Sacco, XXXIII, p. 14. 

Coquille avec sept côtes sur la valve dorsale. 

Helvétien de Pino dans les collines de Turin (Miche- 
lotti et Bellardi). 

Langhien des collines de Turin (Sacco), des environs de 
Cesi et du Monte Derula en Ombrie (Verri et De Angelis). Fi g . as. 





(i) I. E. V. Boas, Bidrag til Pteropodermes, 1880, pp. 69 et 203 ; fig. 47, 74 ? 81 
à 86, 97. 





MÉMOIRES. 37 

C. pyramidata var. calix, Bellardi sp. [Bàlantium). — XVI, p. 34, pi. m, fig. 16. 
— Tiberi, XXII, p. 30. — Sacco, XXX.III, p. 14. 

La côte latérale est peut-être une déformation. 

Très rare dans PHelvétien des collines de Turin, dans la 
marne de Pino (Michelotti, Bellardi). 

C. pyramidata var. sulcosa, Bonelli sp. — Sismonda, VIII, p. 37 [Hya 
pyramidata, pars); dans la première édition de 1842, II. sulcosa, Bonelli. — 
Bellardi, XVI, p. 34, pi. III, fig. 15 Bàlantium). —Tiberi, XXII, p. 35 [ici.). 

"-'^Tfj Trois côtes dorsales plus fortes que les latérales, obtuses 
et un peu bifides, s'atténuant à la marge de l'ouverture. 

pjg'ao. IlELVÉTiENdeVal Salice dans les collines de Turin (Bellardi). 

C. cuspidata, Bosc sp. [Hyalœa). — Hist. Nat. Coq., II, p. 240, pi. 17, fig. 57. — 
Philippi, VI, p. 71. — Seguenza, XV, p. 10, fig. 10. — Tiberi, XXII, p. 33. — 
Seguenza, XXI, p. 276. 

Saharien de Palerme. 

Astien de Messine et de Reggio (Seguenza). 

Vivant dans la Méditerranée, l'Adriatique et l'Atlantique septen- 
trional. 

C. trigona, Seguenza, XV, p. 11, fig. 9. — Tiberi, XXII, p. 33. -- Audenino, 
XXVII, p. 106, pi. V, fig. 4 (Clio triplicata). — Verri et De Angelis, XXXI, 
p. 271. [Clio triplicata). — Sacco, XXXIII, p. 13 [Cleodora triplicata). 

Plus restreinte antérieurement et 
plus allongée que la C. pyramidata , 
transversalement striée; valve dorsale 
avec quille médiane, ventrale, con- 
cave et avec une large côte centrale 
un peu convexe. Ouverture triangu- 
laire. Fig.31-32.g) 

Clio triplicata d' Audenino est C. trigone altérée par la fossilisation. 

Messinien de Messine (Seguenza). 

Helvétien des collines de Turin (Audenino). 

Langhien des environs de Pérouse (Pantanelli, De Angelis et Verri). 

Bàlantium, Leach, fide Gray, isi7. 

Coquille allongée, déprimée, conique, sans quille dorsale. Surface 
légèrement ondulée et transversalement striée. 




38 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQLE DE BELGIQUE. 




Balantium pedemontanum, Majer sp. [Cleodora).— Descr. Coq. foss. in Journ. 
de Conch., XVI, p. 104, pi. II, fig. 2, 1868. — Miehelotti, X, p. 147 {Cleodora 
Ricciolii, non Calandr.). — Bellardi, XVI, p. 31, pi. III, fig. 10. — Tiberi, XXII, 
p. 34. — Audenino, XXVII, p. 102, pi. V, fig. 6. — De Angelis et Verri, XXXI, 
p. 271 (Clio). — XXXIY, p. \l[Clio). — Sacco, XXXIII, p. 13. 

Espèce caractéristique par sa grandeur et 
sa sculpture. 

Helvétien des collines de Turin (Miehelotti, 
Bellardi, Audenino, Bellini) et de Bologne 
ng. 33-35. (Foresti, Simonelli). 

Lakghien des collines de Turin et du Monferré (Sacco, Mayer), des 
Langhes, Acqui et Serravalle Scrivia (Mayer, Sacco), des environs 
de Pérouse (Pantanelli, Verri et De Angelis). 

Aquitanien des collines de Turin et du Monferré (Sacco). 

B. pedemontanum, var. Bellardii, Audenino sp., XXVII. p. 104, pi. V, fig. 5 
[Clio). — Verri et De Angelis, XXXI, p. 270 [Clio). — Sacco, XXXIII, p. 14. 

Le pli dorsal n'est pas visible dans la 
région opposite ; les stries transversales 
manquent sur les carènes. 

Helvétien du Monte dei Cappuccini, à 
Turin (Audenino). 

Laxghien des environs de Pérouse (Verri 
et De Angelis). 





Fig. 33-37. 



B. acutissimum, Seguenza, XXI, p. 276, pi. XVI, fig. 35 et 35«. 

Plus gracile et postérieurement plus aigu que le précédent; plis 
transversaux très minces, plus grêles vers la région postérieure, 
ensuite s'atténuant. 

Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

B. Guidottii, Simonelli sp. (Clio), XXVI, p. 183, fig. 1. 

Langhien. — Dans le même gisement que la Cavolinia Rattonei 
(Simonelli). 

Sous-genre Flabellulum, Bellardi, 1871. 
Coquille peu allongée, transversalement ondulée et ridée. Valve 




MÉMOIRES. 39 

dorsale avec des côtes longitudinales droites et bords latéraux for- 
mant une pointe peu aiguë. 

B. Ricciolii, Calandrelli sp. [Cleodora\ VII, fig. A et B. — Bellardi, XVI, p. 32, 
pi. III. fig. 11 [B. sinuosum). — Ponzi, XIX, p. 23, pi. III. fig. 5. — Tiberi, 
XXII, p. 33. — Verri et De Angelis, XXXI, p. 271 [Clio sinnosa). -- Bortolotti, 
XX VIII, p. 10 [B. sinuosum). 

« La continuité des rides transversales, qui vont sinueuses de l'une 
à l'autre marge, convexes dans la région médiane, concaves 
aux côtés, rehaussées à la marge, distingue aisément cette 
espèce des suivantes, dans lesquelles les rides transversales 
sont plus ou moins largement interrompues dans la région 
médiane » (Bellardi). Fig " 

Tortonien du Monte Vaticano (Ponzi). 

Helvétien de S. Grato dans les collines de Turin (collection Rova- 
senda) et de Iano, près Bologne (Bortolotti). 

Làngîiien des environs de Pérouse et de Terni (Pantanelli, De 
Angelis et Verri). 

B. pulcherrimum, Maver sp. [Cleodora). — Descr. Coq. foss. in Journ. Conch. 
— XVI, p. 105, pi. II* fig. 3. — Bellardi, XVI, p. 33, pi. III, fig. 13. — Tiberi, 
XXII, p. 34. — Verri et De Angelis, XXXI, p. 271 [Clio). — Sacco, XXXIII, p. 14. 

Caractérisé par cinq côtes en longueur et par des minces rides 
transversales, nombreuses, interrompues au milieu. Tiberi 
W pense que cette forme serait une variété pleurospirata de 
i|^ l'espèce précédente. 

Helvétien et Langhien de Acqui et Serravalle Scrivia 
(Mayer). 
Langhien du Monte Deruta en Ombrie (Verri et De Angelis). 

B. carinatum, Audenino sp. (Clio). — XXVII. p. 102, pi. V. fig. 3.— De Angelis 
et Verri, XXXIV, p. 18 [Clio). — Sacco, XXXIII, p. 14. 

Caréné du côté dorsal et sillonné du 
côté opposé. 

Helvétien du Monte dei Cappuccini à 
Turin (Audenino). 

Langhien du Monte Cedrone, près 
de Città di Castello (De Angelis et 

V erri )« 10-41. 





40 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MÀLACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Observation. — Le troisième sous-genre établi par Bellardi, 
Poculina, caractérisé par la coquille large et la surface sans plis, ne 
peut être conservé, parce que les trois formes rapportées au susdit 
sous-genre doivent être considérées comme n'étant que des variétés de 
la Cleodora pyramiclata. 

Vaginella, Daudin, 1802. 

Coquille droite, longue, ventruse, aiguë postérieurement et rétrécie 
en avant. 

Vaginella depressa, Daudin, Bull. Soc. Phil., vol. 43, p. 1. — Sismonda, VIII, 
p. 57 {Cleodora strangulata). — Bellardi. XVI. p. 34. — Michelotti, X. p. 146 
[Cleodora strangulata). — Ponzi, XIX, p. 24. — Tiberi, XXII, p. 37. — 
Seguenza. XXI, p. 60. — Audenino. XXVII. p. 108. — Verri et De Angelis, 
XXI. p. 269. — Sacco, XXXIII, p. 15. 

Mince, fragile, un peu comprimée; ouverture en forme de fente 
étroite. 

Plaisancien du Modenais (Doderlein). 
Tortomen du Monte Vaticano (Ponzi). 

Helvétien des collines de Turin (Sismonda, Bellardi, Michelotti, 
Audenino) et dans le Schlier de S. Severino Marche (De Angelis et 

Luzi). 

Langhien des environs de Pérouse et de Terni (Verri et De Angelis), 
de Stilo en Galabre et de Reggio (Seguenza et Mantovani). 

Aquitanien de la Valle S. Martino, dans les collines de Turin 
(Forma et Scarrone, sur détermination faite par moi). 
Vivant dans la Méditerranée. 

V. Calandrellii, Michelotti sp. [Cleodora . X. p. 147. — Bellardi, XVI, p. 35, 
pi. III. ng. 17. — Ponzi. XIX, p. 24, pi. III, fig. 1. — Tiberi, XXII, p. 37. — 
Simonelli, XXIV, p. 8. — Audenino. XXVII. p. 109. — Verri et De Angelis, 
XXXI. p. 270. — Sacco, XXXIII. p. 15. 

Tortomen du Monte Vaticano (Ponzi). 
Helvétien des collines de Turin (Michelotti, Bellardi, Au- 
denino) et dans le Schlier de Bargi, près Bologne (Simonelli). 
Langhien des collines de Turin et des environs de Pérouse 
Fi g .42.(-') et des Martani (De Angelis et Verri). 





MÉMOIRES. 41 

V. testudinaria, Michelotti sp. (Cleodora), X, p. 148. — Bellardi, XVI, p. 35, 
pi. III, fig. 18. — Tiberi, XXII, p. 17. 

Helvétien des collines de Turin (Michelotti et Bellardi). 

Observation. — Les trois espèces ci-dessus ont beaucoup d'affinités. 
La première se distingue par sa dépression et par la petite 
quille des côtes latérales, laquelle manque chez les autres 
espèces. Les deux dernières se séparent parce que V. Calan- 
drellii est plus mince, plus longue et régulièrement décrois- 
sante vers le sommet, très aiguë, pendant que V. testudinaria 
est plus grosse, moins large et renflée dans le milieu. Fig. 43. (?) 

V. austriaca, Kittl., Ueber die mioc. Pterop. von Oesterr., p. 54, pi. II, fig. 8 à 12. 
— Audenino, XXVII, p. 109. — Verri et De Angelis. XXXI, p. 209. — Sacco, 
XXXIII, p. 15. 

Helvétien du Monte dei Cappuccini à Turin (Audenino). 

Langhien du Monte Deruta et Gasale Castelbuono en Ombrie (De 
Angelis et Verri). 

V. gibbosa, Audenino, XXVII, p. 111, pi. V, fig. 8. — Sacco, 
XXXIII, p. 15. 

Ouverture ovale et symétrique, face très bossue et 
pointue inférieurement ; plus mince que la V. testwdi- 
naria et plus petite que Vovato-conica. 
Fig. 44-45. (•) Helvétien du Monte Cappuccini à Turin (Audenino). 

V. acutissima, Audenino, XXVII, p. 110, pi. V, fig. 7. — Verri et 
De Angelis, XXXI, p. 269. — Sacco, XXXIII, p. 15. 

Différente de la V. testudinaria par le renflement 
médian, la légère dépression de la partie voisine de l'ou- 
verture et par la dilatation de celle-ci. 

Helvétien du Monte Cappuccini à Turin (Audenino). Fig. 46-47. g) 

Langhien des environs de Pérouse, du Monte Deruta et des Mar- 
lani (De Angelis et Verri). 

V. Rzehaki, Kittl, Ueber die mioc. Pterop. Oesterr. -U>mj.. p. 56, pi. II. fig. 13 
à 16. — Verri et De Angelis, XXXI, p. 270. — Sacco, XXXIII, p. 15. 

Helvétien du Monte dei Cappuccini à Turin (Audenino) et de 
Serravalle Scrivia (Sacco). 





42 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Langhien du Poggio Civitella sur le Monte Deruta en Ombrie; un 
exemplaire (Verri et De Angelis). 

V. ovato-conica, Ponzi sp. (Creseis), XIX, p. 24, pi. III, fig. 6. 

Oviforme en haut. Ponzi suppose qu'à cette espèce doit se rapporter 
le Dentalium ovulum de Philippi. 

Tortonien du Monte Vaticano (Ponzi). 

Cuvieria, Rang, 1827. 

Coquille presque cylindrique, droite, transparente; pointe aiguë 
chez les jeunes individus, ensuite cloisonnée et tronquée chez les 
adultes. Ouverture simple, ovale, comprimée. 

Cuvieria astesana, Rang, Ann. Se. Nat., XIV, p. 498, pi. 19, fig. 2. — Bronn, IV, 
p. 86. — Sismonda, VIII, p. 57 (dans la première édition, sous les noms de Cleo- 
dora astesana, p. 25, et Cleodora obtusa [non Quoy], p. 25). — Bellardi. XV], 
p. 36, pi. III, fig. 19. — Ponzi. XIX, p. 24, pi. III, fig. 8. — Tiberi, XXII, p. 35. 
— Sacco, XXXIII, p. 16. 

Astien des collines d'Asti (Sismonda, Michelotti, Bellardi). 

Plaisancien des Zinola près Savone (Sacco). 

Tortonien du Monte Vaticano (Ponzi) et, peut-être, une variété 
dans le même étage des collines de Turin (Sacco, XXIII, dans 
Aggiunte e Correzioni, p. 230). 

C. columnella, Rang, Description de deux genres de Ptéropodes dans les Ann. 
Se. Nat., vol. 12, 1827, p. 323, pi. XLV, fig. 1 à 8. 

Plus grande et plus renflée que la précédente; postérieurement 
tumide et ouverture ovale. 

Tortonien du Monte Vaticano (Ponzi). 

C. intermedia, Bellardi, XVI, p. 36, pi. III, fig. 20. — Tiberi, XXII, p. 35. — 
Sacco, XXXIII, p. 16. 

Se distingue de la C. astesana par la coquille plus courte, renflée 
dans le milieu et un peu rétrécie vers l'ouverture ; de la suivante, 
parce qu'elle est plus petite et plus longue, moins renflée et plus 
rétrécie vers l'ouverture. 

Plaisancien des formations aux bords du Pesio (Bellardi). 



MÉMOIRES. 

C. inflata, Bonelli sp. [Vagiaella), Catal. \ . Toritio, n. 3,03-, in Bellardi, 

XVI, p. 37, pi. III, fig. 21. — Tiberi, XXII, p. 36. — Sacco, XXXIII. p. 16. 

Coquille dolioliforme, inférieurement un peu rétrécie et tronquée 
d'une manière obtuse. Côté dorsal de l'ouverture courbé, déprimé 
ventralement. 

Plaisanoien. — Magnano près de Biella (Bonelli) et Zinola près de 
Savone (Sacco). 

C. striolata, Seguenza, XXI, p. 277, pi. XVI, fig. 36. 

Moins grêle que la C. astesana et avec la marge de l'ouverture 
sans plis ou ondulations. Surface polie et brillante, ornée de minces 
stries longitudinales et transversales. 

Astien de Messine et de Reggio en Calabre (Seguenza). 

C. conica, Seguenza, XXV, p. 118, pi. XI, fig. 51. 

Presque cylindrique, grêle, peu convexe, tronquée en bas. 
Tortomen des argiles bleues près du village de Benestare dans les 
environs de Reggio en Calabre; rare (Seguenza). 

Creseis, Rang, 1828. 

Coquille allongée, aciculée, droite ou un peu courbe; postérieu- 
rement renflée, grêle, transparente, fragile. Ouverture ronde. 

Creseis acicula, Rang, Ann. Se. Nat., 1828, part 13, p. 318, n. 9. pi. XVII. 
fig. 6(jhv., fig. 5, C. clavd). — Ponzi, XIX, p. 24 {Vaginclla . — Tiberi, XXII, 
p. 36. — Seguenza, XXI, p. 276. 

C. acicula var. virgula, Rang, loc. cit., p. 136, pi. XVII, fig. 22 i Cleodora . 

Moins allongée ; extrémité postérieure un peu courbée. 
Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 
Tortomen du Monte Vaticano (Ponzi). 
Vivant dans la Méditerranée. 

C. striata, Rang, Ann. Soc. Nat., 1828, part 13, p. 315, n. 5, pi. XVII. tig. 3. — 
Benoit, V, p. 6 (C. sulcata). — Philippi, VI, p. 72. — Seguenza. XV. p. 12. 
fig. 13. — Tiberi, XXII, p. 37. 

Messinien de la marne de Trapani; trois exemplaires (Seguen/a . 
Vivant dans la Méditerranée, l'Atlantique et l'océan Indien. 



44 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MÀLACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Styliola (Les., 1826), Fol., 1875. 

Coquille étroite, cylindrique, allongée,- polie, avec une dilatation 

ovoïde postérieure. Ouverture oblique, arrondie, un peu rostrée dor- 

salement. Les espèces pliocéniques atteignent 3.5 millimètres de 
longueur. 

Styliola subulata, Quoy et Gaymard sp. (Cleodorœ. Ann. Se. Nat., 1827, vol. X, 
p. 233. pi. VIII, fig. 1 à 3. — Ponzi, XIX, p. 24, pi. III. fig. 9 {Vaginella spini- 
fera). — Tiberi. XXII. p. 36. — Seguenza, XXI. p. 276. 

Sillonnée sur le dos et avec une quille interne correspondante, 
prolongée en avant en arête aiguë. 

Sicilien de Palerme (Monterosato). 

Astien de Reggio en Calabre (Seguenza). 

Tortomen du Monte Vaticano (Ponzi). 

Vivant dans la Méditerranée, l'Atlantique et la mer Rouge. 



Comme conclusion, nous pouvons dire que le développement des 
Ptéropodes en Italie a atteint le maximum dans le Miocène et le Plio- 
cène ; la plus grande abondance de restes fossiles a été recueillie dans 
les marnes minces du Langhien, dans les grès, les marnes grises et 
les pseudo-langhiennes de l'Helvétien, enfin, dans les formations sa- 
bleuses astiennes. Dans le Néozoïque le nombre des espèces se réduit, 
bien que le nombre des individus reste extrêmement considérable. 

Non recueillis dans 
Espèces. d'autres étages. 

_ t Saharien 7 1 

Postpliocène. ... . ... 

' Sicilien 

j 

( Messinien 7 3 

/ Tortonien 14 4 

) Helvétien 19 7 

Miocène < T ,. ,„ 

J Langhien lo 

f Aquitanien 3 

L'extension géologique est la plus grande chez les espèces encore 
aujourd'hui vivantes et entre autres celle de Cleodora pijramidata (L.), 
qui a vécu dans le Miocène (à l'exclusion peut-être de l'Aquitanien), 
le Pliocène, le Quaternaire et se retrouve très commune dans les mers 
tempérées actuelles. 



Astien 18 5 

Pliocène { Plaisancien 9 3 



MÉMOIRES. 



IS 



TABLEAU 

de la distribution géologique des Ptéropodes dans les divers étage3 du Tertiaire italien, 



k s i» i: c e s 



Miocène 



«5.2 - '- 



Pliocène 



Post- 
pliocène 



Limacina Formœ (Auden.j. . 

— helicina (Rang). 
Valvatclla bellerophina (Seg.) 
Protomedea roslrahs (Soûl. . 
Spirialis relroversus (Flem.) . 

— globulosa (Seg.) . 

— cliver sa (Monter.) 
Cavolinia tridentata (Forsk) . 

— inflecca (Les.) . 

— pera /finis (Seg.) 
> — inflata (Seg.) 

— calatabiensis (Seg). 

— quadridentata (Les.) 

— Scillœ (Seg.). . . 

— revoluta (Bellardi') . 

— interrupta (Bonelli). 

— aurita (Bonelli) . 

— gypsorum (Bellardi) 

— grandis (Bellardi) . 

— Cookei (Simonelli; . 

— Rattonei (Simonelli) 

— Audeninoi (Vinassa) 
Gamopleura taurmensis (Sim.) 
Diacria trispinosa (Les.) . 
Cleodora pyramidata (L.). 

— cuspidata (Bosc.) 

— trigona (Seguenza) . 
Balantium pedemontanum (Mayer) 

— acutissimum (Seg.) 

— Guidottii (Simonelli ; 

— Ricciolii (Calandr.) 

— pulcherrùnum (Mayer; 

— carinatum (Auden.) 
Vaginella depressa (Daud.) 

— Calandrellii (Michel.;, 

— testudinaria (Michel.). 

— austriaca (Kittl.) . 

— gibbosa (Auden. 

— acntissiina (Auden. ) 

— Rzckaki (Kittl. 

— ovato-conica (Pouzi) 
Cuvicria astesana (Rang) . 

— columnella (Rang) . 

— in fer média (Bellardi) 

— inflata (Bonelli) . 

— striolala (Seg.) . 

— conica (Seg.) . 
(reseis acicula (Rung) . 

— striaia (Rang) . 
Styliola sxibuhita (Quoy et Gaym.) 



16 



19 



H 



18 



TABLEAUX INDICATIFS 



DKS 



MEMBRES FONDATEURS, 

PRÉSIDENTS, VICE-PRÉSIDENTS, TRÉSORIERS, BIBLIOTHÉCAIRES 

ET SECRÉTAIRES DE LA SOCIÉTÉ DE 1863 A 1905. 



J. Cm. BEAU. 
F. DE Malzine. 
Ég Fologne. 

H. Lambotte. 



MEMBRES FONDATEURS. 

1 er janvier 1863. 

Fr. Roffiaen. 
A. Seghers. 
J -L Weyers 



A. Bellynck. 

Eug. Charlier. 

Ch. Cocheteux. 

Comte M. de Robia.no. 

Baron Pu. de Ryckholt. 

Baron Edm. de Sélys-Longchamps. 

J. d'Uderem. 



6 avril 1863. 

G. Dewalqii:. 

F. Êloin. 

L. Geelhand de Meexem. 

L'abbé Michot. 

Adr. Rosart. 

A. Thiblbns. 

Ai.b. Toilubz. 



PRESIDENTS. 



1863-1865. H. Lambotte. 
18651867. H. Adan. 
1867-1869. Comte M. de Robiano. 
1869-1871. J. Colbeau. 
1871-1873. H. Ntst. 
1873-1875. G. Dkwalqub. 
1875-1877. J. Crocq. 
1877-1879. A. Briart. 
1879-1881. J. Crocq. 
1881-1882. Fr. Roffiaen. 
1882-1884. J. Crocq. 



1884-1886. 
<>-1888. 
1888-1890. 
1890-1892. 
1892-1894. 
1894-1896. 
1896-1898. 
L898-1900. 
1901-1902. 

1905-1900. 



P. Cogels. 

J. Cu 

F. Crépin. 

E. Hknnbqi in. 

J. Cbocq. 

A Daimeries. 

J. Cr 

M. Mourlon. 

A. Lameere. 

Ph. Dautzenberg 

Ad. Kemna. 



SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



VICE-PRESIDENTS. 



1863-1865. F. de Malzine. 
1865-1867. H. Lambotte. 
1867-1869. H. Adan. 
1869-1870. Comte M. de Robiano. 
1870-1871. H. Lambotte. 
1871-1873. Th. Lecomte. 
1873-1875. J.-L. Weyers. 
1875-1879. Fr. Roffiaen. 
1879-1884. H. Denis. 

1905. A. 



1884-1886. J. Crocq. 
1886-1887. H. Denis. 
1887-1893. P. Cogels. 
1893-1895. É. Hennequin. 
1895-1896. J. Crocq. 
1896-1898. A. Daimeries. 
1898. J. Crocq. 

1898-1900. É. Hennequin. 
1901-1904. Baron O. van Ertborn. 

Lameere. 



1863-1868. J. Colbeau. 



TRESORIERS. 

| 1869-1905. Ég. Fologne. 



BIBLIOTHECAIRES. 



1863-1871. J.-L. "Weyers. 
1872-1877. Ern. Van den Broeck. 

Ern Van den Broeck. 

A. Rutot. 



1877-1878. 



1878-1882. Th. Lefèvre. 
1882-1884. L. Pigneur. 
1885-1895. Th. Lefèvre. 
1895-1905. H. de Cort. 



1863-1868. J. Colbeau. 
1869-1871. C. Staes. 
1871-1881. J. Colbeau. 



SECRÉTAIRES. 



1881-1895. Th. Lefèvre. 
1895-1890. H. de Cort. 



SECRETAIRE GENERAL. 
1896-1905. H. de Cort. 



BILLETINS DES SEANCES 



T. XL, 1905. 1 



BULLETINS DES SÉANCES 



DE LA 



SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE Eï MALACOLOGIQUE 



DE 



BELGIQUE 



Assemblée générale du 8 janvier 1905 



Présidence de M. Daimeries. 

La séance est ouverte à 3 heures. 

Font excuser leur absence : MM. Dautzenberg, président; baron 
van Ertborn, vice-président; Delheid, Kemna, Lameere, Loppens et 
Van den Broeck. 

Rapport du Président. 

Le Secrétaire général donne lecture du Rapport sur la situation de 
la Société : 

Messieurs, 

Notre Société est entrée le 1 er janvier 1905 dans sa quarante- 
deuxième année d'existence. La modification de son titre, décidée par 
l'Assemblée générale de 1903, a été rendue définitive par autorisa- 
tion du Roi en date du 10 février 1904. 



IV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Pendant l'exercice qui vient de s'écouler, la Société a continué 
le cours normal de ses travaux. Elle se compose actuellement de 
72 membres effectifs, à vie et protecteurs, 16 correspondants et 
41 honoraires, soit en tout 99 membres, répartis comme suit : en 
Belgique : 60 effectifs, dont 1 membre à vie, 1 protecteur, 1 corres- 
pondant et 5 honoraires; à l'étranger : 11 effectifs, dont 2 à vie, 
15 correspondants et 6 honoraires. Le Conseil s'est vu dans l'obliga- 
tion d'appliquer l'article 8 des statuts et de prononcer la radiation de 
quelques membres pour refus de paiement des cotisations ; nous avons 
eu à enregistrer un décès, celui de M. lleynemann et deux démis- 
sions, celles de MM. Moens et Solvay, de sorte que, malgré les trois 
adhésions nouvelles, celles de MM. de Contreras, Steinmetz et Van 
Heurck, le nombre des membres se trouve inférieur à celui qu'accu- 
sait le Rapport présidentiel de 1904. Cette situation fâcheuse menace 
de s'empirer, car de nouvelles radiations devront probablement être 
faites sous peu. 

Les publications se sont succédées régulièrement : le tome XXXVIII 
(1903) des Annales a paru le 31 octobre 1904 et les feuilles 1 à 10 
des Bulletins des séances de 1904 ont été, à mesure de leur impres- 
sion, distribuées aux membres : ces feuilles leur seront à nouveau, 
comme cela se fait depuis 1903, fournies avec le tome XXXIX des 
Annales, dont l'apparition est prochaine, et se fera aussitôt que le 
mémoire annoncé par M. le D r Rousseau aura été déposé. MM. de 
Contreras, De Pauw, Loppens, et tout particulièrement M. Remna, 
ont donné de multiples et intéressantes communications. 

Le tirage des Annales s'est fait comme précédemment, à raison de 
500 exemplaires, et celui des Bulletins s'est maintenu au chiffre 
de 300, y compris les 100 exemplaires qui ont permis d'assurer la 
distribution aux membres des Bulletins en feuilles séparées. 

La. bibliothèque s'est grandement accrue par les apports incessants 
des nombreuses sociétés avec lesquelles nous entretenons des. relations 
et, par les soins de notre bibliothécaire, diverses importantes institu- 
tions nous ont consenti récemment des échanges avantageux. 

Le service des prêts a régulièrement fonctionné : il est toutefois 
regrettable que nos membres n'utilisent pas davantage notre biblio- 
thèque, dont les richesses restent ainsi presque inutilisées. 

Nous sommes les obligés de ceux qui se sont dévoués aux intérêts de 
la Société. M. de Cort, notre Secrétaire général, et M. Fologne, 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. V 

notre Trésorier, ainsi qu'envers les administrations qui nous ont 
prêté leur bienveillant appui : le Gouvernement, auprès duquel 
nous sollicitons un subside en échange de 35 exemplaires du lome 
XXXVIII qui lui ont été fournis; la Province de Brabant, qui 
met annuellement une somme de 300 francs à notre disposition 
la Ville de Bruxelles et le Conseil d'administration de l'Université, 
auxquels nous devons les locaux dans lesquels nous tenons nos 
séances et qui abritent notre bibliothèque et nos collections. 

Rapport du Trésorier. 

M. Pologne expose la situation financière de la Société, la Com- 
mission de vérification des comptes ayant contrôlé et approuvé les 
écritures. Il présente ensuite, au nom du Conseil, le projet de budget 
pour l'exercice 1905, et l'Assemblée l'approuve sans discussion. 

Jours et heures des séances mensuelles. 

L'Assemblée décide que les réunions se tiendront, à titre d'essai, 
le soir à 8 heures, et elle délègue au Conseil le soin d'en fixer le jour. 
Celui-ci sera toutefois un samedi et ne sera pas le premier, ce soir 
étant celui où se réunit la Société entomologique. 

Excursion. 

M. Kemna ayant parlé, il y a quelques mois, d'inviter la Société à 
une excursion zoologique aux bassins de filtrage de la Soci< 
« Waterworks d'Anvers », à Waelhem, lorsque la saison serait 
propice, cette promesse lui sera rappelée, et si la chose est possible 
cette année, notre excursion annuelle s'y fera, sous la direction du 
savant directeur de la société anversoisc 

Elections. 

Présidence. — M. Dautzenberg, président sortant, n'étant p 
rééligible, l'Assemblée désigne, à l'unanimité, M. Kemna pour 
occuper la présidence pendant les années 1905-1906. (Applaudie 
mente.) 



VI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

M. Daimeries se fait l'interprète de la Société en adressant des 
remerciements à M. Dautzenberg, président sortant, qui, bien que 
demeurant à Paris, n'a pas manqué pendant les deux années de ses 
fonctions d'assister à la plupart de nos réunions. {Applaudissements.) 

Conseil. — M. Daimeries annonce que M. le baron van Ertborn 
désire ne plus faire partie du Conseil; 

L'Assemblée procède au vote pour les trois sièges devenant vacants, 
ceux qu'occupaient MM. Lameere, van Ertborn et Vincent. 

Douze membres prennent part au vote : les suffrages se répar- 
tissent comme suit : 

MM. Desneux 2 voix. 

Lameere 12 — 

Schouteden 7 — 

Van den Broeck 6 — 

Vincent 8 — 

MM. Lameere, Schouteden et Vincent sont proclamés membres du 
Conseil pour les années 1905-4906. 

Commission des comptes. — MM. Carletti, Delheid et Rruseman, 
sortants et rééligibles, sont, à l'unanimité, désignés pour continuer 
leurs mandats pour l'année 1905. 

L'Assemblée générale est levée à 4 heures. 

Se tient ensuite la réunion ordinaire de janvier : 

Correspondance. 

M. R.-J. Lechmeere Guppy, de Port of S pain, Trinité, offre à 
la Société un certain nombre de brochures et exprime le désir 
de recevoir en échange le tome VIII (1873) des Annales. Cette 
proposition est adoptée. 

M. Marcel de Contreras annonce la prochaine apparition de son 
ouvrage : Les Oiseaux observés en Belgique : l re partie : Les Gym- 
nopaides. Le prix de souscription est fixé à 10 francs le volume. 
S'adresser chez l'éditeur F. Vanbuggenhoudt, à Bruxelles. 



BULLETINS DES SÉANCES. ANNÉE 1905. VII 

Bibliothèque. 

R.-J. Lechmeere Guppy : Observations upon the physical condi- 
tions and fauna of the gui f of Paria (Ex : Proceed. Victoria Insti- 
tuée of Trinidad; 1904). — Descriptions of tertiar y fossils from the 
Antillean région (Ex : Proceed. U. S. National Muséum; Was- 
hington, 1896). — On the Naparima Rocks, Trinidad (Ex : Geolo- 
gical Magazine; 1900). — On some spécimens of fossils from Tobago 
in the Victoria Muséum, Trinidad. — On samples of Rockborings at 
Sangregande, Trinidad. — The Sangregande borings. — Forami- 
nifera and oceanic rocks of Trinidad. — Preliminary notes on the 
Marbele Manjak mine. — Note on the Komuto shell-bed. — Folding- 
diagram of three borings, Cunapo coalfield (Ex : Proceed. Victoria 
Institute of Trinidad; 1904). 

Communications. 

HYDROIDE NOUVEAU POUR LA FAUNE BELGE, 
Par K. LOPPENS. 

Filellum serpens, HassalL, trouvé en mai 1904 sur Sertularia 
abietina, entre les Crevettes qu'un pêcheur venait de chaluter. 

Sur le même Sertularia, j'ai trouvé encore Coppinia arda, que 
j'ai déjà signalé à la Société, il y a quelques mois. Cette espèce est 
notablement plus petite que celle représentée par Hincks dans ses 
Hydroïd Zoophytes, quoiqu'elle soit, d'après la légende, représentée 
en grandeur naturelle. Il se peut que ce soit une variété naine. Je n'ai 
trouvé que deux fois ce Filellum et ce Coppinia; ces espèces doivent 
donc être assez rares. 

ANIMAUX MARINS VIVANT DANS L'EAU SAUMATRE, 
Par K. LOPPENS. 

Les espèces suivantes ont été trouvées dans l'ancien canal de 
Fumes, près de Nieuport, pendant l'été dernier, dans une eau d'une 
densité de 1.015 à 1.021, durant les mois où il ne passe que peu 
d'eau douce par le canal : 

Obelia gelatinosa, Pall.; grandes colonies fixées aux murs et aux 
portes de l'écluse. 



VIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Obelia longissima, Pall.; même endroit. 

Campanularia flexuosa, Hincks; attachés aux portes de l'écluse, 
mais assez rares. 

Farella repens, Farre.; même endroit. 

Mysis valgaris, Thomps.; j'ai observé l'été passé des bandes innom- 
brables de cette espèce accompagnée de Palœmon varians, Leach ; 
celle-ci vit surtout dans l'eau saumâtre : elle est considérée comme 
assez rare ; ici elle est très commune. 

Deux espèces de Néréides non déterminées. 

Gobius minutus, Linné ; assez commun. 

Cardium edule, Linné ; à la suite de la trouvaille de plusieurs 
valves vides entre les zostères, j'ai signalé cette espèce comme vivant 
probablement dans ce canal. Cette année j'en ai retiré une grande 
quantité d'exemplaires bien en vie, jeunes et adultes, vivant dans une 
eau dont la densité ne dépasse pas 1.010. Les valves offrent la parti- 
cularité d'être très développées postérieurement en pointe. Herklots 
représente cette espèce à forme irrégulière, mais moins prononcée 
que celles que j'ai ici. Les valves des individus que j'ai pu me pro- 
curer en mer sont presque toutes régulières, tandis que dans le canal 
aucun individu adulte n'est conforme au type marin. Je suppose que 
le milieu, notablement différent, doit en être la cause. 

Dans le bassin à flot, contenant de l'eau de mer, j'ai trouvé un 
Crustacé signalé jusqu'à présent comme habitant seulement l'eau 
douce, le Canthocamptus staphtjlïnus, Jur.; commun. 

La séance est levée à 5 heures. 



Séance du 11 février. 

Présidence de M. Kemna. 

La séance est ouverte à 8 heures du soir. 

M. Lameere se fait excuser. 

Les comptes rendus des réunions de mai à décembre 1904 conte- 
nus dans les feuilles 6 à 13 des Bulletins des séances sont déclarés 
adoptes. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. I\ 

Correspondance. 

Le Gouvernement provincial du Brabant accorde à la Société, 
pour l'année 1904, un subside de 300 francs. 

Bibliothèque. 

Dépôts : 
Annales: t. XXXIX, 1904, Bulletins des séances : feuilles 11-13. 

Tirés a part : 
L.-F. De Pauw : Quelques considérations sur l'Okapi. 

Ad. Kemna : Les structures cérébrales dorsales chez les Vertébrés 
inférieurs. 

/ 

Échanges de publications. 

Museu Goeldi de Historia natural e ethnographia(Museu paraense), 
à Para (Brésil). 

Société des Naturalistes de Saint-Pétersbourg. 
Ces nouvelles relations sont approuvées. 

Collections. 

M. Kemna, au nom du Conseil, entretient l'assemblée des collec- 
tions de la Société, de l'entrave qu'elles ont apporté à l'arraii. 
ment de la bibliothèque et qu'elles causent à son développement, de 
leur non-valeur pour les membres de la Société, par suite de l'impos- 
sibilité absolue de les consulter, et il en propose l'aliénation. 

MM. Fologne et Weyers, membres fondateurs, approuvent cette 
mesure. 

M. de Cort propose de convoquer une assemblée générale extra- 
ordinaire laquelle décidera du sort des collections. Cette proposition 
est adoptée. 

Communications. 

M. Rousseau donne lecture d'un travail de M. L. Calvet, de Celte : 
Liste des Bryozoaires marins des collections du Musée royal d His- 
toire naturelle de Bruxelles, et propose son insertion dans nos publi- 
cations. 



X SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Il est décidé que ce travail prendra place, comme Mémoire, en 
tête du volume XXXIX (1904) des Annales. 

M. Kemna annonce qu'il fournira pour le même volume un 
mémoire intitulé : La biologie des eaux potables. 



Assemblée générale extraordinaire du 1 1 mars. 

Présidence de M. Kemna. 
La séance est ouverte à 8 heures du soir. 

Correspondance. 

La Société enregistre le décès de M. A. Preudhomme de Borre, 
ancien conservateur au Musée royal d'Histoire naturelle de Bruxelles, 
né en 1833, décédé au Grand-Saconnex, près Genève, le 27 fé- 
vrier 1905. 

M. de Borre faisait partie de la Société depuis 1869. 

Par dépêche en date du 21 février, M. le Ministre de l'Intérieur 
et de l'Instruction publique fait parvenir à la Société deux ordon- 
nances de paiement, l'une de 500 francs, l'autre de 1,000 francs, du 
chef de l'envoi de 35 exemplaires des tomes XXXVII et XXXVIII, 
ajoutant que le tome XXXVIII doit être considéré comme le minimum 
de travail justifiant le maintien d'une allocation de 1,000 francs. 

L'Académie royale de Belgique envoie le programme de ses con- 
cours pour 1905. 

Les questions intéressant la zoologie sont les suivantes : 

2. — On demande de nouvelles recherches sur la reproduction 
et la sexualité des Dicyémides. L'embryon infusoriforme est-il vrai- 
ment le mâle de ces parasites? On désire voir établir un parallèle 
entre la génération des Bhombozoaires, d'une part, et celle des Proto- 
zoaires, de l'autre (Prix : 1,000 francs). 

7. — On demande de nouvelles recherches sur le développement 
de YAmphioxns, spécialement sur la segmentation, la fermeture du 
blastopore, la genèse de la notochorde, du névraxe et du mésoblaste. 
On désire voir élucider la question de savoir si le chevauchement que 



BULLETINS DES SÉANCES. ANNÉE 1905. XI 

l'on observe, chez l'adulte, entre les organes homodynames de droite 
et de gauche, est primitif ou secondaire. (Prix : 1,000 francs.) 

Le Naturwissensohaftliche Verein fur Schleswig-Holstein, à Kiel, 
annonce qu'il fêtera, les 17 et 18 juin prochain, le cinquantième 
anniversaire de sa fondation. (Félicitations.) 

L'Institut international de bibliographie à Bruxelles invite la 
Société à souscrire à V Annuaire des Sociétés scientifiques, artistiques 
et littéraires de Belgique qu'il vient de publier. L'assemblée décide 
d'adhérer à la souscription. 

Bibliothèque. 

Dons des auteurs : 

Ph. Dautzenberg : Observations sur le genre Vaucheria, Pallary 
(Ex : Bull. Soc. Zool. de France; Paris, 1904). 

Ph. Dautzenberg et G.-F. Dollfus : Études critiques sur la nomen- 
clature avec examen des genres Pectunculus et Glycimeris (Ex : 
Journ. de Conchyl.; Paris, 1904). 

Ph. Dautzenberg et A. Bavay : Description d'un Amussium dragué 
par le Siboga dans la mer de Célèbes lEx : Journal de Conchyl.; 
Paris, 1904). 

Ph. Dautzenberg : Variations et cas tératologiques chez le Murex 
brandaris, Linné. (Ex : Journ. de Conchyl.; Paris, 1904.) 

Aug. Lameere : V évolution des ornements sexuels (Ex : Bull. 
Acad. roy. de Belg. ; Bruxelles, 1904). 

Des remerciements sont votés aux donateurs. 

> 

Echange nouveau. 

Sociedade scientifica de S. Paulo (Brésil). L'assemblée décide 
l'échange de nos Bulletins contre les publications de cette institution. 

Aliénation des collections. 

Aucune opposition n'ayant été présentée à la proposition de se 
débarrasser des collections, l'assemblée délègue au Conseil le pouvoir 
de les aliéner au mieux des intérêts de la Société. 



XII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Communication. 

L'ORIGINE DE LA CORDE DORSALE, 
Par Aug. LAMEERE. 

Dans l'une de nos dernières séances, M. Kemna a émis des consi- 
dérations très intéressantes sur l'origine de la corde dorsale f 1 ). 

Notre confrère admet la parenté des Chordés avec les Entérop- 
neustes; il assimile le tube digestif de YAmphioxus à l'appareil respi- 
ratoire du Balanoglossus et il considère la corde dorsale comme 
l'homologue de l'intestin des Hémichordes. 

Je professe sur cette question capitale une opinion toute différente, 
et je ne suis d'accord avec M. Kemna que sur un point, celui qui 
envisage la corde dorsale non comme un organe nouveau, mais 
comme le résultat de la transformation d'une disposition préexistante 
chez l'ancêtre des Ghordozoaires. 

11 y a déjà près de vingt ans que je cherche la solution du pro- 
blème de la classification générale du règne animal; je me suis 
appliqué à disséquer les idées si variées qui ont été émises par nombre 
d'auteurs dont le défaut capital est, le plus souvent, de n'envisager 
que les organismes qu'ils ont sous les yeux : de leurs observations ils 
croient pouvoir tirer des conclusions qui paraissent très plausibles, 
mais ils ne suivent pas, la plupart du temps, la répercussion de leurs 
opinions sur la totalité du règne animal, ce qui leur montrerait fré- 
quemment qu'ils n'ont raison qu'en apparence. 

Je me suis donc appliqué à soumettre en quelque sorte à la 
méthode expérimentale les différentes conceptions phylogénétiques, 
poursuivant leurs conséquences chez les Animaux de toutes les caté- 
gories : cela m'a amené à considérer que la seule hypothèse qui 
permette d'expliquer l'évolution du règne animal et qui donne à 
l'anatomie comparée une base rationnelle est l'hypothèse faite 
en 1 884 par Adam Sedgwick ( 2 ). 

L'étude de l'embryologie du Peripatus a conduit le savant profes- 
seur anglais à envisager les cavités cœlomiques des Cœlomntes comme 
étant homologues aux loges mésentériques des Anthozoaires, qui 



( 1 ) Ad. Kemna, « L'origine de la corde dorsale * (Ann. Soc. Zool. Belg. y 
XXXIX, 1904; Bull., p. lxxxv). 

(-) A. Sedgwick, « On the Origin of Metameric Segmentation and some other Mor- 
phological Questions » {Quart. Journ. Microsc. Se, XXIV, 1884, p. 43 . 



BULLETINS DES SÉANCES. ANNÉE 1905. XIII 

seraient devenues indépendantes de la cavité digestive. L'hypoblaste 
se différencierait de cette manière en endoderme et mésoderme; 
deux antimères se faisant vis-à-vis, par suite de la symétrie bilatérale 
existant déjà chez les Anthozoaires, amèneraient la constitution d'un 
mélamère : l'origine du cœlome, l'origine du mésoderme, l'origine 
de la segmentation seraient donc expliquées à la fois par cette seule 
conception, dont on peut trouver des traces dans Balfour et même 
dans Leuckart. 

La conséquence des idées de Sedgwick est que tous les Animaux 
supérieurs aux Cœlentérés descendent d'Anthozoaires et que ceux 
qui, comme les Turbellariés et les Rotifères, n'offrent pas de cœlome, 
sont des Animaux qui l'ont perdu, étant non pas acœlomates comme 
les Cœlentérés, mais apocœlomates, ainsi que je l'ai indiqué antérieu- 
rement (*). 

C'est mon maître, M. Edouard van Beneden, qui a appelé mon atten- 
tion sur l'hypothèse de Sedgwick; il a insisté sur son énorme impor- 
tance dans divers travaux ( 2 j, et notamment dans son étude capitale 
des Anthozoaires de la Plankton-Expedition ( 3 ). 

Edouard van Beneden a, en effet, démontré qu'il y a des Antho- 
zoaires offrant tout ce qu'il faut pour pouvoir être envisagés comme 
les ancêtres des Animaux segmentés : ce sont les Cérianthides, dont 
le mode de croissance est identique à celui de la trochosphère, du 
nauplius, de VAmphioxus. 

Je me suis appliqué à poursuivre les conséquences des idées de 
Sedgwick et d'Edouard van Beneden dans tout le règne animal, 
et je suis arrivé à cette conviction qu'elles nous donnent la clef de la 
classification zoologique. 

Ainsi que je l'ai esquissé antérieurement ( 4 ), il n'y a que trois types 
d'Animaux supérieurs : 

1 Les Chordozoaires qui descendraient d'un Cérianthide péla- 
gique; 



(*) Aug. Lameere, « L'origine des Cténophores » (Ann. Soc. / y., 

XXXVIII, 1903; Bull., p. lxxxviu. 

(*) Ed. van Beneden, •• Recherches sur le développement ichnactis ■ 

lArch. deBiol., XI, 1891, p. 119). 

( 3 ) Ed. van Beneden, Les Ant/iosoaires de fa Planht Kiel et 

Leipzig, 1897. 

(*) Aug. Lameere, « Prolégomènes de Zoogénie ■ Bull. XXIII, 

1891, p. 399). 



XIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

2° L'ensemble des Arthropodes, des Vers et des Mollusques, auquel 
on pourrait restituer le nom à'Artiozoaires inventé par de Blainville, 
cet embranchement descendant d'un Cérianthide retourné et progres- 
sant sur les tentacules ; 

3° L'ensemble constitué des Échinodermes d'une part, d'autre part 
des Entéropneustes, des Axobranches, des Bryozoaires, des Brachio- 
podes et des Chétognathes qui pourraient être réunis en un groupe 
des Lophostomes ; ce troisième embranchement est éminemment 
caractérisé par la possession de cinq cavités cœlomiques seulement ; 
il pourrait de ce fait recevoir la dénomination de Pentazoaires, son 
origine devant être cherchée chez un Anthozoaire à six loges, la 
sixième loge ayant avorté par la persistance du blastopore transformé 
en anus. 

Tout ceci devrait être développé longuement, ainsi que je compte 
le faire plus tard, et ce que j'ai à dire de la corde dorsale gagnerait 
évidemment à figurer dans un exposé général de la classification et 
de l'anatomie comparée des Animaux, ce que je ne puis faire en ce 
moment. Sans l'intervention de M. Kemna, j'aurais laissé dormir la 
question, mais puisqu'il nous a provoqué à la discussion, je tiens à 
formuler mon opinion. 

Les ressemblances que présentent YAmphioxus et le Balanoglossus 
peuvent s'expliquer d'une part par une convergence éthologique, 
d'autre part par la parenté des deux types. Celle-ci se borne 
cependant pour moi, ainsi qu'on vient de le voir, au fait que l'un et 
l'autre descendent d'Anthozoaires, car ils ont pour ancêtres des 
Anthozoaires différents. 

Je rechercherai donc quelle est la signification de la corde dorsale 
dans l'hypothèse déjà exposée par moi antérieurement (*) que les 
Chordozoaires descendraient directement d'un Cérianthide pélagique. 

Chez un Cérianthide il y a à considérer, comme chez tout Antho- 
zoaire : 

4° Des tentacules; 

2° Un actinopharynx ou stomodaeum ectodermique caractéris- 
tique de tous les Scyphocnidaires. Cet organe présente deux orifices : 
à) la bouche de l'Anthozoaire ou actinostome par laquelle le stomo- 
dœum communique avec l'extérieur; b) l'orifice de communication 



(*) Aug. Lameere, « L'Origine des Vertébrés » \Bull. Soc. Beîg. Microscop., 
XVII, 1891, p. 91). 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. XV 

du stomodaeum avec la cavité digestive hypoblastique ou entérostome ; 
cet orifice est probablement l'homologue de la bouche des Hydroïdes 
et, par conséquent, du blastopore; 

3° Des loges mésentériques séparées par des sarcoseptes également 
caractéristiques de tous les Scyphocnidaires. 

Deux loges se faisant vis-à-vis, les loges directrices, déterminent 
la bilatéralité de l'animal; elles portent les dénominations respectives 
de loge médio-dorsale et de loge médio-ventrale, ces dénominations 
ayant été appliquées pour la première fois par Kôlliker aux Penna- 
tulides par comparaison avec les fleurs zygomorphes : les botanistes 
appellent, en effet, ventral le côté de la fleur qui est tourné vers le 
bas de la tige et dorsal le côté opposé. 

Chez les Gérianthides, la bilatéralité est, en outre, fortement 
accusée par l'élongation de l'actinopharynx dans le sens dorso- 
ventral, ce qui amène les loges non directrices à se faire vis-à-vis de 
chaque côté de la fente actinopharyngienne. 

Les loges des Scyphocnidaires se développent de haut en bas, les 
sarcoseptes croissant du pôle où se trouvent les tentacules vers 
l'extrémité aborale. 

Les Gérianthides offrent une larve pélagique dont la croissance a 
été divisée par Edouard van Beneden en deux phases : 

1° Une phase qui aboutit à la constitution d'un stade cerinula où 
la larve offre six loges, c'est-à-dire le nombre qui caractérise l'état 
adulte des Antipathaires et de l'ancêtre probable des Êchinodermes. 

2° Une phase dans laquelle il y a multiplication des loges en même 
temps qu'un allongement de l'animal dans le sens dorso-ventral. 

Dans cette phase d'accroissement secondaire, les nouvelles loges 
prennent naissance invariablement aux dépens de la loge directrice 
médio-ventrale : deux nouveaux sarcoseptes se développent dans 
celle-ci de manière à la diviser en trois loges, une loge située à droite, 
une à gauche et une loge centrale qui continue à fonctionner comme 
loge médio-ventrale et à reproduire le processus d'une manière iden- 
tique; les loges nouvelles naissent donc par paires, successivement 
d'avant en arrière aux dépens d'une zone de prolifération qui est 
située sur la génératrice médio-ventrale du cylindre constitué par 
rAnthozoaire. Ce phénomène est accompagné d'une croissance en tous 
points semblable du reste du corps de l'animal et notamment de l'acti- 
nopharynx, qui, dans toutes ses parties, prolifère d'avant en arrière 
dans une zone située près de son extrémité ventrale. Il en résulte que 



XVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

l'actinostome comme l'entérostome s'allongent, et si l'on considère la 
génératrice médio-ventrale comme fixe et postérieure, l'on peut dire 
que toutes les parties de l'actinopharynx sont graduellement exilées 
de plus en plus loin vers l'avant. 

Chez la larve pélagique de YAmphioxus, nous pouvons homo- 
loguer : 

1° Aux loges mésentériques des Cérianthides, les cavités cœio- 
miques. Celles-ci prennent, en effet, naissance par paires d'avant en 
arrière, aux dépens de l'extrémité postérieure de la cavité archenté- 
rique suivant une zone de prolifération voisine du blastopore ; elles se 
développent à partir de la face neurale vers la face opposée, comme 
les loges des Anthozoaires progressent de haut en bas, mais à peine 
formées et avant d'opérer leur descente sur les côtés du corps, elles se 
détachent de l'intestin et en deviennent indépendantes ; 

2° A l'actinopharynx des Cérianthides, le système nerveux qui 
prend naissance aux dépens d'une invagination ectodermique et qui 
se développe d'avant en arrière à partir d'une zone de prolifération 
voisine du blastopore. 

Mais entre la larve pélagique de VAmphioxus et le Cérianthide, il 
y a quatre différences essentielles : 

1° Les tentacules ne se développent pas; 

2° L'entérostome reste réduit au blastopore, c'est-à-dire que 
celui-ci n'est pas intéressé par la croissance secondaire qui allonge 
l'aclinopharynx et la cavité archentérique ; il subsiste dans son état 
primitif au lieu de s'agrandir comme il le ferait chez un Cérianthide : 
il en résulte que l'actinopharynx, au lieu de s'ouvrir suivant toute sa 
longueur dans la cavité digestive, ne communique avec celle-ci que 
par le canal neurentérique ; 

3° L'actinostome se ferme d'arrière en avant, de manière à se 
réduire au neuropore, l'actinopharynx se transformant en un tunnel, 
de sorte qu'en définitive, au lieu de communiquer avec l'extérieur sur 
toute sa longueur par une vaste ouverture, la cavité digestive est en 
relation avec le dehors par un long canal qui lui est superposé; 

4° On voit se constituer une corde dorsale. 

Edouard van Beneden et Julin ( ] ) ont démontré que la corde dorsale 
n'est pas un organe impair, mais qu'elle est formée de cellules 



(*) Éd. van Beneden et Ch. Julin, « Recherches sur la morphologie des Tuni- 
ciers » (Arch. de Biol., VI, 1887). 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. IVI1 

disposées à droite et à gauche de la ligne médiane qui viennent secon- 
dairement se placer à la file les unes des autres dans l'axe de l'orga- 
nisme. 

La corde dorsale se développe comme le système nerveux et comme 
les loges cœlomiques, d'avant en arrière, à partir de la zone de pro- 
lifération voisine du blastopore, c'est-à-dire exactement comme une 
partie quelconque du corps des Cériantliides; nous sommes donc en 
droit de nous demander si elle n'existe pas aussi chez ces derniers. La 
vacuolisation des cellules qui la constituent étant tardive, nous pou- 
vons nous attendre à ce que les cellules qui la représentent chez les 
Cérianthides ne soient pas vacuolisées, et comme la corde dorsale n'est 
que secondairement indépendante de l'endoderme, nous pouvons en 
inférer encore qu'elle se trouvera attachée à l'hypoblaste chez le 
Cérianlhide ancestral. 

Faisons enfin cette remarque que la corde dorsale se présente tout 
à fait comme une avancée de l'endoderme vers le système nerveux, et 
si celui-ci, qui représente l'actinopharynx, se comportait comme en 
principe, c'est-à-dire s'ouvrait sur toute sa iongueur dans la cavité 
digestive, ce serait par l'intermédiaire de la corde dorsale. 

La corde dorsale n'est que l'utilisation cœnogénétique de la double 
rangée de cellules qui, chez le Cérianthide ancestral, établissait la 
soudure entre la cavité archentérique et l'actinopharynx. 

Montrons maintenant que la corde dorsale, l'absence d'allonge- 
ment du blastopore, la transformation de l'actinopharynx en canal et 
la disparition des tentacules sont toutes dispositions corrélatives et 
qu'elles impliquent une adaptation du Prochordé à la vie plancto- 
nique. 

Le Cérianthide est un animal qui vit fixé pendant la plus grande 
partie de son existence; il n'est que temporairement pélagique pour 
la dissémination de l'espèce : sa nourriture consiste en proies plus 
ou moins volumineuses, qu'il capture au moyen de ses tentacules et 
qui peuvent pénétrer facilement dans la cavité digestive par l'actino- 
pharynx. 

En renonçant à une vie sédentaire pour rester à la surface de la 
ni<*r, le Cérianthide qui a donné naissance au Prochordé, a dû subir 
deux modifications: une adaptation à la préhension d'aliments micros- 
copiques, les organismes du plancton, et une adaptation à la flot- 
taison. 

Pour la première adaptation, des tentacules semblables à ceux 
t. xl, ioor> ? 



XVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

des Cœlentérés n'auraient plus été d'aucune utilité et une large 
bouche n'était plus nécessaire. 

La transformation de l'actinopharynx en canal s'est trouvée une 
très heureuse modification : l'eau chargée de micro-organismes 
pénètre par une ouverture située à l'extrémité antérieure du corps, 
le neuropore, parcourt le canal central de la future moelle épinière, 
entraînée par les cils vibratiles qui le tapissent, arrive à l'extrémité 
postérieure du corps, où elle pénètre dans l'archenteron par le blas- 
topore; elle progresse ensuite dans le tube digestif d'arrière en avant, 
suivant un trajet inverse de celui quelle a parcouru dans l'actino- 
pharynx, et elle parvient ainsi à l'extrémité antérieure de l'organisme. 
Là il est nécessaire qu'il y ait un orifice de sortie : cet orifice ne 
pourra pas être sur la ligne médiane, car l'expulsion du liquide 
chasserait l'animal en arrière et entraverait la pénétration de l'eau 
par le neuropore; l'orifice sera donc latéral, et il existe : ce ne peut 
être que la glande en massue de YAmphioxus que Edouard van Bene- 
den et Julin (loc. cit.) ont homologué à l'intestin terminal des Tuni- 
ciers. 

Seulement, cet ingénieux dispositif ne peut fonctionner efficace- 
ment qu'à la condition que le canal actinopharyngien et le tube 
digestif soient maintenus dans une direction rectiligne, et c'est ici 
qu'intervient le rôle de la corde dorsale comme tuteur d'un corps 
entièrement mou en principe. 

Les cellules de l'hypoblaste des Cnidozoaires ont une tendance 
prononcée à la vacuolisation : celles qui remplissent les tentacules de 
beaucoup d'Hydroïdes, notamment, sont tout à fait semblables à 
celles de la corde dorsale et elles contribuent à la rigidité de ces 
organes. 

Il aura été très avantageux chez le Prochordé que les cellules 
destinées en principe à souder l'hypoblaste à factinopharynx et 
devenues sans emploi aient subi la vacuolisation et aient fini par 
constituer un organe de soutien indépendant du tube digestif. 

La corde dorsale s'est trouvée encore utile à un autre point de 
vue, l'adaptation de l'animal à la flottaison. Pour se maintenir à la 
surface de l'eau, les organismes du plancton peuvent offrir deux 
particularités : ils renferment des substances gazeuses ou liquides 
qui assurent leur légèreté, ou bien ils présentent une augmentation 
de surface qui se traduit bien souvent par la possession de protubé- 
rances plus ou moins aciculaires. Ces prolongements ne sont utiles 



BULLETINS DES SÉANCES. — A.YM .1 XIX 

qu'à la condition d'être rigides, et ce résultat est atteint grâce à la 
présence d'un squelette qui peut être externe comme chez les Dia- 
tomées, les Péridiniens ou les larves de Crustacés, mais aussi interne 
comme dans les larves d'Échinodermes. La larve de YAmphioxus 
passe par un stade que l'on pourrait appeler bacilliforme, dans 
lequel l'organisme ressemblant à une aiguille rendue rigide par la 
corde dorsale, est comparable dans son entièreté à l'un des appen- 
dices d'un pi ut eus. 

La corde dorsale est donc à deux fins : elle favorise l'adaptation 
du Prochordé à la préhension d'aliments microscopiques, et elle lui 
permet la vie flottante dans le plancton. 

Je pourrais essayer de montrer comment ce type Prochordé a 
donné naissance d'une part au Tunicier, d'autre part au Vertébré, 
mais je m'arrête, n'ayant voulu traiter ici que de l'origine de la 
corde dorsale. 

La séance est levée à 9 l / 2 heures. 



Séance du 8 avril. 
Présidence de M. Klmna. 

La séance est ouverte à 8 heures. 

La Société décide de participer à l'Exposition universelle et inter- 
nationale de Liège en 1905. Une collection de ses publications et un 
cadre contenant une série de planches extraites des Annale* figure- 
ront dans le groupe I, classe 11, parmi les expositions groupées sous 
la rubrique « Enseignement supérieur ». 

Bibliothèque. 

Dons des auteurs : 

M. de Contreras : Les oiseaux observes en Belgique : 1. Les Gijm- 
nopaides. (Bruxelles, 1904.) 

(i. IVwalque : Catalogue des météorites dans les collections belges, 
— Un précurseur oublié, inconnu aux chercheurs de houille dans le 
Limbourg (Ex : Anis. Soc. GftOL. de Belg.; Liège, 1905). — La me- 



XX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

téorite d'Amana et la nouvelle communication de M. le professeur 
Hinrichs (Ex : Bull. Acad. roy. de Belg.; Bruxelles, 1905). 

Des remerciements sont votés aux donateurs. 
La séance est levée à 8 l / 2 heures. 



Séance du 13 mai. 

Présidence de M. Kemna. 

La séance est ouverte à 8 heures du soir. 

Les comptes rendus des séances de janvier, février et mars 1905, 
contenus dans la feuille 1 des Bulletins, sont déclarés adoptés. 

Correspondance. 

L'Académie des Sciences et Arts de la Slavonie méridionale, à 
Agram, annonce le décès de son fondateur, le révérend Joseph- 
Georges Strossmayer. [Condoléances.) 

M. le Commissaire général du Gouvernement belge à l' Exposition 
universelle de Saint-Louis en 1904, fait savoir que les jurys ont 
accordé à la Société le diplôme de médaille d'or en collectivité, 
groupe 8. 

M. Théodore Kormos, de l'Institut géographique de l'Université 
royale de Hongrie, à Budapest, envoie une liste de Mollusques 
terrestres et fluviatiles hongrois et sollicite des échanges. 

Bibliothèque. 

Dons des auteurs : 

R. d'Andrimont : V allure des nappes aquifères contenues dans 
des terrains perméables en petit, au voisinage de la mer. — Note 
préliminaire sur une nouvelle méthode pour étudier expérimentale- 
ment l'allure des nappes aquifères dans les terrains perméables en 
petit (Ex : Ann. [Mëm.J Soc. géol. de Belg.; Liège, 1905). — Sotte 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 19 XXI 

sur les conditions hydrologiques de la Campine (Ex : Revue Univ. 
des Mines, de la Métallurg., etc.; Liège, 1905.) 

M, Mourlon : Compte rendu de F excursion géologique aux envi- 
rons de Bruxelles, à Ketelberg, Etterbeek, Watermael, Bo ils fort, 
Stockel et Tervueren, le dimanche 12 juin 1904 (Ex : Bull. Soc. 
belge de Géol. ; Bruxelles, 1905). 

Des remerciements sont votés aux donateurs. 

Dépôt : 

Bulletins des séances, t. XL, 1905, feuille 1, parue le 12 mai. 

Le Secrétaire général dépose également un exemplaire broché des 
Bulletins des séances pour l'année 1904 et annonce la prochaine 
apparition du tome XL1X, 1904, des Annales. 

Communication du Conseil. 

Le Conseil a examiné différentes propositions relatives à la cession 
des collections de la Société. Préférant ne pas prendre de décision 
sans avoir à nouveau consulté la Société, il portera la question à 
l'ordre du jour de la séance du 10 juin, afin qu'elle reçoive une solu- 
tion définitive. 

Communications. 

M. Kemna présente une série de préparations microscopiques du 
plankton vivant recueilli aux bassins de filtrage des eaux de la Nèthe, 
à Waelhem, et fournit à propos des Infusoires (Bursaria, etc.), Roti- 
fàres(Polyarthra, Brachionus, ceux-ci envahis par des parasites Ber- 
tramia [Glugea]), Volvocidés, Péridiniens, etc., de multiples et inté- 
ressantes explications. 

M. Scfiouteden montre quelques Amphioxus en vie rapportés 
récemment de Naples par M. P. Francotle. Les Acraniens, apportés 
brusquement à la lumière, se livrent pendant quelques secondes à des 
mouvements très vifs, puis ils tombent au fond du bocal comme 
épuisés et y demeurent immobiles, couchés sur le flanc. 

M. Kemna rappelle que lors du soixantième anniversaire de Haeckel 
eut lieu un banquet dont le menu comportait des « bouchées an» 



XXII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

traies », où les crevettes traditionnelles avaient été, pour rendre 
hommage à l'illustre zoologiste, remplacées par des Amphioxus. 
Il ajoute qu'à Naples ces animaux sont d'une fréquence très grande. 

AI. Weyers rappelle que Y Amphioxus a été signalé sur les côtes 
belges. 

Communications. 

BRYOZOAIRE NOUVEAU POUR LA FAUNE BELGE, 
Par K. LOPPENS. 

Schizoporella hijalina, L., vit sur Flustra foliacea en colonies assez 
nombreuses mais petites. J'en ai trouvé un assez grand nombre au 
cours de l'hiver* dernier; on peut donc considérer cette espèce comme 
relativement commune; il est curieux cependant qu'avant celle 
époque je n'ai jamais trouvé Schizoporella dans la zone belge. 

RAPIDE MULTIPLICATION DE QUELQUES BRYOZOAIRES ET HYDROÏDES, 

Par K. LOPPENS. 

Flustra foliacea, \)wv exemple, qui à certaines époques est rejeté en 
si grande quantité sur la plage, ne semble cependant jamais dimi- 
nuer; les pécheurs en arrachent également beaucoup en chalulant les 
Crevettes; or, la plupart des colonies sont composées d'un nombre 
de loges vraiment énorme : une colonie pesant 13 grammes élnil 
composée d'environ 1,333,000 loges. 

Une particularité intéressante de Flustra foliacea, c'est qu'un 
grand nombre d'autres Bryozoaires s'y fixent, de façon qu'il suffit de 
se procurer une certaine quantité de colonies pour pouvoir étudier 
maint Bryozoaire et même des Hydroïdes dont quelques espèces sont 
assez rares le long de nos côles. On trouve notamment sur les FI. 
foliacea : Crisia chimie a, Crisia denticulata, Scrupocellaria reptans, 
Scrupocellaria scruposa, Bicellaria ciliata, Bugula flabellata, Micro- 
porella ciliata, Schizoporella hyaliua, Membranipora pilosa, Campa- 
nularia intégra, Sertularia tenella. 

Sur plusieurs colonies de Membranipora membranacca, xnw non 
denté, fixées sur des planches, immergées seulement depuis deux 
mois et demi, j'ai trouvé des colonies de forme plus ou moins circu- 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. XX III 

laire ayant un diamètre de 6 à 7 centimètres et composées d'environ 
7,000 loges. 

Des colonies de Bugula flabellata, observées sur des briques immer- 
gées dans le bassin de Nieuport, avaient déjà 2 loges, cinq jours 
après la fixation de la larve; dix- sept jours après la fixation, les 
colonies avaient déjà plusieurs branches, étaient hautes de 7 milli- 
mètres et composées d'environ 100 loges chacune. 

Certains Hydroïdes sont également remarquables sous ce point de 
vue. Sur des planches immergées depuis soixante-quatorze jours, j'ai 
trouvé des touffes de Cordylopkora lacustris composées de plusieurs 
centaines de colonies, dont la plupart avaient déjà o centimètres de 
haut. 

K. GOLDSCHMIDT. — « Amphioxides, Vertreter einer neuen Acranier-Pamilie. * 
(Biologisches Centralblatt, 1 April 1905.; — Compte rendu bibliographique, par 
Ad. Kemna. 

Dans le matériel des Poissons du Challenger il y avait un exem- 
plaire unique, fort mal conservé, d'un Amphioxus dépourvu d'appareil 
l en ta eu laire oral, dont Gûnther (1889) fit une nouvelle espèce : 
B ranch lostoma pelagicum. On sait que la dénomination « Branchio- 
stoina » consacre une interprétation anatomique ou plutôt physiolo- 
gique erronée, car les tentacules circumoraux ne fonctionnent nulle- 
ment comme des branchies. Pour la nouvelle espèce, à l'erreur 
physiologique s'ajoutait une contradiction anatomique, puisque 
fanimal était surtout caractérisé par l'absence de tentacules. C'est un 
exemple de plus que dans la nomenclature zpologique, il faut faire 
complètement abstraction de la signification étymologique. 

En dehors de cette absence de tentacules, dont Gunther n'était 
même pas absolument sûr si c'était un caractère naturel, le triste état 
de conservation de cet exemplaire unique n'a pas permis de donner 
plus de détails. Miss Kirkaldy l'a examiné à nouveau, mais n'a pas 
été plus heureuse. L'organisme entra donc dans la littérature zoolo- 
gique comme espèce à situation incertaine. GUI (1895) l'éleva au rang 
de genre, Amphioxides. Dans leur excellent Traite de Zoologie 
concrète, Delage et Hérouard sont d'avis que si l'absence de tenta- 
cules se continuait, c'est au moins un ordre distinct qu'il faudrait 
constituer. On peut estimer que c'est donner beaucoup dïmportai 
à un appareil teritaculaire, mais eVst Uâe question d'appréciation, 



XXIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

pour laquelle nous manquent les éléments suffisants. La valeur taxo- 
nomique des caractères n'est pas quelque chose d'absolu et d'intrin- 
sèque, mais de purement relatif, résultant de la comparaison de 
toutes les formes considérées. Or, nous n'avons comme Acraniens 
qu'un petit nombre de formes fort voisines les unes des autres, toutes 
renfermées dans le seul genre Amphioxus ou Branchiostoma, mais 
toutes munies de tentacules. L'absence de cet appareil peut donc 
justifier une séparation générique; c'est la correction que Gill a 
apporté à la classification de Gùnther. D'un autre côté, rien ne force 
à attribuer à cette couronne tentaculaire une signification morpho- 
logique considérable; la correction de Gill semble donc suffisante, 
celle de Delage et Hérouard peut être quelque peu exagérée. 

Ce n'est qu'en 1903 que de nouveaux exemplaires furent décrits, 
un par Cooper, six par Tattersall ; mais ils étaient encore plus mal 
arrangés que celui du Challenger. Le seul renseignement fourni par 
Cooper est que la région branchiale, d'ordinaire si étendue, doit au 
contraire être fort réduite chez l'espèce pélagique. 

Parker (1904), en possession d'un exemplaire « exceptionnellement 
bien conservé », put confirmer quelques-uns des faits avancés par 
Gùnther, notamment l'absence de tentacules oraux et la présence de 
trente-trois paires de gonades tellement rapprochées, quelles parais- 
sent former une série unique médiane ventrale et non deux séries 
latérales. Cooper avait dit que la région branchiale était fort réduite; 
Parker déclare ne pas avoir trouvé de région branchiale du tout. 
Ce résultat était fait pour surprendre. 

L'expédition allemande de la Valdivia a rapporté vingt-six exem- 
plaires, tous bien conservés heureusement et dont l'étude a été 
confiée à Goldschmidt (Munich). L'article du Biologisches Central- 
blatt est une communication préliminaire, en attendant le mémoire 
détaillé. 

Tous les exemplaires sont réunis dans le genre Amphioxides, mais 
répartis entre trois espèces fort voisines : l'ancien type pelagicus de 
Gùnther et deux espèces nouvelles A. valdiviœ et A. stenurus Tous 
sont de jeunes individus, la plupart avec les premiers rudiments des 
organes génitaux, quelques-uns avec les gonades un peu plus déve- 
loppées. Le genre de vie est bien pélagique, car ils proviennent tous 
de la pleine mer, parfois à plusieurs centaines de lieues de la côte la 
plus proche. Ils viennent tous des grandes profondeurs, ayant été 
captés au filet remontant. La distribution géographique semble être 



BULLETINS IM'.s SEANCES. — ANNKK 1 \\V 

circuméquatoriale, dans l'Atlantique, le Pacifique et l'océan Indien ; 
la plupart des exemplaires connus viennent de l'océan Indien. 

L'animal est très étroit et allongé, avec une nageoire caudale for- 
tement développée. Vu de profil, la hauteur du corps, c'est-à-dire le 
diamètre vertical, est partout le même; les masses musculaires ou 
myotomes s'atténuent graduellement d'avant en arrière et dans la 
partie postérieure il n'y a plus qu'un prolongement de la corde, sans 
masses musculaires, et jusqu'au bout extrême de la queue; mais la 
nageoire verticale devient de plus en plus haute et maintient ainsi le 
profil. Il n'y a donc plus deux pointes, le rostre en avant, la nageoire 
caudale en arrière, celle ci séparée du tronc par un étranglement; 
il y a un rostre atténué en avant et une nageoire caudale arrondie. 
Les termes « Amphioxus » et « Lanzetfisch » sont donc pour ces 
nouvelles formes étymologiquement inexacts. 

Le développement de la nageoire caudale du genre Amphioxides 
peut être mis en rapport logique avec son habitat pélagique. Dans le 
genre Amphioxus proprement dit ou Branchiostoma, comme le 
veulent les règles du purisme linguistique, l'habitat est arénicole et la 
natation n'est qu'intermittente. Malgré l'habitat pélagique, il n'est pas 
certain que chez Amphioxides la natation soit permanente et continue 
comme chez les Poissons. On peut parfaitement concevoir des périodes 
de mouvement, alternant avec des périodes de repos ou d'atonie mus- 
culaire. L'absence d'hémoglobine dans le sang permet même de con- 
sidérer comme peu probable une natation continue; car c'est l'excès 
d'oxygène fixé par l'hémoglobine qui doit pourvoir à la dépense 
respiratoire considérable d'une action musculaire constante (voir 
Caractères des Vertébrés, ce recueil, vol. XXXVIII, 1903, p. cv). 
Pendant les périodes d'inactivité, l'animal flotterait dans la masse de 
l'eau, et M. Lameere, comme il l'a déclaré dans une des dernières 
séances, est tenté de considérer l'allongement du corps, la forme 
presque bacillaire, comme une adaptation au genre de vie plankto- 
nique. Comme chez les Appendiculaires, les mouvements natatoires 
auraient moins pour effet de faire progresser ranimai horizontale- 
ment que de contrebalancer la chute pendant les périodes de repos et 
de le relever. On pourrait mettre en rapport avec ce relèvement 
l'incurvation du corps en concavité dorsale et convexité ventrale que 
présente Branchiostoma, et aussi, à un degré beaucoup plus marqué, 
Amphioxides, à en juger par une figure de Goldschmidt. Celte cour- 
bure du corps semble bien devoir transformer un mouvemenl de 



XXVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

simple translation en avant, en un mouvement ascensionnel; ce serait 
une action analogue à celle résultant de la position des nageoires 
latérales, étudiée par Alilborn. 

La constilution anatomique de cette nageoire caudale est également 
fort remarquable; elle est soutenue par des filaments fins, comme 
chez les jeunes larves de Branchiostoma ordinaire. Nous rencontrons 
donc dès le début, chez Amphioxides presque adulte, la persistance 
d'un caractère, larvaire dans le genre ordinaire, plus anciennement 
connu. Les structures dénommées rayons des nageoires et renfermées 
dans des cavités n'existent que dans la région dorsale et manquent 
entièrement dans la région ventrale (contrairement à Branchiostoma). 
Les plis métapleures sont indépendants de la nageoire caudale (au 
lieu d'être en continuité par l'intermédiaire d'une double rangée de 
rayons); le pli droit est beaucoup plus fortement développé que le 
gauche. 

On a vu plus haut que, d'après Cooper, la région branchiale 
devait être très réduite et même que Parker n'avait pas trouvé de 
région branchiale. Goldschmidt déclare qu'il y a trente-quatre fentes 
branchiales impaires s'ouvrant sur la ligne médiane ventrale entre 
les métapleures et directement au dehors, car il n'y a pas de cavité 
péribranehiale, par conséquent pus non plus d'atriopore. Les arcs 
branchiaux pairs entre les fentes sont plissés et transformés en des 
sacs rappelant au premier aspect des gonades, qui ont, en etFet, été 
décrits comme tels; c'est même la présence dans la partie antérieure 
de ces prétendues gonades qui a fait considérer la région branchiale 
comme très réduite. Des fibres musculaires lisses transversales ven- 
trales appartiennent à chaque arc et forment un sphincter autour de 
chaque lente. Les fentes correspondent exactement aux segments ; 
mais devant le premier myotome il y a encore de deux à quatre 
fentes, légèrement réduites et accompagnées de mésoderme non dif- 
férencié. Ce dernier fait est, d'après Goldschmidt, important pour la 
métamérie céphalique des Acraniens, « mais ces indications doivent 
suffire ici ». 

Dans la région branchiale du corps, le tube digestif montre laté- 
ralement de chaque côté un pli saillant longitudinal se projetant 
dans la lumière du tube. La coupe transversale serait donc non un 
cercle, un zéro (0), mais plutôt un huit (8). Les deux plis latéraux 
saillants subdivisent donc le tube digestif en deux tubes superposés 
parallèles, dispositif qui se retrouve exactement chez les Entérop- 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. XXVII 

neustes et seulement dans ce groupe. Il est inutile d'insister sur la 
très grande importance de ce rapprochement. Il y a toutefois une 
différence : chez les Entéropneustes, la portion dorsale est respira- 
toire et percée par des fentes branchiales, la portion ventrale est 
œsophagienne; tandis que chez Amphioxides c'est l'inverse, la por- 
tion ventrale portant les orifices branchiaux sur la ligne médiane. 
La portion dorsale œsophagienne communique avec la bouche située 
sur le côté gauche et munie d'une forte musculature qui peut fermer 
l'orifice. 

Devant la bouche, également à gauche, s'ouvre par une grande 
fente l'organe sensoriel préoral, très développé, avec des diverti- 
cules dorsaux et postérieurs. Il n'y a pas de cœcum hépatique. 
Les gonades n'existent qu'a droite. Les arcs branchiaux et la mus- 
culature sont symétriques (donc pas de chevauchement latéral). 
L'endostyle commence au bout aveugle antérieur du tube digestif 
(la bouche occupant une situation latérale à gauche), décrit une 
courbe vers le dos et s'étend dans la portion œsophagienne sur la 
droite. 

L'absence de cavité péribranchiale, la situation des fentes en une 
seule série ventrale, de la bouche à gauche, de l'endostyle à droite, 
l'absence de diverticule hépatique, sont autant de caractères qu'on 
connaît chez Branchiostoma dans le cours du développement, mais 
comme dispositions provisoires. La première idée qui se présente a 
l'esprit est que nous avons affaire à des larves, et Goldschmidt rap- 
pelle que, en effet, Cooper a décrit comme larves pélagiques, ce qui 
était en réalité déjeunes Amphioxides. La présence de gonades non 
encore mûres, il est vrai, démontre que les individus examinés sont 
plus que des larves, au moins des adolescents. Mais cela encore n 
pas absolument probant, car ce peut être, ou un cas de persistance 
de caractères larvaires chez l'adulte ou une précocité sexuelle de la 
larve. La possibilité d'un cas de néolénie se présente naturellement à 
l'esprit et Goldschmidt y a songé, mais il déclare que cette Interpré- 
tation n'est pas admissible; les raisons seront développées dans le 
mémoire faisant partie des publications de la Valdivia. 

Nous avons donc en Amphioxides une forme nouvelle d'Acranien, 
à laquelle il faut désigner une place dans la classification. Nous 
avons vu que Delage et lléronard, rien que pour l'absence d'appareil 
tentaculaire, parlaient d'un ordre distinct ; que diraient-ils mainte- 
nant; après la découverte de toute Une série de diffères mcoup 



XXVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOCIQUE ET MALÀCOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

plus importantes? Goldschmidt se borne à créer une nouvelle famille 
et la classificnlion deviendrait la suivante : 

Classe ACRANIENS, Hieckel. 

1 1C famille : Branchiostomidés, Bon. 

Acraniens avec cavité péribranchiale, bouche ventrale garnie de 
cirrhes, intestin antérieur avec fentes branchiales sur toute sa hau- 
teur. Type : Bvanchiostoma lanceolatum, Yarrell. 

2 e famille : Amphioxididés. fam. nov. 

Acraniens sans cavité péribranchiale, bouche sous forme de fente 
située à gauche; fentes branchiales sur la ligne médiane ventrale, 
intestin antérieur séparé en une portion dorsale nutritive et une por- 
tion ventrale respiratoire. Vie pélagique. 

Genre unique : Amphioxides. Gill, avec les caractères de la famille. 

1. A. pelagicus, Gûnther. — Corde continuée en pointe dans la 
queue terminale, 15 myotomes postanaux. 

2. A. valdiviœ, nov. spec. — Corde tronquée avant la termi- 
naison de la queue, 11 myotomes poslanaux. 

3. A. stenuvus, nov. spec. — Myotomes 55 : 15, région posté- 
rieure très étroite. 

Goldschmidt admet Amphioxides comme primitif par rapport à 
Bvanchiostoma et explique les particularités du développement de 
i'Amphioxus comme un rappel ontogénique de la forme primitive. 
L'apparition des fentes branchiales d'abord sur la ligne médiane ven- 
trale serait l'état primitif des Cordés, permanent chez Amphioxides, 
transitoire chez Bvanchiostoma. « Par suite de la disposition de la 
musculature, qui est prête quand les fentes branchiales se percent, 
toute autre ouverture que ventralement entre les métapleures est 
exclue. » Cette phrase ne peut se comprendre que comme une tenta- 
tive d'expliquer, par une cause pour ainsi dire mécanique, la locali- 
sation des fentes branchiales sur la ligne médiane ventrale. « L'ex- 
tension ventrale des fentes jusqu'au bout antérieur de l'intestin exige 
le percement de la bouche dans la portion dorsale nutritive et ce 
percement se fait sur le côté gauche. » Quelques lignes plus haut, 
l'auteur a dit que « dans la région de la bouche l'intestin est forte- 
ment dévié à droite et nous pouvons démontrer que ce déplacement, 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE I XXIX 

qui s'efface de nouveau chez des exemplaires plus âgés, est une con- 
séquence du percement de la bouche dans la région nutritive dor- 
sale. » Faut-il considérer ceci également comme une tentative 
d'expliquer la situation asymétrique de la bouche par des nécessités 
résultant de la situation topographique des organes? Le raisonne- 
ment semble être que par suite de l'extension en avant de la région 
branchiale, il n'y a plus assez de place à l'extrémité tout à fait anté- 
rieure et dans la ligne médiane et que, par conséquent, la bouche 
doit se percer sur un des côtés. L'auteur admet aussi une relation 
entre la situation de la bouche à gauche et la déviation à cet endroit 
du tube digestif vers la droite; mais l'asymétrie de la bouche serait 
la cause et non l'effet de la déviation du tube digestif. 

L'endostyle occupe aussi une position asymétrique, tant chez 
Amphioxides que chez Bmnchiostoma larvaire; il a pour mission de 
retenir les particules alimentaires et de les empêcher de s'engager 
dans la portion respiratoire. Goldschmidt considère aussi cette posi- 
tion asymétrique comme primitive et il a raison en ce sens que chez 
Branchiostoma adulte, la symétrie bilatérale résulte d'un réarrange- 
ment secondaire des organes. Mais on doit se demander si chez les 
ancêtres, quand l'endostyle s'est constitué, il n'était pas symétrique et 
ventralement médian; les éléments d'information font défaut pour 
donner une réponse précise ; le seul fait qu'on pourrait invoquer ce 
sont les Tuniciers. A priori, on est fortement tenté de considérer 
l'endostyle comme un organe essentiellement médian et il faudra de 
bons arguments pour faire revenir les Zoologistes de cette pré- 
vention. 

Du moment que la situation médiane des fentes branchiales en une 
série unique ventrale, la situation de la bouche à gauche, de l'endo- 
style à droite sont considérées comme primitives, Goldschmidt est 
logiquement amené à déclasser les phénomènes ultérieurs du déve- 
loppement ontogénique de Branchiostoma « comme des modifications 
s'écartant loin du tronc des Cordés et déterminées par l'habitat du 
fond (arénicolie). Ceci nécessite d'abord une plus grande surface res- 
piratoire, ce qui ne peut être réalisé, dans les conditions données, 
qu'en présentant au milieu ambiant une plus grande surface, (/est ce 
qui se produit par la constitution de la cavité péribranchiale : me' 
portion du monde extérieur est incorporée dans l'Animal. Maintenant 
se forment de nouvelles fentes branchiales, qui s'accroissent et qui 
refoulent vers la gauche la série primitivement médiane et qui s'étail 



XXX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

déplacée vers la droite. Il se rétablit ainsi une symétrie apparente, 
de même que la bouche se met dans le plan de symétrie. Les séries 
gauche et droite des fentes branchiales de Branchiostoma se montrent 
donc comme choses tout à fait hétérogènes, l'endostyle occupant le 
plan de symétrie comme un organe nullement symétrique, de même 
que la bouche et Branchiostoma tout entier comme une forme extrê- 
mement modifiée par son genre de vie ». 

Toutes ces particularités de l'ontogénie de Branchiostoma, ne 
cadrant pas avec le schéma général des Cordés, étaient généralement 
laissées en dehors des spéculations phylogéniques et plus ou moins 
tacitement considérées comme cénogéniques Or, nous les retrouvons 
chez Amphio.rides à l'état de caractères permanents de l'adulte, et 
cette forme se montre nettement inférieure et primitive par d'autres 
caractères, tels que l'absence de cavité péri branchiale et de diverti- 
cule hépatique. Si Amphioxides n'est pas un cas de néoténie, les 
anomalies du développement de Branchiostoma sont un rappel phy- 
logénique; on ne peut plus s'en débarrasser par l'échappatoire com- 
mode de la cénogénèse et elles deviennent fort gênantes. Les modifi- 
cations ultérieures de Branchiostoma, telles que la formation d'une 
cavité péribranchiale, l'apparition d'une série droite de fentes et le 
réarrangement symétrique de ces organes, auraient été la consé- 
quence du changement de la vie pélagique à la vie arénicole ; mais 
le caractère adaptif de ces modifications n'est pas bien évident, il n'y 
a pas une relation incontestable de cause à effet. On ne voit pas, par 
exemple, la nécessité d'un accroissement de surface respiratoire pour 
farénicolie, ni l'avantage d'un rétablissement de la symétrie. Les 
explications de Goldschmidt à ce sujet sont loin de satisfaire l'esprit. 
Voilà pour les rapports des deux familles d'Acraniens entre elles, 
c'est-à-dire pour la transformation phylogénique d' Amphioxides en 
Branchiostoma . 

Considérons maintenant le groupe des Acraniens dans son ensem- 
ble et par rapport au reste des Cordés. Des organes aussi essentiel- 
lement médians que la bouche et l'endostyle sont hors d'axe et 
Amphioxides peut expliquer sous ce rapport Branchiostoma larvaire. 
Mais Amphioxides lui-même n'a-t-il pas besoin d'explication et son 
asymétrie n'est-elle pas aussi une anomalie? Il semble que pour 
Goldschmidt, Amphioxides représente le type Cordé, même pour ces 
particularités tout à fait étranges. Mais il est difficile d'admettre 
l'hétérogénéité des fentes branchiales des deux côtés chez les Pois- 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE I \\.\l 

sons; toute l'anatomie comparée des Vertébrés proteste contre une 

pareille supposition. 

Pour le moment, il semble plus rationnel de considérer ces parti- 
cularités sous le même jour que les ocelles myéliques de Branehto- 
stoma (voir Structures cérébrales dorsales, ce recueil, t. \\\1\, 
p. 176, 1904). 

Ces singularités auraient apparu après que le petit groupe des 
Amphioxidés se serait isolé du tronc commun des Cordés; par cou 
quent, elles ne peuvent pas être comprises dans les caractères géné- 
raux des Acraniens. Ce petit groupe des seuls Acraniens parvenus 
jusqu'à nous doit s'être constitué sous des conditions toutes spéciales, 
ayant amené une asymétrie marquée., Les deux familles connues sont 
fort voisines et Amphioxidés, par plusieurs caractères importants, 
paraît plus primitif; mais, pourtant, il montre à d'autres égards di s 
adaptations fort spéciales, telle que l'extrême complication des arcs 
branchiaux, transformés à leur bout distal en des poches, et le déve- 
loppement de la musculature en un sphincter autour de chaque fente. 
Ces fentes occupent une situation médiane ventrale, mais elles sont 
toutes gauches par rapport à l'endostyle; au lieu d'y voir une symé- 
trie primitive, on peut tout aussi bien interpréter ce dispositif comme 
une asymétrie poussée beaucoup plus loin que chez Branchiostoma, 
puisqu'elle a abouti à la suppression définitive de toute la rangée 
droite. Dans cette façon de considérer les choses, le point de départ, 
type des Cordés, est un organisme normal et symétrique et cette symé- 
trie primitive a passé à tous ses descendants Craniotes; seul un petii 
groupe d'Acraniens a été affecté d'asymétrie, pour des raisons encore 
inconnues. On évite ainsi la conclusion que les fentes branchiales 
d'une même paire seraient des choses morphologiquement dissembla- 
bles, quoique situées entre des arcs bien certainement homologues. 

Il est plus que probable que toutes ces objections se sont présentées 
à l'esprit d'un zoologiste comme Goldschmidt et, par conséquent, 
qu'il a dû y trouver des réponses pour conclure comme il l'a fait. Sa 
communication préliminaire se borne, pour les laits, aux plus essen- 
tiels et, pour les considérations théoriques, à quelques indications 
plus sommaires encore; il en dit trop ou pas assez. On voudrait avoir 
plus de renseignements sur cet organisme «l'un si haut intérêt. I 
impatience du lecteur est, en somme, un hommage a l'auteur et < 
lement, il faut l'espérer, une incitation a ne pas faire attendre trop 
longtemps le mémoire détaillé annoncé. 



XXXII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

M. Schouleden dépose un travail intitulé : Notes sur les organismes 
inférieurs (2 e note). 

L'assemblée décide que ce travail prendra place parmi les Mémoires 
de 1905. 

La séance est levée à 9 l /i heures. 



Séance du 10 juin. 

Présidence de M. Klmna. 
La séance est ouverle à 8 heures dans la salle de la Société. 

Correspondance. 

La Société enregistre avec regret le décès de M. Alfred Potier, 
membre de l'Institut, Inspecteur général des Mines retraité, Profes- 
seur et examinateur honoraire à l'École polytechnique, survenu à 
Paris le 8 mai dernier. 

M. Potier était membre effectif depuis 1873. 

L'Académie slavonne d'Agram fait part de la mort de M. Ivan 
Tkalcic. (Condoléances. ) 

La Société entomologique de Belgique annonce qu'elle vient de 
célébrer le cinquantième anniversaire de sa fondation. (Félicitations.) 

Bibliothèque. 

Dons des auteurs : 

J. G. Hidalgo : Catalogo de los Moluscos testâceos de las islas 
Filipinas, Jolô y Marianas, Livr. II. — Noticia sobre las faunas mala- 
colôgicas del archipiélago de Jolô é islas Marianas : /. Moluscos 
marinos. — Catalogo de los Moluscos marinos testâceos de Santander. 
— Distinciôn de dos nuevas especies de Moluscos gastrôpodos (Ex : 
Revistade la R. Acad. de Cienc; Madrid, 1904-1905). 

H. Schouteden : Notes sur quelques Amibes et Choa7ioflagella(es 
(Ex : Archiv fur Protistenkunde, t. V; Jena 1905). — Lângsteilung 



RlLLKTl.NS DKS SÉANCKS. — AiNîSÉK ] XWllI 

bei Oalina r an arum (Ex : Zoologischkr Anzkigeh, t. X.XV11I; 
Leipzig, 1905). 

Des remerciements sont votés aux donateurs. 

Dépôts : 
Annales, t. XXXIX, 1904, paru le 10 juin. 

Tirés a part : 
Aug. Lameere : L'origine de la corde dorsale (Bulletins, 1905). 

H. Schouleden : Notes sur les organismes inférieurs (2 H noie) 
(Mémoires, 1905). 

Album. 

M. J.-C. Hidalgo envoie son portrait. (Remerciements.) 

Cession des collections. — Décision définitive. 

L'ordre du jour de l'assemblée comportait la prise d'une décision 
définitive au sujet de la cession des collections de la Société. 

Après discussion, il est décidé de ne pas scinder les collections, 
lesquelles se composent d'un important gênera de coquilles vivantes 
et fossiles, de collections fossiles spéciales du pliocène d'Italie, de 
l'éocène du bassin parisien, de la collection des mollusques vivants de 
Belgique, réunie par J. Colbeau et acquise naguère pour 500 lianes 
par la Société lors de la vente des collections de son Fondateur, etc., et 
de les offrir en bloc au Musée royal d'Histoire naturelle de Belgique. 
Ce don est fait à l'État sous la réserve du paiement, par celui-ci, 
d'une somme de 300 francs. De plus, il est entendu que lorsque le 
Musée aura effectué le transport des collections qui lui sont offertes, 
du local de la Société dans ses locaux et qu'il en aura retire toul ce 
qui peut lui être utile, la Société conserve le droit de cvdw à son 
profit le reliquat de la façon qu'elle décidera. 

Excursion. 

M. Kemna invite les membres à visiter les installations de filli 
des eaux delà Nèthe, à Waeihem. dette excursion aura lieu le lundi 
de la Pentecôte, le 12 juin, dans l'a près dîner. 

T. XL, 190"> ;i 



XXXIV SOCIÉTÉ ROULE ZOOLOGIO.UE ET MAUCOLOGlQUE DE BELGIQUE, 

Communication. 

PÉNÉTRATION ET MIGRATION DE L'ANKYLOSTOME, 
Par Ad. KEMNA. 

On admettait jusqu'ici l'infection des malades par ingestion orale 
des œufs ou des larves. Il résulte des travaux du D r Loosz, du Caire, 
confirmés par Schaudinn, que la larve mobile et très active peut 
pénétrer à travers la peau sans laisser la moindre trace. Elle arrive 
par la lymphe et le sang dans le poumon, traverse alors les parois 
des vésicules, rampe par les bronches jusqu'à la glotte et un mouve- 
ment de déglutition de l'individu amène le parasite dans l'estomac. 

Ce travail a une importance scientifique considérable en faisant 
connaître une très curieuse pérégrination de parasite; il a aussi une 
grande portée pratique. Toutes les précautions prises dans les mines 
pour atténuer ce qui est devenu un véritable tléau, sont basées sur 
la notion de l'infection par la voie orale. Ces précautions ne sont 
certes pas inutiles, on peut même continuer à les considérer comme 
indispensables, mais il faut aussi les considérer comme insuffisantes. 
On ne voit pas bien comment on pourrait lutter contre l'infection par 
la voie cutanée, étant données les conditions du travail du mineur. 
Ici aussi, il semble plus facile de prévenir que de guérir: ce n'est pas 
le mineur qu'il faut protéger, c'est la mine elle-même ; une surveil- 
lance sanitaire convenablement organisée, surtout constante, peut 
écarter du personnel tous les cas suspects. Pour la désinfection d'une 
mine contaminée, la plupart des antiseptiques ont échoué; Ja chaux 
paraît avoir donné les résultats les meilleurs. 

La durée de la vie d'un Ankylostome a été évaluée par Goldberg à 
environ six ans. Comme chez tous les parasites, les chances minimes 
de trouver le logement convenable amènent une compensation par le 
grand nombre des œufs; le D r Kayszer, de Dortmund, a trouvé de 
600,000 à 700,000 œufs dans 100 grammes de matières fécales 
d'un malade. Ces œufs, fort caractéristiques, sont le plus sûr moyen 
de diagnostiquer l'affection. L'éclosion est favorisée par une tempé- 
rature constante et assez élevée (25° C.) et par l'humidité. Cela seul 
indique un organisme tropical et en effet, l'anémie des nègres a été 
démontrée être de l'Ankylostomase. La maladie est connue de toute 
antiquité en Egypte. Le ver a été trouvé en 1789, par Frôlich, mais 
le rapport pathogénique a été indiqué en 1838 par Dubini, de Milan. 



uuu.uj.Ns Dgs si i - ww \\w 

C'est l'Italie, contaminée par l'Orient, qui a répandu |a maladie dans 
tout le reste de l'Europe par ses ouvriers; on connaît l'affaire du 
Saint-Gothard, où la maladie a causé un arrêt des travaux et de 
sérieux retards. 

On comprend aussi la propagation de l'organisme dans les mines, 
qui réalisent les trois conditions favorables au développement : humi- 
dité, élévation et constance de la température. C'est comme « anémie 
des mineurs » que la maladie a acquis une triste notoriété et il 
curieux de suivre l'influence de cette circonstance de publicité sur 
les raisonnements scientifiques. On a pensé longtemps que l'obscurité 
était une condition essentielle du développement, parce qu'il lait 
obscur dans la mine; un des membres les plus marquants de notre 
Académie de médecine a émis l'idée que l'organisme s'était spéciale- 
ment adapté à la vie à plusieurs centaines de mètres sous terre. Cet 
honorable praticien n'a pas réfléchi à tout ce que comporterait une 
pareille évolution, compliquée de parasitisme; les quelques siècles 
d'exploitation minière sont insuffisants pour produire de pareils 
modifications dans les organismes. 

La séance est levée à 9 l j 2 heures. 



Séance du 8 juillet. 

Présidence de M. Kemna. 

La séance est ouverte à 8 heures. 
M. Van de Vloed assiste à la séance. 

Correspondance. 

I/Insiiiui géologique du Mexique envoie une première circulaire 
relative à la \ r session du Copgrès géologique international qui doil 
se tenir à Mexico, en septembre 1906. 

ka Société royale bohémienne des Sciences, à Prague, fait pari du 

décès du chevalier \Y. \Y. von T<»mek. (Condoléances.) 



XXXY1 SOCIÉTÉ ROVALK ZOOLOGIQIE ET MALACOLOGlQtJE DE BELGIQUE. 

M. Sykes communique, avec prière d'insérer, la circulaire sui- 
vante : 

Dear Sir, 

Muséum Boltenianum. part 2, 1798. 

The rarity of part 2 of this work, which relates to Mollusca is 
well-known to students. In response to a number of enquiries it is 
proposed to reproduce a fevv copies, by photographie facsimile, from 
the Crosse copy now in the British Muséum (Natural History). 

The large number of pages (204) must render this a somewhat 
costly task, and we should be glad to know if you would care for a 
copy to be reserved for you at the price of £2 (two pounds). 

The work would be done, under our supervision, by M r F. W. 
Reader. 

The issue will be limited, numbered and signed, and could be 
prepared for distribution during aulumn. 

It must be clearlv understood that unless suflicient subscribers 
are fortheoming, no issue can be made. 

Please address your reply to M r Sykes, 3, Gray's Inn place, 
Gray's Inn, London, W. G. 

Yours very truly, 

E'. K. Sykes. 

Bibliothèque. 

Le Secrétaire général donne lecture de la lettre qui a été adressée, 
le 15 juin, au nom de la Société à MM. le Président et les Membres 
du Conseil d'Administration de l'Université libre. 

« Messieurs, 

« Nous avons l'avantage de vous conlirmer les offres que 
nous avons eu l'honneur de faire à M. Behaegel relalivement 
à la mise à la disposition du corps professoral et des étu- 
diants de l'Université des livres qui constituent la riche 
bibliothèque que nous logeons dans le local que vous avez 
bien voulu mettre à notre disposition. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE l!"> r >. XXXVI F 

« En s'adressant à votre bibliothécaire, M. Surry, les pro- 
fesseurs ne faisant pas partie de notre Société pourront 
obtenir en prêt les ouvrages qu'ils demanderont, sous la 
réserve de se conformer au règlement. Il en sera de même 
pour les étudiants, lesquels auront toutefois à produire une 
recommandation de leur professeur. 

« Nous serons heureux de voir profiter de notre offre 
et espérons qu'avec le bienveillant concours de M. Surry, 
MM. les professeurs auront encore plus souvent que par le 
passé recours à notre bibliothèque. 

« Nous vous prions d'agréer, Messieurs, l'expression de 
notre haute considération. » 

Le Secrétaire général, Le Président, 

Huco de Cort. Ad. Remina. 

(irâce à l'obligeance de M. Surry, les membres de la Société pour- 
ront, les jours el heures d'ouverture de la Bibliothèque de l'Univer- 
sité (salle n° 26), consulter et obtenir en prêt les ouvrages apparte- 
nant à la Société. 

La salle n° 27, où se trouve installée la bibliothèque de la Société 
et où se tiendront dorénavant les réunions mensuelles, est située au 
second étage, au-dessus de la salle Académique. L'inscription Société 
royale Zoologique et Malacologique figure au-dessus de la porle 
d'entrée. Pour y arriver, l'on peut, à volonté, pendant la journée) 
pénétrer dans les locaux de l'Université par la rue de l'Impératrice 
ou par la rue des Sols, n° 14. Jusqu'à nouvel ordre, c'est par celle 
dernière entrée qu'aura lieu l'accès du local les soirs où il y a réu- 
nion. 

Album. 

A la demande de M. de Cort, M. I<" Prof. Éd. van Heneden a bien 
voulu faire hommage de son porlrail à la Suriné, ;mim que de celui 
de son regretté père l<* Prof. P.-F. van Heneden. 

M. /. Cahet l'ail égalemenl don de son portrait. 



XXXVIII SOCIÉTÉ KOYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Collections. 

M. le Directeur du Musée royal d'Histoire naturelle a fait parvenir 
au Comité de la Société la lettre suivante en réponse à celle qui lui 
fut adressée à la siiite des décisions prises le 10 juin relativement à 
la cession des collections : 

« Messieurs, 

« Je ne puis <|ue vous remercier des collections qu'avec 
une grande élévation de vues vous offrez au Musée au nom 
de la Société royale Zoologique cl Malaeologique de Bel- 
gique. J'accepte, sous réserve de la ratilicalioti ministérielle, 
le prix de 500 francs que vous en désire/. 

« Je vous prie de vouloir bien Communiquer ces senti- 
ments à vos confrères et de les assurer que les séries de 
l'Institution^ ne pouvant jouer leur rôle dans la science que 
pour autant qu'elles soient l'objet d'études collectives, seront 
toujours tenues à la disposition des savants qui voudront 
collaborer à noire làcbe. 

« Nous faisons transporter précieusement dahs nos gale- 
ries. les collections de la Société. Nous les examinerons avec 
grand soin pour conserver au pays et à la Science les séries 
de valeur parmi lesquelles ne peuvent manquer de se trou- 
ver les collections de \ha M. Golbeau à un premier rang 
qu'elles conserveront certainement parmi les nôtres. Nous 
aurons également soin de remettre à votre disposition les 
objets qui feraient double emploi dans nos séries et dont la 
Société tirerait encore parti au grand profit de la diffusion 

de la Science. » /CMr . n 

(S.) Ld. Dlpom. 

Excursion. 

La visite aux installations de filtrage de la Société des Wuter 
Works d'Anvers a réuni à Waelhem, le 12 juin dernier, MM. Remua, 
Schouteden, Sleinmelz et Van de Vloed. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ■ ANNÉE 1905. XXXIX 

Communication. 

UNE NOUVELLE PHYLOGÉNIE DES ÉCHINODERMES : LA « PENTASOM/EA » 

DE HÉROUARD, 

Par Ad. KEMNA. 

Les Échinodermes sont un des groupes les mieux délimités du 
règne animal. Deux caractères dominants, la symétrie pentaradiaire 
et le système ambulacraire, les différencient nettement de tous les 
autres organismes. Quelles que puissent être les difficultés de la 
classification intérieure, l'extension du groupe comme ensemble ne 
comporte ni hésitation ni doute. 

Cette netteté de délimitation résulte de l'isolement du groupe, par 
la disparition des formes de transition. Dans la même mesure où cet 
isolement facilite la tâche du naturaliste systématique, le problème 
phylogénique devient plus ditlicile; plus les stades intermédiaires 
disparus sont nombreux, plus il faut d'hypothèses pour les reconsti- 
tuer et pour rétablir la série évolutive. Le phylogéniste payera en 
incertitudes et en contradictions la rançon de la netteté de délimita- 
tion du groupe. Il y aura une multiplicité d'opinions divergentes sur 
l'origine de (embranchement. 

Avant la publication de VOriginë des Espèces en 1859, la notion de 
descendance n'entrait pas en considération; elle était absente des 
esprits et même, plus lard, quelques naturalistes ont persisté à la nier. 
Un historique photogénique semble donc ne p;is pouvoir remonter 
au delà de 18.^9. Mais les savants qui s'occupaient de systématique 
avaient la prétention que leurs classitications étaient « naturelles » 
et nullement un arrangement artificiel quelconque; le groupement 
des organismes était réglé par des « affinités 1 » et devait faire ri 
sortir les « parentés réelles ». A leur insu ou même malgré eux, ils 
faisaient donc de la phylogénie, mais de la phylogénie inconsciente 
et vague, qui se soustrait par son manque de précision à une critique 
sérieuse. 

(les anciens naturalistes basaient leurs classifications essentielle- 
ment gui* la structure de l'adulte; l'embryologie était encore as* 
rudimen taire <■( son Importance n'était pas généra le meni reconnue. 
Précisément a cause de l'absence de tonnes Intermédiaires, la 
comparaison ne pouvait serrer de près les détails et devait se limiter 
à quelques faits généraux. Le f:nt le plus Frapparil était la symétrie 



XL SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOCIQOE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

pentaradiaire, et Guvier a placé les Echinodermes dans son embran- 
chement des Rayonnes. Il est fort compréhensible que même beaucoup 
plus tard cette opinion a été maintenue et que Ton ait essayé de 
dériver les Echinodermes tantôt des Méduses, tantôt des Cténophoros. 
Cette dernière origine a été soutenue par Metschnikow en 1860. 

Un des grands progrès de la Zoologie a été le licenciement partiel 
de ce groupe des Rayonnes de Guvier. Les Bryozoaires ont été dis- 
traits des Polypes et les Echinodermes ont été constitués en un 
groupe distinct, relevé de plusieurs degrés dans l'échelle des êtres. 
Leuckart en 1848, en même temps qu'il séparait les Echinodermes 
des Cœlentérés, voulait les rattacher aux Vers par l'intermédiaire 
des Géphyriens, à cause de la ressemblance entre les Synaptes et les 
Siponcles. 

L'embryologie révéla le l'ait remarquable, que la larve des 
Echinodermes ne possède nullement la symétrie radiaire, qu'elle 
possède, au contraire, une symétrie parfaitement bilatérale et res- 
semble aux larves de plusieurs autres groupes de Vers. De là, au 
début de ces recherches, des confusions en réalité fort instructives, 
par exemple, la larve tornaria de Balanoglossus considérée comme 
Échinoderme. Quoique fort différentes d'aspect, les diverses larves 
d'Échinodermes peuvent facilement se ramener à un même type, 
auquel on a donné le nom de dipleurula. L'organisme définitif se 
forme sur la partie postérieure plus ou moins latérale de cette larve, 
par un phénomène qu'on a cru pouvoir interpréter comme une espèce 
de bourgeonnement. On a donc admis une sorte de génération alter- 
nante : la larve produirait par bourgeonnement cinq individus de 
deuxième génération, mais qui, au lieu de se libérer entièrement, 
resteraient unis par la région buccale ou céphalique. La paléontologie 
fournissait un certain appui, car des empreintes siluriennes avaient 
été identifiées comme Vers annelés avec de nombreuses pièces cal- 
caires, rappelant la structure d'un bras d'Astérie. Cette théorie, qui 
a eu beaucoup de succès, n'a plus aujourd'hui qu'un intérêt historique. 
Haeekel, qui l'a. émise en 1866, l'a abandonnée, car dans sa Syste- 
matische Phytogenie (1896), il se rallie à une autre théorie. 

Cette nouvelle théorie est due à Semon (1889), Bfitschli (1892) et 
Bather (1900). La larve dipleurula indique toujours une formr 
ancestrale à symétrie bilatérale; la symétrie radiaire est une modifi- 
cation secondaire, due à l'abandon de la vie mobile, errante, pour une 
vie fixée. L'tichinoderme n'est pas une colonie plus ou moins coucen- 



BULLETINS l>KS SÉANCES. — ANNÉE 1905. 1LI 

trée, mais un individu unique étiré en rayons, comme adaptation à 
la vie fixée. 

Le développement des cavités cœlomiques présente chez tous les 
Échinodermes des particularités remarquables. Il y a de chaque côté 
deux cavités, placées Tune derrière l'autre; l'antérieure devient 
l'appareil hydrophore du système ambulacraire et se met en commu- 
nication avec l'extérieur par un canal, le futur canal hydrophore; la 
postérieure donne le cœlome vrai. Mais toujours, il y a inégalité 
entre les deux cotés, atrophie plus ou moins prononcée des appareils 
droits, pouvant aller jusqu'à la suppression dans l'ontogénie, et 
hypertrophie compensatrice des appareils gauches. Pour expliquer 
cette particularité très constante, la théorie admet une fixation non 
pas axiale, mais latérale droite. Hœckel (p. 357) pense que primiti- 
vement les deux hydrocœles fonctionnaient comme néphridies ou 
reins et que la fixation a pu être facilitée par la production d'une 
sécrétion collante par l'orifice ; cette obturation par le support 
empêchant tout fonctionnement ultérieur, il y aurait eu régression. 
En fait, c'est surtout cet hydrocœle droit qui se montre le plus forte- 
ment atteint par l'atrophie. 

Ce ne sont là que les très grandes lignes. Pour plus de détails, 
outre les mémoires originaux, on trouvera un exposé dans la Syste- 
matische Phylogenie de flaeckel et dans la Zoologie concrète de 
Delage et Hérouard ; surtout ces derniers auteurs donnent un exposé 
fort lucide — court et clair — indiquant les points expliqués, mais 
aussi les contradictions et les problèmes non résolus. On connaît leur 
scepticisme pour les tentatives de phylogenie, qui sont toujours à 
leurs yeux quelque peu des exercices de haute voltige; devant les 
plus belles théories, ils gardent uu fiegme narquois et toute leur 
clairvoyance critique. Ils terminent leur livre sur les Échinodermes 
par ces mots : « Cette conception si simple et si ingénieuse de levo- 
« lution des Échinodermes, dérivant d'un ancêtre unique doué des 
« caractères communs aux larves de toutes leurs classes et dépouillé 
« de ceux qui semblent adaptifs, se transformant suivant des direc 
« tions qui se lisent dans l'ontogénie des types actuels el dans la 
« paléontologie des formes disparues, est une des plus séduisantes 
« qu'aient infantées les Pbylogénistes. — Se non è vero 

Or, le tome \\l\ du Bulletin de la Société zoologique de France 
pour 1004 contient un travail phylogénique de M. Hérouard, une 
nouvelle théorie de la Pentasomcea, Ce n'est qu'un exposé très concis, 



XLII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

une note préliminaire, mais elle suffit pour montrer que nous sommes 
en présence d'une théorie de grande envergure, et l'auteur annonce 
un mémoire plus étendu. 11 n'y a pas à se taire d'illusion : M. Hé- 
rouard est contaminé et atteint de phylogénite confirmée. 

D'après l'auteur, les faits dominant le développement des Ëchino- 
dermes sont : 1° un arrêt de développement de la face bucco-anale de 
la larve, atrophie dorsale précoce (l'auteur considère cette face 
comme dorsale, contrairement à l'usage général); 2° une atrophie 
progressive hémilatérale gauche (la droite des autres auteurs). Il se 
demande ce qui arriverait si l'embryon, au lieu d'être frappé par 
cette double atrophie, évoluait normalement. En écartant ce qui 
constitue les particularités ou même les anomalies de ITxhinoderme, 
il doit rester l'organisation du progéniteur; ou plus exactement, en 
taisant par ia pensée continuer révolution de la dipleunda, « sui- 
vant les principes harmoniques », c'esl-à-dire sans l'accident de la 
double atrophie, on obtiendrait un animal que Ton pourrait ranger 
plus ou moins près de l'une ou l'autre forme connue. L'idée est 
originale, mais c'est beaucoup plus que de la phylogénie; celle-ci 
vise à retracer des événements réels, à rétablir une succession évo- 
lutive par rintercalation de stades, hypothétiques à coup sur, mais 
qui ont eu une existence concrète, chacun d'eux étant le produit de 
ses ascendants et ayant à son tour produit des descendants. Mais km, 
il s'agit de bie,: autre chose : de ce qui aurait pu se produire si 
certaines choses n'étaient pas arrivées; il s'agit non de réalités, niais 
de possibilités non réalisées. C'est quelque chose comme la géométrie 
à quatre dimensions ou l'histoire contemporaine refaite en partant 
de la bataille de Waterloo, gagnée au lieu de perdue par Napoléon. 
Par son audace même, par la compétence spéciale reconnue de son 
auteur, la tentative eut été intéressante; mais la note préliminaire 
se borne à mentionner le principe du raisonnement et ne le poursuit 
pas plus loin, saut pour un seul point. 

On sait que les deux vésicules, hydrocœle et cœlome, parmi beau- 
coup d'autres modifications, finissent par se placer l'une sur l'autre 
au lieu de l'une devant l'autre et envoyent alors des prolongements 
dans les rayons : les cinq canaux ambulacraireset les sinus radiaires. 
Uérouard disjoint ces deux modifications, se ligure la naissance des 
prolongements sur les vésicules, restées en place l'une devant l'autre. 
Il obtient alors dix diverticules en série métamérique, mais en deux 
groupes. Nous touchons maintenant à un point essentiel de la théorie : 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. XLIII 

ces diverticules sont considérés comme indiquant la formation de 
somites cœlomiques. Seulement, ces sémites ne s'individualisent pas 
complètement; ils ne se séparent pas successivement un à un de 
l'archenleron primitif, mais résultent du fractionnement du cœlome 
déjà isolé et même divisé en deux vésicules; ces particularités son! 
toutefois d'importance secondaire et le fait essentiel reste la tendance 
à constituer un organisme avec deux fois cinq groupes de somites. 
Pour réaliser la deuxième modification, llérouard fait glisser la 
vésicule postérieure sous l'antérieure, de façon à amener le somite VI 
sous le somite I. C'est à cette forme qu'il donne le nom de penta- 
somœa. 

Ce stade est encore symétriquement bilatéral ; Taxe longitudinal s'est 
seulement proportionnellement raccourci par suite du chevauchement 
des vésicules postérieures sous les antérieures et la forme générale en 
est plus ramassée cl trapue. Pour arriver à la symétrie radiaire, 
l'auteur invoque l'atrophie delà région bucco-anale, qui esl pour lui 
la région dorsale. 11 imagine la larve fortement fléchie en arrière, 
jusqu'à amener au contact les extrémités antérieure et postérieure, 
puis leur contluence ou soudure. L'arrangement métamériqUe des 
somites se trouve ainsi transformé en arrangement antimérique el 
comme les somites étaient au nombre de cinq, la symétrie est pentà- 
radiaire. 

llérouard applique aux deux vésicules cœlomiques de la dipleûrulà 
ou de la penlasomœd, la notion de spécialisation des parois foddée 
par lÈoveri pour les somites aÀmphioxuS : inyotoine, sclérolmne, 
go no tome et entérotome. Il détermine ensuite la plupart des drgailes 
de l'adulte comme provenant de l'une ou l'autre de ces régions el de 
Tune ou l'autre des deux vésicules. Mais pour bien comprendre 
homologations, il importe deremarquér que I* 1 chevauchement ne sésl 
pas fait exactement comme il est dit ci-dessus, c'est-à-dire la vésicule 
postérieure se glissant ventralemenl sous la supérieure. Celte vésicule 
aurait en même temps glissé un peu en dedans, de façon que la ve 
cule supérieure hydrocœle esi devenue externe chez la dipleurula 
et la pèntasomœa. Autrement, lors de ^Incurvation dorsale el l'adop- 
tion de la symétrie radiaire, la vésicule hydrocœle supérieure aurait 
occupé une situation centrale el la vésicule Inférieure au l*a il constitué 
toute la périphérie; tandis qu'en réalité chez l'adulte elles sonl 
l'une sur l'autre et coexlensivi 

Les cinq myotomes dépendant «l»' la vésicule pentasomtque sUpé- 



XL1V SOCIÉTÉ ROYAl.fc ZOOLOGIQUE ET MALAGOLOGIQUE DK BELGIQUE. 

rieure devenue externe, forment les muscles propres des canaux 
aquifères radiaires ; les myolomes de la vésicule inférieure forment 
les muscles profonds des radius. Les gonotomes donneraient respec- 
tivement les vésicules de Tiedeman et les organes spongieux des 
ftchinides, organes génitaux dégénérés; les vrais gonades provien- 
draient du gonotome de la vésicule inférieure. Les sclérotomes four- 
nissent : le supérieur, le sinus oral interne; l'inférieur, les sinus 
radiaires et le sinus oral externe. Nous bornons là les exemples. 

La plupart de ces homologations sont des plus intéressantes. Les 
sinus radiaires semblent pourtant constituer la théorie en défaut, 
car, provenant de la vésicule inférieure, ils devraient être sous le 
canal aquifère, tandis qu'en réalité ils sont au-dessus. Mais leur mode, 
bien connu de formation ne peut laisser de doute sur leur déri- 
vation de la vésicule cœlomique, c'est-à-dire inférieure ; des bour- 
geons adradiaux montent entre les canaux aquifères de la vésicule 
supérieure et par accollement ou soudure entre eux constituent les 
sinus. Hérouard invoque ici l'obstacle causé par les canaux aquifères ; 
l'explication est ingénieuse, mais les raisons mécaniques sont toujours 
fort sujettes à caution. Toutes les particularités si curieuses des 
Pelmatozoaires sont rattachées aux allures des vésicules, et quand je 
dis toutes, ce n'est pas simplement une façon de s'exprimer, mais 
cela doit être pris presque au pied de la lettre. Dans les deux para- 
graphes consacrés à ce groupe, c'est l'un fait après l'autre qui est 
éclairci ; beaucoup apparaissent comme conséquences les uns des 
autres ou comme conséquences connexes d'une même cause; il y a 
donc un lien logique ; cette organisation si aberrante a trouvé dans 
son ensemble, et souvent dans ses détails, une explication quasi- 
complète. 

Il y a toutefois une remarque à faire. Basé uniquement sur les 
vésicules cœlomiques, cet essai d'organogénèse se trouve, par son 
point de départ même, limitée aux tissus du feuillet moyen; Fendo- 
derme et Pectoderme sont laissés en dehors. L'auteur a trouvé un 
moyen imprévu de faire intervenir l'ectoderme par la « loi des inva- 
ginations blastocœliennes » : toute invagination endodermique ou 
nelomique dans le blastocœle provoque une invagination ectoder- 
mique correspondante, plus ou moins marquée. Les divers nerfs sont 
ainsi rattachés logiquement aux divers sinus; « dans les groupes où 
la bouche larvaire disparaît, la bouche de l'adulte se perce au centre 
de la courbure des vésicules pentasomiques droites suivant la loi des 
invaginations blastocœliennes. » 



BULLETINS l>KS SÉANCES. — ANNÉE L905. XI. V 

La comparaison entre YAmpliioxus et la larve dipleurula n'est pas 
limitée aux parois des vésicules somatiques; Hérouard l'étend aux 
organismes dans leur ensemble et trouve alors toute une série 
d'homologies. « Les vésicules dites préorales de la dipleurula repré- 
sentent les vésicules du rostre de la larve de VAmphioxus. L'orifice 
du canal hydrophore gauche (droit des auteurs) de la pentasomœa 
représente l'orifice de la fossette préorale de VAmphioxus et la glande 
en massue de ce dernier correspond probablement au canal hydro- 
phore droit (gauche des auteurs) de l'Échinoderme. » Ces homologies 
sont en somme possibles, mais à la condition expresse de retourner 
la dipleurula et de considérer la face bucco-anale comme dorsale. 
On ne trouve pas, dans la note de Hérouard, une autre raison pour 
ce retournement. L'auteur dit que considérer cette face comme dor- 
sale, ainsi qu'on le fait généralement, est une conception tout à fait 
arbitraire et que cette face peut aussi bien être considérée comme 
représentant la foce dorsale. Tout en admettant que les idées de dos 
et de ventre sont difficiles à définir avec précision, et de manière à 
rencontrer tous les cas, il est exagéré de n'y voir qu'une conception 
arbitraire; partout la bouche caractérise la face ventrale, le centre 
nerveux la face dorsale; et précisément dans les larves d'Lchino- 
dermes et surtout dans la larve si voisine tornariu, il y a la plaque 
syncypitale. Dans tous ses dessins schématiques de la dipleurula et 
de la pentasomœa, Hérouard omet de marquer un centre nerveux, 
qui aurait une situation aberrante, car il serait sur la face consi<l< 
par l'auteur comme ventrale. 

Des deux laits dominant l'ontogénie des Échinodermes, on a vu 
quel rôle important Hérouard attribue à a l'atrophie dorsale 
précoce ». Cette expression a même un sens beaucoup plus étendu 
qu'il n'y paraît au premier abord, car comparativement avec 
Amphioxus, « elle entraîne la disparition de la notocorde et de la 
gouttière nerveuse dorsale ». Pour le reste, «elle atrophie dorsale 
fait incurver la pentasomœa et amène la symétrie pentaradiaire. 
L'explication est suHisante et complète, mais elle l'est trop, car elle 
laisse sans cause ou raison et sans effet, l'atrophie hémilatérale gauche. 
Or, l'embryologie semble démontrer fort nettement que le c< >nt< or- 
nement latéral, l'asymétrie entre droite et gauche, j<>ue un rôle 
beaucoup plus important que la différence de développement entre 
dos et ventre. La théorie qui met principalement en avant ce 
contournement latéral, serre donc les faits de plus près; elle explique 



MAI mu. il il iiiiui.i Z00L061QUR E1 MÀLACOIOGIQIE DK BELGJQl 

en même temps l'enroulement en spirale du tube intestinal ; et cette 
asymétrie trouve une raison plausible et suffisante dans la fixation. 

La conclusion générale de l'auteur est que « les Vertébrés et les 
Échinodermes ont eu un ancêtre commun et qu'un descendant de cet 
ancêtre, frappé d'atrophie dorsale précoce et de dégénérescence 
hémilatérale gauche progressive, a fourni la lignée des Échino- 
dermes ». Jl y a longtemps que des rapports ont été établis entre 
les deux groupes par l'intermédiaire de Balanoylossus; la théorie de 
la pentasomœa a pour but de mieux mettre ces rapports en évidence 
et les considère comme beaucoup plus étroits ; mais on peut se 
demander si, à ce point de vue, la comparaison n'est pas un peu 
forcée. 

Il y a une autre question encore : Comment doit-on comprendre 
cette atrophie et cette dégénérescence? Va\ prenant ces expressions 
dans leur sens littéral, révolution aurait été déterminée par un acci- 
dent pathologique et les Échinodermes seraient de vraies monstruo- 
sités. Il est pourtant plus que probable que ce n'est pas là l'idée de 
llérouard ; mais s'il considère ces modifications comme adaptives, sa 
pentasomœa libre, non fixée, ne montre aucune raison à ces chan- 
gements et n'offre par conséquent aucun avantage sur la pentactœu 
de Semon. 

En revanche, comme nous l'avons fait ressortir, la morphologie 
des Échinodermes, telle qu'elle est ébauchée en se basant sur les 
spécialisations pariétales des somites, mérite la plus sérieuse attention. 
Au premier abord, on ne peut se défendre de l'impression que c'est 
bien régulier et schématique; les vésicules contiennent beaucoup de 
choses, mais non manifestées et seulement « en puissance ». Il n'y 
a que des affirmations, non appuyées de preuves convaincantes. 
C'est d'ordinaire le cas avec les notes préliminaires, qui sont concises 
et n'entrent pas dans les détails. Nous inscrivons au compte de 
M. llérouard, qu'il nous doit des explications et des arguments; il 
est du reste « honorablement connu », comme on dit dans le 
commerce, et il a signé une promesse; il annonce un mémoire plus 
étendu. Nous pouvons donc lui faire crédit, certain qu'il ne laissera 
pas protester sa signature. 

La séance est levée à 9 heures. 



3 SÊANl ES, ANM UVIl 

Séance du 14 octobre. 

Présidence de M. Kemna. 

La séance est ouverte à 8 heure* 

Les comptes rendus des séances d'avril, mai et juin contenus dans 
la feuille 2 des Bulletins sont déclarés adoptés 

Correspondance. 

M. le I) r Dordu, de Genève, fait hommage à la Sociéfé du portrait 
de feu son beau-père M. Preudhomme de Borre. [Remerciements.) 

La Société de Géographie de Berlin annonce le décès de son prési- 
dent, le D' von Richthofen, survenu le G de ce mois. (Condoléana 

L'Académie de Maçon, fondée le 3:2 fructidor an Mil, a célébré 
son centenaire les 9, 10 et 11 septembre. 

Bibliothèque. 

Do.NS DES AUTEURS : 

R, d'Andrimont : De l'utilité d! étudier et (Taménager les ressources 

en eau potable des pays neufs en vue de favoriser F expansion 
coloniale sur leur territoire (Ex : Congr. internat. d'Ex pin s. mon- 
diale, Mons, 1905; Bruxelles, 191)5). — Les échanges d'eau entre 
le sol et ^atmosphère. La circulation de l'eau dans le sol. Exposé de 
)ios connaissances actuelles et des recherches à entreprendre Ex ; 
Congr . internat, des Mines, de la Mi iw.l., etc,; Liège, 190S 

Edm. Otis Hovey : The Grande Soufrière of Guadeloupe \.\ : 
Bull. Americ. Geogr. Soc; New York, liHii). 

Aug. Lameere : Le cinquantenaire de la Société entomologique de 
Belgique (Ex : Ann. Soc. ehtom. de Belg.; Bruxelles, 1' 

h» i s remerciements sonl votés aux donateurs. 

Dépôts : 

bulletins des séances, aimer 1905, feuille 2, parue le l* août. 



\LV1II SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGlylîE Et MALAGOLOGlQUE bE BELGIQUE. 

Tiré a part : 

Ad. kemna : Compte rendu bibliographique : Amphioxides, Ver- 
treter eirier neuen Acranier-FamUie(Ex : Ann. [Bull.], 1905). 

Collections. 

M. le D r Rousseau fournit les informations suivantes : le Musée 
royal d'Histoire naturelle a entrepris l'examen des collections qui lui 
ont été offertes par la Société : parmi les coquilles vivantes un grand 
nombre, et notamment la presque totalité de la collection spéciale des 
coquilles actuelles de Belgique réunie par Colbeau, ont été retenues 
par le Musée et prendront place dans ses vitrines. Le surplus, qui 
forme encore un ensemble considérable, est à la disposition de la 
Société. M. Rousseau ajoute qu'il a acquéreur pour cette collection en 
la personne de M, Tosquinet et qu'il compte en obtenir une somme de 
200 francs. Les fossiles sont également l'objet d'un classement : eest 
M. Butot qui y procède, et il pourra bientôt en faire connaître les 
résultats. 

Communication du Conseil. 

M. Florenl Van de Vloed, chef du filtrage, préposé aux analyses 
bactériologiques et microscopiques à rAntvverp Water Works C y , 
à Waelhem, présenté par MM. Kemna et Steinmetz, a été reçu 
membre effectif. 

Travaux pour les Annales. 

M. Van den Broeck fait parvenir de la part de M. J. Deprat, chargé 
de cours à la Faculté des sciences de Besançon, une note intitulée : 
Sur l'identité absolue de Nummulina Pristina, Brady, et de Nummulites 
variourius, LA:., et de son existence dans des dépôts tertiaires néo- 
calédoniens. 

M. de Cort dépose au nom du D r B. Bellini, de Naples, un travail 
sur les Ptéropodes des terrains tertiaires et quaternaires d'Italie. 

L'assemblée vote des remerciements aux auteurs et décide que ces 
travaux seront publiés parmi les Mémoires pour 1905. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 1L1X 

Le IV Rousseau annonce le prochain dépôt de la suite à son mé- 
moire : Note monographique sur les Spongiaires de Belgique, 

Il est décidé que ce travail prendra également piace parmi les 
Mémoires pour 1905. 



Communications. 

BRYOZOAIRE NOUVEAU POUR LA FAUNE BELGE, 
Par K. LOPPENS. 

L'été passé j'ai trouvé Alcyonidium mamillatum, Aider, dans un 
bassin de l'huîtrière de M. Deswarte, à Nieuport. Il y a trois ans que 
j'ai trouvé cette espèce dans le bassin à flot, sur les Moules, mais en 
si mauvais état que la détermination ne pouvait se faire avec certi- 
tude. 

Cet été, des travaux nécessitant la mise à sec des bassins de l'hui- 
trière, j'ai pu y descendre, grâce à l'obligeance de M. Deswarte, et me 
procurer des Alcyonidium mamillatum vivants; ces colonies étaient 
également fixées sur des Moules. 

Lors de la grande marée du 30 septembre, j'ai trouvé cette même 
espèce au musoir de l'estacade ouest de Nieuport- Bains, sur les 
Moules attachées aux pierres de taille servant do fondement a l'esta- 
cade. D'après le nombre de colonies trouvées, ou peut considérer 
cette espèce comme assez commune dans les endroits précités. 

PLUMATELLA REPENS, L., VIVANT DANS L'EAU SAUMATRE, 

Par K. LOPPENS. 

Sur la coque d'une barquette j'ai trouvé un grand nombre de 
Plumatella repcns, Linné. Quoiqu'il fût seulement tin juillet, toutes 
contenaient déjà des statoblastes ; aucune colonie n'était vivante. La 
barquette ayant séjourné quelque temps dans l'Yzer, puis dans l'an- 
cien canal de Furnes, l'endroit où j'ai trouvé ces Plumatella, je ne 
peux dire de quel canal ils proviennent ; seulement, les deux canaux 
contiennent de l'eau saumâtre ;mx places où la barquette était 

T. XL, t905 i 



L SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

amnrrée. Les Plumatella repens peuvent donc vivre dans une eau 
légèrement salée. 



LA CLASSIFICATION DES SCYPHOCNIDAIRES D'APRÈS M. ROULE, 
Résumé par H. SCHOUTEDEN. 

Dans un des derniers fascicules (fasc. XXX, 1905) des Résultats 
des campagnes scientifiques accomplies sur son yacht par Albert l n , 
Prince de Monaco, Roule étudie les Cériantliaires et Antipathaires 
recueillis au cours de ses croisières par le Prince de Monaco. Dans 
ce travail, l'auteur ne se borne pas à rénumération et la description 
pure et simple des formes qu'il a reconnues : il joint à son mémoire 
quelques paragraphes relatifs à des questions d'ordre plus général. 
C'est ainsi qu'il consacre quelques pages à discuter la généalogie des 
Antipathaires, leurs affinités. A la demande de notre président, j'ex- 
pose ici dans leurs grandes lignes les conclusions de Roule. Celui-ci 
avait déjà d'ailleurs signalé sommairement les principaux résultats de 
son étude dans une note présentée à la séance du 20 juin 1904 de 
l'Académie des Sciences de Paris, note reproduite dans le Bulletin du 
Musée océanographique de Monaco, n° 16 (1 er juillet 190-1). 

Dans son mémoire bien connu — et dont notre collègue M. Lameere 
nous a déjà parlé plus d'une fois — sur les Anthozoaires de la Plank- 
ton-Expedition (Ergebnisse der Plankton-Expedition der Humboldt- 
Stiftung, Bd. Il, K. e., 1897), Éd. van Beneden a discuté de manière 
approfondie, en se basant sur le riche matériel larvaire recueilli par 
le professeur Ilensen, les affinités des Cérianthides tout spécialement, 
leur parenté avec les Antipathaires avec lesquelles il les réunit en un 
groupe qu'il appelle Cériantipathaires, représentant des types fort 
primitifs. D'autre part, le Cérianthe, pur son mode d'accroissement 
tout spécial, par prolifération de couples de cloisons nouvelles dans 
la loge médio- ventrale uniquement, mène aux Cœlomates, comme 
Lameere nous l'a récemment rappelé (Ann. Soc. Zool. et Malac. de 
Belc, XL, 190">; Bull., p. xu). D'après van Beneden, les Scyplio- 
méduses, bâties sur le type 4, de même que les Tétracoralliaires fos- 
siles, ou, comme le démontre van Beneden, la structure devait être 
analogue, doivent être réunis aux Cériantipathaires en un groupe 
commun des Scyphactiniaires supposant aux Octacliniaires et aux 



hUUKTlNS DKS SÉANCfcS. - ANNÉE L905. 



M 



Zoanthactiniaires. Le tableau suivant résume la classification des 
Scyphocnidaires d'après Éd. van Beneden : 



ZOANTHAGTINIARIA. 
OCTACTINIARIA. 



zoanthinaria. 

IIkxactiniakia 



CrriantipaTharia. . 
scypïiactiniaria ' si 'yl'homedusa. 

RUGOSA. 



Madreporarja 

a( timakia. 

Ceriantharia. 

Antii'atharia. 



Comme van Beneden, comme Goette également, Boule est d'avis 
que les Antipathaires sont parents des Cérianthaires. Cette parenté 
est démontrée non seulement par les caractères morphologiques invo- 
qués par ces auteurs, mais également par les caractères purement 
histologiques qui s'observent dans les deux groupes et qui montrent 
en même temps que ce sont bien des formes primitives, à structure 
encore peu différenciée. La mésoglée ne renferme dans aucun cas des 
éléments histologiques, alors que — comme on sait — chez les autres 
Anthozoaires elle est caractérisée précisément par la présence de cel- 
lules; chez les Antipathaires elle est peu abondante, chez les Cérian- 
thaires elle s'épaissit un peu. 11 n'y a pas t race, chez les Antipa- 
thaires, d'éléments musculaires dans la colonne (Brook, cependant, 
dit avoir observé contre la mésoglée une fine couche de fibrilles 
musculaires), pas plus que dans les cloisons; chez les Cérianthaires 
il y a dans la colonne des éléments musculaires plus ou moins déve- 
loppés (moins dans les larves jeunes), et dans les cloisons on trouve 
des fibrilles nettes, ne formant d'ailleurs pas de Canons. De plus, 
l'endoderme est simple, uniquement formé de cellules vacuolis' 
toutes semblables, tandis que les autres Actinies mit un endoderme à 
cellules différenciées : cellules à cils vibra ti les, cellules à mucus, 
nématoevstes. Ces caractères, communs aux Cérianthaires el aux 
Antipathaires : mésoglée anhyste, absence de fanons, endoderme sim- 
ple, les différencient nettement de tous les autres Anthozoaires et pat- 
contre témoignent de leurs affinités réciproque 

De ces deux types, les Antipathaires sont évidemment les plus pri- 
mitifs. Chez eux on ne trouve, en effet, que six cloisons principales 
— auxquelles peuvent s'ajouter quatre à six cloisons accessoires peu 



Lïl SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQIE ET MALAOOLOGIQUE DK BELGIQUE. 

développées; c'est donc ici que se rencontre le nombre le moins élevé 
de cloisons parmi les formes actuelles (puis viennent les Octacti- 
niaires, à huit cloisons); l'actinopharynx n'est pas différencié, ne 
présente pas de lèvres ni de siphonoglyphes; la mésoglée est peu 
développée; il n'y a pas de musculature, même dans les cloisons, et 
de plus, il n'y a pas de symétrie bilatérale vraie : la symétrie que 
l'on croit observer est en réalité une symétrie binaire (fausse symétrie 
bilatérale), due secondairement à un aplatissement de l'actinopha- 
rynx : l'ancêtre était circulaire, ne bourgeonnait pas, ne formait pas 
de colonies : c'est le bourgeonnement, l'association en colonie, qui ont 
amené l'aplatissement des individus, la forme symétrique actuelle, 
conséquence de la compression mutuelle. 

Comme nous venons de le voir, il y a chez les Antipathaires des 
cloisons accessoires. Il ne peut être question de les considérer comme 
des cloisons principales dégénérées : en effet, elles sont de petite 
taille, non développées, et l'on ne trouve point de tentacules corres- 
pondant aux loges qu'elles délimitent. Or, il est établi que l'appari- 
tion des loges précède toujours celle des tentacules, et si ces cloisons 
accessoires représentaient des cloisons principales dégénérées, il fau- 
drait encore retrouver les tentacules correspondants, et l'on sait que 
les Antipathaires ne présentent jamais que six tentacules. C'est la 
présence de tentacules nombreux notamment qui permet de démon- 
trer que Edwardsia qui longtemps a été considéré comme un type 
primitif d'Anthozoaires, est en réalité un type dégénéré : il ne pré- 
sente plus que huit cloisons principales et quatre à six cloisons acces- 
soires, mais par contre il possède seize tentacules, ce qui indique que 
primitivement il y avait seize loges; une partie des cloisons a dis- 
paru ; une autre subsiste sous forme de cloisons accessoires, mais les 
tentacules persistent encore; Edwardsia est donc bien différent des 
Antipathaires. Chez ceux-ci il n'y a pas trace de différenciation anté- 
rieure. 

Les Cérianthaires représentent un type moins primitif : ici nous 
trouvons un nombre de cloisons supérieur à six, les cloisons nouvelles 
naissant dans une zone de prolifération unique, représentée par la 
loge médio-ventrale ; la mésoglée s'épaissit ; la musculature fait son 
apparition, mais ne constitue cependant pas encore de fanons dans 
les cloisons; enfin, l'organisme présente une symétrie bilatérale vraie, 
bien marquée par la zone de prolifération postérieure. 






BULLETINS DES M \\< | s. — ANNÉE I LUI 

Ces caractères montrent que les Cérianthaires ne peuvent être 
réunis aux Antipathaires aussi intimement que le veut van Beneden. 
Ces deux groupes ont une valeur égale en quelque sorte et doivent 
subsister l'un à côté de l'autre; Ton doit y joindre à l'exemple de 
van Beneden les Polypes rugueux fossiles. 

Discutant les affinités des Cérianthaires et Antipathaires avec les 
autres Scyphocnidaires, Roule dit ne pouvoir se ranger à l'opinion 
de van Beneden pour lequel les relations des Cériantipathaires avec 
les Scyphoméduses priment toutes les autres. Il est, au contraire, 
d'avis que l'ancien groupe des Anthozoaires doit .être maintenu, 
s'opposant au groupe des Scyphoméduses (auxquelles Roule rattache 
les Cténophores, qui pour van Beneden sont des Polyclades 
évolués, thèse qu'a également défendue devant nous M. Lameere 
(Ann. Soc. Zool. et Malac. de Belg., XXXVlll; Bull., p. lxxxviii). 
Ces deux grands groupes représentent deux branches divergentes 
issues d'une souche commune représentée actuellement par le 
scyphozoon, la larve de la Scyphoméduse. La Scyphoméduse ne 
présente jamais plus de quatre cloisons et toute son évolution con- 
siste en une complication graduelle de sa structure; dans les autres 
Scyphocnidaires, au contraire, chez lesquels le chiffre 4 est tou- 
jours dépassé et ne se retrouve plus que chez les larves, la cerinula 
par exemple, l'organisme se montre régi par cette structure 
nouvelle. 

Parmi les Anthozoaires, il y a à distinguer les Protanthozoaiivs 
étudiés plus haut, et qui comprennent les Cérianthaires et les Anti- 
pathaires (et en outre les Tétracoralliaires fossiles), ayant pour carac- 
tères communs de n'avoir que six cloisons principales, de n'avoir p;is 
de musculature ou seulement des muscles ectodermiques, et pas de 
fanons; — et d'autre part, les Métanthozoaires, qui ont plus de 
six cloisons, ont une musculature développée et des fanons bien nets : 
ce sont toutes les Actinies autres que celles citées ci-avant. 

L'Antipathaire primitif était libre, rayonné, présentait six cloisons, 
était voisin de scyplwzoon à quatre cloisons et quatre logea (naissant 
par dédoublement des deux cloisons primitives) dont il dérive par 
dédoublement des loges latérales, celui-ci dû à l'apparition d'une 
cloison nouvelle destinée à soutenir L'actinopharynx, qui chez les 
Antipathaires est fort étendu; l'Antipathaire adulte en diffère par la 



LIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

possession de quatre à six cloisons accessoires et par la vie coloniale. 
Les Antipathaires, derniers survivants des formes archaïques des 
Aulhozoaires, ont seuls survécu, grâce sans doute à leur faculté de 
bourgeonner et de former des colonies fixées, tandis que les formes 
libres et non coloniales ont disparu ; ils représentent les formes 
ancestrales de tous les Anthozoaires actuels. 

Roule résume ses idées sur la phylogénie des Scyphocnidaires dans 
le tableau suivant : 




Scyphozoon, 

Anlhozoon , 
Scypfiomeauses, 
Ctènophores . 

Tetra cora/fiaires. 

I AnOpàthain* 





Zoanlhactiniaires. 



Cer/'anthaircs. 



Et si Ton fait abstraction des Ctènophores, dont la position 
systématique est encore douteuse, il semble que ce schéma de la 
parenté des divers groupes est fort satisfaisant, sauf peut-être en 
un point, lorsque l'auteur fait dériver les Octactiniaires de la série 
Zoanlhactiniaires. 'Peut-être le point de départ des deux types 
est-il plus rapproché de la souche Anthozoon (comme le dit van 
Beneden) ou celui-ci donnerait-il trois branches et non deux : 
Anthipathaires-Cérianthaires-Tétracoralliaires, Octactiniaires, Zoan- 
thacti nia ires. 

En somme, la classification de Roule est voisine de celle qu'a 
proposée Goette {Einiges iïber die Entwicklung dér Scyphopolypen, 
In Zkitschr. fïir wiss. Zool., XLIII, 1898). Pour cet auteur, du 
Scyphistome à quatre cloisons sont dérivées trois séries principales : 
un type 4 représenté par les Scyphoméduses, un type 6 qui a donné 
les Cérianthaires et Antipathaires, et un type 8 d'où sont dérivés les 
Hexactiniaires et les Octactiniaires. 



lîl LLKÎINS DES SÉANCES. — AN.NKK 1 LV 

Relativement aux Tétracoralliaires, je crois bon de dire ici quelques 
mots d'une courte note d'un auteur américain, J.-E. Duerden, qui 
semble être passée inaperçue. Elle a paru sous le titre A method of 
studyhig the septal sequenôe in Paleozoid Corals, dans le Journal of 
tue Elisha Mitchkll Scientific Society, vol. XIX, part 1, p. 32-33 
( 1903). L'auteur y décrit sa méthode pour étudier les parties initiales 
du Tétracoralliaire : il opère par frottages successifs du spécimen, 
après chacun desquels la coupe est dessinée. Mais là n'est pas le point 
qu'il me paraît important de signaler. A la fin de sa notice, Duerden 
dit : « So far the primary septal plan of the simple Rugose corals 
lias been found to be hexameral, not tetrameral, as hitherto lias been 
generally assumed. » Si ce détail se confirme, nous avons donc une 
structure absolument inattendue; les Tétracoralliaires seraient bâtis 
sur le type 6 et non 4, leurs affinités ne seraient donc plus ce qu'on 
admet maintenant. L'auteur américain ne donne aucun détail et la 
phrase. citée ci-dessus, introduite en passant dans une note de tech- 
nique, n'a vraisemblablement pas été remarquée. 



Note ajoutée pendant l'impression. — Depuis le dépôt de la notice 
ci-dessus, j'ai pu voir un travail plus récent de Duerden : Récent 
Résulta on the Morphology and Development ofCoral Polyps(Suimson. 
Misckll. Coll., Quart. Issue, Vol. II, Number 1, p. 93) donl j'ai 
dit quelques mots à la séance de novembre de notre Société. L'auteur 
y décrit notamment le mode d'apparition des cloisons chez les Madré- 
pores, qu'il a pu étudier soigneusement durant un séjour aux Indes. 
De plus, et c'est le point que je veux signaler ici, il confirme, dans 
un court paragraphe intitulé : Extinct Corals (p. 140), que le plan 
primitif des Tétracoralliaires est hexamère; mais les cloisons supplé- 
mentaires ne naissent que dans quatre des six loges primaires, d'où 
leur aspect ultérieur; par le mode d'apparition des cloisons secon- 
daires ils se rapprocheraient des Zoanthaires, H la solénoglypbe 
ventrale unique (pic présentent ceux-ci aurai) existé également chez 
les Tétracoralliaires : elle serait représentée dans le squelette par la 
fossule. Pour Duerden, les Polypes rugueux seraient des Zoanthaires 

juëlette; leur place ne sérail donc pas auprès des Protanthozoaires 
comme If croit Roule (qui d'ailleurs ne parle pas i\*> ces travaux de 
Duerden). 



LVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALAr.oLOOlQUE DE BELGIQUE. 

0. CARLGRËN. — « Nech cimnnhl Polyparium ambulam ». (Biologisches 
Ckntralblatt, 15 avril 1903, p. 253.) — Compte rendu bibliographique, 
par Ai». Kemna. 

Voici la bibliographie complète sur cet organisme : 

KoROTNEFK, ZeUschrift fur \riss. Zoologie, 1887, p 468 : 
Ehlers, Ibid., p. 4 ( J\ : 

Kd. Pekrier, La Nature, vol. 16, 1888, p. 5. 
Haacke, Biologisches Centralblatt, 1888, p. 68. 
Cxrlgren, Tbid., 1905, p. 253. 

Korotneff a trouvé dans un dragage profond entre Mindanao et 
Billiton une espèce de Ver long de 7 centimètres. La cavité intérieure 
est métamériquement cloisonnée; des loges ainsi délimitées, la moitié 
seulement du nombre communique avec l'extérieur par une demi- 
douzaine d'orifices dorsaux portés isolément sur des tubercules sail- 
lants; chaque cloison porte une épaisse masse musculaire allant de 
droite à gauche, divisée au milieu ; mais ces masses musculaires ne 
sont jamais que d'un côté d'une cloison ; prenant une cloison muscu- 
larisée sur sa face postérieure, la cloison suivante est muscularisée 
sur sa face antérieure, de façon que les masses musculaires se 
regardent et sont toutes deux dans l'intérieur d'une loge. Comme 
la deuxième cloison suivante a de nouveau son muscle à la face 
postérieure, la loge qu'elle délimite, dont elle est la paroi posté- 
rieure, n'a pas de muscles. Les cavités avec les muscles sont celles por- 
tant les tubercules perforés; les cavités sans muscles sont fermées. 

Le schéma suivant résume ces rapports : 

Cloison. 

Muscle. 

Loge avec tubercules perforés. 
Muscle. 



Cloison. 
Cloison. 



Cloison. 
Cloison. 



Loge formée (interlogeï 

Muscle. 

Loge avec tubercules perforés. 
Muscle. 

Loge formée (interlo 



BULLETINS DES 31 INCES. — ANNÉE Ifl I VII 

Cet arrangement rappelle tout à fait les Actinies et cette ressem- 
blance est confirmée par l'histologie, notamment par la présence de 
nombreux nématocystes ; mais il n'y a pas d'invagination pharyn- 
gienne, ni au centre et unique pour l'organisme tout entier, ni dans 
chacun des tubercules ouverts ; il n'y a pas non plus d'organes 
génitaux. 

Une particularité curieuse est l'inégalité des deux bords; les 
luhercules perforés sont en palissade serrée sur un des bords et là, 
il y a une limite nette entre la face dorsale et la face ventrale. Sur 
l'autre bord, les tubercules sont moins nombreux et les faces pas si 
nettement délimitées. La face ventrale est garnie de ventouses en 
lignes transversales correspondant aux loges. L'animal utilisait cette 
face comme une sole de reptation. 

Korotneff interprétait l'organisme comme une colonie méta- 
mérique d'Actiniaires, comparable à une Méandrine. Les tubercules 
perforés étaient les tentacules réduits et fonctionnant comme 
bouches. La réduction de ces tentacules, la disparition du pharynx 
seraient des conséquences du changement de la vie fixée en la vie 
libre, errante; la disposition du pharynx a permis aux cloisons de 
se rencontrer et de se souder sur la ligne médiane. 

Pour Ehlers, ce serait un fragment d'une Actinie, un morceau 
détaché par un coup de dent de poisson ou par une pince de crabe 
ou par une cause quelconque. Grâce à la tenace vitalité de ces orga- 
nismes inférieurs, le fragment, au lieu de mourir, a guéri ses plai»*> , 
s'est même accru et allongé et mène une existence indépendante 
« paranomale », ce qu'on pourrait traduire par exceptionnel pu 
extraordinaire. La sole ventrale du Polypartum est la partie de 
la colonne de l'Actinie, avec des verrues adhésives; la face dor- 
sale est uh morceau du péristome et les tubercules perforés sont 
les tentacules transformés ; le bord avec la palissade serrée de 
tentacules est l'ancien bord où la colonne et le péristome se 
touchent; l'autre bord serait tout simplement la soudure de la plaie, 
par union du bord interne du péristome avec les parties avisées de 
la colonne, ce bord aurait donc morphologiquement la valeur d'une 
cicatrice. Quant à la question de l'espèce qui aurait fourni le mor- 
ceau, la nature abortive des tentacules el les grandes dimensions 
des orifice? rappellent certaines formes abyssales décrites par 
H. Hertwig dans le matériel du Challenger. 

Quelques années auparavant, Perrier avai! publié un livre sur 



LVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET M4LÀC0L0GIQUE DE BELGIQUE. 

« les colonies animales et la formation des organismes », où tout 
particulièrement l'individu polype d'un Goralliaire était considéré 
comme résultant de l'union d'autant d'individus primitifs qu'il y 
avait de loges. Il a immédiatement appliqué ces idées à Polyparium. 
Chaque tubercule ou bouche sérail un polype Iïydraire; pour les 
parties basales, il y aurait eu contluence complète suivant des 
lignes droites, au lieu de circulai rement. Ce groupement méta- 
mérique serait en rapport avec la locomotion. L'auteur rappelle le 
Bryozoaiiv Çristatella . 

Haacke a donné une théorie, se rapprochant de celle de Korotneff; 
mais au lieu d'une colonie en forme de Méandrine, il considère 
l'organisme comme un individu unique, colossalement étiré en lar- 
geur, dans le sens perpendiculaire à la fente buccale. L'un des bouts 
est donc la droite, l'autre est la gauche; l'un des bords est antérieur, 
l'autre postérieur, et la différence dans la palissade des tentacules se 
retrouve chez d'autres polypes, où il,y a plus de tentacules à l'une 
des extrémités de la fente buccale qu'à l'autre, au moins dans le 
jeune âge. La sole de Polyparium esl divisée en trois régions par 
deux rainures longitudinales ; c'est la rainure circulaire du pied de 
beaucoup d'Achnies, étirée en une ellipse très excentrique. Les cloisons 
opposées se sont rencontrées d'abord vers le bas et la soudure est 
allée en remontant ; c'est comme si chaque cloison avait tourné de 
( .)0°, amenant à la position horizontale les muscles verticaux saill mis 
et à la position verticale les fibres plus minces horizontales; les deux 
masses primitivement verticales, maintenant horizontales, restent 
pourtant séparées sur la ligne médiane. 

Delage et Hérouard dans leur beau Traité de zoologie ont donné un 
exposé fort exact de la question et concluent en faveur de Haacke. Ils 
indiquent un caractère qui pourrait constituer un argument décisif, 
a crucial test, comme disent les Anglais : la loge provenant de la 
fusion des deux loges directrices dans Taxe de la bouche devra se 
trouver chez Polyparium au milieu de la longueur et aura ses 
muscles saillants sur la face interloculaire des cloisons. Mais Haacke 
avait déjà clairement mentionné cette conséquence (p. 689 de son 
article). 

L'appui donné à ces vues par un ouvrage général entre les mains 
de tous les zoologistes a amené Carlgren (Stockholm) à intervenir dans 
le débat. Dès la première lecture du travail de KorotnelT, il avait 
interprété la structure comme un fragment d'Aetiniaire et même 



BULLETINS |>KS SEANCES. — ANNÉE 1905. U* 

rédigé un article ; mais la noie d'Ehlers, soutenant la même idée, 

lui parut si claire que tout naturaliste « qui ne veut pas théoriser 
dans le bleu » serait immédiatement convaincu. Mais Carlgren 
diffère d'Ehlers quant à l'animal qui aurait donné le fragment. 
Les Actinies abyssales du Challenger, décrites par R. Hertwig comme 
ayant remplacé leurs tentacules par des « stomidies », seraient en 
réalité des exemplaires mal conservés, où les tentacules onl été ima- 
ginés, ont disparu par macération et laissé leur ouverture d'implan- 
tation comme une fausse stomidie. La seule raison pour laquelle 
Elilers a eu recours à ces formes abyssales et a compliqué par l'admis- 
sion d'un changement d'habitat du morceau détaché, n'est donc pas 
fondée en fait. Carlgren rattache « l'animal » à une nouvelle famille, 
créée antérieurement par lui. Des expériences avec des Sagartia lui 
ont permis de constater » dans des circonstances favorables » la 
guérison de la plaie par soudure de la colonne avec le péristome, 
l'atrophie graduelle des tentacules. Dans le musée 'de Stockholm 
l'auteur a trouvé un fragment d'un individu de la famille spéciale 
(Stoichactidés) rappelant tout à fait les ligures de korotneflf, «cepen- 
dant la paroi du corps n'était pas soudée au périslorpe 

L'opinion de Carlgren, un spécialiste pour ce groupe d'organismes, 
a incontestablement un grand poids; surtout pourraient être déci- 
sives les expériences avec Sagartia et les autres constatations. Mais 
les résultats de ces expériences sont donnés d'une façon si sommaire, 
et il y a chaque fois des restrictions, que l'on peut douter quelque 
peu de leur valeur démonstrative; en tout cas, on se trouve dans 
l'impossibilité de juger sur pièces. Pour le reste, il n'est rien apporté 
de nouveau au débat; les anciennes objections d'Ehlers sont affir- 
mées avec plus d'énergie. Haacke faisait déjà observer que plusieurs 
détails, tels que la division médiane des muscles horizontaux, la 
division de la soie ventrale, sont laisses de cote par Elilers • ■( u< 
comprennent pas dans cette hypothèse; tandis qu'elles cadrent t 
bien avec ses vues à lui. Carlgren ne semble pas davantage a même 
de rencontrer ces arguments. La théorie de Haacke reste donc la 
plus compréhensive, comme s'appliquant au plus grand nombre de 
laits. La modification qu'elle comporle'altèfe absolument l'aspect «le 
l'organisme, mais est en réalité fort simple : dans son essence morpho- 
logique, une croissance dans une seule direction; toutes les modifi- 
cations secondaires apparaissent comme des conséquences possibles 
de cette modification initiale, cl celle-ci est rattachée à un genre de 



IA SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

vie particulier : l'habitat sur les tiges des Algues; autour de ces 
tiges cylindriques, il semble que l'organisme puisse s'enrouler en 
spirale et glisser dans les deux sens. Il n'est pas nécessaire d'insister 
sur le caractère tout à fait exceptionnel du procédé de formation 
imaginé par Eh lers et Carlgren. 

Comme conclusion : l'hypothèse de lïaacke considérant Polyparium 
comme un Actiniaire déformé par hypertrophie de ses dimensions 
latérales et adapté à une vie mobile sur les tiges cylindriques, est 
l'hypothèse la plus compréhensive, la plus compréhensible, parce que 
la plus naturelle, et mérite donc d'être retenue, provisoirement, et, 
comme on dit sur les factures, « sauf erreur et omission ». 

J. J. LISTEH. — « Sur le dimorphisme des espèces anglaises de Numniu- 
lites et la taille de la mégalosphère en relation avec celle de la micro- 
sphère du test raégalosphérique dans ce genre ». (Proceedings o( the 
Royal Society [Londres], série B, vol. 76, août 1905.) — Compte rendu 
bibliographique, par Ad. Kémna. 

La communication débute par un historique. L'attention des géo- 
logues avait été attirée par von liant ken et de la Harpe sur la con- 
stance d'association des espèces de Nummulites ; une même couche 
renferme généralement deux espèces, une petite et une grande ; ce 
qui a fait dire que les Nummulites allaient par couple, chaque espèce 
ayant une espèce sœur de taille différente. On signalait en outre une 
différence anatomique : la petite espèce montre toujours une chambre 
centrale ou initiale, la grande espèce en est dépourvue. En réalité, 
la grande espèce a aussi une chambre centrale, mais beaucoup plus 
petite ; de là plus tard les dénominations de mégasphère et de micro- 
sphère. La petite espèce mégasphérique est toujours beaucoup plus 
fréquente que la grande espèce microsphérique ; celle-ci n'est parfois 
que quelques pour cent des individus (1881-3). Ces quatre faits : 
association, différences de taille, de chambre centrale, de fréquence, 
qui se montraient connexes, restaient pour de la Harpe « sans solu- 
tion ». 

Vers la même époque (1880), Munier-Chalmas, généralement en 
collaboration avec Schlumberger, considéra les deux formes, non 
comme des espèces distinctes, mais comme appartenant à une même 
espèce, laquelle serait donc « dimorphe ». Quant à la nature de celte 
relation de dimorphisme, la différence de taille parut aux auteurs 



BU LLETINS DES SÉANCES. ANNÉE 1905. LXI 

pouvoir fournir une explication : c'étaient des slades successifs de 
croissance. Pour expliquer en même temps la différence des parties 
centrales, ils admirent que, arrivés à certaines dimensions, les indi- 
vidus résorbaient la mégasphère de leur jeunesse et formaient de 
nouvelles loges plus petites et une microsphère nouvelle dans l'es- 
pace ainsi devenu libre ; la croissance se produirait donc par les deux 
bouts de la spirale, vers le dehors et vers le dedans. 

L'interprétation des couples de Nummuliles comme un cas de 
dimorphisme fut généralement acceptée ; mais l'explication en donnée 
par les auteurs français fut trouvée bien compliquée et ne ressortis- 
sant nullement des faits. Les travaux de Lister et de Schaudinn 
(1895) ont montré que le dimorphisme résulte bien de stades succes- 
sifs, mais pas dans l'ontogénie d'un même individu. La forme de 
grande taille à microsphère résulte plus que probablement de la con- 
jugaison de deux zoospores; la forme de petite taille à mégasphère 
résulte certainement d'une spore plus volumineuse, produit de seg- 
mentation du protoplasme d'une forme à niicrosphère. Il y aurait 
donc une génération alternante, dont les formes micro- et mégasphé- 
riques sont les deux termes. 

Cet historique a été fait bien des fois et ne présenterait donc pas 
de nouveauté, si l'auteur n'y avait ajouté des documents inédits, 
empruntés à la correspondance de de la Harpe avec Rupert Jones. 
Il est intéressant de suivre les variations de ce naturalite conscien- 
cieux, -au sujet de la loi d'association qu'il avait formulée. D'abord, 
il est tenté de la croire générale pour les Nummulites; mais puis il 
se met à douter, certaines espèces n'ayant pas de partenaire, « man- 
quant de sœur ». La théorie de Munier-Chalmas et Schlumberger a 
aussi exercé une influence défavorable; il a rejeté le tout en bloc, 
sans faire le départ entre les deux principes, celui du dimorphisme, 
exact, et l'étrange mode de croissance imaginé. 11 était réservé a 
de la Harpe lui-même de reconnaître que plusieurs des exception^ 
signalées par lui rentraient en réalité dans la règle. Aussi, dans une 
de ses dernières publications (de la Harpe est mort en février 1884), 
parue dans un recueil suisse peu répandu et exhumée par Lister, il 
revient à sa première opinion et exprime la conviction que le dimor- 
phisme est général chez les Nummulites. 

Lister a la même conviction et il a étudie les quelques exceptions 
qui restaient encore d'espèces anglaises isolées, non couplées. Il est 
allé recueillir lui-même les échantillons en place dans 1rs gîtes clas- 



LX1I SOCIÉTÉ ROYAI,K ZOOLOGIQlE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

siques, pour être certain de l'authenticité ; il a recueilli un matériel 
nombreux pour compenser la rareté des formes microsphériques. La 
solution de la question ne serait plus, dès lors, qu'une affaire de 
patience, si les aberrations de la synonymie n'y avaient introduit une 
complication inutile; il lui a fallu, au préalable, débrouiller cette 
confusion. 

Les détails minutieux de la comparaison des types et des des- 
criptions échappent à 1 analyse sommaire d'un compte rendu et ne 
s'adressent du reste qu'à une étroite spécialité. Le résultat final seul 
nous intéresse : les couples ont élé retrouvés. Dans quelques cas, 
tous les individus sont de même taille et, sous ce rapport, il n'y 
aurait donc pas de dimorphisme; mais en faisant des coupes, on 
trouve quelques individus à microsphère; l'espèce. est donc anato- 
miquement dimorphe et il n'y a d'exceptionnel que la circonstance 
assez accessoire de l'égalité de taille. 

La démonstration du dimorphisme est venue singulièrement com- 
pliquer la synonymie. Les deux stades d'une même espèce avaient 
chacun reçu un nom; du moment que leur relation de parenté a été 
établie, la moitié de ces noms doit tomber en synonymie. Notre col- 
lègue Ern. van den Broeck, s'est préoccupé de cette situation et a 
proposé de retenir le nom de la forme mégasphérique, la considérant 
comme la plus « normale ». Lister qualifie cette idée de « singulière » 
(il dit oddlij), mais on pourrait lui faire remarquer que cette idée 
avait été émise par son auteur, dans l'ignorance des travaux .d'em- 
bryologie qui ont établi les relations de parenté. Et même, en tenant 
compte de ces travaux, l'idée de van den Broeck peut encore se 
soutenir comme la plus rationnelle, car la forme mégasphérique 
donnant les zoospores devant conjuguer doit être considérée comme 
la forme sexuellement mûre, et c'est évidemment celle-là que doit 
retenir la systématique. Le choix de van den Broeck était déterminé 
par la circonstance que la forme mégasphérique étant de loin la plus 
nombreuse, aura généralement été décrite la première et que par 
conséquent sa dénomination aura la priorité ; or, des neuf espèces 
étudiées par Lister, la forme mégasphérique n'a qu'une seule fois la 
priorité. Le hasard a parfois de ces malices, mais ces malices ne sont 
pas des arguments fort probants; si tant est qu'on veuille donner du 
poids à la statistique, il la faut complète, et neuf espèces, ce n'est 
réellement pas suffisant; il y aurait à voir comment il en est pour 
l'ensemble des formes dimorphes. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 L\lli 

Liste! 1 rejette donc le principe de nomenclature de van (jeu Broeck 
et il applique, lui, uniquement la règle de priorité; il déclare ne pus 
voir de raison pour se départir de cette règle. Il y a en tout ca 
cette manière de faire l'inconvénient de mettre en évidenee tantôt 
telle forme, tantôt telle autre; un principe, non seulement de classi- 
fication mais de bon sens, dit qu'il faut de la logique et de l'unifor- 
mité; il ne faut pas appliquer une règle quelconque comme une con- 
signe. 

L'auteur s'est livré à un laborieux travail de mensuration : dia- 
mètre des micro- et des mégasphères, leur volume, volume des tests 
complets des deux formes; il a ensuite jnanipulé et tabulé ces chiffres 
et a institué certaines comparaisons. 

La différence de taille des loges initia'es a attiré depuis longtemps 
l'attention, puisque c'est l'essence même du dimorphisme; mais les 
mensurations exactes de microsphères sont rares, à cause des diffi- 
cultés techniques résultant de l'extrême petitesse. Lister a examiné, 
sous ce rapport, trois espèces anglaises et une étrangère .V. Gïzeken- 
sis); les diamètres des tests complets vont de 2 à 2i millimètres, 
mais les diamètres des microsphères initiales ne vont que de K> à 
20 microns; il y a donc là une remarquable uniformité de taille, qui 
ne peut provenir que du fait de l'uniformité de taille chez lesdivei 
espèces, des zoospores copulantes. On trouve la même chose chez les 
éléments sexuels des Métazoaires; les mensurations permettent donc 
une conclusion que Lister n'en a pas tirée : c'est qu'elles apportent 
un argument sérieux en faveur de la probabilité de cette copulation 
et de son caractère au moins vaguement sexuel. 

Les mégasphères, au lieu d'une uniformité, montrent au contraire 
de grandes différences de taille; les diamètres mesurés vont de 68 à 
1 ,05 1 microns. Mais l'auteur a eu l'idée de comparer le volume de 
chaque mégasphère avec le volume du test complet microsphérique et 
il trouve ainsi une certaine constance dans le rapport. Chez plusieurs 
espèces de taille très différente, ce rapport est quelque chose comme 
10,000; la mégasphère est la 10,000 e partie du volume complet 
de son parent microsphérique. La fixité de ce rapport chez les ■ 
les plus diverses pour la taille démontre que chez toutes le proto- 
plasme se divise on le mène' nombre de fragments et ce nombre doit 
être aux environs de 10,000. Cette conclusion n'est pas tirée par 
Lister; elle paraît pourtant une conséquence inéluctable des faits, tel 
qu'il les interprète. La constance du nombre des macrospores sérail 
un fait des plus curieux. 



LXIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Lister estime que la constance de ce rapport démontre que toujours 
la mégasphère provient directement du fractionnement de la forme 
microsphérique, qu'il n'y a pas production de plusieurs générations 
successives de formes mégalosphériques ; il croît que l'intercalation 
de plusieurs générations agames ne permettrait pas à ce caractère 
dérivé du primogéniteur microsphérique, de se maintenir avec cette 
constance dans les individus de plus en plus éloignés de ce progéni- 
teur. Chez quelques Foraminifères actuels, principalement des Imper- 
forés, il est bien établi que la forme mégasphérique peut se reproduire 
telle quelle, de sorte que l'un des stades de l'alternance comporte 
plusieurs individus, plusieurs générations. Chez Polystomella si bien 
étudiée par Lister, il n'y a pas cette multiplication; ce genre est allié 
aux Nummulites, dont il est une forme relativement simple; tout 
cela tendrait à démontrer que chez les Nummulites éocèneségalement, 
il n'y avait pas de multiplication de la forme agameet que la géné- 
ration alternante se manifestait dans toute sa pureté suivant le rythme 
ab, ab, ab et non abbb, abbb, etc. 

De la constance de ce même Fapport, Lister tire encore une autre 
conclusion. Ce rapport ne se comprendrait pas, si les deux termes du 
couple étaient des espèces distinctes; c'est donc une preuve de plus en 
faveur de leur unité, une confirmation du principe du dimorphisme 
et de son explication par la génération alternante. 

Il n'est jamais mauvais d'avoir trop d'arguments; mais on peut se 
demander si le dimorphisme et la génération alternante des Nummu- 
lites avaient encore un besoin si urgent de ce supplément de preuve 
par un labeur si considérable. En somme, Lister a quelque peu 
enfoncé une porte ouverte et nous sommes d'autant moins gêné pour 
le dire, qu'il le dit lui-même. Mais il cite en même temps un fait 
typique. Un mémoire sur le genre Lepidocyclina, paru en J 904 dans 
les Bulletins de la Société géologique de France, où le dimorphisme 
est attribué à la génération alternante « dans certains cas » seulement 
et où il est affirmé « que les deux formes couplées n'ont qu'excep- 
tionnellement la même extension verticale ». Lister trouve que cet 
exposé sommaire ne répond nullement à l'état de la science et il dis- 
cute avec une certaine vivacité, dont du reste il s'excuse, où mène- 
raient ces conceptions. Les parties de couches où les espèces sont 
couplées, correspondraient à des époques où il y aurait eu génération 
alternante; les parties de couches où il n'y a plus association corres- 
pondraient à des époques où cette alternance aurait été abandonnée. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE ! I,XV 

« 

Le mémoire français cite comme espèce isolée un de ces couples où 
il y a égalité de taille entre les deux formes. Quant au fait même de 
la dissociation, Lister rappelle qu'il était bien connu de Munier- 
Chalmas et attribué à des remaniements ou à un triage par des 
courants. Ce qui semble surtout au naturaliste anglais une circon- 
stance aggravante, c'est que les auteurs, MM. Lemoine et R. Dou- 
ville, sont des spécialistes honorablement connus, en rapport constant 
avec Schlumberger, celui-là même dont les belles coupes ont tant 
contribué à fonder la notion du dimorphisme. Or, les principes fon- 
damentaux de cette notion sont ici méconnus : la génération alter- 
nante n'interviendrait que dans certains cas et l'association par couple 
ne serait qu'exceptionnelle. Cette notion, d'un caractère un peu 
générai, ne semble pas avoir été bien saisie; c'est là l'écueil d'une 
trop grande spécialisation. Un léger manque apparent de conformité 
des recherches personnelles avec la vue d'ensemble prend la pro- 
portion d'une objection irréductible. On est mauvais juge dans sa 
propre cause et voilà pourquoi l'appréciation des faits, par les auteurs 
mêmes qui les ont découverts, est quelquefois un peu aberrante. Il y 
a aussi à tenir compte de la diversité des esprits, qui apprécient 
différemment les mêmes arguments. Les faits paléontologiques, ana- 
tomiques et physiologiques paraissent à la plupart des naturalistes 
suffisamment convaincants pour le dimorphisme; Lemoine et Douvillé 
ne doivent naturellement pas en juger ainsi. Nous sommes tente de 
n'accorder qu'une valeur assez accessoire à ces mensurations, glatis- 
tiques et rapports; mais il est possible que d'autres les trouvent au 
contraire plus frappants. Pour toutes ces raisons, le travail de Lister, 
outre son intérêt scientifique intrinsèque, ne manque pas non plus 
d'utilité pratique. 

Le mémoire est accompagné de trois planches avec de forl belles 
photographies de préparations pour montrer comparativement la 
chambre centrale des deux formes. 

J. J. LISTER. — Article Foramihifera dans le Traité </<■ /colonie de Raj 
Lankester. — Compte rendu bibliographique, par Ad. Kemna. 

La publication de la Cambridge Natural History par Mariner 
semble avoir suscité l'émulation de l'autre grande Université anglaise 
et Ray Lankester, ancien professeur a Oxford, actuellement direc- 
teur du grand musée d'histoire naturelle, à Londres, a entrepris un 

T. XI., 100". 



LWI SOGIÉTK ROYALE ZOOLOGIQUE Kl MÀLACOLOGI0UE de BELGIQUE. 

traité de zoologie. Le volume pour une partie des Protozoaires a paru 
en 1903 et contient le chapitre sur les Foraminifères par Lister. 

Le compte rendu d'un ouvrage didactique est une besogne mal- 
aisée. Le but d'un tel livre est de donner une vue d'ensemble sur 
l'état actuel de la science, plus ou moins détaillée, suivant l'extension 
et le plan général de l'ouvrage. Or, le « reviewiste », comme disent 
les Anglais, le « référendaire », comme disent les Allemands, ne 
peut avoir pour mission de s'ériger en juge précisément de cela et 
d'appeler à son tribunal la science elle-même; le fond du sujet 
échappe à sa critique. Il peut relever des erreurs ou des oublis par 
ignorance, lorsque l'auteur était en dessous de la tache entreprise; 
mais il va sans dire que des savants comme Ray Lankester 
connaissent leurs hommes et savent choisir leurs collaborateurs et il 
est de notoriété publique que Lister connaît ses Foraminifères. Le cri- 
tique a donc à s'occuper moins de ce qui est dit que de la façon dont 
cela est dit ; il doit, à défaut de l'essentiel, se rabattre sur l'acces- 
soire. Mais cet accessoire a pourtant de l'importance, car le but du 
« Traité » étant d'enseigner, la question de méthode fait toute 
l'utilité pratique du livre. Un homme qui n'était pas naturaliste, et 
qui, malgré l'obsession de l'Olympe, avait gardé du bon sens à 
revendre, Boileau, Ta dit : 

Il faut que toute chose \ soit mise en son lieu. 

Or, à ce point de vue de la méthode, il y a souvent beaucoup à dire. 
Le travailleur qui, par des recherches originales, contribue aux pro- 
grès de la science, et le professeur chargé de communiquer cettescienee 
aux jeunes générations, cela fait souvent deux; c'est l'idéal quand ces 
deux choses sont coextensives dans le temps et l'espace, c'est-à-dire 
quand c'est le même individu qui sait trouver et qui sait faire com- 
prendre; mais il y a parfois disjonction. Il y a des livres élémentaires 
qui seraient excellents, si leurs auteurs avaient eu l'occasion d'acquérir 
une connaissance moins sommaire de leur sujet, et il est des livres 
ne valant rien, parce que leurs auteurs très savants n'ont pas su, par 
un effort de volonté, se mettre à la place de ceux qui doivent encore 
apprendre . 

Il y a encore un autre écueil, surtout pour les spécialistes. L'objet 
particulier de leurs études les préoccupe constamment; il est pour 
eux en pleine lumière et le reste demeure dans la pénombre. Avec 
la meilleure bonne foi du monde, quand ils reproduisent ou exposent 



BULLETINS DES SÉANCES. — 4N.NKK L90Ô. IAVH 

l'état de la science, ce facteur personnel entre en jeu el il en résulte 
une certaine déformation, par manque d'équilibre entre les divers 
parties du sujet. Ktant donnée la nature humaine, peut-on faire un 
grief à un auteur d'avoir quelque peu de tendresse pour ses propres 
découvertes et de profiter de l'occasion, fort rare en somme, de 
s'adresser à tout le monde savant pour faire connaître des nou- 
veautés 

Dans la préface du livre, Ray Lankesïer mentionne tout spéciale- 
ment le travail de Lister comme contenant « beaucoup de nouveau 
el d'original ». Nous avons donc non seulement un livre ordinaire 
d'enseignement, mais une contribution au progrès de la science, par 
la communication de choses encore inédites. 

La caractéristique du travail de Lister peut le mieux s'exprimer 
en disant que c'est un zusammenfassendcr Berichi sur la ques- 
tion du dimorphisme chez les Foraminifères. Nulle part ailleurs on 
ne trouvera un exposé aussi complet, aussi lucide et aussi intéres- 
sant, non seulement dans les traités généraux, mais dans les revues 
spéciales. Les faits cités sont nombreux et détaillés, mais il n'y a 
pourtant pas excès ni encombrement, grâce à la bonne ordonnance; 
chacun d'eux est présenté de façon à ce que sa signification ressort»' 
clairement. 11 y a d'abord un historique assez succinct et comme 
exemple de « couple », l'élude des Nummulites lœiHgata et 
y. Lamarcki ; suit une description détaillée de Palystomelia crispa 
pour la structure et pour les modes de reproduction. Lister a, comme 
de juste, puisé les matériaux de cette description principalement 
dans ses propres études; mais il n'y a pourtant aucun exclusivisme; 
pour l'anatomie, les travaux de Rhumbler sont convenablemenl pré- 
sentés et discutés avec beaucoup de bon sens; et pour la partie 
physiologique, Schaudinn, qui a tait exactement le même travail, a 
la même époque et indépendamment de Lister, est fréquemment aussi 
cilé. l'n deuxième exemple est emprunté à Orbitolites complanata. 
Puis vient un chapitre sur les relations entre les tonnes micro* 
sphériques et mégaspbériques avec une liste de tous les genres où le 
dimorphisme a été constaté, certainement la plus complète et ht plus 
utile par les indications bibliographiques détaillées ; parmi 



1 Voici un exemple de cette lis alia 51, y. .".-je and 20, p 

qui signifie : aux pa| ouvrages renseignés aux n- 51 le la li>t<- biblio- 

graphique. Cette mode, assez fréquente aujourd'hui, est un-- très mauvaise mode. 



LXVIH SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOftlQUE DK BELGIQUE. 

indications figure fréquemment la mention « tins article », c'est-à- 
dire que le dimorphisme dans le genre considéré n'avait pas encore 
été signalé et que par conséquent le travail actuel fournit ce rensei- 
gnement inédit ou tout au moins complète, par des recherches 
originales ce qu'on savait jusqu'ici. Tout cela prend 20 pages, alors 
que les autres généralités sur le protoplasme, la coquille, etc., n'en 
occupent que 12. 

L'auteur passe ensuite à une « revue de la structure et de la bio- 
logie (life history) dans les ordres des Foraminifères ». L'impression 
fort nette, qui s'accentue à mesure qu'on avance est que l'anatomie 
et la morphologie se bornent au strict nécessaire; rien d'essentiel 
n'est omis, mais rien non plus n'est mis en évidence; il est manifeste 
que les sympathies de l'auteur vont à la partie physiologique, laquelle 
est de nouveau excellemment exposée; or, c'est précisément le point 
faible des autres traités. Mais ici aussi, nous retrouvons les préoccu- 
pations de l'auteur; ce chapitre est surtout une revue du dimorphisme 
dans les divers ordres; même les groupes primitifs tels que les 
Astrorhizidés et des formes simples comme Saccammina ne sont dis- 
cutées pour ainsi dire qu'au point de vue du dimorphisme. On a 
quelquefois l'impression d'une véritable obsession. 

Maintenant, il est juste d'écouter aussi les arguments à décharge. 
La littérature sur les Foraminifères est encombrée de petites notes, 
de petits fascicules, de petites communications sur de petits détails et 
par de petits esprits, amateurs zélés, polisseurs patients, avec un fort 
contingent de « paléontologistes stratigraphes ». Le conchyliologiste 
« coquillard » débusqué de la malacologie, semble s'être réfugié ici. 
Au milieu de ce travail terre à terre, c'est œuvre pie que de parler 
protoplasme, matière vivante et physiologie; le dimorphisme et la 
génération alternante ont été des choses d'une valeur intellectuelle 
supérieure. Il reste beaucoup à faire dans cette double direction et on 
ne voit pas bien de quel autre côté pourrait venir un progrès sérieux. 
En mettant précisément cela en évidence, Lister a été guidé par les 
préoccupations qui sont celles de la science du moment. Une chose 



Les auteurs qu'on cite ne sont pas un vulgaire numéro, comme les logés de l'hôtel, 
ou les pensionnaires d'une prison cellulaire. Il serait plus convenable pour l'auteur 
cité et plus commode pour le lecteur de dire, par exemple, pour l'exemple ci-dessus : 
Rotalia (Schlumberger, 83, p. 526, and Lister, 95, p. 436). On aurait ainsi dans le 
texte, un nom et une date. Je connais des historiques sans dates, mais avec ces 
numéros matricules ! 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1901. LXIX 

est certaine : qui veut être bien au courant doit lire les Forain in itères 
de Lister pour la physiologie et le dimorphisme — et fera bien de 
chercher parmi les autres manuels, des informations supplémentaires 
pour la morphologie et la systématique. C'est du reste le conseil de 
l'auteur lui-même, qui, pour une figure, ne s'occupe que du dimor- 
phisme et, pour les détails morphologiques, renvoie au travail de 
Carpenter. 

Parmi les faits nouveaux signalés pour la première fois dans cet 
article, il y a la découverte du dimorphisme dans quelques genres; 
mais il y a surtout un fait que Lister mentionne en passant et sans 
insister et qui est d'une importance considérable : chez quelques 
formes microsphériques d'imperforés, la chambre centrale commu- 
nique avec la première chambre sériée par un canal droit et court. 

Il y a une couple d'années, j'ai attiré l'attention sur un caractère 
morphologique, différenciant d'une façon forl constante les Imper- 
forés des Perforés; le cordon protoplasmique qui sort de la chambre 
centrale peut être considéré comme un podostyle; il est courbé 
autour de ia sphère centrale et logé dans un canal creusé dans 
l'épaisseur même de la paroi de cette sphère chez les I m perforés 
(flexostylie), court et droit chez les Perforés (orthostylie). Expliquant 
facilement les allures architecturales dans chacun de ces groupes 
(formes droites primitives chez les orthostyles, formes enroulées pri- 
mitives chez les flexostyles), coextensif avec l'allure des pseudopodes 
par rapport à la coquille (perforations) et avec sa composition physico- 
chimique (porcellanique et vitreuse), ce caractère réellement mor- 
phologique primaire me semblait justifier l'ancienne classification 
en Perforés et Imperforés, généralement abandonnée aujourd'hui, 
mais qui devrait donc être remise en honneur. Il n'y avait comme 
exception que Spirilina perforé à disposition flexostyle, l'analogue de 
Cornuspira imperforé et d'Ammodiseus arénacé. Rhumbler avait 
signalé peu de temps auparavant la perforation de la chambre 
centrale et du canal spiral de Peneroplis, genre pourtant ira perforé. 
Schlumberger [Note sur quelques Foraminifères nouveaux ou peu 
connus du Crétacé <f Espagne — Bulletin de la Société géologique de 
France, 1899) ;i figuré une Nonionina cretacea qui paraît nettement 
flexostyle; mais les autres genres de la famille des Polystomellidés 
sont orthostyles. Enfin, on avait signalé Fusiliuella, appartenant au 
groupe des Perforés, a disposition clairement orthostyle, mais sans 
perforations. 



LXX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE f>K BELGIQUE. 

Depuis lors, à la perforation cliez Peneroplis se sont ajoutés des 
cas analogues chez Orbiculina et Orbitolites. Cette extension de 
l'exception se comprend, étant donnée la parenté étroite entre ces 
trois genres. Mais on peut se demander quelle est la valeur morpho- 
logique des perforations dans ce groupe zoologique. La paroi de la 
coquille de Peneroplis présente des dépressions plus ou inoins pro- 
fondes, comme des puits à contour circulaire; plusieurs auteurs, et 
notamment Lister, sans se prononcer catégoriquement, semhlent 
enclins à considérer les perforations de Peneroplis comme étant ces 
dépressions, développées jusqu'à traverser la coquille de part en part. 
Dans cette manière de voir, ces perforations, d'origine secondaire, 
seraient quelque chose de différent des perforations d'essence structu- 
rale primitive de l'autre groupe. 

L'orthostylie de la chambre centrale des formes microsphères 
chez plusieurs Imperforés est une nouvelle exception fort imprévue. 
Le fait paraît hors de doute ; les figures de Lister sont parfaitement 
claires et l'auteur dit expressément à plusieurs reprises que le canal 
spiral, si marqué chez les formes mégasphériques, manque aux 
microsphères, lesquelles débouchent directement par un trou creusé 
sous la paroi, dans la première chambre sériée. Cependant, ne fût-ce 
que par acquit de conscience et sans beaucoup d'espoir, une vérifica- 
tion à nouveau pour confirmation ne serait pas inutile Les structures 
sont fort petites, compliquées et tout le monde sait par expérience 
combien facilement des détails peuvent échapper quand l'attention n'a 
pas été spécialement attirée. La méthode des coupes par polissage 
est aussi fort délicate et donne des résultats moins précis que la 
décalcification et la coloration du contenu protoplasmique; mais 
cela n'est praticable que pour les exemplaires qu'oc peut recueillir 
vivants. 

Il y a un fait d'une certaine importance. Tout en admettant, 
comme il semble qu'on doive bien le faire, les cas d'orthostylie « irré- 
gulière » signalés par Lister, il est certain que cette irrégularité 
n'est pas générale. Dans beaucoup de genres d'Imperforés, les formes 
microsphériques sont parfaitement flexostyles et il n'y a donc pas 
sous ce rapport de différence entre les deux représentants de l'espèce. 
Voici les cas, tous empruntés aux travaux de Schlumberger : 

Biloculinadepressà (Assoc franc Avancement sciences, Congrès de Rouen, 1883, 
p. 524). •• <>ii retrouve au centre de la grande forint 1 B une toute petite loge sphéroï- 
dale qui n'a pour diamètre o,ue 2<> microns en moyenne. Elle est entourée de cinq 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 LUI 

;$ dont [a première est circulaire [canal), tandis que les * ju;i t r- • autres sont trian- 
gulaires et <>nt une carène extérieure très prononcée. ■• Les figures, faites à des 
grossissements de 48 à 85, ne donnenl pas tout à tait bien les détails. C'est d&i 
travail que l'hypothèse d'une redissolution de la mégasphôre pour son occupation 
ultérieure par une microsphère e( une partie spiralée, se trouve énoncée. 

Planispirina sigmoidea (Bui.c. Soc â zool. Francs, 1887, p. 107). « La micro- 
sphère a pour diamètre 27 microns. On voit à droite, à l'opposé du canal, la 1< 
et la loge II se place sur le canal. » Il y a quatre figures de la forme H ou microsphé- 
rique à des grossissements de 97, 107 et 200; la figure 5, page 110, montre a la 
loupe, le canal dans l'épaisseur de la paroi de la sphère centrale. 

PI. celata (même travail), figure 7, p. 112, forme B, canal comme ci-dessus. 

Adélosina bicornis (même Bulletin. 1886), figure 7, page 98, canal très net dans 
l'épaisseur de la paroi sphérique et sans ligne' de suture. Plusieurs autres figures de 
la même espèce et une de A. Duthiersi. 

Biloculina bulloides (Bull. Soc. géol. Franck, 1887). figure 5, page 124 : comme 
ci-dessus. Aussi pour B. ringois, figure 8, page 128, où le canal autour de la 
microsphère est mentionné dans le texte. 

Bilocub'na Brailyi (Mkm. Soc. zool. Franck. 1891 : Révision des Biloculines des 
grands fonds,, figure 19, page 172 : « Un grossissement à 105 diamètres nous fait 
voir, ce qui arrive rarement, que la section a passé par le canal de la microsphère. ■» 
La figure est typique. De même B. Fischeri (fig. 25, p. 177) et B. lucernula 
(fig. 41. p. 187). 

Il n'y a donc pas de dont»; que chez les Miliolides proprement dites, 
la forme microsphérique est ilexostyle, tout comme la forme mé- 
gasphérique. L'orthostylie « Irrégulière » n'a été signalée jusqu'ici 
que dans le groupe dont Peneroplù est le chef de file; pour autanl 
qu'on sache jusqu'ici, c'est au même groupe qu'est limitée la perfora- 
tion « irrégulière » ; il y aurait donc ici, tout comme chez les Perfo- 
rés vrais, connexité entre la perforation et l'orthostylie. Mais ce sont 
les mégasphères flexostyles qui sont perforées, tandis que chef les 
microsphères orthostyles ces perforations n'existenl pas ou du moins 
n'ont pas été signalées. Quand on considère les genres, la connexité 
est directe ; mais pour les deux formés d'une même espèce, la con- 
nexité est inverso ou croisée. Lister signale aussi une influence de la 
faille, nettement démontrée par les constatations de Munier-Chalmas 
et Schlumberger chez Jdalina. La microsphère a 13 microns, la 
mégasphère varie de 1S() à 140 microns; les deux formes ne peuvent 
donc pas être confondues; mais il y a une grande marge de varia- 
lions pour la taille de la mégasphère. La forme à microsphère pas 
successivement par les stades quinque-, tri-, l>i- et uniloculaires ; parmi 
les formes à mégasphère, quelques-unes parcourent ton 



LXXll SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

sont celles à mégasphère petite ; celles à mégasphère moyenne sont 
tri-bi, et uniloculaires; les grandes mégasphères donnent immédiate- 
ment l'arrangement de biloculine. Tout cela est assez confus, discor- 
dant et contradictoire ; mais on a pourtant le sentiment qu'il doit y 
avoir là des rapports définis. La complication résulte probablement 
de ce qu'il y a plusieurs causes qui interviennent et qui mêlent leurs 
effets. Parfois l'une d'elles est mieux en évidence, comme par exemple 
la taille chez Idalina; mais ces cas de dissociation du complexe causal 
sont rares; en dehors du genre cité, il n'y a plus que Orbiculina. 

Les pages consacrées par Lister au genre Orbitolites sont surtout 
intéressantes par la comparaison pour chaque espèce des formes 
méga et microsphériques. On connait la belle série de Carpenter, 
principalement basée sur l'organisation des parties centrales (toutes 
mégasphériques) : 0. tenuissima, avec un canal spiral de huit tours 
étranglé par places; 0. marginalis, avec un seul tour déjà épais; 
0. duplex, de même, mais ce canal encore plus épanoui; 0. complu- 
nata, où ce canal plus large et raccourci débouche dans une grande 
cavité qui entoure de toutes parts la sphère centrale. Or, chez les 
représentants microsphériques de ces trois dernières espèces, ces dif- 
férences n'existent pas; les parties centrales sont tellement ressem- 
blantes qu'il n'y aurait pas moyen de distinguer par elles les espèces. 

Pour 0. tenuissima, forme très rare, les cinq exemplaires que 
l'auteur a eu l'occasion d'examiner avaient une sphère centrale de 
31 microns; ce serait une taille assez forte pour une microsphère et 
très faible pour une mégasphère; mais le fait que les cinq exem- 
plaires présentaient les mêmes dimensions rend probable la nature 
mégasphérique. Lister ne met pas cette espèce en ligne avec les 
autres et est fort tenté de la distraire de la série pour la rattacher à 
Ophthalmidium, auquel, en effet, la partie centrale ressemble beau- 
coup; il voit une grande difficulté à considérer avec Carpenter le 
gros canal de 0. duplex comme étant la spirale spiroloculinaire de 
0. tenuissima devenue trapue et ramassée. Cette difficulté ne paraît 
pas tellement sérieuse; mais on pourrait faire valoir un autre argu- 
ment : 0. duplex se rattache bien mieux encore à Orbiculina et à 
Peneroplis, non seulement pour les formes microsphériques, comme 
le signale Lister, mais tout aussi bien pour les formes mégasphé- 
riques. L'intercalation de 0. tenuissima dérange cette série. L'opi- 
nion de Lister est donc fort défendable; il ne la présente que comme 
une hypothèse provisoire, qui a encore besoin de confirmation ; si elle 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 LX1III 

se vérifiait, il propose dès maintenant de donner au nouveau genre 
éventuel le nom de Cyclophthalmidium. 

Dans plusieurs paragraphes Lister discute le dimorphisme à un 
point de vue général. L'hypothèse de Munier-Chalmas et Schlum- 
berger, retirée par leurs auteurs, n'a plus qu'un intérêt historique et 
ne vient pas en ligne de compte. Mais il examine avec quelque détail 
la théorie des différences sexuelles et en fait ressortir les impossibi- 
lités : ces différences se manifestant tout à fait au début du dévelop- 
pement individuel et non à la période plus tardive de la maturité, 
la forme mégasphérique, à considérer comme mâle puisqu'elle pro- 
duit des zoospores à assimiler aux spermatozoïdes, capable de se 
reproduire par parthénogenèse, etc. Pour expliquer l'arrangement 
plus compliqué des loges autour de la microsphère et la série plus 
complète des stades, il compare avec le Cladocère d'eau douce Lepto- 
dova hyalina, dont les œufs d'hiver fécondés passent par un stade 
nauplius, tandis que les œufs d'été parthénogénétiques ont un déve- 
loppement raccourci. A la façon dont les choses sont exposées, on 
pourrait croire que Leptodora est un cas exceptionnel ; or, presque 
toujours, la génération agame par bourgeonnement, par exemple 
chez les Cœlentérés, les Bryozoaires, va trop vite pour récapituler 
les phases phylogéniques, et les constatations n'ont aucune valeur 
comme documents phylogéniques; il en est de même de la régénéra- 
tion des parties après mutilation, ce qui explique l'importance 
minime de la vaste littérature sur ce sujet. Pour les Foraminifères, 
le document embryologique de valeur serait donc fourni par la forme 
microsphérique, d'où il résulterait que souvent l'évolution aurait con- 
sisté en une simplification, par exemple les dispositifs monoloculair. «s 
précédant les dispositifs plus simples de tri- et biloculisme. 

Pour la classification, l'auteur rejette également la division en 
Perforés ou Imperforés et subdivise immédiatement en ordres; mais 
en réalité, c'est l'ancienne classification qui est maintenue ; Cornus- 
pira est une Miliolide, Ammodiscus est parmi les Lituolides et N 
rillina ouvre la série des Hotalidés. 

Des renseignements sur la paléontologie sont donnés occasionnel- 
lement, mais non d'une façon systématique; par exemple, VEozoon 
canadense de Dawson n'est même pas mentionné. Il est vrai qu'il a 
perdu tout crédit, et le bloc de serpentine qui trônait en évidence au 
rez-de-chaussée du musée de l'École des Mines de Jermyn streel esl 
relégué depuis quelques années dans le coin d'une galerie à fétaj 



LXXIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOO LOGIQUE Kl MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Les arguments contre la nature organique du prétendu fossile doivent 
avoir paru convaincants à la grande majorité des naturalistes ; pour- 
tant, une revision du procès ne me paraît pas impossible, et un miné- 
ralogiste compétent comme le professeur Renard refusait de se pro- 
noncer et réservait son opinion. En tout cas, quelque convaincu qu'on 
puisse être que Dawson et Carpenter ont été le jouet d'une formi- 
dable illusion et quelque intérêt que l'on trouve à la question spéciale 
du dimorphisme, il est étrange d'écrire pour un grand traité de 
zoologie l'article sur les Foraminifères, sans même rappeler l'être 
vrai ou imaginaire qui a été, pendant un certain nombre d'années, 
le représentant le plus en vue de ce groupe et réputé l'aurore de la 
vie sur notre globe. 

A\i. NEAVIÀNÏ. — Compte rendu bibliographique, par Ad. Kemna. 

Une note sans titre dans le Boll. Soc. Zool.ital., 1905, vol. \1V, 
p. 99, annonce que Capsulina local icida de Seguenza, décrit comme 
un Foraminifère voisin des Texlularidés, serait en réalité un pédi- 
cellaireophicéphale d'Oursin, probablement Strongijlocentrotus, abon- 
dant dans la Méditerranée. On se demande au premier abord, 
comment une pareille méprise serait possible, mais on la comprend 
à la réflexion. Toutes les pièces squelettiques des ftchinodermes sont 
poreuses, treillissées, souvent très régulièrement; les mailles ou 
espaces vides ont quelque peu l'aspect des loges d'une coquille de 
Polythalame et l'arrangement alterne des mailles de deux rangées voi- 
sines ressemble le plus à l'arrangement distique des Textularidés. 

II. DOUVILLÉ. — Sur la structure des Orbitolines. (Bull. Soc. Ckol. 
de France, 1904, p. 653). — Compte rendu bibliographique, par 
Ad. Kemna. 

Le groupe des Foraminifères imperforés culmine dans les grands 
Orbitolites, dont la structure est en somme relativement simple : des 
loges annulaires concentriques, subdivisées par des cloisons radiaires; 
les logettes les plus externes s'ouvrent au dehors par des orifices sur 
le limbe du disque. Que l'on suppose maintenant un segment de ce 
disque, comme un quartier de gâteau ; le contour de ce quartier sera 
triangulaire, les deux sections étant une ligne droite; la base étant 
une portion du contour primitif du disque, sera une li^ne courbe et 



lïl I.UT|\s DES SÉANCES. INNÉE 1905. IAW 

aura les perforations du limbe original; au sommet du triangh 
trouvera la chambre primitive ou initiale. Il faut maintenant encore 
changer la situation, modifier l'orientation el au lieu de laisser 1»' 
quartier couché à plat, le mettre debout sur sa base, sur son limbe. 
En outre, au lieu de rester lamellaire, l'organisme s'épaissit ; chaque 
loge, au lieu de rester un anneau devient un disque; ces disques 
empilés forment un cône. 

On peut, pour fixer les idées et rendre plus aisée la compréhension 
de cette structure assez compliquée, considérer un Orbitolite dont 
chaque anneau successif, au lieu de se mettre dans le même plan que 
les précédents, se mettrait un peu fdus bas; il en résulterait évi- 
demment un cône portant au sommet la loge primitive; ce cône 
serait creux, évidé en dessous en un large ombilic. C'est ce qui a 
lieu dans une certaine mesure, mais l'ombilic est comblé en partie par 
l'accroissement des loges vers l'intérieur. Cette partie infléchie des 
loges semble correspondre au limbe, car elle porte seule des perfo- 
rations. 

D'après Douvillé, d'Orbigny aurait fort exactement interprété la 
structure en disant du nouveau genre Orbital ina qu'il créait, que « ce 
sont des Orbitolites à côtés inégaux, l'un encroûté, l'autre avec d<-> 
loges. » Carpenter aurait créé une confusion en comparant avec 
Patellina qui a des loges alternantes comme une Textulaire, mais 
chaque loge étendue en un demi-anneau. Ce dispositif n'a en effet 
qu'une ressemblance superficielle avec les Orbitolines où les anneaux 
sont, entiers et même discoïdes. Le travail de Douvillé remet les 
choses au point en faisant ressortir les affinités avec Orbitolites. I n 
matériel plus abondant, mieux conservé, travaillé en coupes minces 
encore par Schlumberger, toutes ces conditions ont permis à l'auteur 
d'arriver à des résultats plus précis que ses devanciers. L< ui- 

blancesavec Orbitolites vont jusque dans les détails du cloisonnement 
secondaire des loges et des connexions de ces leurs entre ell 

Il a été parlé ci-dessus des loges, comme si flics étaient devenues 
•les disques par accroissement de l'anneau vers ('intérieur. Cela 
demande une correction : il y a une tendance des logettes à s'atro- 
phier, à mesure qu'elles s'éloignent île la périphérie. L'auteur estime 
que c'est une indication a que la vie du protoplasme était surtout 
active dans cette zone externe. Cette disposition est certainement en 
rapport avec le mode d'existmer de l'animal, qui devait vivre sui- le 
fond, la surface conique en dessus. Dans ces conditions, les Pseudo- 



LXXVI SOCIÉTÉ KOYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOI.OC.1QI1E DE BELGIQUE. 

podes ne pouvaient guère s'allonger librement que dans la zone péri- 
phérique, et principalement dans la partie convexe marginale ; c'est 
là seulement que le protoplasme peut se nourrir et se développer, dès 
que l'animal atteint une taille un peu considérable ». Ailleurs il est 
dit que « la dissymétrie résulte de ce que la face inférieure était tou- 
jours appliquée sur le fond, tandis que les Orbitolites vivaient sur les 
Algues comme elles le font encore aujourd'hui ». Les considérations 
de ce genre tendent à établir une connexité entre l'organisation et le 
genre de vie. Au lieu d'une simple description, nous avons donc une 
compréhension plus nette de l'organisme et c'est ce qui fait la valeur, 
on pourrait dire philosophique, d'un travail. Le degré de certitude 
des rapports ainsi établis dépend de l'exactitude et de l'étendue de nos 
connaissances. Or, nous ne savons déjà pas beaucoup des mœurs des 
Foraminifères vivants, et encore moins des fossiles. L'orientation de 
POrbitoline, la face plate ou concave en bas, le cône dressé, est cer- 
tainement celle qui se présente le plus naturellement à l'esprit; la 
limitation des orifices à cette base concave peut s'interpréter comme 
favorable, en ce qu'elle met les pseudopodes en contact direct avec le 
sol pour y chercher la nourriture, aussi pour ancrer l'animal et lui 
permettre de résister à l'action d'entraînement des courants. Mais en 
y réfléchissant, on peut trouver un inconvénient : le protoplasme 
serait confiné comme sous un étouffbir; surtout quand l'animal a 
acquis une certaine taille et quelque poids, les pseudopodes ne pour- 
raient passer entre les bords de la coquille et le sol, pour s'étendre; 
si on renverse l'attitude, si on considère l'animal figé dans la vase 
par la pointe de son cône, la base devient supérieure, les orifices 
limités à cette face sont tous libres et le protoplasme peut se déve- 
lopper sans difficulté; le port serait alors celui d'un Corail. On voit 
par cet exemple que les rapports entre l'organisation et les mœurs 
deviennent de plus en plus douteux, à mesure qu'on entre davantage 
dans les détails. 

Le test se présente comme un test calcaire; mais il n'y a qu'une 
couche fort mince (10 microns environ) de calcaire pur, décrite 
comme une couche vitreuse imperforée; sur sa face interne, elle est 
renforcée par un treillis également calcaire, dont les travées ont la 
même épaisseur. Par la méthode des coupes, on voit que ce calcaire 
est comme un simple crépissage et que la grande masse de la coquille 
est sableuse; quand les grains sont très fins, la structure orbitolitoïde 
esl fort nette; elle se brouille et devient confuse quand le grain est 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 LXXVII 

plus grossier. C'est un cas intéressant de l'influence du matériel utilisé 
sur le fini de l'organisation. 

La nature arénacée du test indique un habitat sur le fond. Cette 
relation entre la structure et l'habitat est évidente et connue depuis 
longtemps; mais il semble que l'auteur ne l'interprète pas exactement. 
Rappelant qu'un grand nombre de Foraminifères des terrains secon- 
daires ont un test sableux il dit : « Cette disposition résulte du mode 
d'existence de l'animal qui vit sur le fond et utilise, pour la construc- 
tion de son habitation, les matériaux qu'il a à sa portée. » 11 est clair 
que pour être arénacé, l'animal doit vivre sur le fond; mais la réci- 
proque n'est pas vraie, car le plus grand nombre des Foraminifères 
sont purement calcaires et cependant en même temps benthoniqn 
L'utilisation du sable, la coquille en mosaïque, a reçu une autre inter- 
prétation. Elle apparaît d'abord comme une méthode de renforcement 
d'une capsule moins rigide, chitineuse ou même gélatineuse (par 
exemple la Myxotheca de Schaudinn). La sécrétion calcaire apparaît 
au début comme limitée au rôle de ciment entre les grains. Le test, 
purement calcaire, serait un degré supérieur d'évolution; l'augmen- 
tation de la faculté sécrétoire a permis à l'organisme d'abandonner 
des matériaux toujours grossiers, pour utiliser exclusivement le préci- 
pité chimique avec lequel on peut réaliser des structures beaucoup 
plus délicates. C'est Dreyer qui a surtout développé cette manière de 
voir et Neumayr a considéré comme un fait phylogénique très impor- 
tant la prédominance des formes arénacées dans les terrains infé- 
rieurs. Tout cela est parfaitement concordant et paraît rationnel. 

L'interprétation de Douvillé ne cadre pas bien avec cet ensemble. 
Au lieu de voir dans l'utilisation du sable un procédé primitif, il est 
plutôt tenté d'y voir un progrès. L'avantage consisterait pour ranimai 
à ne plus avoir à fournir la coquille entière, mais seulement le ciment 
destiné à en réunir les éléments; l'animal réalise une économie dans 
ses sécrétions et « une conséquence curieuse de celte économie serait 
la possibilité d'atteindre une taille considérable. On s'explique ainsi 
que les gigantesques Loftusia du Crétacé supérieur de la l'erse appar- 
tiennent précisément au groupe des Forantinil test sableux : ici 
encore, nous avons constaté leur passage probable au\ Alvéolines por- 
cellanées ». 

En thèse générale, l'antériorité et la primitivité d»s formes aréna- 
cées est un fait établi; tout le inonde est d'accord par exemple pour 
placer à la base du système les Astrorhizidés. Mais cela ne veut pas 



LXKV11I SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

dire que dans le cas spécial de Orbitolina et de Loftusia, Douvillé 
lasse erreur, car la possibilité du retour d'une forme purement cal- 
caire à la structure arénacée n'est nullement exclue, et même les 
détails du crépissage calcaire avec sa consolidation trabéculaire fort 
semblable à Orbitolites sont des arguments sérieux pour considérer les 
relations des deux genres de la même manière que le fait l'auteur. 
Mais il est plus douteux de regarder la structure arénacée comme une 
cause essentielle ou même adjuvante de l'accroissement de taille. 

Les Orbitohnes sont des fossiles de la Craie inférieure. Pour toul 
organisme d'une structure un peu aberrante, on doit se demander 
quelle est sa situai ion dans la série; il en est de même pour un fossile, 
et la question est surtout intéressante quand il s'agit d'un fossile 
faisant partie d'un groupe bien représenté dans les couches succes- 
sives. Il sutlit de se rappeler ce qu'on a pu faire pour les Ammonites 
en combinant les renseignements anatomiques avec ceux de la stra- 
tigraphie. Douvillé a le mérite de se poser cette question à propos de 
Orbitolina. Au point de vue anatomique, il considère que pour l'en- 
semble des formes, l'évolution consiste en un ^perfectionnement du 
cloisonnement, subdivisant les grandes loges annulaires en logettes. 
Il y a d'abord des piliers, irrégulièrement disposés entre les deux 
faces de la loge et plus ou moins aplatis en lames; c'est le cas pour 
les formes jurassiques, par exemple Orbitopsella. Dans les Orbitolines, 
ces piliers sont transformés en cloisons pleines et régulières, au moins 
à la périphérie, tandis qu'au centre seulement persiste l'irrégularité 
des formes anciennes. Douvillé conclut de cette remarque, que les 
deux formes sont l'une l'ancêtre, l'autre le descendant; dans son 
esprit l'argument de la succession géologique semble avoir eu autant 
de poids que l'argument morphologique. 

Mais dans le Crétacé supérieur, il y a une série évolutive toute 
semblable : une forme simple comme Cyclolina et des formes compli- 
quées, les Orbitolites vrais. Il est difficile de faire concorder l'organi- 
sation et la stratigraphie, si on prend en considération les formes du 
Jurassique, du Crétacé inférieur et du Crétacé supérieur. Douvillé 
résoud le problème en admettant une série séparée, phylogéniquement 
distincte. « Les Orbitolitidés du Crétncé supérieur et des époques plus 
récentes paraissent constituer, en réalité, un second groupe bien dis- 
tinct du premier ». Les Orbitolitidés seraient donc diphylétiques, et 
quand on fait aussi entrer en ligne de compte l'opinion de Lister sur 
0. temu'sshna, ils seraient triphylétiques. Dans ces questions, deux 



lil U.l.lIVs DKS SÉANCES, — ANNÉE I.XXIN 

est déjà beaucoup, el trois est décidémenl trop. On songe à la bou- 
tade de Carpenter, disant que chez les Fora mini fer es, tout passe dans 
tout « everything passes into everything else ». 

Parmi les observations de Douvillé, il en est une qui demande des 
réserves. L'irrégularité des parties centrales des loges est considé 
comme atavique. Or, de quelque façon que l'on fasse dériver Orbi- 
tolina de Orbitolites, il semble qu'on doive regarder les portions cen- 
trales des loges comme un accroissement secondaire vers l'intérieur, 
pour profiter de l'espace ombilical dans lé creux du cône. C'est une 
modification de la structure tf Orbitolites et nullement un stade mite- 
rieur. L'irrégularité de croissance serait plutôl à comparer a la 
croissance « acervuline » que des formes, autrement régulières, 
adoptent dans certaines circonstances. Cette irrégularité n'est nul- 
lement un caractère primitif, mais au contraire un terme d évolu- 
tion. 

Dans cette étude très soignée, on est quelque peu étonne de ne 
trouver aucun renseignement sur la chambre centrale, dont la struc- 
ture a une importance si considérable précisément dans ce groupe 
des Orbitolites; l'auteur se borne à dire que l'un des exemplaires 
« est une forme A », ce que dans le langage de tout le monde nous 
traduirons par forme mégasphérique; il faut savoir abandonne!- les 
vieilles dénominations, surtout quand elles ne disent rien. Le laco- 
nisme du texte n'est pas complété par les figures; les coupes de 
Schlumberger paraissent excellentes, ce qui n'étonnera personne; 
les photographies donnent une bonne idée de l'aspect général, mais 
un grossissement de 15 diamètres est tout à lait insuffisant pour 
pouvoir étudier des détails. De laquelle des espèces d' Orbitolites la 
forme se rapproche-t-elle le plus? Il serait surtout curieux de déter- 
miner exactement l'orientation de cette mégasphère par rapport au 
cône et les allures du canal spiral. Si l'orientation est comme celle 
<ï Orbitolites, c'est-à-dire le plan du canal spiral horizontal, l'Orbito- 
line est un Orbilolite entier dont la partie central' esl soulevée en 
cône, ou bien, ce qui revient au même, l'Orbitolite a formé ses I. [ 
en retrait dans le sens vertical et les I ont originellement des 

anneaux complets. Si, au contraire, la mégasphère est orientée avec 
le plan du canal spiral vertical, alors il n'y a de loges que d'un côté 
de la mégasphère, et c'est la théorie du quartier de gâteau qui est la 
bonne; l'Orbitolite progéniteur n'a formé «pic des segments d'an- 
neaux au lieu d'anneaux entiers et fermés, quelque chose comme 



L\X\ SOCIÉTÉ l'.OYALK ZOOLOGIQUE ET M AL ACO LOGIQUE l)K BKLG1QUK. 

Peneroplis ou Orbiculina avant l'arrivée à la croissance cyclique 
complète. 

« Les Orbitolines sont encore bien imparfaitement connues », dit 
M. Douvillé tout au début de son travail. Il est certain que par ce 
travail nous les connaissons mieux; mais il est certain aussi que 
nous ne sommes pas satisfaits, car ce travail a le mérite de nous 
inspirer le vif désir de les connaître mieux encore, non seulement 
par curiosité pour les faits en eux-mêmes, mais encore par le très 
grand intérêt théorique sur plusieurs points, intérêt que l'auteur a 
eu le talent de mettre suffisamment en relief. 

(.. A. BOULENGER. — La distribution des Poissons d'eau douce africains. 
— Compte rendu bibliographique, par Ad. Kemna. 

L'Association britannique pour l'Avancement des Sciences a tenu 
sa session de 1905 dans l'Afrique Australe. Il y a quelques années, 
elle avait été au Canada. C'est un moyen de réaliser la fédération 
impériale par la pénétration de la science. Les congressistes ont siégé 
au Cap, à Pretoria, et ont inauguré en grande solennité le pont du 
chemin de fer des chutes Victoria du Zambèze. Le président était 
Francis Darwin, le botaniste, fils de l'illustre auteur de V Origine des 
espèces. 

Le président de la section de zoologie était M. G. -A. Boulenger, 
notre compatriote, jadis attaché au Musée de Bruxelles, actuellement 
au British Muséum, et la plus grande autorité pour les groupes des 
Reptiles, des Batraciens et des Poissons. Il a choisi le sujet de son 
adresse présidentielle dans sa spécialité : l'ichthyologie descriptive et 
systématique. 

Le labeur de catalogage et de classement des formes animales est 
une nécessité absolue, la base indispensable de toute connaissance; 
mais en soi-même, c'est un sujet peu récréatif. La répartition géo- 
graphique des êtres est fondamentalement une série de listes, un 
nombre de faunes locales. Mais la géographie zoologique a fort tôt 
pris un caractère plus philosophique. Ce sont des faits de distribution 
géographique qui ont été en grande partie cause de la théorie de 
l'évolution. Darwin raconte combien il a été frappé de la multiplicité 
des espèces de Reptiles aux îles Galapagos et de l'étroite localisation 
de ces diverses espèces dans des îles distinctes; tant de force créatrice 
dépensée dans ce coin perdu lui semblait un non-sens. Un autre fait 



BULLETINS DES SÉ\ — ANNÉE 1 . LXXXI 

encore est la constance d'un type dans une aire déterminée; l'Amé- 
rique du Sud est le quartier général des Édentés, non seulement à 
l'époque actuelle, mais aussi des formes fossiles; cette continuité est 
suggestive de filiation et de descendance. On voit immédiatement 
quelle importance et quel intérêt prennent les questions de réparti- 
tion géographique des êtres, quand elles sont étudiées aux points de 
vue combinés de la zoologie systématique et des mœurs, surtout pour 
les moyens de dispersion dont disposent les organismes, ainsi que de 
la géologie et de la paléontologie. Ce n'est pas seulement la réparti- 
tion actuelle des terres et des mers, des monts et des plaines, c'est 
aussi la géographie des époques géologiques antérieures qui joue un 
rôle essentiel. Toutes ces sciences s'entr'aident ; tantôt la géologie 
vient éclairer un problème de distribution géographique; tantôt c'est 
l'inverse, c'est un fait de distribution géographique qui fait surgir une 
question de géologie. Par exemple, nous pouvons conclure avec beau- 
coup de vraisemblance à un isolement de l'Australie depuis l'époque 
secondaire, uniquement par le caractère faunique. 

En comptant bien, il y a la systématique, les mœurs, la géologie, 
la paléontologie, dont il faut une connaissance, non pas sommaire et 
générale, mais approfondie et détaillée, si la géographie zoologique 
veut s'élever à une certaine hauteur intellectuelle. Cette multiplicité 
des connaissances est difficile à réaliser; on peut même déclarer 
qu'elle est impossible pour l'ensemble du règne animal ; ce serait 
déjà beaucoup si pour chaque groupe on trouvait, parmi les spécia- 
listes, un homme capable de traiter convenablement le sujet. 

Sous ce rapport, l'ichthyologie a de la chance. M. Boulenger a 
publié il y a un an une nouvelle classification des Poissons, basée sur 
une connaissance approfondie de l'ostéologie (Cambridye Natural Hi.s- 
tonj, de Harmer). Travailleur assidu dans le plus riche dépôt du 
monde, il était préparé à entreprendre la tâche de faire la géographie 
de son groupe. Et encore s'est-il limité aux poissons d'eau douce el 
à l'Afrique; mais cette dernière limitation n'est pas fort sévèrement 
maintenue. S'il est vrai que, à plusieurs reprises, les continents ont 
changé leurs connections, mêlé et confondu leurs faunes, une pareille 
limitation n'est guère possible. Aussi n'y a-t-il pas un parties du 

monde, pas même les deux régions polaires, qui ne soit mise à con- 
tribution pour l'un ou l'autre problème de l'ichthyologie africaine. 

Les conditions météorologiques, humidité ation, tempéra- 

ture, sont des éléments essentiels dans la répartition des Animaux en 

T. XL, 1905 

v 1er 1906. 



LXXXII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

général et des éléments perturbateurs ; malgré la continuité géogra- 
phique, l'Afrique, pour sa faune reptilienne, est divisée en zones de 
latitude. Or, chez les Poissons d'eau douce, cette influence de la tem- 
pérature est fort amoindrie. Les Poissons du Nil dans la basse 
Egypte ou dans la région équatoriale sont étroitement apparentés, 
souvent spécifiquement identiques. C'est donc l'orographie, la déli- 
mitation du bassin, qui est ici le facteur dominant. Les anomalies 
suggèrent immédiatement des modifications de la géographie dans 
les périodes antérieures. Par exemple, le Nil et le Niger sont topo- 
graphiquement bien isolés, séparés par le Chad ; mais il y a tant de 
types communs qu'on est justifié à supposer une communication 
récente entre les deux bassins, ce qui a été confirmé par l'étude des 
Poissons du lac Chad. Voici maintenant un exemple inverse. Le Nil 
et le Congo communiquent dans la région des grands lacs, mais les 
différences fauniques démontrent que, antérieurement, l'isolement 
devait être beaucoup plus parfait. 

Ce que font les zoologistes dans ces cas, c'est, pour expliquer des 
anomalies de distribution, supposer des modifications de la géogra- 
phie ; mais ce procédé fort commode doit être appliqué avec quelque 
réserve. Boulenger met en garde contre les abus et tient à bien spéci- 
fier qu'il ne se fait aucune illusion sur le 'caractère hypothétique de 
toutes ces solutions. 

L'auteur fait un historique sommaire de l'accroissement de nos 
connaissances et rend hommage au zèle éclairé du gouvernement 
égyptien et de l'État du Congo. Il y a vingt-cinq ans, Gùnther men- 
tionnait seulement 255 espèces africaines, dont, depuis lors, une 
cinquantaine sont tombées en synonymie. Aujourd'hui, il y a 
976 espèces dans 185 genres et 43 familles. Nous relevons dans sa 
liste comme familles dominantes : Cyprinidés, 12 genres et 
202 espèces; Siluridés, 37 et 187; Characinidés, 20 et 93; Mormy- 
ridés, 11 et 108. Mais pour avoir une idée exacte du caractère fau- 
nique, il faut surtout tenir compte des formes spéciales au continent; 
c'est ainsi que Polypterus avec deux genres et onze espèces a autant 
d'importance que n'importe quel autre groupe, parce qu'il est stricte- 
ment limité au Nil. On comprend qu'il en est de même avec les trois 
espèces du genre unique Protopterus, le Dipneuste qui passe la saison 
sèche dans des boules de vase durcie. 

L'auteur passe ensuite à l'examen plus détaillé de quelques 
familles. Nous donnons comme exemple, ce qui est dit au sujet de 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 LXXIII1 

Polijpterus, le premier groupe considère. Boulenger dit que 
organisme est une des plus grandes énigmes de toute l'ichthyologie ; 
au point de vue de l'évolution, aucun groupe n'offre un plus grand 
intérêt; il est apparenté avec les Chondruptérygiens ou les Elasmo- 
branches, les Ostéolépidés cronoptérygiens qui semblent avoir fourni 
les Dipneustes, et les Batraciens stégocéphales, les premiers Vertébrés 
pentadactyles. Au point de vue systématique, l'auteur penche pour en 
faire un ordre distinct, comme le proposait Gope. L'embryologie, 
actuellement à l'étude par Graham Kerr sur le matériel recueilli par 
Budgett, fournira peut- être des renseignements; mais il faut surtout 
espérer en de nouvelles découvertes paléontologiques; actuellement, 
les données de cette nature font entièrement défaut. Moore a annoncé 
que Drummond avait trouvé près du lac Nyassa des fossiles que Tra- 
quair aurait déterminés comme semblables, mais spécifiquement dis- 
tincts de l'espèce africaine actuelle; en réalité, Traquair a déterminé 
ces restes comme Acrolepis du groupe Palœoniscus. Il n'y a donc 
aucun fondement pour l'assertion de Moore que Polypterus avait des 
parents dans les mers Jurassiques et qu'ainsi il est resté dans le lac 
avec l'ensemble de la faune (c'est la théorie du « Reliktensee »). Bou- 
lenger regarde les Polyptères comme provenant d'ancêtres d'eau 
douce, lesquels dérivent eux-mêmes de types mésozoïques primitifs 
entièrement hypothétiques. 

Le second groupe étudié est Protopterus. Lui et son analogue 
américain Lepidosiren sont des modifications spécialisées de Ceratodus 
australien. Du Trias à la Craie, un peu partout, on trouve des res 
de Cératodiens, prouvant l'ubiquité du groupe. On pourrait donc 
considérer les deux formes spécialisées comme des modifications indé- 
pendantes dans leurs localités respectives, mais la haute antiquité 
géologique du groupe rend acceptable aussi la migration d'un conti- 
nent à l'autre à une époque où ces continents étaient réunis. Dans cette 
hypothèse, les probabilités pour le lieu d'origine seraient en faveur 
de l'Afrique, attendu que Protopterus est moins spécialisé que Lepido- 
siren. Moore a rangé également Protopterus comme un représentant 
« de la portion piscine maintenant dispersée de la faune halolim- 
nique » du Tanganyika; mais l'espèce habite les marais du voisin 
et non le lac lui-même. (Cette objection ne semble pas forl probante; 
Lepidosiren en Amérique ne vit pas non plus dans les grands '<>iirs 
d'eaux.) 

On peut juger, par ces deux exemples, du grand intérêt <ju»' pré- 



LXXXIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

sentent ces notes. Tout zoologiste connaît, avec quelque détail, des 
formes aussi importantes que Polypterus, et surtout les Dipneustes; 
mais pour les autres familles, c'est déjà plus du ressort du spécia- 
liste; pour qui n'a fait une étude approfondie de l'ichthyologie, les 
discussions théoriques des notes suivantes sont assez difficiles à com- 
prendre et deviendraient absolument inintelligibles si on essayait de 
les condenser encore par un résumé. Il suffira de signaler quelques 
points d'importance plus générale, telle que la discussion de la signi- 
fication du nombre des vertèbres, fréquemment 24 chez divers groupes 
d'Acanthoptérygiens, caractère primitif, un nombre plus élevé étant 
généralement considéré comme une modification, maintenant, par 
Boulenger, et contrairement à l'opinion antérieure ; — et le pro- 
blème du Tanganyika. 

Dans ses lettres au Daily Telegraph et au New York Herald, après 
sa première traversée de l'Afrique en 1878, Stanley raconte des 
expériences qu'il avait faites pour déterminer dans quel sens il y 
avait courant dans un marécage communiquant à la fois avec le lac 
Tanganyika et avec la Lukuga, un affluent du Congo. La thèse était 
à peu près la suivante; le lac est un bassin fermé ou tout au moins 
l'émissaire débite moins que l'apport des affluents; de là, élévation 
constante du niveau (dont plusieurs preuves sont données), jusqu'à 
celui de la plus basse échancrure dans le faîte de partage; pendant 
des siècles et des siècles, la nature a peu à peu augmenté le volume 
du lac et c'est au moment de l'arrivée sur ses bords du reporter anglo- 
américain que les premières eaux se déversaient dans le Congo. Il 
y avait aussi une water Hyœna, une Hyène d'eau douce! Dans 
l'enthousiasme, très justifié d'ailleurs, qui a accueilli les prouesses de 
l'explorateur, on n'a pas songé à examiner de plus près cette histoire 
racontée par quelqu'un venant de loin. La water Hyœna n'est pas 
encore revenue à la surface; elle plonge toujours; mais, abstraction 
faite du « bluff » journalistique, le fait de la communication avec le 
bassin du Congo est exact et cette communication est récente, géolo- 
giquement parlant, comme on l'a vu plus haut par la différence des 
faunes. Dans un historique complet de la question du Tanganyika, la 
« théorie » de Stanley, la première en date, mérite une mention, ne 
fût-ce qu'à titre d'anecdote. Boulenger ne semble pas la connaître et 
il faut avouer que son caractère peu scientifique justifie cet oubli. 
Deux autres théories (Moore, Pellegrin) sont copieusement discutées 
à propos de la famille des Cichlidés et l'auteur en propose une troi- 



BULLETINS DES SÉANCKS. — AVM LWXV 

me; la discussion est des plus intéressantes, mais trop touffu» 

compliquée pour pouvoir être rapportée ici. 

Après avoir passé en revue les familles zoologiques, Boulei 
imine une à une les subdivisions géographiques. 11 en distingue 
la région du Nord-Ouest, la Barbarie, le Sahara septentrional; la 
Centrale- Ouest, comprenant les grands lacs et les grands fleuves et 
dénommée pour cette raison district mégapotamien ; l'Orientale, 
l'Abyssinie, les affluents du Nil Bleu jusqu'au Zambèze; la Méridio- 
nale, au sud du Zambèze; enfin, Madagascar. 

La région barbaresque, en réalité une section de la grande région 
paléarctique, est caractérisée par ses cours d'eau à débit forl irrégu- 
lier et ressemble sous ce rapport à la région méridionale; sont discu- 
tées, les affinités faunistiques avec l'Europe, les Poissons venant au 
jour par les sondages artésiens, etc. La sous-région mégapotamienne 
soulève les questions multiples des connexions variables des fleuves et 
des lacs. La région malgache, si remarquable à tant d'autres points 
de vue, manque absolument de caractère ichthyologique ; il n'y a que 
seize espèces strictement d'eau douce. (Mais ce faible nombre est lui- 
même une particularité curieuse.) 

Voilà, en réalité, la table des matières du travail de M. Boulenger. 
Les « adresses présidentielles » peuvent se classer en deux groupes : 
unes traitent de questions plutôt générales, accessibles au grand 
public; le type le plus réussi de ce genre est le discours présidentiel 
de lord Salisbury au meeting d'Oxford en 1894; le fameux article 
de Brunetière sur la banqueroute de la science est tout simplement 
une décoction de ce discours ; ce personnage s'est borné à dire en 
style hargneux ce que le noble lord avait dit en style de gentleman. 
Le grand public des réunions plénières suit avec plaisir, parce qu'il 
comprend. Les discours spécialistes sont naturellement moins amu- 
sants, et pourtant il y a des exceptions. A Liverpool, en 
Lister, relatant par le menu l'historique de ses découvertes, avait le 
vaste auditoire suspendu à ses lèvres; mais il s'agissait de microbes 
et de découvertes qui faisaient de l'auteur un des grands bienfaiteurs 
de l'humanité, un de ces hommes qui font autant de bien que dix 
conquérants font de mal. L'ichthyologie géographique africaine ne 
pouvait avoir le privilège d'exciter un pareil attrait. Même comme 
adresse de section, elle est trop spéciale. Ce n'est pas une revue de 
l'état des connaissances, mais un travail de pr< apportant beau- 

coup trop de nouveau et d'inédit; en realité, un tableau général 



LXXXVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQl'E DE BELGIQUE. 

n'avait jamais été tracé, les faits étaient trop récents et encore épars. 
Même les spécialistes auront dû faire attention pour suivre et reliront 
toujours avec fruit. Les adresses qu'on écoute avec plaisir, on 
n'éprouve pas toujours la nécessité de les relire; la contribution 
scientifique de M. Boulenger sera relue, compulsée et citée, comme 
un ouvrage faisant date. 

La séance est levée à 10 heures. 



Séance du 5 novembre. 

Présidence de M. Ke>lna. 
La séance est ouverte à 8 heures. 

Correspondance. 

Le Secrétaire général annonce le décès de M. le D r Gustave 
Dewalque, membre fondateur et ancien président de la Société, 
survenu à Liège le 3 de ce mois. 

M. Dewalque était âgé de 80 ans. Membre de l'Académie 
depuis 1854, il en était le doyen d'âge. 

Une notice biographique sera consacrée à la mémoire de cet 
éminent et regretté collègue. 

Jours et heures des séances mensuelles. 

En assemblée générale, le 8 janvier dernier, il avait été décidé, 
qu'à titre d'essai, les réunions se tiendraient le soir à 8 heures. Cettr 
innovation n'ayant pas eu les effets qu'on en espérait, M. Kemna 
propose d'en revenir au système qui a prévalu pendant des années, 
c'est-à-dire à celui de la tenue des réunions à 4 l / 2 heures de l'après- 
diner. Cette proposition est unanimement approuvée et Ton décide 
que la prochaine réunion déjà se tiendra dans l'après-midi et non 
plus le soir. Rien n'est changé quant à la date, le deuxième samedi. 
En conséquence la séance de décembre aura lieu le 9, à 4 % heures 
de relevée. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 LXXXYII 

Bibliothèque. 

Dons des auteurs : 

Herbert Bolton : Horizon and paleontology of the Soapstone bed y 
Lower Coal-Measures, near Colne, Lancashire (Ex : Geol. Magazine ; 
Londres, 1905). 

R.-J. Lechmere Guppy : The Growtli of Trinidad (Kx : Transact. 
Canad. Instit.; Toronto, 1905). 

M. Mourlon : Considérations sur le Devonien supérieur (Famen- 
nien) de la carrière du bois de Beaulieu située entre Le Hure et 
Fiennes (Bas-Boulonnais) [Ex : Ann. (Bull.) Soc. géol. de Belg.; 
Liège, 1905]. — Un complément à apporter à l'organisation de 
renseignement supérieur des sciences géologiques dans V ordre de 
l'expansion économique mondiale (Ex : Congr. internat. d'Expans. 
économ. mondiale, Mons 1905; Bruxelles, 1905.) 

Carlos E. Porter : Catalogo razonado de mis Trabajos Histôrico- 
naturales hechos desde enero de 1894 hasta junio de 1905 ; Yalpa- 
raiso, 1905. 

Henry Woodward : Crustaceans and Myriopods from the Lower 
Coal-Measures y Lancashire (Ex : Geol. Magazine; Londres, 190! 

Des remerciements sont votés aux donateurs. 

Communications. 

CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE DES INFUSOIRES DE BELGIQUE, 

Par H. SCHOUTEDKN 
I.— LES ASPIROTRICHES Schewiakopi . 

L'étude de la faune infusorienne de notre pays est encore à faire 
peu près complètement : on ne peut citer que deux mémoires s occu- 
pant de façon spéciale des Infusoires : l'un est relatif aux Vorticellii 
et a pour auteur J. d'Udekem, l'autre traite les Infusoiivs suceurs 

<lû à M. Sand. Le travail bien connu de d'Udekem décrit un bon 
nombre d'espèces, qui en général sont figurées, mais est loin dVnu- 
mérer tous les Vorticelliens de n- ; il a paru sous le t 

Description dos Infusoires de la Belgique dans le tome X.XXIV 
Mémoires de l'Académie de Belgique. Sand, d'autre part, a dans un 
premier travail, indiqué les Tentaculifères belg plus tard a 



LXXXVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

donné une monographie des Àcinètes connus (Mém. Soc. Belge de 
Microsc, 1901); ce mémoire assez complet au point de vue systé- 
matique renferme certaines considérations théoriques assez malheu- 
reuses, relatives notamment à la présence d'un centrosome, à la pa- 
renté avec les Ciliés, etc., sur lesquelles il n'y a pas lieu d'insister ici. 

En dehors de ces deux groupes, à peu près tout est encore à faire ; 
les Aspirotriches et les Spirotriches autres que les Vorticelliens n'ont 
pas encore été travaillés. 

Au cours de mes recherches sur les organismes inférieurs, ayant 
surtout pour objet les Flagellés et les Rhizopodes, j'ai naturellement 
eu l'occasion de rencontrer plus d'un Infusoire et je me propose de 
communiquer successivement à notre Société la liste des formes que 
j'ai pu reconnaître. Ces listes se compléteront, je l'espère, peu à peu, 
et aideront à combler la lacune que présentent les tableaux de répar- 
tition géographique des Infusoires lorsqu'il s'agit de la Belgique. 

Dans cette première note, j'énumère les Ciliés appartenant au 
groupe des Aspirotriches (sensu Schewiakoff). Dans l'étude de ce 
groupe, j'ai pris pour base le beau travail russe de Schewiakoff, 
Organisatzia i Sistematika Infusoria Aspirotricha (Zapiski Imper. 
Akad. Naoukpo fiz. mat. Otdèl, (8) IV, 1, 1895). 

J'ai adopté la classification de Schewiakoff, son mode d'interpréta- 
tion des genres et familles, qui parfois diffère de l'ordre suivi cou- 
ramment. 

Cette première liste ne renferme, je tiens à le faire remarquer, de 
loin pas toutes les espèces qui se trouvent en Belgique; je n'y signale 
en quelque sorte que les espèces les plus habituelles (à part quelques 
exceptions), celles qui forcent la vue. 



1. — Sous-ordre : Gymnostomata. 

l re section : Prostomata. 

1. Fam. Holophryina. 
1. Gen. Holophrya, Ehrenberg. 
1. H. discolor, Ehrenberg. 

Cette espèce paraît assez répandue, de même que le H. ovum, 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. LXXXIX 

dont elle se distingue aisément par la disposition non spiralée 
des cils. 

2. //. multilUiis, Fouq. (subgen. Ichthyophtirius). 

Je ne l'ai observé qu'en quelques exemplaires. Bien recon- 
naissable à ses vacuoles pulsatiles multiples. Ectoparasite de 
Poissons. 

3. H.ï nigricans, Lauterborn. 

Je rapporte à cette espèce, avec doute, un spécimen que j'ai 
rencontré dans une récolte faite à ^ienck. Ce spécimen était 
incolore, mais répondait assez bien à la description donnée par 
Lauterborn. 

4. H. ovam, Ehrenberg. 

Comme je viens de le dire, cette forme n'est pas rare. 

2. Gen. Urotricha, Claparède et Lachmann. 

1. U. farda, Claparède et Lachmann. 

2. U. lagenula, Kent. 

Je n'ai rencontré que fort rarement cette espèce. 

3. Gen. Enchelys, Hill. 

1. E. pupa, Mûller. 

Ne paraît guère fréquent dans nos eaux. 

4. Gen. Lagynus, Quennerstedt. 

l.?L. elegans, Ehrenberg. 

Je rapporte à cette espèce un Cilié que je n'ai guère pu étu- 
dier mais qui m'a paru être le L. elegans d'Ehrenbn 

2. L. crassicollis , Maupas. 

Je rencontre actuellement dans un de mes Qacons cette 
intéressante espèce. 

5. Gen. Lacrymaria, Ehrenb 

1. L. olor, Miiller. 

(e espèce n'est pas rare. La longueur de la partie amincie 
antérieure la fail facilemenl reconnaître. 



\C SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

6. Gen. Prorodon, Ehrenberg. 

1. P. edentatus, Claparède et Lachmann. 

Se distingue des autres Pro7*odon par l'absence d'appareil 
nassulaire. 

2. P. niveus y Ehrenberg. 

Se rencontre assez souvent. La forme du noyau rubané, le 
fait vite reconnaître du P. teres. 

3. P. teres % Ehrenberg. 

C'est l'espèce la plus répandue, m'a-t-il paru. 

II. Fam. Colepina. 

1. Gen. Plagiopogon, Srcin. 

1. P. coleps, Ehrenberg. 

Parmi des Coleps j'ai rencontré un Infusoire non cuirassé 
mais assez semblable que j'ai identifié à cette espèce. 

2. Gen. Coleps, Xitzsch. 

1. G. amphacanthus, Ehrenberg. 

N'est pas fort rare. La présence de dents à l'extrémité anté- 
rieure le sépare de l'espèce suivante. 

2. G. hirtus, M ù lier. 

Fort commun dans nombre de mes récoltes. 

III. Fam. Cyclodinina. 
1. Gen. Didinium, Stein. 

1. D. nasutum, Mùller. 

Fort rare. 

2. D. Balbianii, Biitschli. 

J'ai rencontré récemment cette espèce rarissime dans un 
liquide provenant de Bruxelles. 

2. Gen. Mesodinium, Stein. 

1. M. pidex, Claparède et Lachmann. 

J'ai parfois remarqué ce curieux Infusoire dans mes prépa- 
rations. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. XCI 

2' section : Pleurostomata. 
[. Fam. Amphileptinae. 

1. Gen. Amphileptus, Khrenber 

1. A. Claparedii, Stein. 

Vit aux dépens des colonies d'Epistylis, Carchesium . 

2. A. incurvalus, Dujardin. 

La possession d'une vacuole pulsatile unique le fait distin- 
guer rapidement de ses congénères. 

2. Gen. Lionotus, Wrzesniowski. 

1. L. fasciola, Ehrenberg. 

Rencontré fort rarement. 

2. L. folium, Dujardin. 

Plus répandu ; la longueur de la portion amincie aplatie le 
sépare du précédent. 

3. Gen. Loxophyllum, Dujardin. 

1. L. meleagris, Mùller. 

Je n'ai vu qu'un exemplaire de cette forme curieuse. 

II. Fam. Trachelina. 

1. Gen. Trachelius, Schrank. 
1. T. ovum, Ehrenberi;. 

2. Gen. Dileptus, Dujardin. 

1. D. amer. Millier. 

C'est un des plus grands Holotriches connus (jusque 78 
de longueur!) 

III. Fam. Nassulina. 
1. Gen. Nassula, Khr 

1. N. ambigua, Stein. 

C'est le seul Nassula dépourvu de bâtonnets pharyngie 



XCII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIOIE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

2. N. aurea, Ehrenberg. 

Je n'ai vu que de loin en loin cette forme. 

3. N. rubens, Perty. 

En compagnie du précédent, mais plus rare. 

:> e section : Hypostomata. 

I. Fam. Chlamydodonta. 
1. Gen. Chilodon, Ehrqnberg. 

1. C. cucullulus, Miiller. 

C'est la forme la plus répandue. 

2. C. dentatus, Fromenlel. 

Je ne l'ai rencontré qu'une fois, en compagnie du précédent. 

3. C. propellens, Engelmann. 

Rare. N'est aplati qu'à l'extrémité antérieure et non en 
entier comme le C. cucullulus. 

4. C. Schewiakofti , sp. n. 

Dans un liquide provenant de Linkebeek, j'ai rencontré un 
Chilodon nouveau que je décrirai prochainement dans les 
Annales de Biologie lacustre, publiées sous la direction de 
notre collègue le D r Rousseau. 

Cette espèce nouvelle, que je dédie à l'auteur de la Mono- 
graphie des Aspirotriches, le brillant élève de Bùtschli, est 
voisin du Ch. cucullulus mais en diffère par plusieurs carac- 
tères : possession d'une seule vacuole contractile, noyau as 
allongé, etc. C'est un type de grande taille. 

II. Fam. Dysterina. 
1. Gen. Trochilia, Dujardin. 

1. T. palustrïs, Stein. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANM XCIll 

B. — Sous-ordre : Trichostomata. 
I. Tarn. Ghilifera. 

a) Section : Apharyngeata. 

1. Gen. Uronema, Dujardin. 

1. 4. marina, Dujardin. 

N'est pas rare dans nos eaux douces. Est intéressant en rai- 
son de son habitat marin également. 

2. Gen. Cryptochilum, Maupas. 

1. C. elegans, Maupas. 

Je ne l'ai rencontré qu'une seule fois. 

2. C. griseolum, Perty. 

3. C. nigricans, Mùller. 

Ces deux espèces sont souvent fort abondantes dans les 
cultures. 

b) Section : Pharyngeata. 

3. Gen. Leucophrys, Elnvnl 

1. L. patula, Ehrenberg. 

Ne s'est guère rencontré dans mes préparations. 

4. Gen. Glaucoma, Ehrenberg. 

1. G. pyriformis, Ehrenberg. 

Assez répandu, mais moins que le G. srhit il/uns. 

2. G. rcniformis, SchewiakofT. 

J'ai vu de rares spécimens d'une forme qui paraît bien être 
celle décrite par Schewiakoiï'; le liquide provenait dos environs 
de Bruxelles. SchewiakofT avait rencontré son en 

Australie. 

3. G. scintillans, Ehrenberg. 

Fort commun dans les infusions. 



XCIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

5. 'ion. Colpidium, Stein. 

1. C. colpoda, Ehrenberg. 

C'est un des Ciliés les plus répandus. 

6. Gen. Colpoda, Mûller. 
1. C. cucullus, Miiller. 

T. Gen. Frontonia, Ehrenbei 

1. F. acuminata, Ehrenberg 

Espèce curieuse à cause de sa coloration d'un violet sombre 
ou noir. 

Gen, Ophryoglena, Ehrenbei 
1. 0. fia va, Ehrenberg. 

II. Fam. Microthoracina. 

1 . Gen. Microthorax, Engelmann. 

1. Af. sulcatus, Engelmann. 

Espèce fort peu commune. 

2. Gen. Cinetochilum, Perty. 

1. C. margavitaceum, Perty. 

Assez rare. 

2. C. Bùtschlii, sp. n. 

Comme le Chilodon Schewiakoffi , cette espèce sera décrite 
dans les Annales de Biologie lacustre. Elle se distingue aisé- 
ment de l'unique espèce connue jusqu'ici, C. margaritaceum 
(telle que Schewiakoff l'a décrite dans Bibliotheca zoologica, 
Heft o) par les caractères que voici : corps coupé oblique- 
ment en arrière comme chez C. margaritaceum, mais du côté 
où se trouve la bouche et non du côté opposé; côtes bien 
moins prononcées; cils postérieurs plus longs; membrane 
ondulente droite n'existant que du côté droit de la bouche ; du 
côté gauche, une membrane ondulente de même longueur à 
peu près. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. XCV 

Cette intéressante forme se rencontre depuis quelque temps 
en grand nombre dans une de mes cultures (qui m'a donné de 
nombreux Protistes intéressants : Dimorpha, Chlamydo- 
monas, etc., dont je parlerai ailleurs) provenant de Bruxelles. 
Je me permets de la dédier à l'illustre professeur d'Heidel- 
berg, 0. Bûtschli. 

3. Gen. Epalxis, Roux. 

1. E. mirabilis, Roux. 

J'ai récemment rencontré cette curieuse espèce dans un 
liquide provenant du Jardin Botanique, du même bassin qui 
m'a donné le nouveau Cinetochilum indiqué ci-dessus, Dimor- 
pha mutens et autres Protistes rares. Epalxis n'avait encore 
été signalé que par Roux en Suisse. 

III. Fam. Paramœcina. 
1. Gen. Paramaecium, Ilill. 

1. P. aurelia, Mûller. 

2. P. bursaria, Ehrenberg. 

3. P. caudatum, Ehrenberg. 

4. P. putrinum, Claparède et Lachmann. 

Toutes ces espèces sont communes, mais la dernière se ren- 
contre bien moins fréquemment. 

IV. Fam. Urocentrina. 
1. Gen. Urocentrum, Nitzsch. 

1. U. turbo, Millier. 

Un magnifique Infusoire que j'ai récemment rencontré en 
quantité. 

V. Fam. Pleuronemina. 
1. Gen. Pleuronema, Dujardin. 
1. P. chrysalis, Muller. 



XCVI SOCIÉTÉ liOYALE ZOOLOG1QIE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE, 

2. Gen. Cyclidium, Muller. 

1. C. glaucoma, Muller. 



C. — Sous-ordre : Astomata. 

I. Fam. : Opalinina. 

1. Gen. Anoplophrya, Stein. 

1. A. naïdos, Dujardin. 

Vit en parasite dans Nais, de même que le suivant 

2. A. nodulata, Muller. 

2. Gen. Hoplitophrya, Stein. 

1. H. lumbrici, Dujardin. 

Parasite du Lombric. 

3. Gen. Discophrya, Stein. 

1. /). gigantea, Maupas. 

Dans l'intestin de Rana esculenta. 

4. Gen. Opalina, Purkinje. 

1. 0. dimidîata, Stein. 

Très commun dans Rana esculenta. 

2. 0. intestinalis , Ehrenberg. 

Se trouve dans Rombinator igneus. 

3. 0. obtrigona, Stein. 

Je l'ai rencontré dans Hyla arborea. 

4. 0. ranarum, Ehrenberg. 

Commun dans Bufo cinereus et Rana fusca. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 19 . XCYIl 



L'ADAPTATION DES REPTILES ET DES MAMMIFÈRES A LA VIE MARINE, 
PAR LE PROFESSEUR D' E. FRAAS (*). 

Résumé par Le I> r C. VAN DE WIELE.) 

L'ancien proverbe scientifique « Omne vivtim ex mare » ne paraît 
pas se confirmer par les constatations géologiques, et si les formes 
marines paraissent prédominer dans les couches sédimentaires 
anciennes, cela provient de ce que la conservation fossile est mieux 
assurée dans les dépôts marins, qui eux-mêmes n'ont pas eu tout 
d'abord à subir les effets de l'érosion subaérienne. Cependant, c'est 
des produits de cette dernière que la sédimentation marine est dérivée, 
et c'est ainsi que nous pouvons conclure à Pexistence d'une faune 
terreste contemporaine avec la faune marine primitive ; mais elle ne 
nous a pas été aussi bien conservée que la première, et seules quelques 
formes terrestres, qui ont été enfouies dans les dépôts littoraux, peu- 
vent nous donner quelques indications de son existence. 

Chacune des deux faunes avait donc son milieu spécial, mais celui 
de la mer profonde présente des conditions d'uniformité et de stabi- 
lité telles, qu'il n'y a pas lieu de s'étonner de la différence relative- 
ment faible qui distingue la faune paléozoïque de celle de nos jours. 
La faune terrestre, par contre, a été forcée de suivre péniblement 
les modifications continuelles, tant géologiques et géographiques que 
cliinatériques de l'évolution des continents, de sorte que les faunes 
nouvelles ont succédé sans cesse aux faunes anciennes, et les réj 
sentants de cette évolution continuelle ont même pénétré jusqu'au 
fond des océans. Mais, néanmoins, la faune terrestre actuelle s'éloigne 
incontestablement davantage que la faune marine dr* types ancestraux 
que l'on retrouve aujourd'hui à l'état fossile. La faune terrestn 
présente comme plus évolutive. La faune marine a perdu plusieurs 
groupes représentatifs, des genres et des espèces, mais ne s'esl guère 
enrichie par des formes nouvelles. 

Les deux séries de développement se présentent distinctes déjà aux 
premières époques. Si nous négligeons les formes qui ont passé d'un 
milieu dans l'autre, on peut dire que la faune marine comprend sur- 



f 1 ) Jahresh. d. Ver. h.vàtkw.. Nattrk.in Wurttbmbbrô,61* Jahrg.; Stuttg 
Klett & Hartmann, 1905. 

T. XL, 190:> ' 

JlMV 



XCVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

tout les Invertébrés, et que les continents ont été le centre de déve- 
loppement des Vertébrés pulmonaires : Reptiles, Oiseaux et Mammi- 
fères. Parmi les Invertébrés, les formes terrestres sont nombreuses 
pour les groupes supérieurs, et celles-ci elles-mêmes présentent dans 
chaque groupe le plus haut degré d'évolution. 

Parmi les animaux les plus essentiellement marins, il faut ranger 
le groupe des Échinodermes. Parmi les Protozoaires, les Coraux et 
les Éponges, il y a beaucoup de formes d'eau douce, et qui sont d'ori- 
gine plus récente. Le groupe des Vers, géologiquement peu impor- 
tant à cause de sa fossilisation difficile, reconnaît une origine aqua- 
tique. De leur côté, les Mollusques sont essentiellement marins, 
quoique la vie terrestre ait donné naissance à certaines formes pulmo- 
naires, que l'on retrouve déjà dans les formations carbonifères. Citons 
enfin comme groupes marins, les Tuniciers, les Brachiopodes et les 
Céphalopodes. 

La question paraît plus compliquée pour les Arthropodes. Si nous 
les considérons à l'état de développement complet, il n'y a pas de 
doute, les Insectes sont des animaux terrestres, ainsi que nous le 
montrent leur respiration au moyen de trachées, l'articulation si 
parfaite de leur corps et de leurs extrémités et, pour beaucoup 
d'entre eux, un système d'ailes très développées. Mais il faut tenir 
compte de l'état larvaire par lequel les Insectes doivent passer, et 
celui-ci rappelle par beaucoup de points la vie aquatique, surtout 
pour les Insectes paléozoïques. Ce n'est, semble-t-il, qu'à partir de la 
période mésozoïque que l'on voit apparaître des Insectes dont l'évolu- 
tion est tout à fait terrestre. Toutefois, on peut dire d'une façon 
générale, que l'adaptation des Insectes à la vie terrestre remonte à 
la plus haute antiquité géologique, et leur respiration trachéenne 
indique que leurs ancêtres primitifs présentaient encore une respira- 
tion cutanée, antérieure à la spécialisation de cette fonction au 
moyen de branchies. 

Les Crustacés représentent un type essentiellement marin, qui a 
fourni dès le Paléozoïque les groupes évolutifs importants des Trilo- 
bites et des Mérostomates, tandis que les Décapodes avec leurs nom- 
breuses formes d'eau douce sont d'origine plus récente ; et pour 
ceux-ci également les formes les plus évoluées sont adaptées à la vie 
terrestre. 

Si nous passons aux Vertébrés, les formes terrestres deviennent 
prédominantes. Nous y rencontrons tout d'abord, il est vrai, les 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE i XCIX 

Poissons; mais faut-il considérer ceux-ci comme les premiers repré- 
sentants du groupe? H. Simroth et 0. Jàkel se sont spécialement 
prononcés contre cette manière de voir, en faisant ressortir ce que 
Ton pourrait appeler les inconséquences phylogénétiques de ces 
organismes, telles que la position ventrale de la bouche chez les 
Sélachiens, l'existence d'extrémités ou de nageoires postérieures 
devenues inutiles par suite de la reprise de leur fonction par la 
nageoire caudale, les cuirasses écailleuses des Ganoïdes paléozoïques. 
Et il y a lieu de signaler que ces organes supplémentaires sont 
d'autant plus développés que l'on se rapproche de l'origine du groupe. 
Les Poissons osseux, qui sont les plus récents, sont parfaitement 
adaptés à la vie aquatique, tandis que les Requins primitifs, les 
Ganoïdes à cuirasse, les Dipneustes sont des animaux côtiers, qui 
rampaient sur le fond de la mer, et on s'explique ainsi l'utilité des 
anomalies apparentes signalées plus haut. Jakel admet même que 
les cuirasses des Ganoïdes et des Ostracodermes constituent un héri- 
tage des Arthropodes primitifs (Gigantostraca). Le Poisson serait 
donc un Vertébré marin, qui a évolué parallèlement aux Vertébrés 
terrestres, et qui se rattache à ceux-ci par des ancêtres communs. 
Dans la longue série qui s'étend depuis les Arthropodes crustacés, 
jusqu'aux Ganoïdes cuirassés, se sont développés ; la corde dorsale, 
la série des métamères, la réduction des extrémités à deux paires. 
Ces Protochordés étaient-ils terrestres ou aquatiques? Il faudrait 
plutôt se rallier à l'opinion de Jàkel, qui croit qu'ils se sont déve- 
loppés dans le milieu aquatique, parce que tous présentent des bran- 
chies, organes respiratoires que nous rencontrons aussi chez les 
Arthropodes. On sait, du reste, que la respiration branchiale peut 
devenir pulmonaire, mais le processus en sens contraire n'a jamais 
été observé. 

Quant à la série des Vertébrés terrestres, on la voit apparaître de 
bonne heure, et ils paraissent remonter vers des ancêtres qui ont 
donné naissance d'un côté aux Ganoïdes cuirasses «mi Placoderm 
de l'autre aux Stégocéphales. 

En résumé, il semble qu'il faut traduire le principe Omne vivum 
•ex mare, en disant que l'origine de la vie doit être cherchée au sein 
des eaux, mais qu'elle tend à y rester stationnaire, tandis que le 
développement de la vie terrestre est beaucoup plus intense et plus 
rapide, et que dans un groupe donné les types les plus évolués sont 
ceux qui respirent librement à l'air, et parcourent lu surlace de la 
terre. 



C SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Nous savons que parmi les Reptiles et les Mammifères, il y a beau- 
coup d'espèces marines. Faut-il les considérer comme les descendants 
de formes ancestrales marines, ou sont-elles des exemples d'adapta- 
tion plus ou moins récente à la vie aquatique? Dans le premier cas, 
les Ichthyosauriens et les Plésiosauriens parmi les Reptiles, les Céta- 
cés, les Siréniens, les Pinnipèdes parmi les Mammifères, constitue- 
raient des séries évolutives contemporaines des formes terrestres; 
dans le second cas, ces groupes se seraient détachés de leur embran- 
chement respectif par suite de l'adaptation à un genre de vie nouveau. 
C'est à cette seconde hypothèse que les zoologues se sont aujourd'hui 
ralliés; toutes les formes marines parmi les Reptiles et les Mammi- 
fères dérivent directement de groupes voisins qui vivaient de la vie 
terrestre. Seulement l'étude de la question est souvent obscurcie par 
l'existence de caractères de convergence entre groupes éloignés, mais 
soumis à une vie commune, auxquels on a souvent été porté à attri- 
buer une valeur phylogénétique, de façon à confondre des groupes 
tout à fait distincts. 

Cherchons les principes et les lois qui président à l'adaptation des 
formes terrestres à la vie aquatique. On les trouve dans la combinai- 
son des théories de Lamarck et de Darwin, auxquels il faut joindre 
un principe important énoncé par Th. Eimer. Lamarck a montré les 
modifications que subit le squelette, d'après le mouvement ou le 
manque de mouvement de chacune de ses parties. D'après la théorie 
de Darwin, cette adaptation devient définitive par l'hérédité. Enfin 
Eimer a indiqué, comme facteur important de la conformation du 
squelette, la loi de l'équilibre ou de la compensation de ses parties. 

Conformément à la théorie de Lamarck, nous voyons un animal 
s'organiser pour la natation; le Poisson, chez qui cette fonction est 
parfaitement développée, présente un corps allongé, pointu aux deux 
extrémités, à surface lisse, et pourvu de nageoires à la place des 
extrémités. Cette adaptation du Vertébré primitif à la propulsion 
aquatique s'est faite conformément au mécanisme des bateaux à 
hélice ; les Poissons se poussent en avant par leur nageoire caudale 
et se dirigent par leurs nageoires latérales et médianes. Mais si rani- 
mai marin doit assurer sa stabilité, il prend la forme du bateau plat 
dont la propulsion se fait à l'aide de rames. 

La structure de l'animal terrestre a en vue le déplacement rapide 
pour atteindre la proie, ainsi qu'un certain degré de force pour résis- 
ter aux ennemis et aux influences du climat. Le corps supporté par 



BULLETINS DES SÉANCLS. — ANNÉE ! CI 

quatre colonnes ne peut se mouvoir que par ['intermédiaire de 

celles-ci. Les deux paires d'extrémités sont réunies au corps par deux 
ceintures, Ja ceinture thoracique et la ceinture pelvienne, et l'ensemble 
est maintenu par une colonne puissante et souple à la fois, formée par 
la réunion articulaire de l'ensemble des vertèbres. 

La rapidité de la course et la force de l'appareil dentaire consli- 
tuent les principaux moyens d'attaque et de défense, de sorte que la 
musculature est surtout développée autour des mâchoires et des extré- 
mités ; mais une foule d'autres organes viennent contribuer au double 
but. Enfin, le genre de nourriture de chaque espèce donne lieu à des 
adaptations nouvelles, et leur combinaison est variée à l'infini. 

Si maintenant nous passons à la vie aquatique, nous trouvons l'in- 
tervention de facteurs tout nouveaux. D'abord la nourriture est sur- 
tout animale, les individus acquièrent un développement considérable, 
même gigantesque. Le poids spécifique de l'animal se rapproche de 
celui de l'eau, ce qui facilite singulièrement son déplacement. Le 
mouvement musculaire devenant moins intense, l'appareil de soutien 
de celui-ci est moins solide, et ceci est surtout apparent pour les Mam- 
mifères marins. 

Le corps modifie sa forme, selon que l'animal est organisé pour 
la propulsion rapide ou pour la stabilité pendant la natation, mais 
des deux côtés, le mouvement s'exécute à l'aide de nageoires. 1. - 
extrémités ne devant plus supporter le corps, se raccourcissent, les 
doigts s'aplatissent pendant que les ceintures qui les fixaient au tronc, 
s'atrophient. Si l'animal exécute sa propulsion par la nageoire cau- 
dale, les extrémités postérieures cessent d'agir et elles disparaissent 
en même temps que le bassin. D'après le principe de la compensation, 
la colonne vertébrale prend un développement considérable; elle 
s'allonge par suite de la multiplication des vertèbres, et spécialement 
de celles de la queue. Le cou se raccourcit et devient rigide, comme 
chez les Poissons. Le crâne, qui doit rencontrer la résistance de l'eau, 
est volumineux, mais devient pointu en avant, grâce à la conforma- 
tion du squelette facial. Celle-ci permet au pharynx de se dilater 
énormément, de façon que l'animal puisse facilement saisir et avaler 
sa proie. 

Le type d'animal marin qui a été comparé au bateau plat rameur 
a en vue d'autres avantages. Ce sont ici les extrémités qui servent à 
la propulsion; elles sont représentées par de longues uag j, le 
tronc est large et court, la surface ventrale souvent garnie d'un 



Cil SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE HT MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

plastron, la tête est f)elite mais très mobile, grâce au cou qui est I 
allongé. Ce type est surtout représenté par les Plésiosauriens et les 
Tortues marines. 

Parmi les modifications parallèles subies par d'autres organes, 
signalons l'atrophie des appendices cutanés et épidermoïdaux. C'est 
ainsi que le plastron disparaît chez les Tortues marines, chez les 
Crocodiles marins jurassiques (Thalassosuchia), et que le système 
pileux n'existe guère chez les Baleines. La dentition est également 
profondément modifiée; elle finit par devenir simple et homodonte, 
même rudimentaire. 

Reptiles marins. — La classification ancienne basée sur les 
espèces vivantes est devenue tout à fait insuffisante et on ne peut } 
rattacher les formes disparues qui deviennent de plus en plus prépon- 
dérantes. Dans son traité, von Zittel a établi neuf ordres qui exis- 
taient déjà pendant le Mésozoïque et dont quatre seulement sont 
représentés de nos jours. Tout récemment, H. -F. Osborn a établi une 
nouvelle classification qui représente toutes les formes connues 
jusqu'ici. Se basant sur la structure du crâne, il distingue deux 
groupes principaux, celui des Synapsides et celui des Diapsides. Le 
type synapside est sans aucun cloute le plus ancien; il se caractérise 
par la réunion des os de la face et de ceux du crâne formant un pont 
unique et offrant par conséquent une seule ouverture temporale. Le 
type le mieux connu nous est offert par les Tortues, dont la tête est 
petite, courte, la face réduite, le tronc massif. Les Diapsides se 
reconnaissent par le pont osseux double entre la face et le crâne, par 
conséquent par deux ouvertures temporales de chaque côté; c'est 
celui des deux groupes qu'il faut considérer comme le plus récent. 
Le crâne y est souvent allongé, la face développée, le corps long, les 
extrémités réduites, de même que les ceintures thoracique et pel- 
vienne. 

La classification nouvelle est d'autant plus intéressante pour nous 
qu'elle s'applique parfaitement aux groupes établis plus haut, en 
tenant compte du degré d'adaptation à la vie aquatique. Toutes les 
formes qui se sont adaptées en suivant le principe de la propulsion du 
bateau plat à rames appartiennent au groupe des Synapsides, tandis 
qu'appartiennent au groupe des Diapsides toutes les formes qui ont 
suivi le principe de propulsion des bateaux à hélice. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 Cl II 

I. Synapsides rameurs. — Dans ce groupe se rangent les Reptiles 
précurseurs des Mammifères. 

1. Tortues (Testudinata). — Un seul embranchement a sun 
jusqu'à nos jours, celui des Tortues. Leur origine est restée jusqu 
tout à fait obscure. Leurs ancêtres auraient été des animaux terrestres 
fouisseurs, chez lesquels s'est formée par convergence comme chez 
certains Edentés fouisseurs, les Armadilles, une cuirasse dans 
laquelle l'animal peut se retirer. Le type de Tortue le plus ancien 
connu remonte au Trias (ProganocJielys Quenstedti). C'est un animal 
terrestre que l'on peut rattacher aux Pleurodires actuels où la 
cuirasse est soudée au bassin. Donc ce type déjà constitué au Trias 
s'est maintenu jusqu'à nos jours. Le type Cryptodire, où la cuira 
n'est pas soudée au bassin s'est montré plus plastique ; chez celui-ci le 
facteur d'évolution principal a toujours été l'adaptation à la vie aqua- 
tique. Terrestres d'abord (Chersidés), fréquentant ensuite les marais 
(Emydés) et les fleuves (Trionychidés), elles sont devenues littorales 
(Chélydridés) et enfin marines (Chélonidés). Les différents grouj 
existent encore aujourd'hui et les trouvailles fossiles n'ont servi qu'à 
reconstituer les chaînes intermédiaires; parmi ceux-ci, il faut surtoul 
citer les Thalassémydés du Jurassique supérieur, qui se placent entre 
les Emydés et les Chéloniens et nous présentent les extrémités sous 
forme de nageoires et la transformation de la cuirasse osseuse en une 
peau épaisse et résistante. 

Les Tortues marines représentent le type complètement adapté à la 
vie aquatique, comme des Synapsides rameurs. 

2. Sauroptérygiens (Plésiosauriens, en partie). — Tandis que 
Tortues représentent un type très ancien et jouent actuellement 
dans la nature le même rôle que celui que Ion peut leur suppo 
pendant la période tertiaire et même pendant le Mésozoïque, les Sau- 
roptérygiens paraissent s'être limités à cette dernière période. L< urs 
ancêtres remontent probablement dans le Paléozoïque, pour se rallier 
au type commun d'où sont aussi descendues les premières Tort u 
mais ils sont restés jusqu'ici inconnus, et de même on ne leur recon- 
naît pas de descendants dans le Tertiaire. Pur contre, le Trias, le 
Jurassique et la Craie nous ont fourni une série t rès complète où le 
passage de la vie terrestre à la vie marine apparaît clairement. 

Les plus anciens représentants se rencontrent dans le Muschelkalk 



CIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

du Trias, ce sont les Nothosauridés. Nous signalerons surtout les 
types assez allongés, Pachypleura, Dactylosaurus et Neusticosauras, 
animaux terrestres qui ne dépassent pas un demi-mètre de longueur, 
dont il faut faire ressortir la tête petite, la forme du corps rappelant 
celle du Lézard, le cou peu allongé, le corps droit, la queue longue, 
et les pieds conformés pour la marche. De ces types se rapprochent 
Lariosaurus, et Sùnosaurus, où le tronc devient plus court et où la 
face ventrale est protégée par des prolongements des côtés et des 
ceintures thoracique et pelvienne. Les extrémités par contre sont 
petites et ne pouvaient servir à la marche. Cette adaptation graduelle 
à la vie aquatique apparaît encore mieux chez Nothosaurus, où le 
tronc s'élargit, la partie antérieure de la queue se prononce et où la 
transformation des extrémités en nageoires est complète ; ils repré- 
sentent des animaux côtiers. 

Les Plésiosaures sont devenus des animaux marins, qui procèdent 
des Nothosauridés, mais chez lesquels la transformation marine est 
complètement achevée. Le tronc est devenu très court, il existe une 
cuirasse ventrale, les extrémités sont des rames parfaites, le radius et 
le cubitus, d'un côté, le tibia et le péronée, de l'autre, sont raccourcis, 
tandis que les os de la main et du pied sont longs et forts et peuvent 
même présenter dans certains cas le phénomène de l'hyperphalangie. 

Tous les Plésiosauridés ont la tête petite, le cou et la queue longs, 
de sorte que l'on a pu dire, qu'ils représentaient un serpent passant 
à travers le corps d'une tortue. C'est ici que le principe de compensa- 
tion de Eimer trouve une application très satisfaisante. Le type nor- 
mal du Plésiosauridé présente la tête et le cou dans la proportion de 
longueur de 4 : 2, et la longueur du cou équivaut à celle du tronc. 
Mais il y a d'un côté des formes extrêmes, par exemple Plesiosauvus 
fiomospondylus du Lias supérieur d'Angleterre, dont la tête très petite 
et le cou très long ont une proportion de 1 : 9, et où le cou présente 
le double de la longueur du tronc, tandis que l'autre côté Pliosaurus 
a une tête volumineuse, un cou court et le tronc deux fois aussi long 
que le cou. 

La plupart des Plésiosauridés atteignent une grande taille, qui 
varie de 2 à 5 mètres et au delà. Les formes gigantesques se recon- 
trent surtout vers l'époque d'extinction du groupe. 

Nous pouvons admettre que les mouvements des Plésiosauridés 
ressemblaient à ceux desTortues marines, et la mobilité plus grande de 
la tête leur permettait de saisir plus facilement leur proie, qui devait 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 CV 

consister en poissons des mers de cette époque, qui, probablement, 
n'avaient pas l'agilité de ceux qui vivent dans la mer actuelle. 

3. Anomodontes. — Ce sous-ordre riche en formes et surtout 
intéressant parce qu'il renferme le groupe de transition aux Mammi- 
fères, et que par suite de leur vie terrestre il a fourni pendant une 
partie du Paléozoïque et pendant tout le Mésozoïque les êtres prépon- 
dérants de la faune. Une seuje section nous intéresse ici, c'est celle 
des Placodontidés, dont les dents en plaques, tant à la mâchoire supé- 
rieure qu'à la mâchoire inférieure servaient à écraser les mollusques 
et les crustacés qui leur servaient de nourriture. Malheureusement 
leur squelette est peu connu jusqu'ici. 11 est probable qu'il faut y rat- 
tacher, Placochelys de Jâkel, qui présente d'un côté les dents en 
plaque des Placodontidés et d'un autre côté une cuirasse épaisse, ce 
qui fait que Jàkel considère cette forme du Triasique supérieur pro- 
venant des environs du lac Balaton, comme une Tortue primitive. Je 
ne puis me rallier à cette conclusion, parce que l'on connaît déjà à 
cette époque des Tortues terrestres parfaitement évoluées. Je pense 
que le groupe des Placodontidés, y compris Placochelys, doit être con- 
sidéré comme une famille spécialisée, d'Anomodontes cuirassés, qui 
s'est adaptée à la vie marine et à une nourriture spéciale, et qu'il faut 
y rattacher les cuirasses plus ou moins fragmentaires de Psephosaurus 
et Psephoderma, ou si l'on veut les faire dériver des Tortues, la sépa- 
ration devrait remonter très haut et il faudrait attribuer les différences 
qui les séparent de celles-ci, à la vie marine et à une nourriture tout 
à fait spéciale. 

II. Diapsides. — Les Reptiles de ce groupe s'étaient adaptés à la vie 
marine et à la propulsion à laide de nageoires caudales agissant 
comme des hélices. 

Ici également nous nous éloignons un peu de la classification de 
H. F. Osborne, et nous nous arrêtons d'emblée à la famille qui 
représente au plus haut degré l'adaptation à la vie marine. 

1 . Ichthyosauriens. — Presque toutes les caractéristiques d'une forme 
terrestre ont disparu, elle est devenue celle (Tun poisson, mais l'orfl 
nisation est restée celle d'un repiile. Le corps est fusi forme, le crâne, 
pointu en avant, porte des dents dont les racines occupent une dépr 
sion alvéolaire commune, la boîte crânienne est petite et formée par 



CVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQIE ET MALACOLOGIQLE DE BELGIQU . 

des os très minces, l'œil est grand et protégé par un anneau scléro- 
tical. La tête passe presque directement au tronc, qui se termine par 
une nageoire caudale puissante. Le ventre est protégé par des côtes 
abdominales et par un prolongement de la ceinture thoracique. Outre 
les nageoires pectorales et ventrales, il y a une nageoire dorsale. Par 
suite du développement de la nageoire caudale, les nageoires ven- 
trales et les ossements du bassin ont subi une notable réduction. Les 
os des membres sont courts et aplatis, le nombre des phalanges 
augmente et le nombre des rayons de la nageoire peut s'élever 
jusque 12. Enfin la vie marine a nécessité la viviparité chez ces ani- 
maux. 

Leurs ossements fossiles sont très fréquents dans les couches juras- 
siques, et grâce au célèbre gîte de Holzmaden, près de Kirchheim, 
qui date du Lias supérieur, leur ostéologie est parfaitement étudiée. 
En dehors des dépôts jurassiques, les Ichthyosauriens se rencontrent 
rarement. 

Leur groupe n'a donc pas présenté une évolution de longue durée, 
r au Crétacé, il s'est éteint ; et il paraît avoir été très peu repré- 
senté dans le Trias et les formations plus anciennes. Les fossile 
trouvés dans le Trias de la partie alpine de l'Italie et en Californie, 
montrent que le type était déjà parfaitement constitué à cette époque, 
mais le squelette des extrémités indique que ces Reptiles si bien 
adaptés à la vie marine, dérivent de formes terrestres. L'organisa- 
tion primitive de leurs vertèbres permet de conclure que les formes 
ancestrales terrestres remontent très haut et que les Ichthyosauriens 
représentent peut-être le type le plus ancien des Reptiles diapsides. 

2. Diaptosauriens. — Le paléontologiste Osborne réunit dans le 
sous-ordre des Diaptosauriens des Diapsides, qui présentent une orga- 
nisation primitive du squelette; parmi ceux-ci une forme unique 
survit, c'est celle de Hatteria en Nouvelle-Zélande. Les Diaptosaures 
d'Osborne correspondent assez bien avec le sous-ordre des Rhyncho- 
céphales de von Zittel, et ils comprennent des espèces du Paléozoïque 
récent et du Mésozoïque ancien; il faudrait donc admettre qu'ils se 
sont spécialement développés pendant le Permien et le Trias. Ce sont 
surtout des Reptiles terrestres, à l'exception toutefois de Hyperoda- 
pedon, un fossile du Keuper de l'Ecosse, dont la dentition est trans- 
formée pour la nutrition au moyen de mollusques, de même que 
Placodus. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE : CVII 

Plus lard dans le Plattenkalk, tout au sommet du Jurassique, on 
rencontre Pleurosaurus, qui peut se rattacher à la forme terrestre 
Homôosaurus, du même âge. La forme allongée du corps, qui l'ap- 
pelle celle du serpent, la queue extraordinairement développée et les 
extrémités faibles montrent que Pleurosaurus était parfaitement 
adapté à la vie aquatique. 

3. Phytosauriens. — Ils sont surtout représentés par les Bélo- 
dontes et jEtosaurus ; c'est un sous-ordre triasique. Ces animaux 
par leur forme rappellent les Crocodiles, mais ne peuvent ! ta- 
cher à ceux-ci, à cause des différences présentées par leur squelel 
Cependant on rencontre de part et d'autre un groupe à museau 1 
(Mijstriosuchusj et un groupe à museau court (Belodon et Mtosaurx 
Comme les Crocodiliens, ils fréquentaient les eaux peu profond 
mais leur adaptation à la vie marine n'a pas été poussée très loin. 

4. Crocodiliens. — Leur organisation actuelle remonte très 
haut. Au Jurassique on rencontre une série de formes mari t 
sorte que les Crocodiliens paraissent avoir quitté la mer pour se 
retirer dans les eaux douces de l'époque actuelle. Les formi 
restres anciennes sont très rares, de sorte que déjà au début, le type 
aquatique nous apparaît parfaitement constitué, et représenté alors 
par Teleosaurus du Lias supérieur. Je n'admets pas cependant que 
les Crocodiliens soient issus d'une forme marine qui serait devenu»' 
terrestre, et je pensé qu'il faut chercher l'ancêtre terrestre des Croco- 
diliens dans les dépôts lacustres du Trias et du Jurassique. J'ai 
montré ailleurs ( l ) que c'est seulement par l'origine dérivée des forn 
d'eau douce ou terrestres que l'on peut expliquer d'abord la pn 

de tous les types principaux des Crocodiliens actuels dans les forma- 
tions d'eau douce du Wealdien, et ensuite la position intermédiaire 
des Atoposauridés des schistes lithographiques entre les Reptiles ter- 
restres et les Reptiles aquatiques. 

Le type se trouvait donc parfaitement constitué au Trias et surtout 
dans le Jurassique. Les modifications ultérieures son! minimes, 
vertèbres se sont quelque peu perfectionnées, mais la forme 
la même. 

Les Téléosauridés du Jurassique se prolongent dans la série 



( * ) Paleoiitofjraphica , Bd. XLIX, 1 



CVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Crocodiliens à museau long ou Gavials, et malgré leur vie marine, 
ils présentent une adaptation très peu accentuée. 

Un autre groupe de Crocodiliens jurassiques, les Thalassosuchia 
ou Crocodiles marins (*), présente à un haut degré les transformations 
du squelette et le développement de la nageoire caudale. Le museau 
est allongé et pointu, le cou raccourci, le tronc allongé et se termi- 
nant par une nageoire puissante. De même que chez Ichthyosaurus il 
y avait une nageoire dorsale. L'extrémité antérieure représente une 
nageoire parfaite, tandis que ^extrémité postérieure relativement peu 
transformée est simplement réduite en volume. La cuirasse a disparu, 
et l'œil est protégé par un anneau sclérotical. En somme nous rencon- 
trons ici un développement tout à fait parallèle à celui d' Ichthyosau- 
rus. 

5. Dinosauriens. — Ce groupe ne présentant jusqu'ici aucune forme 
marine ne rentre pas dans notre étude. 

6. Squammata. — Le groupe des Sauriens à écailles comprend 
tous les Reptiles vivant actuellement, sauf les groupes déjà cités, les 
Crocodiles, les Tortues et tiatteria. On y rencontre les Lézards 
(Lacertilia), les Serpents (Ophidia) et le groupe éteint des Pythono- 
morphes ou Mosasauriens. Les Lézards et les Serpents se sont sur- 
tout développés à l'époque actuelle; tous deux adaptés à la vie 
terrestre, ils présentent peu de formes marines. Les Serpents marins 
ou Hydrini font exception; ce sont les seuls Heptiles dont l'adaptation 
à la vie marine soit récente. La partie caudale s'est élargie, et cette 
transformation du corps leur permet de se mouvoir dans l'eau comme 
les Anguilles. Ne pouvant plus se déplacer sur la terre ferme, ils 
sont devenus vivipares comme les Ichthyosauriens. Rappelons que les 
Serpents marins se rattachent à la section des Serpents à venin. 

Les Mosasauriens ou Pythonomorphes nous fournissent une série 
d'adaptation très caractérisée. Leur développement remonte au Crétacé 
supérieur, et c'est dans les carrières de Maestricht et dans celles de 
Legan, au Kansas, que l'on a rencontré les magnifiques fossiles de 
cette espèce. L'American Muséum de New-York renferme un squelette 
complet de Tylosaurus, mesurant 9 mètres, provenant de la Craie 
supérieure du Kansas. C'est un vrai Reptile marin, complètement 



(') Jahresh. Ver. f. vaterl. Naturk. in Wurttemberg, 1901. 



BULLETINS DES SÉANCES. — A.YM ! CI* 

adapté à la vie marine comme les Ichthyosauriens et Tlialassosucfiia. 
Le crâne présentait le museau pointu, le cou était court, le tronc 
formé par plus de cent vertèbres, et il y avait une nageoire caudale 
puissante, accompagnée d'une nageoire dorsale. Les deux paires 
d'extrémités étaient transformées en nageoires également, mais la 
ceinture thoracique était plus puissante que le pelvis. Les doi, 
étaient reliés par des membranes natatoires. 

Le squelette présentait tous les caractères de celui des Lacertiliens, 
et surtout de celui des Varanidés. De part et d'autre le crâne reste 
le même si on fait abstraction des caractères d'adaptation. Et ce qui 
est surtout intéressant à signaler, c'est qu'il y a entre les deux 
groupes des formes de transition; c'est la famille des /Egialosauridés 
découverts par le baron Nopcsa dans la Craie inférieure de l'Istrie, 
où l'on voit apparaître l'adaption à la vie aquatique et le rapproche- 
ment vers les Mosasauriens plus récents. 

7. Ptérosauriens. — Le développement des Reptiles ailés les 
éloignant de la vie marine, nous nous bornerons à les citer dans la 
série des Reptiles. 

Cet aperçu rapide des Reptiles nous montre leurs nombreuses 
adaptions à la vie aquatique. Dans chacun des deux groupes princi- 
paux, nous avons rencontré une série de développement parfaitement 
convergente, et aboutissant à des formes extérieurement très i 
semblantes, mais restant basée sur une organisation tout à tait dis- 
tincte. 

Mammifères marins. — Malgré l'origine manifestement 

terrestre des Mammifères, on rencontre dans tous les ordres de 
groupe des formes adaptées à la vie aquatique. On peut citer parmi 
les animaux à cloaque, l'Ornithorhynque ; Chironectes parmi les 
Marsupiaux; parmi les Rongeurs les genres Vibei\ Hydromys, i 
Hydrochœrus, Mus, Myocastor; parmi les Insectivores, Potamogale, 
Limnogale; parmi les Ongulés, Bippopotamus ; parmi I rni- 

vores, Luira et Enlujdris. Ce dernier genre seul fréquente les eaux 
marines. 

Comme animaux essentiellement adaptés à la vie marine, on 
trouve les Cétacés, les Siréniens, les Pinnipèdes et le groupe éteinl 
des Zeuglodontes. Tous les représentants de chacun di groupes 



CX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

présentent cette adaption, de sorte qu'il faut recourir à la paléonto- 
logie pour retrouver le passage aux formes terrestres. Mais, contrai- 
rement à ce qui a été dit au début, les formes marines sont rares, 
parce que depuis l'époque tertiaire, la mer s'étant retirée vers le 
centre des bassins primitifs, nous rencontrons surtout des 'formations 
littorales, et les dépôts de haute mer sont relativement rares. Les 
fossiles de Mammifères marins du Tertiaire ancien sont très rares et 
cela d'autant plus que leur développement en était alors seulement à 
ses débuts, et que ce n'est que plus tard, et surtout à l'époque 
récente, que leur évolution a pris son essor. 

1 . Pinnipèdes. — C'est l'ordre qui se rattache de la façon la plus 
claire à des ancêtres terrestres disparus aujourd'hui. Ce sont des 
Carnivores, dont les extrémités en forme de nageoire présentent 
cinq doigts, ayant un crâne petit et arrondi, une dentition rudimen- 
taire et une queue atrophiée. 

Les Otaridés rappellent de très près la forme terrestre, leurs extré- 
mités présentant jusqu'à un certain degré des articulations du coude 
et du genou encore en fonction. Le système pileux est encore bien 
représenté, les oreilles externes sont visibles, la dentition est différen- 
ciée et la mastication encore active. Trichechus, le Morse des mers 
arctiques, présente une transformation très marquée de la dentition 
et de la forme du crâne, mais il se rattache pour le reste du squelette 
à l'organisation des Otaridés. 

Chez les Phocidés, l'adaptation à la vie marine est poussée plus 
loin; les extrémités postérieures sont dirigées en arrière et font jus- 
qu'à un certain point fonction de nageoire caudale, mais devenues 
impropres à la progression sur la terre ferme qui se fait par des 
mouvements de tout l'arrière-train. Le tronc est plus allongé, le cou 
par contre plus court que chez les Otaridés. L'oreille extérieure fait 
défaut, de même que la crête sagittale du crâne, et la dentition s'est 
tout à fait simplifiée. Néanmoins, les relations entre les Otaridés et 
les Phocidés sont évidentes. 

Les Pinnipèdes représentent donc un embranchement des Carni- 
vores, qui s'est déjà adapté à la vie marine dans des temps relative- 
ment récents. Cependant, malgré leur existence côtière, on ne les 
retrouve pas jusqu'ici dans les dépôts littoraux tertiaires et les données 
paléontologiques nous font défaut. Tout au plus peut-on remonter 
jusqu'au Quaternaire et au Tertiaire récent. S'aidant de l'anatomie 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. CXI 

comparée des squelettes, Wortmann (*) a cru pouvoir considérer 
Patriofelis, un Créodonte éocène ou oligocène, comme l'ancêtre des 
Pinnipèdes. D'un autre côté, M. Weber, dans son livre Die Saiïge- 
tiere, 1904, fait ressortir les nombreuses analogies que les Pinni- 
pèdes présentent avec les Ursidés et conclut à un ancêtre commun, 
qu'il faudrait rechercher chez les Créodontes parmi les Oxyclénides 
ou les Arctocyonidés ou même chez Amphicyon, précurseur immédiat 
des Ursidés. En tout cas, il paraît certain que le développement des 
Pinnipèdes est relativement récent. 

2. Sirénidés. — C'est un groupe limité, récent, comprenant le 
Dugong (Halicore), le Lamantin (Manatus) et la Rhytina Stelleri, 
espèce qui vivait encore vers la fin du xvm e siècle. Nous rencontrons 
ici un type d'adaptation d'un groupe herbivore à la vie marine. On 
les considérait autrefois comme des Cétacés herbivores, mais on sait 
aujourd'hui que les analogies réciproques ne sont que des phénomènes 
de convergence. Les Sirénidés exécutent leur propulsion dans l'eau 
comme des bateaux à hélice. Les extrémités postérieures ont complè- 
tement disparu et le bassin n'a laissé que des traces rudimentaires. 
Les extrémités antérieures sont transformées en nageoires, le cou est 
très court et pour le crâne on observe que les intermaxillaires et les 
mandibules sont recourbés vers le bas. Le système pileux apparaît 
encore chez les animaux très jeunes; chez les adultes, on ne ren- 
contre plus que quelques poils des deux côtés du museau. Chez 
Manatus, on rencontre des molaires nombreuses à racine double qui 
se renouvellent d'avant en arrière. Chez Halicore, la dentition est 
devenue rudimentaire, et elle a disparu chez Rhytina. 

On a trouvé dans les terrains tertiaires beaucoup de Sirénidés fi 
siles qui appartiennent pour la plupart au groupe Halicore» D'après 
les recherches Nfjftes récentes de 0. Abel (*), le développement des 
Halicoridés s'esf accompli dans le bassin Méditerranéen el il faudrait 
dériver Halicore de Eotherium de PÉocène égyptien, tandis que les 
nombreuses espèces oligocènes et miocènes, telles que Felstnotherium, 
Metaxitherium, Halitherium, constituent comme la série de Manatus, 
un groupe spécial. 

Les formes du Tertiaire ancien sont moins avancées dans l'adapta- 



(') Wortmann, Bull, ofthe Amer. Muséum of Nat. Uisiory, Vol. 6, 1 
( 2 ) 0. Abel, Abh. d. k. h. geolog. U Wien, Bd, XIX, H. 2, 



CXII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQl'E ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

tion à la vie marine et se rapprochent davantage des Mammifères ter- 
restres. C'est ainsi q\x' Eotherium présente encore un bassin bien déve- 
loppé où, d'après la présence d'un acetabulum on peut conclure que 
l'extrémité postérieure exerçait encore ses fonctions. Chez Metaxithe- 
rium, le bassin ne fonctionne déjà plus ; il a diminué encore chez Hali- 
therium % et, enfin, chez Halicore, on ne retrouve plus qu'un petit os 
rudimentaire. De même, la dentition d'Eotherium est encore com- 
plète : 3 incisives, 1 canine, 6 prémolaires, 3 molaires. Elle dispa- 
raît peu à peu dans la série; Halicore présente encore 2 incisives 
transformées en défenses et 5 molaires simples; chez Rhytina. ces 
dernières ont presque complètement disparu. 

Nous devons cependant reconnaître que les formes paléontologiques 
ne nous conduisent pas jusqu'aux formes ancestrales prétertiaires. Si, 
en utilisant les leçons de l'anatomie comparée, nous enlevons à ces 
animaux leurs caractères d'adaptation à la vie marine et ne tenons 
compte que du cerveau, de la dentition, des os du crâne, du larynx, 
de l'appareil génital mâle, de la peau et de la cavité nasale qui rap- 
pelle celle du Tapir, nous aboutissons aux Ongulés comme forme 
ancestrale. Eotherium et Eosiren nous rappellent tout spécialement 
les Proboscidiens primitifs, tels que Paleomastodon et Mceritherium 
qui ont été trouvés également en Egypte. Eosiren présente beaucoup 
d'analogie avec Manatus (Prorastomus) et. d'un autre côté, Eotherium 
se rapproche iï Halicore par sa dentition bunodonte, et il peut aussi 
se comparer pour la dentition avec Paleomastodon. 

Nous aurions donc, tant pour les formes terrestres que pour les 
formes marines, deux séries parallèles; la ligne Prorastomus-Mana- 
tus répond à la série Mœritherium-Dinotherium, tandis que la série 
des Halithériens correspondrait à celle des Mastodontes. 

3. Cétacés. — Les organes rudimenlaires sont nombreux, et 
nous renseignent sur l'origine de ces animaux. Ils sont adaptés pour 
la natation, ils peuvent plonger, jeter bas leurs petits dans l'eau et 
les y nourrir pendant les premières semaines. La propulsion se fait 
au moyen de la nageoire caudale. Le corps est allongé, fusiforme; le 
cou paraît faire défaut ; la nageoire caudale est puissante, supplémen- 
tée par une nageoire dorsale. Les extrémités antérieures sont des 
nageoires typiques ; les extrémités postérieures et le bassin ne sont 
plus représentés que d'une façon rudimentaire. Le crâne a acquis une 
forme caractéristique par .suite du développement exagéré des ma- 



BULLETINS DES SÉANCES. ANNÉE 1905. CXIII 

choires non seulement en avant, mais aussi en arrière où elles se 
rabattent sur la boîte crânienne. La dentition est rud inventaire ou si 
elle existe, elle est homodonte, parfois même réduite à des fanons. 
Les vertèbres ne sont pas articulées entre elles. Le système pileux a 
disparu, sauf quelques restes rudimentaires. 

On distingue deux sous-ordres, celui des Mystacocètes ou Baleines 
à fanons, et les Odontocètes ou Baleines pourvues de dents. 

Il est très difficile de reconstituer exactement l'histoire phylogéné- 
tique des Cétacés, car les organes d'origine ancestrale directe sont 
devenus si rudimentaires qu'ils ne fournissent guère d'indications; 
mais tous les auteurs sont d'accord pour les rattacher à des formes 
terrestres, et il n'y a pas lieu de les faire remonter à des Reptiles 
marins (Enaliosauriens). L'existence embryonnaire des poils sur la 
tête rappelle leur descendance d'ancêtres à système pileux normal. 
Kukenthal a constaté chez quelques Dauphins une cuirasse cutanée 
rudimentaire, et on peut en conclure que leurs ancêtres présentaient 
une ossification de la peau. 

Enfin l'apparition des Dauphins primitifs dans les dépôts fluviaux 
indique qu'ils se trouvaient là dans le stade intermédiaire entre la vie 
terrest re ret la vie marine. L'appareil de la lactation, malgré la spé- 
cialisation qu'il a du subir, est celui d'un monodelphe, et d'à] 
H. Weber, la structure de la mamelle et du mamelon, de même que 
l'appareil génital des deux sexes, le cerveau, le larynx et le placenta, 
indiquent non seulement que les formes de Cétacés actuels sont 
monodelphes, mais qu'il faut aussi considérer connue tels les Mam- 
mifères primitifs dont ils sont descendus. 

De plus, la séparation et la différent ial ion des deux groupes de 
Cétacés sont si complètes, que Kukenthal leur reconnaît un»' orig^e 
distincte et les considère comme deux sériés phylogénétiques se r 
semblant par convergence, et celle des Mystacocètes sérail plus 
récente que celle des Odontocèti 

Jusqu'ici les découvertes paléontologiques confirment cette manière 
de voir. Les Cétacés les plus anciens connus, que Ton a découvert 
dans le Miocène, quoique leur origine date de plus loin, sont des 
Odontocètes. Nous y rencontrons le groupe des Squalodontes, avec 
leur dentition éminemment primitive, où les incisives, canines et pré- 
molaires à racine simple se distinguent «les molaires à racine double. 
Ces dernières sont du reste comprimées latéralement et présentent 
des incisions en avant et en arrière de la couronne. Le squelette 

TOME XL, 1905 

■ 



CXIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MÀLACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

peu connu, mais il paraît par sa structure se rallier à celui des Odon- 
tocètes. Toutes les autres formes fossiles de Cétacés, et elles sont 
nombreuses et bien conservées dans le Miocène et surtout dans le Plio- 
cène, se rattachent aux formes actuelles, et jettent peu de jour sur le 
développement de la série. 

4. Zeuglodontes. (Archéocètes ou Cétacés primitifs). — D'après 
mon opinion ce groupe constitue un ordre distinct de celui des 
Cétacés, et phylogénétiquement ils en sont tout à fait séparés. Les 
ressemblances se sont produites par convergence résultant de l'adap- 
tation des deux groupes à la vie marine. Cette manière de voir est 
basée sur l'étude d'une riche collection de matériaux provenant de 
l'iîocène d'Egypte, et dont une partie a été étudiée en 1904 ( ] ). Des 
recherches ultérieures faites en collaboration avecE. v. Stromer seront 
publiées plus tard. 

Les Zeuglodontes constituent un groupe éteint de Mammifères 
marins, dont les restes se trouvent dans les couches du Tertiaire 
ancien, spécialement en Alabama (Amérique du Nord) et en Egypte. 
On les rencontre d'abord dans l'Oligocène de f Alabama, représentant 
des animaux de grande taille. Des vertèbres de plusieurs individus 
furent attribuées par erreur à un seul animal, gigantesque, dont on 
fit un dragon marin, sous le nom de Hydrarchos. Malgré l'abondance 
des matériaux, la diagnose de l'animal, auquel nous restituerons le 
nom de Basilosaurus, était restée incertaine. Les découvertes de 
Schweinfurth et de v. Stromer dans l'Éocène d'Egypte se rapportent à 
des espèces auxquelles on peut conserver le nom de Zeuglodon. Elles 
ont surtout éclairé la structure du crâne, et grâce aux résultats four- 
nis par les études récentes, on peut se faire une idée satisfaisante de 
la constitution du groupe et aussi de sa descendance. 

Les Zeuglodontes sont des Mammifères marins typiques, où la 
modification du squelette pour la propulsion par la nageoire caudale 
est déjà poussée très loin. Le corps est fusiforme, le museau pointu, le 
cou raccourci, les vertèbres (chez Basilosaurus) volumineuses, non 
articulées, la queue longue et terminée par une nageoire caudale. 
L'extrémité antérieure est transformée en nageoire, rappelant plutôt 
celles des Otaridés que celles des Cétacés. L'extrémité postérieure 
n'est pas connue, mais à en juger d'après l'état du bassin, elle ne 
fonctionnait plus et était devenue rudimentaire. 



(») Geol. d. Paleontol. Abh., N. F., Bd. VI, H. 3, 1904. 



BULLETINS DES SÉANCES. ANNÉE 1 . Gif 

C'est le crâne qui nous fournit les observations les plus intéres- 
santes. Son diamètre antéro-postérieur s'est beaucoup allongé, mais 
d'une façon qui diffère complètement de ce que nous avons observé 
chez les Cétacés. Au lieu que les mâchoires s'allongent surtout, au 
point de comprimer en arrière la boîte crânienne, chez les Zeuglo- 
dontes ce sont toutes les parties de la tête qui s'allongent. On pourrait 
la comparer à une tête d'Otaridé démesurément allongée, et la dispo- 
sition des différentes parties correspond assez bien de part et d'autre. 
Les narines antérieures sont un peu reportées en arrière, par suite 
du développement des inter-maxillaires et les choanes, comme chez 
tous les animaux aquatiques, s'ouvrent également très en arrière. 

La dentition est différenciée; trois incisives, une canine, quatre 
prémolaires, deux à trois molaires; les cinq premières dents anté- 
rieures ne présentent qu'une racine, les autres, deux; elles sont 
comprimées latéralement et incisées en avant et en arrière. L'ana- 
logie avec la dentition de Squalodon a surtout contribué à les con- 
fondre avec ceux-ci dans une série phylogénétique unique, alors que 
nous ne pouvons y voir qu'une convergence par adaptation à la vie 
marine. Au point de vue de fanatomie comparée, nous trouvons chez 
les Zeuglodontes un mélange de caractéristiques propres aux Pinni- 
pèdes d'un côté, aux Cétacés de l'autre. Le crâne, l'extrémité anté- 
rieure du corps se rapprochent de ceux des Pinnipèdes, tandis que 
la partie postérieure rappelle les Cétacés. Nous aurions donc ici uni 1 
série dont l'origine est commune avec celle des Pinnipèdes, mais qui 
s'est rapprochée des Cétacés par voie d'adaptation au même milieu. 

Les découvertes paléontologiques confirment cette manière de voir 
d'une façon remarquable. Le chaînon terminal de la série est repré- 
senlé par Basilosaurus, dont les vertèbres énormes semblant indiquer 
une forme à tète relativement petite et dont le tronc rappelle celui 
de la Baleine. A côté de celle-ci, nous rencontrons dans l'Oligocène 
de l'Alabama et dans l'Éocène moyen d'Egypte une autre espèce d'ani- 
maux gigantesques, dont les vertèbres courtes (Daruodon = Zeugîo- 
don brachyspondylus) permettent de conclure à un tronc ramassé. A 
cette forme se rattache antérieurement le Zeuglodon proprement dit 
de l'Éocène moyen (type Z. Osiris, Dames, et Z. Zittdi, Stromer), où 
le crâne relativement volumineux présente la forme de Basiloêaurm 
et Doruodon, mais où les vertèbres au lieu d'être lourdes el sans arti- 
culation sont normalement constituées et articulées comme chez les 
Otaridés. Le crâne relativement au tronc paraît très volumineux, et 



CXVI| SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

l'animal n'aura pu maintenir son équilibre qu'au moyen d'une queue 
très développée et très puissante. 

Il n'y a pas de doute que cette organisation de la colonne verté- 
brale se trouve plus près de la forme terrestre ancestrale, malgré que 
la dentition soit déjà très zeuglodonte comme chez Basil osaurus. 
Dans les espèces de l'Éocène moyen inférieur,** qui jusqu'ici repré- 
sentent les types les plus anciens de la série, et que j'ai décrits sous 
le nom de Protocetus atavus, et Eocetus Schweinfurthi, la dentition 
n'est pas encore zeuglodonte, mais rappelle plutôt celle des Carni- 
vores ou de Créodontes, de même que le crâne de Protocetus se rat- 
tache également à ces derniers. De cette façon, se trouve reconstitué 
le point qui nous mène aux formes ancestrales terrestres, que nous 
croyons se trouver parmi les Provi ver ridés. La série des Zeuglodontes 
constitue donc la seule série complète d'adaptation, connue jusqu'ici, 
puisque nous pouvons remonter jusqu'à la forme terrestre ancestrale. 

Les analogies du squelette que nous offrent les Pinnipèdes et les 
Zeuglodontes se trouvent expliquées par les développements conver- 
gents d'une vie marine commune. D'une manière caractéristique, nous 
avons vu les Zeuglodontes débuter par des espèces petites, pour 
atteindre plus tard les formes géantes, et il serait contraire aux lois 
du développement phylogénétique, d'admettre que ces géants de la 
mer auraient donné naissance aux Squalodontes dont les dimensions 
sont relativement petites. 

En résumé, nous voyons les mêmes lois de mécanique animale 
fonctionner chez les Reptiles comme chez les Mammifères, de même 
qu'elles agissent chez tous les animaux, lorsqu'ils pénètrent dans des 
milieux nouveaux et parviennent à s'y adapter. 

La séance est levée à 9 3 / 4 heures. 



Séance du 9 décembre. 

Présidence de M. Remna. 

La séance est ouverte à 4 V2 heures. 

Les comptes rendus des séances de juin et juillet contenus dans la 
feuille 3 des Bulletins sont adoptés. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. CXVU 

Bibliothèque. 

Don de l'auteur : 

R. Bel Uni : Le varie « faciès » del Mioceno medio nette colline di 
Torino (Ex : Boll. Soc. Geol. ital., t. XXIV; Rome, 1905). 

DÉPÔt : 

Bulletins des séances, année 1905, feuille 3, parue le 30 no- 
vembre. 

Communications. 

LES affinités des cténophores et polyclades. 

Aperçu par H. SCHOUTEDEX. 

La position systématique des Cténophores est encore un des points 
obscurs de la systématique zoologique, et les membres de notre 
Société ont pu voir par l'échange de vues qui, l'an passé, s'est pro- 
duit entre MM. Remna et Lameere, quelles divergences peuvent 
séparer deux auteurs admettant tous deux la parenté des Cténaires 
et des Polyclades : Lameere, avec Ed. van Beneden, considère les 
Cténophores comme des Planaires devenues pélagiques et adaptées à 
ce mode de vie nouveau, leur ressemblance avec les Méduses étant 
toute fortuite, un simple cas de convergence; Remna est d'avis, avec 
Lang, que ce sont les Cténophores qui ont donné les Polyclades : 
mais, tandis que Lang fait des Polyclades des Cténaires rampants j 
Remna considère qu'ils dérivent des types pélagiques par la larve de 
Miiller. Willey, de son côté, est d'avisque Cténophores el Polyclades 
sont issus d'ancêtres communs, de formes ici les que Ctenoplana et 
Cœloplana. Jadis, Al. Agassiz tendait de rattacher les Cténaires aux 
Échinodermes... Enfin, pour Haeckel, entre les deux groupes, il n'y 
a en réalité aucune parenté. Comme on voit, les interprétations sont 
variées et l'on peut dire que rien encore n'est bien fixé. Cependant, 
il est certain que la lignée Cténophores-Polyclades ou Polyclades- 
Cténaires (dans l'intéressante esquisse de Lameere) étail for! sédui- 
sante, les formes Cœloplana el Ctenoplana constituant des ty 
donnant le passage entre les deux group 

Mais la découverte récente d'un Cœlentéré nouveau vient porter un 
coup sérieux à cette dernière théorie el montrer que la conception de 
Willey est celle qui se rapproche le plus de la réalité. Un naturalis 
russe, C. Dawydoff, a recueilli, en effet, près de l'ile de Saparœa, 



CXVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

dans l'archipel Indo-australien, un type Gnidaire pélagique absolu- 
ment remarquable, qu'il a décrit sommairement dans le Zoologischer 
Anzeiger [Bd, XXVII, n° 7/8, p. 223 (1904)1, P uis ëtudié de fa Ç° n 
plus détaillée dans les Zap. Imper. Akad. Naouk, XIV, n° 9 (1903), 
et qui présente des caractères vraiment étonnants que nous allons 
examiner. 

L'organisme se présente comme une petite Méduse, mais une 
Méduse d'un type tout spécial. Il est d'aspect largement pyriforme, à 
base tronquée, occupée par l'ouverture de la sous-ombrelle qui est 
rétrécie par un vélum bien développé; parfaitement incolore et trans- 
parent, il présente cependant une petite tâche de coloration orange 
au pôle aboral ou apical : cette tache indique l'emplacement d'un 
organe des sens, comme nous le verrons. Hydroctena ne possède que 
deux tentacules, et ces deux tentacules ne sont pas insérés comme 
d'habitude au bord de l'ombrelle, près du vélum : ils naissent sur 
l'exombrelle, aux deux extrémités d'un même diamètre (ce qui déter- 
mine une symétrie bilatérale comme chez les Cténophores), à un 
niveau plus rapproché du pôle apical que de la base; et de plus, ils 
s'insèrent chacun au fond d'une dépression épithéliale ou gaine dans 
laquelle ils peuvent se rétracter. Ils sont pleins mais ne renferment 
pas d'endoderme. Ce sont là des tentacules de Cténophores, la diffé- 
rence de forme n'étant guère importante : ici, ils sont massifs et 
longs, chez les Gténaires grêles et ramifiés, de même chez les Plat y- 
cténides. Leur position est également celle qu'ils ont dans ces groupes, 
mais elle se retrouve aussi chez les Narcoméduses. 

De plus, l'organisme possède un organe sensoriel apical (corres- 
pondant à la tache pigmentée orange) dont l'homologie avec celui de 
Ctenoplana, par exemple, est indiscutable tant la structure est sem- 
blable dans les deux cas. Alors que chez Ctenoplana il se présente 
sous forme d'une dépression assez large dont l'ouverture est entourée 
d'une ou de deux couronnes de tentacules saillants ciliés (comme le 
reste de l'organe), ici il constitue un canal étroit plus allongé, se 
terminant par un renflement ampoulaire, et dont l'orifice est simple- 
ment entouré par un bourrelet de cellules ciliées plus élevées et à cils 
plus longs; au fond de la dépression se trouve un appareil otocytaire. 
L'otocyste et les champs polaires des Cténophores correspondent 
évidemment à cet organe, et l'on sait que Cœloplana présente égale- 
ment un otocyste. Dans les deux types : Ctenoplana et Hydroctena, 
la cavité digestive donne un diverticule médian se dirigeant vers 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 CXIX 

l'ampoule sensorielle et l'entourant comme une capsule. Ce canal existe 
aussi chez les Cténophores, où il est représenté par les tubes prolon- 
geant l'entonnoir. De l'estomac partent deux diverticules allant, un 
de chaque côté, vers la gaine tentaculaire correspondant*; : c'est ce 
que l'on observe également chez les Gténaires; chez les Ctenoplana et 
Cœloplana, l'appareil digestif est ramifié irrégulièrement. 

L'organisme est armé de nématocytes : ils sont localisés sur les 
tentacules, comme aussi les colloblastes des Cténophores. Rappelons- 
nous qu'on connaît un Gténaire qui possède non des cellules préhen- 
siles, mais des cellules urticantes : Euchlora rubra. 

La musculature est assez bien développée : dans l'ombrelle on 
trouve quelques fibres disséminées irrégulièrement; dans le manu- 
brium qui fait communiquer la cavité digestive avec la cavité sous- 
ombrellaire et dont le revêtement interne est endodermique, la mus- 
culature est plus régulière, plus nettement séparée de l'ectoderme, de 
même que dans le vélum ; enfin les tentacules renferment un cordon 
musculaire axial compact. Dans sa note préliminaire, Dawydoff écrit 
à propos du vélum qu'il « est formé de deux lames épilhéliales-exom- 
brellaire et sous-ombrellaire, séparées par une mince couche méso- 
gléenne transformée en une membrane musculaire ». Cette phrase 
semblant indiquer que ce serait la mésoglée même qui se serait diffé- 
renciée en fibrilles musculaires, j'ai cru devoir demander à mon 
aimable collègue russe quelques éclaircissements, et voici ce qu'il 
m'écrit entre autres choses « On peut supposer que les fibres mus- 
culaires se détachent de Tectoderme à la manière des éléments mus- 
culaires des Cnidaires. C'est mon opinion sur l'origine des fibres 
musculaires du manubriuiii et de celles qui se rencontrent par-ci 
par-là à la surface interne de la sous- ou exombrelle. Cette hypoth 
est même suffisante pour expliquer la présence des éléments muscu- 
laires dans le vélum, où ils sont plus ou moins dispersés. Mais, rela- 
tivement aux muscles des tentacules, cette explication ne peul pas être 
regardée comme bien fondée Rappelons-nous que dans les tentacules 
de ÏHydroctena nous trouvons les cordons axiaux musculaires ti 
compacts. Ce sont des formations qui, dans mon opinion, doivenl 
dériver de masses cellulaires spéciales. Il me semble qui sont 
probablement des éléments mésodermiques qui donnent naissance aux 
cordons musculaires des tentacules de Hydroclena, absolument comme 
chez les Cténophores. Or, j-' regarde la mésoglée de ÏHydroctena 
comme un vrai mésoderme. Dans ce cas, la couche mésodermique 



CXX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

s'est différenciée dans deux directions : dans la cloche elle a formé 
une masse gélatiniforme pareille à la mésoglée des Méduses, tandis 
que dans les tentacules (et peut-être dans le vélum?) ses éléments se 
transformèrent en complexes de muscles. » Dawydoff est catégo- 
rique : les muscles des tentacules ne sont pas ectodermiques, la 
mésoglée de ceux-ci renferme des éléments cellulaires qui ont 
donné les fibrilles musculaires et il ajoute : « On peut dire qu'ici 
[chez Hydrocle?ia] sont réunies les deux formes de la mésoglée, la 
mésoglée gélatineuse [anhyste] et la mésoglée cellulaire... » En 
d'autres termes, ici apparaîtrait le mésoderme que Ton trouve bien 
développé chez les Cténophores et chez les Polyclades. 

A mon sens, si cela s'admet pour les muscles des tentacules il n'est 
point d'obstacle à ce qu'il en soit de même pour le vélum ou le manu- 
brium par exemple. Dans ce cas, il n'y aurait p^ut-être pas lieu de 
considérer le « vélum » comme un véritable vélum, mais bien comme 
rétrécissant l'entrée d'un « pharynx » et non d'une cavité sous- 
ombrellaire. Que l'on compare, par exemple, le schéma d'un Cteno- 
plana ou Cœloplana avec la figure donnée par Dawydoff et l'on a une 
assez forte ressemblance. Cette interprétation, considérant la cavité 
sous-ombrellaire comme faisant en réalité partie de l'appareil digestif, 
tendrait d'ailleurs à rapprocher davantage encore Hijdroctena des 
Cténophores, chez lesquels on trouve une structure analogue. 

Mais, en attendant que l'on puisse étudier l'embryologie de ce 
curieux Cœientéré, on pourrait aussi bien admettre que les muscles 
des tentacules tout comme ceux du vélum et de l'ombrelle ont la 
même origine, naissant de l'ectoderme, leur aspect plus compact dans 
les tentacules étant dû simplement à la structure de ceux-ci ; on 
aurait alors le même phénomène que chez les Cnidaires. 

Les tentacules sont pleins, avons-nous vu, mais ne renferment pas 
d'endoderme, l'axe étant formé de mésoglée muscularisée : ce sont 
des tentacules de Cténophores et de même leur coupe est fort sem- 
blable à celle des tentacules de Ctenoplana figurée par Willey. Ce sont 
eux qui par leurs mouvements (et le vélum par ses contractions) per- 
mettent à fanimal de progresser, car il ne se déplace pas, Dawydoff 
le dit expressément, à l'aide de contractions de l'ombrelle, comme 
c'est le cas chez les Méduses. C'est un caractère de plus le rapprochant 
des Cténophores! 

Dawydoff rattache son organisme aux Cœlentérés, en en faisant un 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. CWI 

type de passage entre les Cnidaires et les Cténaires, ce qui paraît 
bien établi. 

C'est une Méduse, dit l'auteur, car la forme de l'ombrelle, le vélum, 
le manubrium suspendu dans la cavité sous-ombrellaire, tout cela 
rappelle une Hydroméduse; les caractères histologiques de la méso- 
glée, l'absence de stomodœum ectodermique, la présence de némato- 
blastes typiques dans l'épi l hélium des tentacules augmentent cette 
ressemblance. C'est un Cténophore, car il a des tentacules au nombre 
de deux, insérés au fond de gaines, dans lesquelles ils peuvent se 
rétracter, de position aborale, ne renfermant pas d'endoderme; de 
plus, il y a un Tri chterge fasse, deux canaux tentaculaires, mais il 
n'y a pas de palettes vibrantes. 

Dawydoff croit, en outre, pouvoir rattacher Hydroctena au groupe 
des Narcoméduses, mais ce rapprochement ne me paraît pas fort 
utile ni bien justifié. L'organisme doit bien plutôt, à mon avis, être 
rapproché davantage des Cténophores : c'est en quelque sorte un Pré- 
Cténophore, se rattachant évidemment encore aux Cnidaires, mais 
déjà bien transformé ! 

D'autre part, si Hydroctena présente des affinités incontestables 
avec les Cténaires, il présente une analogie non moins frappante avec 
les Platycténides, c'est-à-dire avec Ctenoplana et Cœloplana. Comme 
Dawydoff, je pense que l'on ne peut, comme on le fait souvent, con- 
sidérer ceux-ci comme constituant un ordre des Cténophores. Leur 
structure est trop voisine de celle de Hydroctena pour qu'ils n'en soient 
pas proches parents, et l'on ne peut raisonnablement supposer, ce in»' 
semble, qu'entre le Cnidaire pélagique représenté par Hydroctena et 
le Cténaire pélagique également (en principe tout au moins!) il y ait eu 
comme type de transition une forme rampante. On ne peut non plus 
les considérer comme des Cténophores devenus rampants, la structure 
de Ctenoplana montrant des affinités trop évidentes avec Hydroctena, 
Quant à intercaler celui-ci dans la série Polyclades — «-Cténaires 
(telle que Lameere l'interprète), il n'y faut pas songer non plus. 

Hydroctena représente plutôt une souche commune a tendances Cté- 
naires d'où sont dérivées deux branches : l'une a continué a se différen- 
cier dans le sens Cténaire, acquérant les lames vibrantes notamment ; 
l'autre a donné Cœloplana, d'où, par la série bien connue de Lang, 
dérivent les Polycladeset peut-être les Turbellariés. (Voir plus loin.) 

Rappelons aussi qu'il y a trois ans, Abbott a décrit Annotât, Zoo- 



CXXII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

log. Japon., IV, 1902, p. 103) un Cœloplana nouveau, C. Mitsu- 
kurii, dépourvu de cils nageurs tout comme de palettes, mais qui à la 
face inférieure (et sur elle seule) présente cependant des cils. Cet 
organisme vit au Japon sur les Zostera, Melobesia, etc., dans la zone 
littorale, mais parfois aussi on peut le voir flotter passivement à la 
surface de l'eau (observation faite sur les individus mis dans des 
flacons; — le fait est-il normal?), laissant alors ses deux longs tenta- 
cules pendre dans le liquide, comme le font les Cténophores. Mais 
un fait fort important, c'est que ces tentacules, d'aspect semblable à 
ceux des Gténaires, sont couverts de batteries de nématocytes et non 
de colloblastes! L'otolithe est fort petite, située dans une dépression 
entourée d'un rebord ou lèvre, comme chez Hydroctena donc, et non 
de tentacules comme chez Ctenoplana; autour de lui on remarque 
deux bandes hémicirculaires de cellules colorées en jaune. 

Abbott fait de cet organisme et d'une forme voisine trouvée en 
même temps, C. Willeyi, une espèce du genre Cœloplana « tenta - 
tively at least » : les caractères qu'il en donne, et spécialement la 
présence de nématocytes, me paraissent cependant les séparer nette- 
ment de ce genre célèbre et nécessitera pour elles la création d'un 
genre spécial. 

Ces Cœloplana, que pour plus de facilité j'appellerai Pseudocœlo- 
plana, sont donc des flotteurs passifs, et lorsqu'ils se déplacent acti- 
vement (mais fort lentement, selon Abbott) c'est lorsqu'ils rampent. 
Les Cœloplana de Kowalewsky sont mieux adaptés déjà à la repta- 
tion. Quant aux Ctenoplana, qui possèdent à la fois des cils et des 
palettes vibrantes, ils sont aussi bien nageurs que rampants. 



Comment nous représenter les affinités de ces divers types? Il 
me semble que le schéma que voici soit assez satisfaisant : 



A 




v Pseudocœloplana . 



Cténophores. Ctenoplana. 



Cœloplana. 
y 

POLYCLADES. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. CXXIII 

Interprétons rapidement les données de ce schéma. 

Uijdroctena représenterait une souche commune, ou plutôt un type 
voisin de la souche primitive qui se rattache aux Cnidaires. Il a donné 
une série d'organismes ciliés, dont les uns, uniformément ciliés, 
s'aplatissent et deviennent rampants : ce sont tout d'abord les Pseu- 
docœloplana, dont les tentacules portent encore des cellules urti- 
cantes, mais qui ne sont ciliés qu'à la face inférieure, puis les Cœlo- 
plana vrais, sans nématocytes, ciliés complètement; enfin, les 
Polyclades, chez lesquels les centres nerveux cessent d'être au milieu 
du corps et deviennent antérieurs, de même que les tentacules. Chez 
les autres ont apparu les palettes natatoires; les cils ont disparu 
(sauf chez Ctenoplana) ne laissant que les lames vibrantes disposées en 
huit méridiens, type déjà fort différencié donc, où les nématocytes 
ont fait place aux colloblastes (ils existent cependant encore chez 
Euchlora rubra) : de cette lignée s'est détaché près de la base Cteno- 
plana, qui a déjà les huit bandes à palettes mais est de plus complè- 
tement cilié (ou tout au moins en partie, selon Willey), a perdu les 
nématocytes sans acquérir de colloblastes, tend à devenir rampant, 
et en outre présente des pores sexuels différenciés pour l'émission 
des spermatozoïdes (les organes Q sont encore inconnus), ce qui les 
différencie nettement de tous les Cœlentérés et Cténophores. 



Mon schéma se rapproche, comme on le voit, de celui qu'a donné 
Willey dans son travail bien connu et que je reproduis ici à titre 
documentaire : 

_^ CïENOPHORA. 

<Archipla\oidea. <CL ^ 

— — Plathblminthes. 
^^— • a.nthozoa. 
Cerianthid.k. <T" 

- — _ Cœlomata. 

(Les Archiplanoidea sont les Ctenoplana et Cœloplana.) Pour Wil- 
ley donc les Plathelminthes ont une origine bien distincte de celle des 
Cœlomates, contrairement aux vues développées par M. Lameere. 

Dawydoff propose un schéma différent, que voici : 



Hydrombdusrs 

probablement 



Sydroctena Cténophoi 

— Cœloplana Ti 



Je crois inutile de le discuter ici, ayant donné plus haut les rai- 



CXXIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

sons qui me font admettre une autre interprétation de la parenté des 
Cténaires et des Ctenoplana, Cœloplana et Hydroctena. 



On a vu qu'en parlant de la descendance des Cœloplana, je disais 
qu'ils ont donné les Polyclades et « peut-être les Turbeliariés ». Il 
est évident que la lignée Polyclades-Turbellariés, telle que l'a inter- 
prétée devant nous il y a quelques mois (mais en sens inverse) 
M. Lameere, est fort bien graduée. Mais voici ce qui m'a fait dire 
« peut-être » : 

Dans son Catalogue des Rhabdoccelides, Triclades et Polyclades du 
Nord de la France, 2 e édition (Mém. Soc. Se. Lille, 1894), le spé- 
cialiste bien connu, P. Hallez, développe son opinion que les Poly- 
clades et les Turbeliariés n'ont en réalilé rien de commun entre eux, 
que leur ressemblance est simplement un remarquable exemple de 
convergence. 11 nous donne également (p. 55; voir aussi Rev. Biol. 
Nord France, VI [1893], p. 1) un tableau de la classification des 
Métazoaires telle qu'il l'envisage. Nous y voyons que ceux-ci se 
divisent en deux embranchements principaux : les Diploblastiques et 
les Triploblastiques, ceux-ci possédant un mésoderme que n'ont pas 
les premiers. Les Diploblastiques comprennent les Mésozoaires, les 
Porifères et les Cœlentérés sensu latiore, renfermant les Cnidaires 
d'une part, les Platodes (Turbeliariés, Némertiens, Trématodes et 
Gestodes) de l'autre. Les Gténophores et les Polyclades (ceux-ci ran- 
gés parmi les Vers) sont des Triploblastiques. Les Turbeliariés se 
rattacheraient aux Cnidaires par leur forme larvaire qui est compa- 
rable à une larve ciliée d'Anthozoaire. Le Cténophore possédant 
outre le mésenchyme d'origine ectodermique un mésoderme ne peut 
être voisin des Platodes; mais peut-être peut-on le rapprocher des 
Polyclades, comme le veut Lang. 

Je cite ces vues de Hallez, car elles me paraissent fort intéres- 
santes et il est peut-être bon d'attirer sur elle l'attention de nos col- 
lègues phylogénistes. Ce sont elles qui m'ont fait réserver la question 
de la descendance des Turbeliariés des Polyclades dont on en fait en 
général des formes évoluées. 



Il est, je pense, intéressant de donner également ici un rapide 
aperçu d'un autre travail paru il y a quelque temps et dans lequel on 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1 < \\\ 

trouve diverses indications intéressantes au point de vue qui nous 
occupe. Dans ce travail, intitulé Wurmkopf, Wurmrumpf und Tro- 
chophora [Zool. Anz., XXVIII, n° 8/9, p. 273 (1904)|, Fauteur, 
R. Woltereck, consacre en effet un chapitre à l'origine des Anné- 
lides : Theoretisches ùber Annelidenableitung (p. 283). 11 est d'avis 
que cette origine doit être cherchée parmi les Cténophores, ou plutôt 
dans un type pré-Cténophore, un Cœlentéré à deux pôles qu'il 
appelle « Bipolaria octoradiée » et dont les principaux caractères 
primitifs sont : corps arrondi, présentant au pôle inférieur l'ouver- 
ture unique du tube digestif, au pôle supérieur un épaisissement 
différencié; de structure radiée (octoradiée) et en même temps avec 
indication de bilatéralité deux tentacules, etc.); à système nerveux 
diffus de Cœlentéré. Ces caractères se retrouvent en principe chez 
les Cténophores tout comme dans la trochosphère des Annélides, 
avec des caractères plus spécialisés s'y ajoutant. La bipolaria s'est 
spécialisée par développement d'un appareil cilié équatorial, la perte 
ou la modification des deux tentacules primitifs et la centralisation 
du système nerveux au pôle aboral. De cette souche sont donc 
dérivés, d'une part, les Cténophores avec leurs caractères bien con- 
nus, leur structure restée radiaire, etc., et, d'autre part, les Annélides 
et les Turbellariés [renfermant les Polyclades], qui ne sont pas aussi 
proches parents qu'on l'admet en général, les derniers ne pouvant 
nullement représenter un stade intermédiaire entre la bipolaria et 
les Annélides : chez ceux-ci le système nerveux et le corps même de 
l'adulte naissent en deux parties (*), chez les Turbellariés ils sont 
uniques comme structure et origine; la larve du Turbellarié donne 
directement l'adulte, celle de l'Annélide ne subsiste pas et cv sont 



(*) Comme Woltoreck le fait remarquer, dans tous les trait 
pour la nouvelle édition parue récemment du Lehrbuch i 
muLristralrment et si profondément remaniée par Le pi 
enseigne que la larve do l'Annélide 

définitif, dont 1' C^eloppe alors a ; ire de la lai 

Or, Woltereck a montré dès l'JOl — au Congi lin — q 

réalité la tête du Ver naît uniquement aux dépens do la ellulain 

itelplatte occupant le ]> r. que ' môme d'une plaque 

située au pôle opposé et que la Larve propn 

plètement a\ . les reins céphaliques, etc.; le ; t de 

l'adulte est une formation entièrement nouvelle, tapissée par des cellules le la 

division do cellules misos en dans la lai adis 

que les parties correspondantes de la trochosphère s. >nt n 



1 SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

deux plaques polaires de cellules de réserve qui servent à constituer 
l'organisme définitif; les caractères des adultes sont également fort 
distincts : l'auteur les compare sous forme de tableau. Woltereck 
se représente que les deux types dérivent d'une bipolaria ayant aban- 
donné la vie pélagique, tout au moins à l'état adulte, et devenue 
rampante comme Gtenoplana : le Turbellarié a continué à ramper 
à la surface du sol et a conservé son revêtement de cils; l'Annélide 
en tendant à devenir fouisseur a perdu la zone ciliée équatoriale : 
c'est dans ce phénomène qu'il faut chercher l'origine de la séparation 
en deux plaques polaires des matériaux destinés à la reconstitution 
de l'adulte, séparation que l'on observe dans la trochosphère. 

Je pense inutile de m'étendre sur ce travail de Woltereck, travail 
qui renferme bien d'autres données intéressantes à diverses égards. 
Mon but était simplement de résumer rapidement les idées de l'auteur 
sur les affinités des Annélides et Turbellariés avec les Cténophores 
(qu'il admet dérivés des Cnidaires). 

Cependant, ce travail renferme encore une indication fort impor- 
tante pour nous. Dans un « Nac/itrag » (p. 321) Woltereck dit en 
effet avoir constaté chez une Narcoméduse, .Kginopsis (Solmundella) 
sp. (*), l'existence d'une « Scheitelplatte » ciliée, qui représente un 
stade de la différenciation, telle qu'elle s'observe chez Hydroclena, 
en un appareil sensitif ; et la plaque ciliée de ALginopsis dériverait du 
disque fixateur des larves de Polypes (p. 288), transformé en organe 
locomoteur cilié. 

A l'assemblée générale annuelle de la Deutsche Zoolog. Gesellschaft, 
tenue à Breslau du 13 au 16 juin cette année, Woltereck, dans une 
communication faite à la séance du 15 juin sur le développement des 
Narcoméduses et Siphonophores, est revenu sur la question de la 
plaque polaire de JEginopsis (Solmundella) j 1 ). 

Sa communication, reproduite dans les Verhandlungen de la 
Société Allemande (p. 106), est des plus intéressante. L'auteur figure 
notamment (p. 114) côte- à-côte la coupe longitudinale d'une larve d'un 
Polypedu genre Tubularia, larve à disque fixateur aboral, et celle d'une 
larve de XJEginopsis découverte par lui à Villefranche : la ressem- 



*) L'espèce est probablement nouvelle : chez A£g. mediterranca, avec laquelle 
Woltereck l'avait d'abord identifiée, il n'y a pas de Scheitelplatte comme l'auteur a 
pu s'en assurer depuis. 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE ! CXXYII 

blance est frappante! Et la coupe de WVjjinopsis (Solmundella) adulte 
(p. 115) comparée à celle de Y Hydroctena de Dawydoff est non moins 
instructive ! La filiation telle que Woltereck la comprend semble 
indiscutablement établie. Résumons-la pour terminer : 

Larve nageante de Polype fixé, à disque fixateur —*■ larve de 
Narcoméduse ne se fixant plus, à plaque ciliée aborale — >- Narco- 
méduse à plaque ciliée aborale [JEginopsis) — -*■ Hydroctena, à organe 
sensitif aboral. 

Cette série complète fort heureusement le schéma de la parenté 
des Cténophores, Platycténides et Hydroctena donné plus haut. 

A la suite de la communication faite par M. Schouteden, 
M. Lameere demande la parole pour émettre quelques considéra- 
tions résumées dans la note suivante qu'il a fait parvenir au Secré- 
taire général : 

CTÉNOPHORES ET POLYCLADES, 
Par Aug. LAMEERE. 

* 

11 me paraît incontestable que la découverte du genre Hydroctena 
par Dawydoff (Zoolog. Anz., XXVII, 1904, p. 223) fixe définitive- 
ment la position systématique des Cténophores. Ces Métazoaires ne 
sont nullement des Turbellariés pélagiques connu»' j'ai cherché à le 
démontrer précédemment (Ann. Soc. Zool. de Belg., Bull., 1903, 
p. LXXXVII); ils se rattachent directement aux Narcoméduses et ce 
rapprochement se confirme par la constatation faite par Woltereck de 
l'existence d'une plaque ciliée aborale chez une A : jjinopsis (VfRH. 
Deutsche Zoolog. Gesellsch., 1905, p. 106). Les Cténophores sont 
donc des Hydrozoaires, leur pharynx ( ; tant l'homologue de la sous- 
ombrelle de la Narcoméduse ancestrale : ce pharynx avait jusqu'ici 
été comparé à l'actinopharynx des Scyphozoaires parmi lesquels les 
Cténophores étaient presque toujours rangés. H y a peut-être dans ce 
fait un argument de plus pour homologuer à la t'ois L'actinopharynx 
des Scyphozoaires et la sous-ombrelle des Méduses craspédotes à 
fhypostome des Polypes hydroïdes. 

L'origine des Cténophores étant désormais établie dans If 
indiqué ci-dessus, il ne peut plus être question de leur donner 
comme ancêtres les Polyclades, mais le problème se pose de savoir si 



CXWIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

les Polyclades en descendent, comme le pensent la plupart des 
zoologistes, à la suite de Lang. 

Envisageons d'abord les conséquences de l'hypothèse de Lang et 
les rapports que présentent les Polyclades avec les autres Méta- 
zoaires. 

Hallez (Rev. biol. du Nord de la France, VI, 1894, p. 1) est le seul 
auteur qui ait séparé les Polyclades des autres Platodes. Il considère 
les Polyclades comme étant des Vers, tandis que les Triclades avec les 
Rhabdocceles, les Trématodes et les Cestodes seraient des Cœlentérés. 
Les premiers auraient un mésoderme, et il en serait de même des 
Cténophores, tandis que les autres ne seraient pourvus que d'un 
mésenchvme. 

Je pense qu'il n'est pas possible de donner aux phénomènes 
embryogéniques encore peu connus et vraisemblablement mal inter- 
prétés que semblent offrir les Polyclades et les Triclades la prédomi- 
nance sur les caractères anatomiques et histologiques si semblables 
offerts par ces organismes, lorsqu'on veut établir leurs relations phy- 
logénétiques. Par toute leur structure, les Polyclades et les Triclades 
sont évidemment apparentés, ainsi que tous les zoologistes l'admettent 
d'ailleurs. Hallez considère les Cténophores et les Polyclades comme 
différant davantage des Cœlentérés que les Triclades ; maintenant que 
nous savons que les Cténophores sont des Hydrozoaires, cette concep- 
tion nous semble bien paradoxale. Nous continuerons donc à envisager 
le groupe des Platodes comme formant une unité phylogénétique. 

D'autre part, il n'est guère possible de nier les rapports qui 
existent entre les Platodes et les autres Vers, notamment avec les 
Hirudinées. On pourrait faire l'hypothèse que les Cténophores sont 
les ancêtres des Plalodes et que ces derniers constituent un groupe 
terminus, les Annélides ayant une autre origine et n'ayant rien de 
commun avec les Vers plats, mais je pense que cette hypothèse ne 
sera admise par personne. Par conséquent, nous ne nous trouvons 
que devant l'alternative suivante : ou bien les Cténophores sont les 
ancêtres des Polyclades, et alors ceux-ci entraînent avec eux tous 
les Vers, voire même les Arthropodes, ou bien les Annélides ont avec 
les Arthropodes une origine commune qu'il faut aller chercher dans les 
Scyphozoaires, et alors les Platodes sont des Vers supérieurs simpli- 
fiés qui n'ont pas de rapports avec les Cténophores. 

Si la première hypothèse est vraie, la théorie d'Adam Sedgwick 
relative à l'origine du cœlome n'est pas applicable aux Articulés et 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNEE 1905. CXXIX 

tout l'échafaudage généalogique que j'ai cherché antérieurement à 
édifier sur celte conception s'écroule (Ann. Soc. roy. Zool. de Belg., 
Bull., 1903, p. lxxxvii). 

Nous allons donc examiner si réellement les Polyclades et les Cté- 
nophores sont des Métazoaires étroitement apparentés, comme l'a 
supposé Lang, ou bien s'ils n'ont rien de commun au point de vue 
phylogénétique, ce qui est l'idée de Haeckel. 

Delage et Hérouard font remarquer avec raison (Traité de Zool. 
concrète, II, 2 e partie, p. 760) que seuls certains caractères embryo- 
géniques plaident en faveur de la thèse de Lang. L'existence de Cte- 
noplana et de Cceloplana n'est nullement démonstrative, car ces 
Animaux ne doivent être considérés que comme des Cténophores 
rampants : leur aplatissement est l'unique parlicularité qui les rap- 
proche des Polyclades. Entre les Cténophores et les Polyclades, il y 
a des différences anatomiques et histologiques essentielles dont la 
plus importante est l'existence d'organes segmentaires chez les Poly- 
clades, organes qui manquent aux Cténophores. Comment expliquer 
l'apparition de ces organes? On comprendrait qu'ils auraient pu dis- 
paraître si les Cténophores descendaient des Polyclades, comme je 
l'ai supposé antérieurement, mais quelle est l'influence éthologique 
qui aurait favorisé leur développement? Pourquoi les Polyclades 
auraient-ils acquis un cerveau très différent de l'organe aboral des 
Cténophores? Comment se seraient produites ces complications extra- 
ordinaires de l'appareil génital qui ne se comprennent chez les Poly- 
clades que si l'on considère ces Vers comme descendant des Hirudi- 
nées? Au point de vue histologique, la ressemblance entre les Poly- 
clades et les Cténophores est bien moindre qu'on ne Ta cru jusqu'ici ; 
les frères Hertwig ont évidemment mal apprécié certains caractères 
des Cténophores : le système nerveux méscnchymenteux qu'ils on! 
découvert chez ces animaux n'existe certainement pas, les éléments 
qui le constituent étant des cellules conjonctives. 

Restent les quelques arguments empruntés à l'embryogénie, 
notamment, et c'est le seul qui ait de l'importance, la disposition en 
croix des masses cellulaires qui formeront le mésenchyme chez les 
Cténophores et qui chez les Polyclades donneront tous les tissus 
situés entre l'ectoderme et l'endoderme. Ne devons-nous pus voir dans 
ce fait une simple convergence résultant du genre de vie adopte par 
lePolyclade h sa naissance? En s'adaptant à la vie pélagique comme le 
Cténophore, la larve du Polyclade aura pu acquérir certaines particu- 

TOME XL, 1905 

Ja'uv icr 1906 



CXXVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

les Polyclades en descendent, comme le pensent la plupart des 
zoologistes, à la suite de Lang. 

Envisageons d'abord les conséquences de l'hypothèse de Lang et 
les rapports que présentent les Polyclades avec les autres Méta- 
zoaires. 

Hallez (Rev. biol. du Nord de la France, VI, 1894, p. 1) est le seul 
auteur qui ait séparé les Polyclades des autres Platodes. Il considère 
les Polyclades comme étant des Vers, tandis que les Triclades avec les 
Rhabdocœles, les Trématodes et les Cestodes seraient des Cœlentérés. 
Les premiers auraient un mésoderme, et il en serait de même des 
Cténophores, tandis que les autres ne seraient pourvus que d'un 
mésenchvme. 

Je pense qu'il n'est pas possible de donner aux phénomènes 
embryogéniques encore peu connus et vraisemblablement mal inter- 
prétés que semblent offrir les Polyclades et les Triclades la prédomi- 
nance sur les caractères anatomiques et histologiques si semblables 
offerts par ces organismes, lorsqu'on veut établir leurs relations phy- 
logénétiques. Par toute leur structure, les Polyclades et les Triclades 
sont évidemment apparentés, ainsi que tous les zoologistes l'admettent 
d'ailleurs. Hallez considère les Cténophores et les Polyclades comme 
différant davantage des Cœlentérés que les Triclades ; maintenant que 
nous savons que les Cténophores sont des Hydrozoaires, cette concep- 
tion nous semble bien paradoxale. Nous continuerons donc à envisager 
le groupe des Platodes comme formant une unité phylogénétique. 

D'autre part, il n'est guère possible de nier les rapports qui 
existent entre les Platodes et les autres Vers, notamment avec les 
Hirudinées. On pourrait faire l'hypothèse que les Cténophores sont 
les ancêtres des Platodes et que ces derniers constituent un groupe 
terminus, les Annélides ayant une autre origine et n'ayant rien de 
commun avec les Vers plats, mais je pense que cette hypothèse ne 
sera admise par personne. Par conséquent, nous ne nous trouvons 
que devant l'alternative suivante : ou bien les Cténophores sont les 
ancêtres des Polyclades, et alors ceux-ci entraînent avec eux tous 
les Vers, voire même les Arthropodes, ou bien les Annélides ont avec 
les Arthropodes une origine commune qu'il faut aller chercher dans les 
Scyphozoaires, et alors les Platodes sont des Vers supérieurs simpli- 
fiés qui n'ont pas de rapports avec les Cténophores. 

Si la première hypothèse est vraie, la théorie d'Adam Sedgwick 
relative à l'origine du cœlome n'est pas applicable aux Articulés et 



BULLETINS DES SÉANCES. — ANNÉE 1905. CXXIX 

tout l'échafaudage généalogique que j'ai cherché antérieurement à 
édifier sur cette conception s'écroule (Ann. Soc. roy. Zool. de Belg., 
Bull., 4903, p. lxxxvii). 

Nous allons donc examiner si réellement les Polyclades et les Cté- 
nophores sont des Métazoaires étroitement apparentés, comme l'a 
supposé Lang, ou bien s'ils n'ont rien de commun au point de vue 
phylogénétique, ce qui est l'idée de Haeckel. 

Delage et Hérouard font remarquer avec raison (Traité de Zool. 
concrète, II, 2 e partie, p. 760) que seuls certains caractères embryo- 
géniques plaident en faveur de la thèse de Lang. L'existence de Cte- 
noplana et de Coeloplana n'est nullement démonstrative, car ces 
Animaux ne doivent être considérés que comme des Gténophores 
rampants : leur aplatissement est l'unique parlicularité qui les rap- 
proche des Polyclades. Entre les Cténophores et les Polyclades, il y 
a des différences anatomiques et histologiques essentielles dont la 
plus importante est l'existence d'organes segmentaires chez les Poly- 
clades, organes qui manquent aux Gténophores. Gomment expliquer 
l'apparition de ces organes? On comprendrait qu'ils auraient pu dis- 
paraître si les Cténophores descendaient des Polyclades, comme je 
l'ai supposé antérieurement, mais quelle est l'influence éthologique 
qui aurait favorisé leur développement? Pourquoi les Polyclades 
auraient-ils acquis un cerveau très différent de l'organe aboral des 
Cténophores? Comment se seraient produites ces complications extra- 
ordinaires de l'appareil génital qui ne se comprennent chez les Poly- 
clades que si l'on considère ces Vers comme descendant des Hirudi- 
nées? Au point de vue histologique, la ressemblance entre les Poly- 
clades et les Cténophores est bien moindre qu'on ne l'a cru jusqu'ici ; 
les frères Hertwig ont évidemment mal apprécié certains caractères 
des Gténophores : le système nerveux mésenchymenteux qu'ils ont 
découvert chez ces animaux n'existe certainement pas, les éléments 
qui le constituent étant des cellules conjonctives. 

Restent les quelques arguments empruntés à l'embryogénie, 
notamment, et c'est le seul qui ait de l'importance, la disposition en 
croix des masses cellulaires qui formeront le mésenchyme chez les 
Cténophores et qui chez les Polyclades donneront tous les tissus 
situés entre l'ectoderme et l'endoderme. Ne devons-nous pas voir dans 
ce fait une simple convergence résultant du genre de vie adopté par 
lePolyclade à sa naissance? En s'adaptant à la vie pélagique comme le 
Cténophore, la larve du Polyclade aura pu acquérir certaines particu- 

TOME XL, 1905 9 

Janvier 1906 



CXXX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

larités de ce dernier, notamment une forme générale qui peut retentir 
sur la disposition des ébauches mésodermiques et qui peut également 
se trahir extérieurement par la ressemblance que l'on constate entre 
la larve de Mùller et les Cténophores lobés. N'oublions pas que cer- 
tains Rhabdocœles d'eau douce, Mesostoma tetragonum par exemple, 
ressemblent curieusement aussi à des Cténophores. 

Je considère donc les Cténophores comme le dernier terme de l'évo- 
lution des Narcoméduses; ils n'ont aucun rapport de parenté avec les 
Polyclades qui forment pour moi, avec les autres Platodes, un type 
supérieur d'Hirudinées. 

La séance est levée à 6 heures. 



■ -j-j a c-3^ 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 



LISTE 



DES 



SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES 

AVEC INDICATION DES OUVRAGES REÇUS PENDANT L'ANNÉE 1905 



Les ouvrages dont le format n'est pas indiqué sont in-8\} 

L'absence de date de publication indique que l'ouvrage a paru dans l'année inscrite à la suite 
de la tomaison ou dans le courant de l'année 1905.) 



AFRIQUE. 



Algérie. 

BONE. 



Académie d'Hippone. 

Bulletin. 

Comptes rendus des réunions. 



Colonie du Gap 

CAPE TOWX. 



South African Muséum. 

Annals : III, 7-9 (Londres, 1905). 



Institut égyptien, 
Bulletin. 



Egypte 

LE CAIRE. 

État indépendant du Congo. 



Musée du Congo. 

Annales : Zoologie, 3 e série, I, 2; IV. I. 1 in-4°j. 

Natal. 

PIETERMARITZBURG. 

Geological Survey of Natal and Zululand. 
Report. 



CXXXIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQLE DE BELGIQUE. 

ASIE. 



Inde anglaise. 

CALCUTTA. 
Asiatic Society of Bengal. 

Journal : II Natural history, etc. : LXXIII, 1904, 3-5. 

III Anthropology and cognate subjects : LXXIII, 1904, 3-4. 
Proceedings : 1904, 6-10. 

Geological Survey of India. 

General report on the work carried on for the year. 
Memoirs : XXXII, 4. 

Palteontologia indica : Nouvelle série II, 2 (in-4°). 
Records : XXXI, 1904, 3-4; XXXII, 1905, 1-4. 

Indian Muséum. 

MADRAS. 

Madras Government Muséum. 
Bulletin. 

Japon. 

TOKIO. 
Deutsche Gesellschaft fur Natur- und Vôlkerkunde Ost-Asiens. 

MlTTHEILUNGEN : X, 2. 

Impérial University of Japan. 

The Journal of the Collège of science : XX, 3-10. 



AMÉRIQUE. 

Brésil. 

PARA. 
Museu Goeldi de Historia natural e ethnographia (Museu paraense). 

BOLETIM. 

RIO DE JANEIRO. 

Museu nacional do Rio de Janeiro. 

Archivos : (In-4°). 
Revista : (In-4°). 

Observatorio do Rio de Janeiro. 
Annuario : XXI, 1905. 
Boletim mensal : 1903, juillet-décembre. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CXXXV 

SAINT-PAUL. 
Museu Paulista. 
Revista. 

Sociedade scientifica de S. Paulo. 
Revista : 1905, 1-2. 

Canada. 

HALIFAX. 

Nova Scotian Institute of Natural sciences. 
Proceedings and Transactions. 

OTTAWA. 

Commission géologique du Canada. 

Catalogue of Canadian Birds : III (1904). 

Rapport annuel 

Resource .Map (1904). 

Standart Topographk al Map : Ontario Windsor sheet : (Piano). 

DlCTIONARY OF ALTITUDES IN THE DOMINION OF CANADA. 

Altitudes in the Dominion of Canada (with Profiles) (1901 . 
Relief Map of the Dominion of Canada 76,336,000 (1901, piano). 

SAINT-JOHN. 

Natural history Society of New Brunswick. 

Bulletin. 

TORONTO. 
Canadian Institute. 

Proceedings : Nouvelle série : II, 6 (n° 12). 
Transactions : VII, 3 (n° 15); VIII, 1 (n° 16) (1904). 

Chili. 

SANTIAGO. 

Deutscher wissenschaftlicher Verein zu Santiago. 

Verhandlungen. 
Société scientifique du Chili. 
Actes. 

VALPARAISO. 

Museo de Historia natural de Valparaiso. 

BOLETI.N . 

Revista chilena de Historia natural (Organo del Museo). 

Costa Rica. 

SAN JOSE. 
Instituto Fisieo-geografico de Costa Rica. 

BOLETIN. 



CXXXVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQl K ET MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

Cuba. 

HAVANE. 
Academia de Ciencias médicas, fisicas y naturales de La Habana. 

Anales : XXXVII, août-déc. 1900, janv.-mai 1901; XXXVIII, mai- 
déc. 1901, janv.-avril 1902; XLI, 1904-05, mai-déc. 1904; XLII, 1905-06, 
mai-juin. 

La ClRl'GlA DE LAS MANIFESTACIONES FILARIÔSICAS, por el D r Etll\ NuÛez(1905 . 
NkcESIDADES DE LA ÏNDUSTR1A AZUCARERA EN Cl'BA (1901). 

États-Unis. 

AUSTIN, TEX. 
Geological Survey of Texas. 

BALTIMORE, MARYL. 

John's Hopkins Lniversity. 

Circulars : (In-4°). 

STUDIES OF THE BIOLOGICAL LaBORATORY. 

Maryland Geological Survey. 
Miocène : (Texte et planches). 

BERKELEY, CAL. 
University of California. 

Publications : Zoology : I, 8-9; II, Introduction, 1-3; III Department of 
Geology), 21-22. 

BOSTON, MASS. 

American Acadeniy of Arts and Sciences. 
Memoirs : (In-4°). 
Proceedings : XXXIX, 1903-04, 20; XL, 12 17: XLI, 1905, 1-12. 

Boston Society of Natural history. 

Memoirs: V, 1895-1904, 10, 11; VI, 1905-..., 1 in-4 
Proceedings. 

The Nautilus, a monthly devotedtothe interest of Conchologists : XVIII, 
1904-05, 9, 11-12; XIX, 1905-00, 1-8. 

BROOKLYN, X. Y. 

Muséum of the Brooklyn Institute of Arts and Sciences 
Cold Spring Harbor Monographs : III; IV: V. 
Memoirs of Natural Sciences : I, 1 (1904). 
Science bulletin : I, 5-6. 

BROOKVILLE, IND. 

Indiana Academy of Science. 
Proceedings. 

BUFFALO, N. Y. 

Buffalo Society of Natural sciences. 
Bulletin. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CXXXM1 

CAMBRIDGE, MASS. 

Muséum of Comparative Zoôlogy at Harvard Collège. 

Annual report of thk Kbbpbr to Président and Pbllows : 1904 
Bulletin : XLII (Geological Séries, VI , 6; XLVI, 4-8, 12; XLVH; XVLIII, 
1; XLIX (Geological Séries, VIII), 1-2. 

CHAPEL HILL, N.-C. 

Elisha Mitchell scientific Society. 
Journal : XXI, 1-3. 

CHICAGO, ILL 

Chicago Academy of Sciences. 
Annual report. 

Bulletin of the Geological and Natural history Survey : II, 4 '1901 : 
III, 2; V (1902). 

Spécial publications : I (1902). 

CINCINNATI, OHIO. 

Cincinnati Society of Natural history. 
Journal. 

DAVENPORT, 10 \VA. 

Davenport Academy of Natural sciences. 
Proceedings : IX, 1901-1903. 

DENVER, COL. 

Colorado scientific Society. 
Proceedings. 

DETROIT, MICH. 

Geological Survey of Michigan. 

Report : IX, 1903-04, 1 (in-4°. Lansing, 1904 . 
Report of the State Board : 1903 (Lansing, 1905). 

INDIANAPOLIS, INI). 
Geological Survey of Indiana. 
Indiana Academy of Science. 
Proceedings. 

LAWRENCK, KAN. 
Uhiversity of K an sas. 
Science bulletin. 

MADISON, WISC. 

Wisconsin Academy of Sciences, Arts and Letters. 

Transactions : XIV, 190>-03. 
Wisconsin Geological and Natural history Survey. 

Bulletin. 

MEBIDEN, CONN. 
Scientific Association. 

Transactions. 



CXXXVIII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

MILWAUKEE, WISC. 
Public Muséum of the City of Milwaukee. 

Annual report of the Board OF TRUSTEES : XXII, 1903-04. 

Wisconsin Natural history Society. 
Bulletin. 

Proceedings. 

MINNEAPOLIS, MINN. 

Minnesota Academy of Natural sciences. 

Bulletin. 
Occasion al papers. 

MISSOULA, MONT. 

University of Montana. 

Bulletin. 
Hegister. 
Présidents Report : 1903-04 (Helcna, 1905). 

NEW HÀVEN, CONN. 

Connecticut Academy of Arts and Sciences. 
Transactions. 

NEW YORK. X Y. 

New York Academy of Sciences late Lyceum of Natural history). 

Annals. 

Memoirs : III (Anthropology : IL in-4 

Transactions. 
American Muséum of Natural history. 

Annual report of the Président : 1904. 

Bulletin : XVII, 3-4: XVIII, 3: XX. 

Mkmoirs : iIn-4°». 

Album of Philippine Types (Manille, 1904. in-4° . 

PHILADELPHIE, PA. 

Academy of Natural sciences of Philadelphia. 

Proceedings : LV, 1903, 3; LYI, 1904, 1, 3; LVII. 1905. 1. 
American philosophical Society. 

Proceedings for promoting useful Knowledge : XLIII, 1904, n° 178; 
XLIV, 1905, n° s 179-180. 

Transactions for promoting useful Knowledge : (In-4° . 
University of Pennsylvania. 

Contributions from the zoological Lahoratory. 
Wagner free Institute of Science of Philadelphia. 

Transactions : i In-4 ' . 
The American Naturalisa 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES . CXXXIX 

PORTLAM), MAINE. 

Portland Society of Natural history. 
Proceedings. 

ROCHESTER, N.'Y. 

Rochester Academy of Science. 
Proceedings. 

SAINT-LOUIS, MO. 

Academy of Natural sciences of Saint- Louis. 

Transactions. 

SALEM, MASS. 
Essex Institute. 
Bulletin. 

SAN-DIEGO, CAL. 

West American Scientist (A popular monthly Review and Record for 
the Pacific coast). 

SAN-FRANCISCO, CAL. 

California Academy of Natural Sciences. 

Memoirs : (In-4°). 

Occasion al papers. 

Proceedings : 3 e série : Zoology : III, 7-13 (1904). 
California State Mining Bureau. 

Bulletin. 

SPRINGFIELD, ILL. 
Geological Survey of Illinois. 

TUFTS COLLEGE, MASS. 

Tufts Collège Studies. 

Scientific séries. 

INIVERSITY, ALA. 

Geological Survey of Alabama. 
Bulletin. 

WASHINGTON, I). C. 

Philosophical Society of Washington. 

Bulletin : XIV, pp. 276-310 
Smithsonian Institution. 

annual report to the board of rloknts. 

Bulletin of the National Muséum. 

Report of the U. S. National Muséum : 1903 il905). 

Smithsonian contributions to Knowledge : In-1" 

Smithsonian miscellaneoi s COLLECTIONS. 

Carnegie Institution of Washington. 
Publications : 23, 24, 30. 



CXL SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

WASHINGTON, D. C. [Suite.) 

U. S. Department of Agriculture. 

Report of the Secretary of Agriculture. 
Yearbook : 1904. 

U. S. Department of the Interior. United States Geological Survey. 
Annual report to the Secretary of the Interior. 
Bulletin. 

Minéral resources of the United States. 
Monographs : ^In-4°). 
Profession al Papers : (In-4°). 
Water-supply and Irrigation papers. 

Mexique. 

MEXICO. 
Instituto geolôgico de Mexico. 
Boletin : XX (in-4°). 
Paregones : I, 7-8. 
Museo nacional de Mexico. 

Anales : (In-4°). 
Secretaria de Fomento, Colonizaciôn é ïndustria de la Kepûblica 
Mexicana, 

Boletin de Agricultlra, Mineria é Industrias : III, 1903-04, 8 (1-6). 9 (1-6), 
10 (1-6), 1 1 (1-6), 12 (1-6) ; IV, 1904-05, 1(1-6,2 (1-6), 3 (1-6;, 4 (1-6), 5 (1-6), 
6 (1-5), 7 (1-3;, 8 (1-6), 9 (1-6 , 10 d-6», 11 (1-6); V, 1905-06, 1 (1-6), 2 (1-4), 
3 (1-4). 

2 e époque I, 10 annexe : Coleccion de Leyes, Decretos, Circulares, Kegla- 
mentos, etc. (1902). 

Sociedad cientifica « Antonio Alzate ». 

Memorias y Reyista : XIII, 7-10: XVIII, 6: XIX, 5-12: XX, 1-12; XXI, 
1-6 (1902-04) Calendario Cronologico del Siglo. XX (piano). 

Sociedad mexicana de Historia natural. 
« La Naturaleza » : (In-4°). 

Pérou. 

LIMA. 

Cuerpo de Ingenieros de Minas del Péru. 

Boletin : 10, 11, 13, 15, 20-25, 27-28. 

République Argentine. 

BUENOS-AIRES. 

Museo nacional de Buenos-Aires. 
Anales : 3 e série, IV. 

COMUNICACIONES. 

Sociedad cientifica Argentina. 

Anales : LIX, 1905, 1-6; LX, 1-3. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. fclL] 

CORDOBA. 
Academia nacional de Ciencias en Côrdoba. 

Boletin : XVII, 4; XVIII, 1. 

LA PL AT A. 
Museo de La Plata. 

Revista. 

San Salvador. 

SAN SALVADOR. 
Museo nacional. 

Anales: I, 10-11; II, 13-14. 

Uruguay. 

MONTEVIDEO. 

Museo nacional de Montevideo. 

Anales : Flora Uruguyana : II. dernier fascicule et continuation (in-4°). 



EUROPE. 



Allemagne. 

AUGSBOURG. 

Naturwissenschaftlicher Verein fur Schwaben und Neuburg (a. V.) in 
Augsburg (frùher Naturhistorischer Verein). 
Bericht. 

BERLIN. 

Deutsche geologische Gesellschaft. 

Zeitschrift : LVI, 1904, 4; LVII, 1905, 1-2. 
Gesellschaft fur Erdkunde zu Berlin. 

Zeitschrift : 1905, 1-10. 
Kôniglich-preussische Akademie der Wissenschaften zu Berlin. 

Sitzungsberichte : 1905, 1-53. 

Kôniglich-preussische geologische Landesanstalt und Bergakademie zu 
Berlin. 

Jahrbuch : XXIII, 1902 (1905;. 

BONN. 

Naturhistorischer Verein der preussischen Bheinlande, Westfalens 
und des Beg.-Bezirks Osnabruck. 

Verhandlungen : LXI, 1904, 2; LXII, 1905, 1. 

Sitzungsberichte der Niederrheinischon Gesellschaft fur Natur- und 
Heilkunde zu Bonn : 1904, 2 ; 1905, 1 . 



CXLII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQLE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

BRÈME. 

Naturwissenschaftlicher Verein zu Bremen. 
Abhandlungen : XVIII, 1 . 

BRESLAU. 

Schlesische Gesellschaft fur vaterlândische Cultur. 
Jahres Bericht. 

LlTTERATUR DER LANDES- UND VOLKSKUNDE DER PROVINZ ScHLESIEN. 

BRUNSWICK. 

Verein fur Naturwissenschaft zu Braunschvveig. 
Jahresbericht. 

CARLSRUHE. 

Naturwissenschaftlicher Verein in Karlsruhe. 
Verhandlungen : XVIII, 1904-05. 

CASSEL. 

Verein fur Naturkunde zu Kassel. 

Abhandlungen ond Bericht : G8 e et 69 e années, XLIX, 1903-05. 

CHEMMTZ. 

Naturwissenschaftliche Gesellschaft zu Chemnitz. 

Bericht. 

COLMAR. 

Naturhistorische Gesellschaft in Colmar. 

Mittheilungen : Nouvelle série VII, 1903-04. 

DANTZIG. 

Xaturforschende Gesellschaft in Dantzig. 
Schriften : Nouvelle série, XI, 1-2 ^1 904). 

KATALOG DER BlBLIOTHEK : I (1904). 

DRESDE. 

Naturwissenschaftliche Gesellschaft Isis in Dresde n. 

Sitzungsberichte dnd Abhandlungen : 1904, juiil.-déc. ; 1 905, janv. -juin. 

ELBERFELD. 
Naturwissenschaftlicher Verein in Elberfeld. 

J A hresberichte . 

FRANCFORT-SUR-LE-MEIN . 

Deutsche malakozoologische Gesellschaft. 
Nachrichtsblatt : XXXVII, 1905, 1-4. 

Senckenbergische Naturforschende Gesellschaft in Frankfurt a/Mein. 
Bericht : 1905. 



LISTE DKS SOCIÉTÉS HT INSTITUTIONS CORRESPONDANTES CXUH 

FRANCFORT-SUR-L'ODER. 

Naturwissenschaftlicher Verein des Kegierungsbezirks Frankfurt a. 0. 
(Muséums Gesellschaft). 

« Helios » (Abhandlungen und monatliche Mitthcilungen aus dem Gesammt- 
gebiete der Naturwissenschaftcnj : XXII (Berlin, 1905). 

« SociETATUM UTTERiE » (Verzeichniss der in den Publikatiown der Akademien 
und Vereine aller Lander erseheinenden Einzelarbeiten auf dem Gebiete der Na- 
t urwissenschaf ten) . 

FRIBOURG-EN-BRISGAU. 
Naturforschende Gesellschaft zu Freiburg i. H. 
Berichte. 

GÏESSEN. 
Oberhessische Gesellschaft fùrNatur- und Heilkunde. 
Bericht : XXXIV. 

GREIFSWALD. 
Naturwissenschaftlicher Verein fur Neu-Vorpommern und Hùgen. 
Mittheilungen : XXXVI, 1904 (Berlin, 1905). 

GÙSTROW. 
Verein der Freunde der Naturgeschichte in Mecklenburg. 
Archiv. 

HALLE. 
Kaiserliche Leopoldino-Carolinische deutsche Akademie der Natur- 
forscher. 

« Leopoldinà » : (In-4°). 
Nova Acta : (In-4°). 

HAMBOURG. 
Hamburgische wissenschaftliche Anstalten. 

Mittheilungen aus dem Naturhistorischen Muséum in Hamburg. 
Verein fur Naturwissenschaftliche Unterhaltung zu Hamburg. 
Verhandlungen. 

H AN AU. 
Wetterauische Gesellschaft fur die gesammte Naturkunde zn Hanau a. M. 
Bericht. 

HEIDELBERG. 
Naturhistorisch-medizinischer Verein zu Heidelberg. 
Verhandlungen. 

KIEL. 
Naturwissenschaftlicher Verein fur Schleswig-Holstein. 

SCHRIFTEN : XIII, 1. 

KŒNIGSBERG. 
Kônigliche physikalisch-ôkonomische Gesellschaft zu Konigsberg in Pr. 
Schriften : LIV, 1904(in-4°). 



GXLIV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQIE ET MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

LEIPZIG. 

Kôniglich-sàchsische Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig. 

Berichte uber die Verhandlungen (Mathematisch-physische Classe) : 
LVI, 1904, 5; LVII, 1905, 1-4 

Naturforschende Gesellschaft zu Leipzig. 

Sitzungsberichte : XXX-XXXI, 1903-1904. 
Zeitschrift fur Naturwissenschaften, herausgegeben von D r G.- Brandes. 
(Organ des naturwissenschaftlichen Vereins fur Sachsen und Thùringen.} 
Zoologischcr Anzeiger (Organ der Deutschen zoologischen Gesell- 
schaft). 

Fùrstliche Jablonowski'sche Gesellschaft. 
Jahresbericht. 

METZ. 

Académie des Lettres, Sciences, Arts et Agriculture de Metz. (Metzer 
Akademie.) 

Mémoires : 2 e période, 84 e année, 3 e série, XXXII, 1902-03; 85 e année, 
XXXIII, 1903-04. 
Société d'Histoire Naturelle de Metz. 
Bulletin. 

MUNICH. 

Kôniglich-bayerische Akademie der Wissenschaften zu Mùnchen. 

Abhandlungen der mathkmatisch-physikalischen Classe : (In-4 G ). 
Festrede. 

sltzungsberichte der mathkmatisch-physikalischen classe .' 1904, 3; 
1905, 1-2. 

MUNSTER. 

Westfàlischer provinzial Verein fur Wissenschaft und Kunst. 
Jahresbericht. 

NUREMBERG; 

Naturhistorische Gesellschaft zu Nûrnberg. 
Abhandlungen. 

OFFENBACH-SUR-ME1N . 
Ofïénbacher Verein fur Naturkunde. 

BERICHT UBER DIE ThaTIGREIT. 

RATISBONNE. 

Naturwissenschaftlicher Verein zu Regensburg, frùher Zoologisch- 
mineralogischer Verein. 
Berichte. 

STUTTGART. 

Verein fur vaterlàndische Naturkunde in Wùrttemberg. 
Jahreshefte : LXI, 1905, et supplément. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CXLV 

WERNIGERODE. 

Xaturwissenschaftlicher Verein des Harzes. 

SCHRIFTEN . 

WIESBÀDE. 

Nassauischer Verein fiir Naturkunde. 
Jahrbucher : LVIII, 1905. 

ZWICKAU. 

Verein fur Naturkunde zu Zwickau in Sachsen. 

Jahresbericht. 

Autriche-Hongrie . 

AGRAM. 
Jugoslavenska Akademija Znanosti i Umjetnosti. 
Djela : (In-4°). 
Ljetopis : XIX, 1904. 
Rad (Matematicko-prirodoslovni Razred) : XXXV; XXXVI (n os 158-159). 

Hrvatsko naravoslovno Drustvo. (Societas historico-naturalis croatica.) 
Glasnik. 

BRUNN.' 

Naturforschender Verein in Brûnn. 

Bericht der meteorologischen Commission : Ergebnisse der meteorolo- 
gischen Beobachtungen. 
Verhandlungen. 

BUDAPEST. 
Kôniglich Ungarische geologische Anstalt. 

Erlauterungen zur geologischen Specialrarte der Lànder der unga- 
rische Krone. 

Jahresbericht : 1903. 

MlTTHEILUNGEN AUS DEM JaHRBUCHE : XIV, 2-4. 

Publikationen. 
Magyar nemzeti Muzeum. 

Annales historico-naturales : III, 1905, 1-2. 

Természetrajzi Fuzetek. 
Ungarische Akademie der Wissenschaften (Kir. Magy. Természettudo- 
mânyi Târsulat). 

Aquila : (In-4°). 

MaTHEMATISCHE UND NATURWISSENSCHAFTI.ICHE BERICHTE Al" S U.NGARN. 

Ungarische geologische Gesellschaft (A Magyartoni fôldtani Târsulat). 
Foldtani Kôzlôny (Geologische Mittheilungen) : XXXV, 1905, 1-9. 

GRATZ. 
Naturwissenschaftlicher Verein fur Steiermark. 

Haupt-Repertorium uber samtliche Vortrage, unz. (XXI, 1884 bis XL, 
1903; (1905). 

MlTTElLUNGEfl : XLI, 1904. 
T. XL, 1905 10 



CXLVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQIE LT MALACOLOGIQUE DE BELCIQLE. 

HERMANNSTADT. 

Siebenbùrgischer Verein fur Naturwissenschaften in Hermannstadt. 

Abhandlungen. 

Verhandlungen und Mittheilungen : LUI, 1903. 

IGLÔ. 
Ungariseher Karpathen- Verein (A Magyarorszâgi Kârpâtegyesiïlet). 
Jahrbuch : XXXII, 1905. 

INNSPRUCK. 
Naturwissenschaftlich-medicinischer Verein in Innsbrûck. 
Berichte. 

KLAGENFURT. 

Naturhistorisches Landesmuseum von Kàrnten. 
Carinthia : II (XCV, 1905, 1-2, 4-6). 

Diagramme der magnetischkn t;nd meteorologischen Beobachtungen zu 
Klagenfurt : (In-4°). 

Jahrbuch : 48 e année, XXVII. 
Jahresbericht. ' 

KLAUSEMBURG. 
Értesitô. Az Erdélyi Mûzeum-Egylet Orvos lermészettudomânyi 
Szakosztalyabùl. (Sitzungsbcrichte der medicinisch-naturwissenschaftli- 
cher Section des Siebenburgischen Museumvereins.) 
I Okvosi Szak (Arztliche Abtheilung . 

II Termeszbttudomànyi Szak Naturwis aftliche Abtheilung 

29 e année, XXVI. 1904. 

LEMBERG. 

v 

Sevcenko-(iesellschaft der Wissenschaften. 
Chromk. 

Sammelschrift : Mathematiseh-naturwissenschaftlich-àrztlicher Section : 
Mathematisch-naturwissenschaftlicher Theil : X. 

LLNZ. 
Muséum Francisco-Carolinum . 

Jahres-Bericht : LXIII, 1904. 
Verein fur Naturkunde in Oesterreich ob der Enns zu Linz. 

Jahresbericht : XXXIV, 1905. 

PRAGUE. 
Kaiserlich-bohmische Gesellschaft der Wissenschaften. 
Jahresbericht : 1904. 
Sitzungsberichte (mathematisch-naturwissenschaftliche Classe) : 1904, 

REICHEXBERG. 
Verein der Naturfreunde in Reichenberg. 
Mittheilungen. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CXLVll 

SARAJEVO. 

Bosnisch-Hercegovinisches Landesmuseum in Sarajevo. 

WlSSENSCHAFTLK'HE MlTTHEII.I FN6BN AUS BOSNIEN IND DER HeRCBSOVHIA ! 

(In-4°). 

TREMCSBN. 

Naturwissenschaftlicher Verein des Trencséner Comitates. A Tremcsén 
vârmegyei Természettudomânyi Egylet). 
Jahresheft. 

TRIESTE. 

Museo civieo di Storia Naturale di Tricste, 

Atti. 
Societâ adriatica di Scienze Naturali in Trieste. 

BOLLETTINO. 

VIENNE. 
Kaiserlich-konigliche Akademie der Wissenschaften. 

MlTTHBILDNGEN DER ErDBEBEN COMMISSION. 

SlTZUNGSBERICHTE MaTHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE CLAS8 

Kaiserlich-konigliche geologische Reichsanstalt. 

Abhandlungen : (Ill-4°). 

Jahrbuch. 

Verhandlungen : 1904, 16-18; 1905, 1-5, 10-15. 

Kaiserlich-kônigliches naturhistorisches Hofmuseum. 

Annalen : XIX, 4 (in-4°). 
Kaiserlich-konigliche zoologisch-botanische Gesellschaft in Wien. 

Verhandlungen : LV, 1905. 

Verein zur Verbreitung naturwissenschaftlicher Kenntnisse in Wien. 

Schriften . 
Wissenschaftlicher Club in Wien. 
Jahresbericht - XXIX, 1904-05. 
Monatsblatter : XXVI, 1904-05, 4-12: XXVII, 1905-06, 1-3. 

Belgique. 
ARLON. 

Institut archéologique du Luxembourg. 
Annales. 

BRUXELLES. 

Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. 
Annuaire: LXXI, 1905. 

Bulletin de la classe des sciences : 1905, 1-11. 
Mémoires (Classe des sciences) : I, 1-3 (in« 
Mémoires (classe des sciences) : (In-4°). 
Mémoires couronnés et autres mémoires : (In 
Mémoires couronnés et mémoires des savants étrav.i .ils : In- 1 



CXLVIII SOCIÉTÉ ROYALE MALACOLOGIQUE ET ZOOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

BRUXELLES. {Suite.) 
Expédition antarctique belge. 

Résultats du voyage du « S. V. Belgica », en 1897-1899 : Travaux hydro- 
graphiques et instructions nautiques, par G. Lecointe : 1 er fasc. et cartes 
(Anvers, 1903, in-4°). 

Le Mouvement géographique, Journal populaire des sciences géographiques. 

Organe des intérêts belges au Congo (in-4 ). 
Musée Royal d'Histoire naturelle de Belgique. * 

Annales : (In-4°). 

Bulletin. 
Observatoire royal de Belgique. 

Annuaire astronomique : 1906. 

Bulletin mensuel du Magnétisme terrestre. 
Service géologique. 

Carte géologique de la Belgique au 40,000 e : (Piano). 
Société belge de Géologie, de Paléontologie et d'Hydrologie. 

Bulletin : XVIII (2* série, VIII), 1904, 4: XIX (IX), 1905, 1-2. 

Nouveaux mémoires : (In-4°). 
Société belge de Microscopie. 

Annales. 

Bulletin. 
Société centrale d'Agriculture de Belgique. 

Journal : LU, 190405, 3-4, 6-12; LUI, 1905-06, 1-2. 
Société d'Études coloniales. 

Bulletin. 
Société entomologique de Belgique. 

Annales : XLVIII, 1904, 13; XLIX, 1905, 1-10. 

Mémoires. 
Société Royale belge de Géographie. 

Bulletin : XXIX, 1905, 1-6. 
Société Royale de Botanique de Belgique. 

Bulletin. 
Société Royale linnéenne de Bruxelles. 

Bulletin : XXX, 1904-05, 3-8; XXXI, 1905-06,2. 
Société Royale Malacologique de Belgique. 

Annales : XXXIX, 1904; Mém., ff. 1-9; Bull., ff. 11-17; XL, 1905; 
Mém., ff. 1; Bull., ff. 1-4. 

Société Scientifique de Bruxelles. 
Annales : XXIX, 1904-05, 1-4. 

CHARLEROI. 
Société paléontologique et archéologique de l'Arrondissement judi- 
ciaire de Charleroi. 

Documents et rapports : XXVII, 1903-04. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANT! «ALIX 

HASSELT. 

Société chorale et littéraire des Mélophiles de Hasselt. 
Bulletin de la Section scientifique et littéraire. 

IIUY. 

Cercle des Naturalistes hutois. 
Bulletin : 1904, 4; 1905, 1-3. 

LIÈGE. 

Société Géologique de Belgique. 

Annales : XXXI, 4; XXXII, 1-3. 

Mémoires : (In-4°). 
Société libre d'Emulation de Liège. 

Mémoires. 
Société médico-chirurgicale de Liège. 

Annales : XLIV (7 e série), 1905, 1-7, 11. 
Société Royale des Sciences de Liège. 

Mémoires. 

MON S. 

Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut. 

Mémoires et publications : LVI (0 e série, VI). 

SAINT-NICOLAS. 

Oudheidskundigc Kring van het Laiid van Waes. 
Annalen : XXIII, 2; XXIV, 1 
Notice sur le Cercle Archéologique du pays de Waes, 18C1-1895. 

TONGRES. 

Société scientifique et littéraire du Limbourg. 
Bulletin. 

Danemark. 

COPENHAGUE. 

Naturhistorisk Forening i Kjôbenhavn. 

VlDENSKABELIGE MeDDELELSER. 

Espagne. 

BARCELONE. 
Institucio Catalana d'Historia natural. 

Butti.eti : 2 e période, II, 1905, 3-4, 6- 

MADRID. 

Comisiôn del Mapa geolôgico d< i Espana. 
Boletin. 

EXPLICACION DEL MAPA GEOLÔGICO DE ESPANA : In-4°). 

Memorias. 



CL SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

MADRID. (Suite.) 
Real Academia de Ciencias exactas, fisicas y naturales. 
Annuario : 1905. 
Memorias : XXII in-4°). 
Revista : II, 1-5; II r, 1-2. 

Sociedad espaiïola de Historia natural. 

Boletin . 

Memorias. 

SARAGOSSE. 
Sociedad Aragonesa de Ciencias naturales. 

Boletin : IV, 1005, 2-10. 

France. 

ABBEVILLE. 
Société d'Émulation d Abbeville. 
Bulletin trimestriel. 
Mémoires : (In-4°/. 
Mémoires : (In-8°). 

AMIENS. 
Société Linnéenne du Nord de la France. 
Mémoires : XI, 1903-04. 

Bulletin mensuel : 30 e année, XV, 1901-02, n os 333-334; 31 e année, 
XVI, 1902-03, n<» 3 15-356. 

ANGERS. 
Société d'Études scientifiques d'Angers. 

Bulletin. 
Société nationale d'Agriculture, Sciences et Arts d'Angers. Ancienne 
Académie d'Angers, fondée en 1685.) 
Mémoires : 5 e série, VII, 1904. 

ARCACHON. 
Société scientifique et Station zoologique d'Arcachon. 
Travaux des Laboratoires. 

AUTUN. 

Société d'Histoire naturelle d'Autun. 
Bulletin : XVII, 1904. 

AUXERRE. 

Société des Sciences historiques et naturelles de l'Yonne. 
Bulletin : LVIII (4 e série, VIII, 1904, 1. 

BESANÇON. 

Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon. 
Procès-verbaux et mémoires : 1904. 



LISTE DES SOCIÉTÉS Kl INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CL1 

BÉZIERS. 
Société d'Etude des Sciences naturelles de Béziers [Hérault . 
Bulletin. 

BORDEAUX. 

Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts d<> Bordeaux. 

Ai i 

Société Linnéenne de Bordeaux. 

Ai I 

Société des Sciences physiques et naturelles de Bordeaux. 

Mémoires : e scri<\ II, 2 e cahier. 

Observations pluviométriques kt thermométriques faites dans le dépar- 
tement de la Gironde par la Commission météorologique de la Gironde Appen- 
dices aux Mémoires) : 1903 04. 

Procès-verbaux des séances : 1903-04. 

BOULOGNE-SUR-MER. 

Société Académique de l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer. 

Bulletin. 

Mémoires. 

CAEN. 

Académie nationale des Sciences, Arts et Bel les- Lettres. 

Mémoires : 1904. 

Laboratoire de Géologie de la Faculté des Sciences de Caen. 
Bulletin. 

Société Linnéenne de Normandie. 

Bulletin. 

CAMBRAI. 
Société d'Emulation de Cambrai. 

Mémoires: LVIII (1904 . 

CHALONS-SUR-MARNE. 

Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de 
la Marne 'Ancienne Académie de Châlons, fondée en 1750 . 
Mémoires. 

CHALON-SUR-SAONE. 

Société des sciences naturelles de Saône-et- Loire. 

Bulletin mensuel : XXX (n oUe série, X , 1904, 9-12; XXXI XI . 1905, 1-6. 

CHERBOURG. 
Société nationale des Sciences naturelles et mathématiques de Cher- 
bourg. 

" Mémoires : XXXIV (4 e série, IV . 1904. 

DAX. 
Société de Borda. 

Bulletin trimestriel : XXIX. 1904, 4; XXX. 1905, 1-2. 



CLII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE. 

DIJON. 

Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon. 
Mémoires : 4 e série, IX, 1903-04. 

DRAGUIGNAN. 

Société d'Agriculture, de Commerce et d'Industrie du Var. 

Bulletin : XVII, 1905, janv. -avril, juin-déc. 
Sociétéd'Étudesscientifiquesetarchéologiquesdelavillede Draguignan. 

Bulletin. 

HAVRE. 

Société géologique de Normandie, fondée en 1871. 

Bulletin : XXIV, 1904 (1905). 
Société havraise d'Études diverses. 

Bibliographie méthodique de l'arrondissement du Havre. 

Recueil des publications : LXX, 1903, 1-4: I.XXI, 1904, 1. 

LA ROCHELLE. 

Académie des Belles-Lettres, Sciences el Arts de La Bochelle. 

Annales de la Société des Sciences naturelles de la Charente-Infé- 
rieure : 1904 (Flore de France, IX . 

LILLE. 

Société géologique du Nord. 
Annales : XXXIII, 1904. 
Mémoires : In-l . 

LYON. 

Société d'Agriculture, Sciences et Industrie de Lyon. 

Annales : 8° série, II, 1904. 
Société botanique de Lyon. 

Annai 
Société linnéenne de Lyon. 

Annales : Nouvelle série, LI, 1904. 

MAÇON. 

Académie de Maçon (Société des Arts, Sciences, Belles- Lettres et Agri- 
culture de Saônc-et-Loire). 

Annales : 3 e série, VIII (1903,. 
Société d'Histoire naturelle de Maçon. 

Le Journal des Naturalistes. 

MARSEILLE. 

Musée d'Histoire naturelle de Marseille. 

Annales : Zoologie, Travaux du Laboratoire de zoologie marine : IX, 
1904-05, 1 (in-4°). 
Société scientifique et industrielle de Marseille. 
Bulletin : XXXII, 1904, 3-4. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANT] CL1I1 

MONTPELLIER 
Société d'Horticulture et d'Histoire naturelle <l< i l'Hérault. 
Annales : 45' arnu rié, XXXVII , 1905, 1. 

MOULINS. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du «entre de la France, publiée 
par E. Olivier. 

XVIII, 1904, 1-4. 

NANCY. 
Académie de Stanislas. 

Mémoires : CLV e année, 6 e série, II, 1904-05. 

NANTES. 
Société des Sciences naturelles de l'Ouest de la France. 
Bulletin : XIV, 1904 (2 e série, IV , 3-4; XV, 1905 (Vj, 1-2. 

NÎMES. 
Société d'Etude des Sciences naturelles de Xîmes. 
Bulletin. 

ORLÉANS. 

Société d'Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d'Orléans. 

Mémoires : 3 e série, V, 1905, 1. 

PARIS. 
Académie des Sciences. 

Comptes rendus hebdomadaires des séances : In-4°). 
Bulletin scientifique de la France et de la Belgique, publié par A. Giard. 
Journal de Conchyliologie, publié sous la direction de H. Fischer, Dautzen- 
berg et Dollfus. 

LUI, 1905, 1-2. 

La Feuille des Jeunes naturalistes. 

XXXV, 1904-05, a« 411-420; XXXVI, 1905-06, n os 421-422. 
Catalogue de la Bibliothèque. 

Le Naturaliste, Bévue illustrée des Sciences naturelles. 

XXVII (2 e série), 1905, n os 428-433, 435-451 (in-4°). 
Muséum d'Histoire naturelle. 

Bulletin : X, 1904, 7-8: XI, 1905, 1-5. 
Kevue critique de Paléozoologie, publiée sous la direction de M. on. 

Services de la Carte géologique de la France et des topographies 
souterraines. 

Bulletin : XV, 1903-04, n" s 100-103; XVI. 1904-06, n°» 104-105. 
Société géologique de France. 

Bulletin : 4 e série, [V, 1904, 4-6; V. 1905, ! 

Comptes rendus des séàn 
Société zoologique de France. 

Bulletin : XXIX, 1904. 

Tables des Bulletins et des Mémoip X>). 



CUV SOCIÉTÉ ROYALE ZOOl.OGIQL'K KT MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

PERPIGNAN. 

Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales. 
XL VI, 1905. 

RENNES. 

Société scientifique et médicale de l'Ouest. 

Bulletin. 

ROCHECHOUART. 

Société des Amis des Sciences et Arts de Rochechouart. 
Bulletin : XIV, 1904, 3-8. 

- ROUEN. 

Société des Amis des Sciences naturelles de Rouen. 

Bulletin : 4 e série, XXXIX. 1903, 1-2. 

SAINT-BRDEUC. 

Société d'Émulation des Côtes-du-Nord. 

Bulletins. 

Bulletins et Mémoires. 

SEMUR. 

Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois 

(Côte-d'Or). 

Bulletin. 

SOISSONS. 

Société archéologique, historique et scientifique de Soissons. 

Bulletin. 

TOULON. 
Académie du Var. 

Bulletin : LXXII. 1904. 

TOULOl'SE 
Université <\c Toulouse. 

Annuaire de l'Université. 

Bulletin. 

Rapport annuel du Conseil général des facultés,. 

TOURS. 

Société d'Agriculture, Sciences. Arts et Bel les- Lettres du département 
d'Indre-et-Loire. 

Annales : 143 e année, LXXXIV, 1904, 1-12. 

VALENCIENNES. 

Société d'Agriculture, Sciences et Arts de l'arrondissement de Valen- 
ciennes. 

Revue agricole, industrielle, littéraire et artistique. 

VERDUN. 

Société philomatique de Verdun. 
Mémoires. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDITES. CIA 

Grande-Bretagne et Irlande 

BELFAST. 

Natural history and Philosophical Society. 
Report and Proceedings. 

BIRMINGHAM. 

The Journal of Malacology, editedby W. E. Collinge. 

BRISTOL. 
Bristol Muséum. 

Report of the muséum committee. 

CROYDON. 

Croydon Microscopical and Natural history Society. 
Proceedings and Transactions : 1904-1905. 

DUBLIN. 
Royal Dublin Society. 

ECONOMIC PROCEEDINGS : I, 5-6. 

Scientific proceedings : Nouvelle série, X, 2-3; XI, 1-5. 
Scientific transactions : 2 e série, VIII, f>16; IX, 1 (in-4°). 
Royal Irish Academy. 
List of members. 

Proceedings : Biological, geological and ckemical Science, XXV, sec- 
tion B, 1-6. 
Transactions : XXXII, section B, 3-4 (in-4°). 

EDIMBOURG. 

Royal physical Society of Edinburgh. 

Proceedings for the promotion of Zoology and other branches of 
natural history : XVI, 1904-05, 2-3. 

GLASGOW. 

Natural history Society of Glasgow. 

Transactions. 
Royal Philosophical Society of Glasgow. 

Proceedings : XXXVI, 1904-05. 

LEEDS. 

Conchological Society of Great Britain and (reland. 
Journal m Conchoi.o<;y : XI, 1904-05, ■ 

Yorkshire Naturalisas Union. 
Transactions. 

LIVERPOOL 

Liverpool Geological Society. 

Proceedings : X, 1 46 e session, 1904-0! 



CLVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLO(iîQUE DE BELGIQUE. 

LONDRES. 
Geological Society of'London. 

Geological Literature added to tlie Geological Society's library during the 
year : 1904. 

List of the Fellows : 1905. 
Qdartbrlt Journal : LXI, 1905, 1-4 ni ^ 241-244;. 
Linnean Society of London. 

Journal (Zoologt) : XXIX, n° 191. 
List : 1905-06. 

Proceedings : 117" session, 1904-05. 
Royal Society of London. 

Obituary notices of fellows : I, 4. 

Proceedings : LXXIV, n os 504-506 Séries A (Mathematical and Physical 
Sciences), LXXVI, n os 507-514. Séries B (Biological Sciences), LXXY, 
n os 507-515. 

reports to the evolution committee : il 
Reports to the Malaria Committee. 
Reports of the Sleeping Sicrness Commission : Y. 
Zoological Society of London. 
List of the fellows. 

Proceedings of the général meetings for Scientific business : 1904, II, 
2; 1905,1, 1-2. 

Transactions : (In- 1 . 

MANCHESTER. 
Manchester Geological and Mining Society. 

Transactions. 
Manchester Muséum. 

Handbooks : The palœontology of the Lancashire coal measures : II-III 
(publication rï° 56). 

Notes from the Musbum. 

Report for the year 1904-05 (publication n° 57'. 

m:\vcastle-sur-tyne. 

Natural history Society of Northumberland, Durham and Xewcastle- 
upon-Tyne and the Tyneside Naturaliste' field Club. 

Natural history transactions of Northumberland, Dirham and New- 
Castle-on-Tyne : XV, 1, Nouvelle série, I, 2. 

PENZANCE. 
Koyal Geological Society of Cornwall. 
Transactions. 

Italie 
BOLOGNE. 
Reale Accademia délie Scienzedell' Istituto di Bologna. 
Memorie : (In-4°). 
Rendiconto delle Sessioni. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CI. Ml 

BRESCIA. 

Ateneo di Brescia. 

Commentari : 1904. 

CATANE. 

Accademia Giœnia di Scienze naturali in Catania, 
Atti : LXXXI, 4 e série, XVII (1904, ïn-4°). 
Bullettino delle Sedute : Nouvelle série, LXXXIII-LXXXYI. 

FLORENCE. 

Società Entomologica Italiana. 
Bullettino : XXXVI, 1904, 4. 

GÊNES. 

Museo Civico di Storia naturale di Genova. 
Annali : XLI (3 e série, Ij. 

Società di Letture e Conversazione scientifiche di Genova. 
Bollettino. 

MILAN. 

Società Italiana di Scienze naturali 6 Museo civico di Storia naturale 
in Milano. 

Atti : XLIII, 1903-04, 4; XLIV, 1904-05, 1-2. 
Memorie : (In-4°). 

MODÈNE. 

Società dei Naturalisti e Matematici di Modena. 

Atti : XXXV (4 e série, IV), 1902: XXXVI (V), 1903; XXXYII VI , 1904. 

NAPLES. 
Museo zoologico délia R Università di Napoli. 

Annuario : (In- 4°). 
Keale Accademia delle Scienze fisiche e matematiche (Sezione délia 
Società reale di Napoli). 

Indice générale dei lavori publicati del MDCCXXXYII ai. MDCCCCIII. 
Rendiconto : XLIV (3 e série, XI), 1905, 1-3. 
Società di Naturalisti in Napoli. 
Bollettino : Sériel, XVIII, 1904. 

padoii:. 

Accademia scientifica Veneto-Trenti na-lst ri ana. 
Atti. 
Bullettino. 

PALERME. 

Reale Accademia di Scienze, Lettere e Belle Art i di Palermo. 

Bullettino : (In-4°). 
Atti : (In 4°). 



CLV1U SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

PISE. 

Società Malacologica Italiana. 

BULLETTINO. 

Società toscana di Scienze naturali résidente in Pisa. 

Atti : Memorie. 

Processi verbali : XIV, 1903, 6-8. 

ROME. 

Biblioteca nazionale centrale Vittorio Emanuele di Roma. 

Bollettino delle opère moderne stramere acquistate dalle Biblioteche 
pubbliche governative del regno d'Italia. 

Pontificia Accademia de' Nuovi Lincei. 

• Atti : LVIII, 1904-05, 1 (in-4°). 

In memoria del Pkof. Mons. Francisco Regnani. 
Memorie : XXII (in-4° . 

Rassegna delle Scienze geologiche in Italia. 

Reale Accademia dei Lincei. 

Atti : Rendiconti (Clase di Scienze fisiche, matematiche e naturali) : 
CCCII, 1905(5- série, XIV , 1 er semestre, 1-12; 2 e semestre, 1-12. 
— Rendiconto dei.l' Adunanza soi.enne : II. 1905 ûn-4 ;. 

• Real Comitato Geologico d'Italia. 

Bollettino. 
Società Geologica Italiana. 

Bollettino. 
Società Zoologica italiana. 

Bollettino : XIII (2- série, V), 1904, 7-8; XIV VI), 1905, 1-3. 

SIENNE. 

Bollettino del Naturalista collettore, allevatore, coltivatore, accli- 
matatore. 

XXIV, 1904, 10-12: XXV, 1905, 1-2. 

Revista italiana di Scienze naturali : XXIV, 1904, 11-12; XXV, 1905, 
1-2. 
Reale Accademia dei Fisiocritici di Siena. 

Atti : 4* série, XVI, 1904 (année académique CCXIII), 7-10: XVII, 1905 
(CCXIV), 1-4. 

Processi verbali delle Adunanze. 

TURIN. 

Reale Accademia delle Scienze di Torino. 
Atti : XL, 1904-05, 1-5. 
Memorie : (In-4°). 

OSSERVAZIONI METEOROLOGICHE FATTI NELL'aNNO ALL'OSSERVATORIO DELLA 

R. Università di Torino : 1904. 






LISTE DES SOCIÉTÉS II [NST1T1 riONà CORRESPONDANT! CL1I 

VENISE. 
fteale [stituto veneto di Scienze, Lotteri ed Arti. 

Atti. 

Mkmorik : In-4" . 

VÉRONE. 

Accadcmia di Verona. Agricoltura, Scienze, Lettere c Gommercio. 

Atti b Mkmorik : LXXIX 4" série, I\' , Appendice; LXXX \' , 1 . 

OSSERVKRZIOM MKTEORICHE. 

Luxembourg. 

LUXEMBOURG. 

Institut (irand-Ducal de Luxembourg. 

Publications Section dks Scikncks naturelles kt mathkmatiqi ; 
Verein luxemburger Naturfreunde « Fauna ». 

MlTTHKILUNGKN AUS DEN VeREINSSITZUNGEN : XIV, 1 0< «4 . 

Monaco. 

MONACO. 

Résultats des campagnes scientifiques accomplies sur son yacht, par 
Albert I er , prince souverain de Monaco. 
XXVIII: XXIX: XXX; XXXI fin-4°). 
Cartes : ;Plano . 
Bulletin : 23-27, 34-41, 44, 46-56. 

Norvège. 

BERGEN. 
Befrgen-Museum. 

Aarborg: 1904, 3; 1905, 1-2. 
Aarsbkrktmng : 1904. 

CHRISTIANIA. 

Physiographiske Forening i Christiania. 

Nyt Magazin for Naturvidknskabkrnk : XI.III. 1905, 1-4. 

Videnskab Selskab i Christiania. 

FORHANDLINGER : 1904. 

Srriftkk I Mathcmatisk-naturvi<lenskabclige Klasf 
— II Historisk-filosofisk.' Klasse). 

Den Norske Nordhavs-Expedition 1876-1878. 
Zoologi : (In-4°). 

DRONTIIEIM. 

Kongelig norsk Videnskabs Selskab i Trondhjem. 
Skrifter : 1904. 



CLX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

STAVANGER. 

Stavanger Muséum. 

Aarsberetning : XV, 1904. 

TROMSÔ. 
Tromsœ-Museum. 
Aarsberetning. 
Aarshefter. 

Pays Bas. 

AMSTERDAM. 

Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam. 

Jaarboer : 1904. 

Verhandelingen (Tweede sectie : Plantkunde, Dierkunde, Aardkunde, 
Dclfstofkunde, Ontleedkunde, Physiologie, Gezondheidsleer en Ziektekunde) : 
XI; XII, 1-2. 

Verslagen van de gewone vergaderingen der Wis- en Natitrkundige 

afdeeling : XIII, 1904-05, 1-2. 

Verslag van de vergaderingen der Wis- en Natuurkundige afdeeling. 
Koninklijk zoologisch Genootschap « Natura Artis Magistra ». 

BlJDRAGEN TOT DE DlERKUNDE I (Ill-4 ). 

GRÔNINGUE. 

Centraal bureau voor de kennis van de provincie Groningen en 
omgelegen streken. 

BlJDRAGEN TOT DE KENNIS VAN DE PROVINCIE GRONINGEN EN OMGELEGEN 
STREKEN. 

Natuurkundig Genootschap te Groningen. 

Verslag. 

HARLEM. 

Hollandschc Maalschappij der Wetenschappen te Haarlem. 

Archives néerlandaises des Sciences exactes et naturelles : 2 e série, 
X, 1-5. 
Teyler's Stichting. 

Archives du musée Teyler : 2 e série, IX, 3-4 (in-4°). 

LEIDE. 

Nederlandsche Dierkundige Vereeniging. 

Catalogus der Bibliotheek : 4 e éd., suite 1 (1897-1903) (Helder, 1905). 
Tijdschrift : 2 e série, VIII, 3-4; XI, 1-4. 

ROTTERDAM. 

Bataafsch Genootschap der proefondervindelijke Wijsbegeerte te Rot- 
terdam. 

Catalogus van de Bibliotheek. 
Nieuwe Verhandelingen : (In-4°). 






LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CLXI 

Portugal. 

LISBONNE. 

Servico geologico de Portugal. 

COMMUNICAÇÔES DA COMMISSAO : VI, I. 

PORTO. 
Academia polytechnica do Porto. 

Annaes scientificos : I, 1 (Coïmbre, 1905). 

SAN FIEL. 
Collegio de San Fiel. 

« Broteria ", Revista de sciencias naturaes. 



Academia Românà. 

Analele : (In-4°). 



Roumanie. 

BUCHAREST. 



Russie 

EKATHÉRINENBOURG. 

Uralskoe Obscestvo Ljubitelej Estestvoznanija. 

Zapisri (Bulletin de la Société ouralienne d'Amateurs des Sciences natu- 
relles). 

Godovoj Otcet. 

HELSINGPORS. 

Commission géologique de la Finlande. 

Bulletin : XV; XVI. 
Finska Vetenskaps Societeten. 

Acta Societatis scientiarum fennica : (Iu-4°). 

Bidrag till Kannedom af Finlands natur och folk. 

Observations publiées par l'Institut météorologioj j: i lntral i»; 
Société des Sciences de Finlande : (In-4°). 

Observations faites a Helsingfors : XIX, 1900(1905 In-4 

Observations météorologiques : Etat des glaces et des n- Finlande 

pendant l'hiver 1894-95 (in-4°). 

OVERSIGT AF FORIIANDLINGAR : XLVI, 1903-0-1. 

Societas pro Fauna et Flora fennica. 
Acta : XXVI, 1904. 
Mkddelanden : XXX, 1903-04. 

JURJEFF (DORPÀT . 
Naturforscher-Gesellschafl bei der UnWersitât Jurjew. 

Archiv fur die Natureundb Liv-, Khst- im> Iû ki am 

GISCHE NaTURKUNDE. 

Sitzungsberichte. 

Schriften : (In-4°). 

T. XL, 1905 u 



CLXII SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQL'E ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

KAZAN. 

Obscestvo Estestvoispytatelej pri Imperatorskom Kazanskom Univer- 
sitet. 

Trudy. 

Protokoly zasèdamj. 

KHARKOW. 

Société des naturalistes à l'Université impériale de Kharkow. 

Travaux. 

KIEV. 

Kievskoe Obscestvo Estestvoispytatelej. 
Zapiski : XIX (1905). 

MITAT". 

Kurlàndische Gesellschaft fur Literatur und Kunst. 

SlTZUNGSBERICHTE UND ,1 AHRESBERICHT DER K.URLANDISCHEN PROVINZIAL- 
MUSEUMS : 1904. 

MOSCOI'. 

Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 
Bulletin : 1904, 2-3. 

ODESSA. 

Novorossijskoe Obscestvo Estestvoispytatelej. 
Zapiski : XXVI, XXVII. 

RIGA. 

Naturforscher-Yerein zu Riga. 

Arheitkn. 
korrespondenzblatt. 

SAINT-PÉTERSBOURG. 
Geologiceskij Komitet. 

Izvèstija (Bulletins du Comit _ _ ,. : XXIII, 1904, 1-6. 
Russkaja Geologicèskaja Biblioteka (Bibliothèque géologique de la Russie). 
Trudy Mémoires : nouvelle série, 14-15, 17 (in-4°) (1904). 
Imperatorskoe S. Petersburgskoe Mineralogiceskoe Obscestvo. 

Zapiski (Verhandlungen der Russisek-Kaiserlichen Mineralogischen Gesell- 
schaft zu St. Petersburg; : 2 e série, XLII. 

Materiali : (Materialen zur Géologie Russlands). 
lmperatorskaja Akademija Nauk. 

Zapiski \ Mémoires de l'Académie impériale des Sciences de Saint-Péters- 
bourg) (in-4°). 

Izvéstija (Bulletin). ^ 

Ezegodmk Zoologioeskago Mlzeja Annuaire du Musée zoologique) : IX, 
1904, 4. 

lmperatorskaja Akademija Nauk. 

S. Peterburgskaja Obscestva Estestvoispytatelej. 
Trudi : XXXIV. 4. 
Protokoli : XXXV, 1904, 7-8: XXXVI, 1905, 1-3. 



LISTÉ DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANT BS . CLXIII 

TIF LIS. 



Kavkaskoe Muzeja. 

IZVÉSTIJA. 



Serbie 

BELGRADE. 

Spska Kralevska Akademija. 
Glas. 

ISDANIA. 

godinstnak. 
Spomemr. 

Suède. 

GOTHKMBOURG. 

Kongliga Vetenskaps och Vitterhets Samhâlle i Gôteborg. 
Handlingar. 

LUXD. 

Lunds Universitets Kongliga Fysiografiska Sâllskapet. 

Handlingar (Acta regise Societatis Physiographicse Lundensis). 
Ârsskrift : XXXIX, 1903 (iu-4°). 

STOCKHOLM. 

Konglig-Svenska Vetenskaps Akademien. 

Archiv for Zoologi : II, 3-4. 

Handlingar : In-4°). 

Bihang till Handlingar : Afdelning IV : Zoologi, omfattande bâde lefvande 
och fossila former. 

Ofversigt af Fôrhandlingar. 
Sveriges Oftentliga Bibliotek. 

Accessions-Katalog : XVII, 1902 1904). 

IPSAL. 

Kegia Societas scientiarum Upsaliensis. 

Nova Acta : 4" série, I; 1905, 1 (in-4°j. 

Suisse. 

A ARAL. 

Argauische naturforschende Gesellschaft zu A.irau. 

MlTTLll.l ngkn : X. 

BALE. 

Natupforschende Gesellschaft in Basel. 

Verhandi.i \<;i:\ : XV, 3; XVII. 



CLX1V SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

BERNE. 
Naturforschende Gesellschaft in Bern. 

MlTTEILUNGEN AUS DEM JàHRE. 

Schweizerische naturforschende Gesellschaft (Société helvétique des 
sciences naturelles — Societâ elvetica di scienze naturali). 
Actes — Verhandlungen — Atti. 

Beitrage zur Géologie der Schweiz, herausgegeben von der geologischen 
Kommission der schweizerischen naturforschenden Gesellschaft auf Kosten der 
Eidgenossenschaft : Nouvelle série. 

Cartes géologiques de la Suisse : XVI (texte et atlas) ; XVII-XIX (n os 47-49) 
(in-4°). 

Notices explicatives : n° 4. 

COIRE. 

Naturforschende Gesellschaft Graubùnden's zu Chur. 
Jahres Bericht. 

GENÈVE. 

Institut national genevois. 

Bulletin (Travaux des cinq sections). 
Mémoires : (In-4°). 

Société de Physique et d'Histoire naturelle de Genève. 
Mémoires : XXXIV, 5, XXXV, 1 (in-4°). 

LAUSANNE. 

Société vaudoise des Sciences naturelles. 
Bulletin : 5 e série, XLI, 1905, n os 152-153. 
Observations météorologiques faites au Champ de l'air. 

NEUCHATEL. 

Société neuchâteloise des Sciences naturelles. 
Bulletin. 
Mémoires : (In-4°). 

SAINT-GALL. 

S^Gallische naturwissenschaftliche Gesellschaft. 

Bericht ùber die Thatigkeit wàhrend des Vereinsjahrs. 
Jahrbuch : 1903. 

SCHAFFHOUSE. 

Schweizerische entomologische Gesellschaft 
Mittheilungen. 



LISTE DES SOCIÉTÉS ET INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. 

ZURICH. 
Naturforschende Gesellschaft in Zurich. 

VlERTELJAHRSSCHRIKT. 

Bibliothèque de l'École polytechnique fédérale. — Commission géolo- 
gique suisse. (Voir Berne.) 



OCÉANIE. 

Australie du Sud. 

ADELAÏDE. 

Royal Society of South Australia. 

Memoirs : (In-4°). 

Transactions and Proceedings and Report. 

Iles Sandwich. 
HONOLULU. 

Bernice Pauahi Bishop Muséum of polynesian Ethnology. 
Fauna Hawaiiensis : (In-4°). 
Memoirs : (in-4°). 

OCCASIONAL PAPERS : II, 3. 

Indes néerlandaises 

BATAVIA. 

Koninklijke Natuurkundige Vereeniging in Nederlandsch [ndii. 

Boekwerken ter tafel gebracht in de Vergadering der Directie. 
Natuurkundig Tijdschrift voor Nederlandsch Indik. 
Voordrachten. 
Mijnwezen in Nederlandsch Oost-Indië. 
Jaarboek. 

Nouvelle-Galles du Sud. 

SYDNEY 
Australian Muséum. 
Catalogues. 
Records : V, 5. 
Report of the Trustées : (In-4 ;. 

Department of Mines and Agriculture. 
Annual Mining Report : (In-4°). 

Memoirs of the Gbological Survbt 01* N. S. W. : Paln«imtology, XIII-XI\ 
(in-4°, 1904). 

Records of the Geological Survey of N. S. W : VIII (1005 . 1 . 
Geological Survey : Minéral Resoul 



CLXVI SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

SYDNEY. (Suite.) 

Linnean Society of New South Wales. 

Proceedings : XXVm, 1903, 4 (n° 112). 
Royal Society of New South Wales. 

Journal and Proceedings : XXXVII, 1903. 

Nouvelle-Zélande. 

AUKLAND. 

Aukland Institute. 

WELLINGTON. 

Colonial Muséum and Geological Survey of N. Z. 

Annual Report on the Colonial Muséum and Laboratory. 
New Zealand Institute. 

Transactions and Proceedings. 

Queensland. 

BRISBANE 

Royal Society of Queensland. 
Proceedings : XIX, 1. 

Tasmanie 

HOBART. 

Royal Society of Tasmania. 
Papers and Proceedings. 

Victoria. 

MELBOURNE. 

Public library, Muséums and National gallery of Victoria. 

Catalogue of current periodicals received. 
Report of the Trustées : 1904. 
Royal Society of Victoria. 

Proceedings : Nouvelle série, XVIII, 1 . 
Transactions : (In-4°). 



-»C_C = &«vi_3^- 



LISTE DES MEMBRES 



LISTE GENERALE DES MEMBRES AU 31 DECEMBRE 1905 



Abbréviations 



• . . . = Correspondants. 

E = Effectifs. 

F = Fondateurs. 



II = HOU"! 

P = Trot. 

V = A vie. 



E. 1880. Bayet, Chevalier Ernest, Secrétaire du cabinet de S. M. le Roi des 
Belges. — 58, rue Joseph II, Bruxelles. 

E. 1886. Bourdot, Jules, Ingénieur civil. — 44, rue de Château-Landon, Paris. X . 

C. 1867. Brusina, Spiridione, Directeur du Musée national zoologique, Profes- 
seur à l'Université d'Agram. — 9, Frg. Franjé Josipa, Zagreb, Croatie 
(Hongrie). 

H. 1888. Buis, Charles, ancien Bourgmestre de la ville de Bruxelles. — 36, rue 
du Beau-Site, Bruxelles. 

E. 18D7. Carletti, J.-T., Traducteur assermenté près le tribunal de l re instance 

de Bruxelles. — 40, rue Tasson-Snel, Bruxelles. 
C. 1868. Chevrand, Antonio, Docteur en médecine. — Cantagallo (Brésil). 
E. 1870. Cogels, Paul. — Château de Boeckenberg, Deurne, près Anvers. 
E. 1887. Cornet, Jules. Professeur de géologie à l'Ecole des mines du Hainaut. 

— 86, boulevard Dolez, Mons. 
V. 1885. Cossmann, Maurice, Ingénieur, Chef des services techniques de la 

Compagnie du chemin de fer du Nord. — 95, rue de Manbeuge, 

Paris, X. 

E. 1884. Daimeries, Anthyme, Ingénieur, Professeur à l'Université libiv 

Bruxelles, Chef des Travaux chimiques. — 4, rue Royale, Bruxell 
C. 1864. d'Ancona, Cesare, Docteur en sciences, Aide-Naturaliste au M 

d'histoire naturelle. — Florence (Italie) 
V. 1866. Dautzenberg. Philippe, ancien Président de la Société toologique de 

France. — 213, rue de l'Université, Paris, VII. 
E. 1904. de Contreras, Ma&cbl. — 231, rue du Trône, Bruxelles. 
E. 1880. de Cort, Hugo, Membre de la Commission permanente d'études du 

Musée de l'État Indépendant du Congo, etc. — -1. me d'Holbach, Lille 

(France). 



CLXX SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 

E. 1880. de Dorlodot, le Chanoine Henry, Professeur de Paléontologie strati- 
grapbique à l'Université catholique. — 18, rue Léopold, Louvain. 

E. 1874. de GuerDe, Baron Jules, Licencié es sciences, ancien Président de la 
Société zoologique de France, Secrétaire général de la Société natio- 
nale d'Acclimatation de France. — 6, rue de Tournon, Paris, VI. 

E. 1876. Dejaer, Ernest, Directeur général des mines, Président de la Commis- 
sion géologique de Belgique. — 59, rue de la Charité, Bruxelles. 

E. 1887. Delheid, Edouard. — 63, rue Veydt, Bruxelles. 

E. 1880. de Limburg Stirum, Comte Adolphe, Membre de la Chambre des 
représentants. — 23, rue du Commerce, Bruxelles, et Saint-Jean, par 
Manhay. 

H. 1899. S. A. S. le Prince Albert I er de Monaco. — 7, cité du Retiro, 

Paris, VIII. 
H. 1888. de Moreau, Chevalier A., ancien Ministre de l'Agriculture, de l'Industrie 

et des 'Travaux publics. — 186, avenue Louise, Bruxelles. 
E. 1872. Denis, Hector, Avocat, Professeur à l'Université libre de Bruxelles, 

Membre de la Chambre des représentants. — 46, rue de la Croix, 

Bruxelles. 
C. 1895. De Pauw, L. F., Conservateur général des collections de l'Université 

libre de Bruxelles. — 84, chaussée de Saint-Pierre, Bruxelles. 
E. 1897. De Quanter, A., Administrateur-Directeur de la Société « L'Union 

belge ». — 29, place de l'Industrie, Bruxelles. 
E. 1903. Desneux, Jules. — 19, rue du Midi, Bruxelles. 

E. 1872. DollfllS, Gustave, Collaborateur principal au Service de la carte géolo- 
gique de France, ancien Président de la Société géologique de France. 

— 45, rue de Chabrol, Paris, X. 

E. 1900. Dupuis, Paul, Lieutenant. — 80, rue Wéry, Bruxelles. 

E. 1886. Firket, Adolphe, Ingénieur, Inspecteur général des mines, Chargé de 

cours à l'Université. — 28, rue Dartois, Liège. 

F. 1863. Fologne, Egide, Architecte honoraire de la maison du Roi. — 72, rue 

de Hongrie, Bruxelles. 

C. 1878. Foresti, D r Lodovico, Aide-Naturaliste de géologie au Musée de l'Uni- 
versité de Bologne. — Hors la Porta Saragozza, n os 140-141, Bologne 
(Italie). 

E. 1879. Forir, Henri, Ingénieur honoraire des mines, Répétiteur de minéralogie 
et de géologie à l'Ecole des mines, Conservateur des collections de 
minéralogie et de géologie de l'Université. — 25, rue Nysten, Liège. 

E. 1901. Fournie!*, Dom Grégoire, Professeur de géologie à l'Abbaye de 
Maredsous. 

E. 1874. Friren, l'Abbé A., Chanoine honoraire, Directeur du Petit Séminaire. 

— Montigny-lés-Metz [Lorraine] (Allemagne). 

E. 1902. Geret, P., Naturaliste conchyliologiste. — 76, Faubourg Saint-Denis, 
Paris, X. 



LIS 1 1 DES MEMBRES DE i..\ SOCIÉTÉ, CL 

E. 1895. Gilson, Gustave, Pi iràl'Un , t in. 

H. 1874. Gosselet, Jules, Doyen de la Faculté 

re.-pondant de l'Institut de Fiance. — 18, rue d'Antio, Lil 
II. 1895. Graux, Charles, ancien Sénateur, Administrateur-Inspecteur de IM 

versité libre de Bruxelles. — 38, avenue Louise, Bi 

H. 1868. Hidalgo, D' .1. Gonzalès, Professeur de mini 
Sciences, Membre de l'Académie royale des S 
Alcala 3° irq., Madrid 

C. 1874. Issel. D r Arturo, Professeur de géologie à l'Uni — 3, Via 

Giapollo, Gênes (Italie). 

C. 1873. Jones, Thos.-RupERT, F. R. S., ancien Professeur au Coll» _ tat- 

major. — Penbryn, Chesham Bois Lane, Chesharn Bucks, Railway 
station Amersham (Angleterre). 

E. 1899. Kemna, Adolphe, Docteur en sciences, Directeur de l'Antwvrp Waier 

Works C>'. — 6, rue Montebello, Anvers. 
C. 1872. Kobelt, D r W. — Schwanheim-sur-le-Mein (Allemagne;. 
E. 1896. Kruseman, Henri, Ingénieur-Géologue. — 24, rue Afi icaine, Bruxelles. 

C. 1864. Lallemant, Charles, Pharmacien. — L'Arba, près Alg> 

E. 1890. Lameere, Auguste, Docteur en sciences, Professeur à 1 site libre 

de Bruxelles. — 10, Avenue du Haut-Pont, Bruxelles. 

E. 1867. Lanszweert, Edouard, ex-Pharmacien du Roi. — 87, rue de la Cha- 
pelle, Ostende. 

E. 1902. Loppens, Karel, Membre de la Société royale de Botanique de Bel- 
gique. — 7, rue du Marché, Nieuport. 

E. 1897. Lucas, Walthère, Chimiste. --54, rue Berckmans, Bruxelles. 

E. 1890. Malvaux, Jean, Industriel. — 43, rue de Launoy, Bruxelles. 

E. 1903. Masay, Flrnand, Etudiant en médecine. — Clabecq, par Tubi 

C. 1872. Matthew, G. -F., Inspecteur des douanes. — Saint-John [Nouveau- 

Brunswick] (Canada). 
E. 1884. Medlicott, Henry-Benkdict, M. A., F. R :-Superin tendant du 

Service géologique de l'Inde anglaise. — Lundi rs. H. S. 

King &Co.,65, Cornhill, E. C). 
E. 1870. Mourlon, Michel, Docteur en >• ecteur du Servi» pque 

de Belgique, Membre de l'Académie royale îque. — 

107, rue Belliard, Bruxell* 

E. 1887. Navez. Loris, Littérateur. — 162, chaussée de Haeoht, Bruxell» 



CLXXU SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQLE DE BELGIQUE. 

C. 18G9. Paulucci. M me la marquise Marianna. — Novoli près Florence (Italie). 
E. 1880. Pelseneer, Paul, Docteur agrégé à la Faculté des sciences de Bruxelles, 

Professeur à l'Ecole normale de Gand. — 53, boulevard Léopold, Gand 
E. 1882. Pergens, Edouard, Docteur en sciences et en médecine. — Maeseyck. 
E. 1896. Philippson, Maurice, Docteur en sciences naturelles — 25 a , rue de 

la Loi, Bruxelles. 
E. 1879. Piret, Adolphe, Comptoir belge de Minéralogie et de Paléontologie. — 

3, Palais Saint-Jacques, Tournai. 
E. 1897. Putzeys, Stlvère, Docteur en médecine. — 24, rue Anoul, Bruxelles. 

E. 1903. Quinet, Docteur en médecine. — 14, rue delà Sablonnière, Bruxelles. 

E. 1882. Raeymaekers, D r Désiré, Médecin de batailion au 1 er régiment d'ar- 
tillerie. — 303, boulevard des Hospices, Gand. 

C. 1868. Rodriguez, Juan, Directeur du Musée d'histoire naturelle. — Guatemala. 

E. 1898. Rousseau. Ernest, Docteur en médecine. Secrétaire de la Société ento- 
mologique de Belgique. — 60, avenue de la Couronne, Bruxelles. 

E. l!S72. Rutot, Aimé, Ingénieur honoraire des mines, Conservateur au Musée 
royal d'histoire naturelle, Membre du Comité de direction de la Carte 
géologique. — 177, rue de la Loi, Bruxelles. 

V. 1885. Schmitz, Gaspar, S -J., Directeur du Musée géologique des bassins 
houillers belges, Professeur au Collège Notre-Dame de la Paix. — 

1 1, rue des Récollets, Louvain. 

E. 1903. Schouteden, Henri, Secrétaire de la Société entomologique. — 

12, chaussée d'Ixelles, Bruxelles. 

E. 1890. Serradell y Planella, D r Baltasar, Médecin de la Croix-Rouge. — 

ùbis, 1°, Cadena, Barcelone Espagne). 
P. 1889. Severeyns, G., P/opriétaire. — 103, rue Gallait, Bruxelles. 
E. 1903. Severin, Guillaume, Conservateur au Musée royal d'histoire naturelle. 

— 75, avenue Nouvelle, Bruxelles. 
E. 1904. Steinmetz, Fritz. — Avocat, 10, rue de la Mélane, Malines. 
E. 1895. Sykes, Ernest Ruthven, B. A.: F. Z. S. — 3, Gray's Inn Place, Gray's 

Inn, Londres, W. C. 

E. 1879. Tillier, Achille, Architecte. — Pâturages. 

E. 1869. Van den Broeck, Ernest, Conservateur au Musée royal d'histoire 
naturelle, Membre du Comité de direction de la Carte géologique du 
Royaume, Secrétaire général de la Société belge de Géologie, de Paléon- 
tologie et d'Hydrologie. — 39, place de l'Industrie, Bruxelles. 

E. 1896. Vandeveld, Ernest, Bibliophile. — 12, avenue de la Brabançonne, 
Bruxelles. 

E. 1905. Van de Vloed, Chef du filtrage, préposé aux analyses bactériologiques 
et microscopiques de l'Antwerp Water Works C>'. — Waelhem. 



LISTE DES MEMBRES DE LA 80( il' il'. I I.WII1 

E. 1903. Van de Wiele, D r Chàrlei. — 27, boulevard Militaire, ftruxell 

E. 1873. van Ertborn, Baron Octave. — 32, nie d'Espagne, Bruxelk 

E. 1904. Van Heurck, D r . — 8, rue do la Santé, Anvers. 

E. 1880. Velge, Gustave, Ingénieur civil, Conseiller provincial. — Lennick- 

Saint-Quentin. 
E. 1891. Verstraete, Emilien, Major retraité — 40, rue Ossegbem, Bi 
E. 1886. Vincent, Emile, Docteur en sciences naturelles, Attaché à P 

toire royal. — 35, rue De Pascale, Bruxelles. 
C. 1882. von Koenen, D r Adolphe, Professeur de géologie et de pi 

à l'Université royale de Gôttingue. — Gôttingue (AllemagE 

E. 1876. Weissenbrueh, Paul, Imprimeur du Roi. — 49, rue du Poii, 

Bruxelles. 
C. 1872. Westerlund, D r Carl-Agardii. — Ronneby (Suède). 

F. 1863. Weyers, Joseph-Léopold. — 35, rue Joseph II, Bruxelles. 

E. 1903. Willem, Victor, chef des Travaux zoologiques à l'Université. — 8, 

Willtms, Gand. 
H. 1881. Woodward, D r Henry, LL. D., F. R. S., Conservateur de la section 

de géologie du British Muséum. — l'J9, Beaufort street, Chel 

Londres S. W. 

H. 1879. Yseux, D r Emile, Professeur de zoologie et danatomie compar 
l'Université libre de Bruxel.es. — 97, avenue du Midi, Bruxelles. 



Membres décédés en 1905. 



F. 1863. Dewalque, D r Gustave, Professeur émérite à L'Université d< 
à Liège. 

E. 1873. Potier, Alfred, Professeur à l'Ecole polytechnique, à Paris. 

E. 1869. Preudhomme de Borre, Alfred, Bx-conservatenr au Mu- 
d'histoire naturelle de Bruxelles, à Gen* 



—^-^rtjsZrv^P- 



TABLE GENERALE DES MATIERES 

CONTENUES DANS LE TOME XL (1905) 

DES ANNALES DE LA SOCIÉTÉ ROYALE ZOOLOGIQUE ET MALACOLOGIQUE 

DE BELGIQUE 

ooXKoo 

Pages 

Mémoires 1 

H. Schouteden : Notes sur les organismes inférieurs (2° note) 

(avec figures 1-8) 3 

J. Deprat : Sur l'identité absolue de Nummulina pristina, Brady, 
et de Numrnulites variolarius , Lk , et sur son existence dans 

des dépôts tertiaires néo-calédoniens 17 

R. Bellini : Les Pteropodes des terrains tertiaires et quaternaires 

d'Italie (fig. 9-47) 23 

Bulletins des séances i 

Assemblée générale du 8 janvier 1905 m 

Rapport du Président ni 

Élections v 

K. Loppens : Hydroïde nouveau pour la faune belge vu 

K. Loppens : Animaux marins vivant dans l'eau saumàtre ... vu 

Séance du 1 1 février vm 

Aliénation des collections IX 

Assemblée générale extraordinaire du 1 1 mars x 

Aliénation des collections xi 

Aug. Lameere : L'origine de la corde dorsale xii 



TABLE DES MATIÈRES. i:i.\\\ 

Séance du 8 avril xix 

Séance du 13 mai xx 

K. Loppens : Bryozoaire nouveau pour la faune belge .... xxn 

K. Loppens : Rapide multiplication de quelques Bryozoaire 

Hydroïdes xxn 

Ad. Kemna : Compte rendu bibliographique : «Amphi 

Vertreter einer neuen Acranier-Familie, par K Goldschmidt . xxm 

Séance du 10 juin xxxn 

Aliénation des collections xxxni 

Ad. Kemna : Pénétration et migration de V Anhylostome . . . xxxiv 

Séance du cS juillet xxxv 

Ad. Kemna : Une nouvelle phylogénie des Échinodermes : la 

« Pentasomea •» de Hérouard xwix 

Séance du 14 octobre xr.vn 

K. Loppens : Bryozoaire nouveau pou r la faune belge .... xi.ix 

K. Loppens : Plumatella repens, L., vivant dans Veau saumâtre . xlix 

H. Schouteden : La classification des Scyphocnidaires d'après 

M. Roule i. 

Ad. Kemna : Comptes rendus bibliographiques : 

Noch einmahl Polyparium ambidans, par Carlgren .... i.vi 

Sur le dimorphisme des espèces anglaises de Nummidites et la 
taille de la mégalosp>lière en relation avec celle de la microsplière 

du test mégalosphérique dans ce genre, par J. J. Lister ... i.x 

Article « Foraminifera » par J.-J. Lister, devis la Traité de Zoo- 
logie de Ray-Lankester i w 

Sur une note sans titre, par Ant. Neaviani i.xxiv 

Sur la structure des Orbitolines, par H. Douvillê i \xiv 

La distribution des Poissons d'eau douce africains, par d. A. 

Boulanger î.xxx 

Séance du 5 novembre iwxm 

H. Schouteden : Contributions à l'étude des Tnfusoires de Belgique : 

I. Les Aspirotrichcs LZXXVI1 

C. Van de Wiele : L'adaptation des U< ptiles et des Mammifères <> 

la vie marine, par le Professeur Fraas \. vu 

ince du 9 décembre cxvi 

11. Schoutedeo : Les affinités des < Polyclades . . cxvn 

Aug. Lame Polyclades cxxvu 






CLXXVI TABLE DES MATIÈRES. 

Pages. 

Bulletin bibliographique . cxxxi 

Liste des Sociétés et Institutions correspondantes, avec indication des 

ouvrages reçus pendant l'année 1905 cxxxiii 

Liste générale des membres au 31 décembre 1905 cxxxi 

Table générale des matières clxxiv 



Tous les envois destinés à la Société doivent être adressés en son local : 
14, rue des Sols (Université libre de Bruxelles), 

et la correspondance, au Secrétaire général : 

Hugo de Cort, 
4, vue d Holbach, à Lille, 

(France.) 



KU5£ ST WA ^ l 




3 2044 128 443 




900 



/*-*■. 






'.? \ 



1 









*iLV 



w,*A 






!,'■ , 















4 .' -- 






*£ 



«"' 



^jK è £ 



. K 



.• :*T 'v